MONTE CARLO : BRYAN BOUFFIER OFFRE LA VICTOIRE A PEUGEOT

Sans la neige, le suspense pour cette grande ‘’ nuit du Turini ‘’ avait déjà avant que les concurrents n’entrent en scène, perdu une grande partie de l’éventuel suspense

Néanmoins comme avait coutume de le dire le regretté Enzo Ferrari, une course n’est véritablement gagnée que la ligne d’arrivée franchie…

Et c’est bien le pilote – Bryan Bouffier –  qui avait rejoint la Principauté, ce vendredi en début d’après-midi, au commandement du Rallye qui a regagné tard la nuit dernière, le port de Monaco, en grandissime vainqueur

Le Champion de France en titre et sa Peugeot 207 S2000 remportant donc ce MONTE CARLO du Centenaire

Offrant ainsi à la firme Peugeot un formidable succès, son troisième dans la prestigieuse épreuve monégasque après les triomphes d’Ari Vatanen en 1985 et de Sébastien Ogier en 2009

Leader du Rallye Monte-Carlo du Centenaire depuis jeudi soir et son formidable ‘’ coup de poker ‘’ avec ses pneumatiques Michelin dans les spéciales, subitement enneigées du Vercors, Bryan Bouffier et sa Peugeot 207 S2000, s’élançaient vendredi en début de nuit depuis le port de Monaco, avec l’étiquette de grandissime favori !!!

L’ancien, triple Champion de Pologne devenu depuis ‘’Maitre’’ en son pays avec le titre national obtenu a l’issu du Rallye du Var en novembre dernier à Ste Maxime, n’a pas failli, n’a pas craqué et remporte ce Monte Carl’

Il est vrai que la neige faisant de nouveau défaut pour les quatre ultimes spéciales (Moulinet-La Bolléne Vésubie avec l’ascension du terrible Col de Turini et Lantosque – Lucéram) et à parcourir à deux reprises, cela lui facilitait grandement la tache !!!!

Privé de neige, ce final du Monte Carlo du Centenaire lui semblait donc promis et ce à condition qu’il ne commette d’une part aucune faute et que d’autre part, il ne rencontre pas de pépins mécaniques.

Ce qui s’est passé.

Descendu de son bolide, c’est un vainqueur ému lorsqu’il revient à l’assistance Peugeot située au dessus du port monégasque qui lâche ses premières paroles:

« C’est fantastique de gagner cette course mythique surtout l’année de son Centenaire. Je suis trop content pour le Team Peugeot qui m’a fait confiance. Cela lance impeccablement ma saison en IRC »

Un peu plus tôt, son patron Olivier Quesnel une fois assuré du succès de son poulain qu’il avait suivi ici à Monaco avec tout son staff, sur les écrans de contrôle lors de l’ultime spéciale, là-haut du côté de Lucéram, nous avait confié:

« Je suis satisfait mais j’avoue franchement que j’étais relativement confiant depuis vendredi soir. Ce Bouffier quelque part, je le connais encore assez peu et je le découvre. C’est un garçon solide dans sa tête qui dispose d’un bon mental. Il vient de nous le démontrer. Ce n’était pas facile pour lui il y avait une très grosse pression. Mais il a su gérer parfaitement sa course comme un vieux briscard. Je suis donc très content  pour lui. Mais, c’est aussi une victoire collective de l’équipe Peugeot. Je suis ravi pour la marque car nous plaçons ne l’oublions pas, quatre 207 dans le Top 5. Cela prouve que notre voiture est encore et toujours compétitive. »

Un peu plus tard – il était plus de deux heures du matin – et après avoir chaleureusement félicité son pilote, Olivier nous précisera:

« Bryan fera tout le Championnat IRC. C’est une belle suite à son titre de Champion de France qu’il a conquis à l’automne dernier lors de la dernière manche au Var. Bryan a beaucoup ramé pour en arriver là ou il est, ce soir. Il va très vite, donc Peugeot l’épaulera. »

Il est vrai qu’avant 2010 et ce titre national obtenu à Sainte Maxime, ce jeune Bouffier s’était … exilé en Pologne !

Pays ou il avait trois années durant (2009-2008-2007), été sacré Champion

Revenu en France, sa carrière en deux mois, vient brutalement  de décoller enfin et de prendre un nouveau départ.

Vu ce qu’il a montré sur les routes et les spéciales légendaires du Monte Carlo, sur qu’on, reparlera très vite de lui …
Il le mérite !

Cette troisième journée du Monte-Carl’ avait débutée plus tôt vendredi matin par une première spéciale entre Montauban-sur-Ouveze et Eygalayes.

Avant de filer vers Monaco, Stéphane Sarrazin et sa Peugeot 207 S2000, se montraient le plus rapide dans cette ES9 devant la Skoda de Juho Hanninen, le grand perdant de la veille du côté du Vercors.

Ce dernier en quête de rachat !!!

Mais cette spéciale permettait surtout aux équipages mal classés de tenter de rentrer dans l’indispensable ‘’Top 60’’, seuil fixé par les organisateurs de l’ACM (Automobile Club de Monaco) pour avoir le droit de participer à la grande nuit du Turini.

A ce petit jeu-là, le local car monégasque, Daniel Elena et sa Citroën DS3 R3, étaient les derniers à décrocher leur ticket.

« C’est un réel honneur d’y participer et ça va être génial ».

Quittant la Principauté de Monaco a 18 heures, Bouffier, le pilote ‘’ officiel ‘’ Peugeot avait donc son destin en main !

Il lui restait très exactement 84,44 kilomètres pour revenir en grand vainqueur, quelques heures plus tard, sur le coup d’une heure trente du matin la nuit dernière, sur le port de Monaco, en grand vainqueur de ce MONTE CARLO du Centenaire

84,44 petits Kilomètres répartis en quatre spéciales on l’a dit.   

Mais 84,44 Kilomètres truffés de pièges à souhait !!!!

C’est un Champion de France des plus lucides qui attaquait ces ultimes bornes qui risquaient de le propulser vers la gloire, le Monte Carlo  demeurant LE Rallye le plus prestigieux au monde
Serein, détendu mais visiblement un tantinet soucieux et interrogatif, le pilote Peugeot lâchait avant de s’installer sans le baquet de sa 207 s 2000

« Il ne faut pas s’emballer. Il faut rester lucide. Il reste encore de longs kilomètres de spéciales à parcourir. Ce ne sont pas les plus faciles en plus. Il faut continuer sur cette lancée. »

La soirée commençait plutôt bien puisque lors du premier des deux passages dans l’ascension du Col de Turini, Bryan ne concédait que 3’’7 à Freddy Loix le meilleur des pilotes Skoda, le plus dangereux au général.

Et il reprenait même 19’’3 à François Delecour son dauphin 

Le meilleur chrono sur les 23,410 kilomètres revenait au Français de chez Skoda, l’ancien Champion du monde de VTT, Nicolas Vouilloz qui ne devançait Bouffier que de 4’’7

En rejoignant la spéciale suivante Lantosque-Lucéram, Bouffier possédait encore 48’’1 d’avance sur son nouveau dauphin, le pilote Belge de Skoda, Freddy Loix. Delecour pointant lui, à 59’’

Lors de la spéciale Lantosque –Lucéram, remportée par la Peugeot du transalpin Giandomenico Basso, Bryan ne lâchait que …QUATRE infime dixièmes, à Loix.

Et seulement 2’’5 par rapport à l’Italien, meilleur temps

Au classement général, il devançait encore le pilote Skoda (Loix) de 47’’7.

Suivaient dans l’ordre, François Delecour à 1’22’’2, Guy Wilks à 1’28’’1, Stéphane Sarrazin à 1’42’’3, Juha Hanninen à 2’12’’, Petter Solberg à 3’45’’2.

Ensuite, on notait Vouilloz à 5’23’’7 et Kopecky à 7’57’’2

Sur une route très légèrement givrée en de nombreux endroits mais comme prévu pas enneigée, le Champion de France des Rallyes, parti avec 28’’ d’avance sur son dauphin (Delecour), vendredi matin, accroissait finalement celle-ci pour la porter à 47’’7 sur la Skoda de son nouveau dauphin Freddy Loix

Reprenant ainsi une bouffée d’ air !!!

« Je m’amuse beaucoup. Ma voiture fonctionne bien et j’espère que ça va continuer comme ça. c’est parfait »

Il ne restait plus qu’à attendre et patienter pour les deuxièmes passages.

Le Turini (23 km 41) à 23 heures 25’ puis l’ultime round celui de Lantosque – Luceram (18 km 81) prévu à partir de minuit huit

A cet instant et sauf énorme catastrophe, toujours possible en sport automobile, le plus dur semblait fait.

Et Bryan Bouffier comme Peugeot pouvaient commencer à y croire sérieusement

Néanmoins dans le clan Français, on se montrait encore réservé et on était encore loin de crier victoire !!!

Dans le second passage dans le Turini, Stéphane Sarrazin se montrait le meilleur en 16’8’’8sa troisième victoire depuis le depart – laquelle lui permettait en outre de récupérer également la … troisième place au général au détriment de François Delecour seulement dixième à 29’’3.

Mais tous les regards étaient tournés vers la Performance de Bouffier.

Le leader réalisait une bonne ascension qui le voyait finir à une belle septième place à 25’’6 de son équipier Sarrazin

Mais le pilote Peugeot ne lâchait que 2’’6 à son poursuivant immédiat, Freddy Loix (sixième à 22’’8), seul encore capable de lui ‘’ voler ‘’ SA victoire

Avant la der des der, la treizième spéciale, le second passage dans Lantosque –Luceram, Bryan Bouffier possédait  une bonne marge de sécurité (44’’9) sur le Belge de Skoda et 1’16’’9  sur Sarrazin … dorénavant 9’’2 devant le duo Delecour-Savignoni

Finalement, il concluait en beauté obtenant le huitième temps. Cette derniére spéciale revenant à Sarrazin.

Bryan remportait cette 79éme édition du Monte Carl

Au final, Bouffier précéde la Skoda de Freddy Loix de 32’’5, a seconde Peugeot ‘’ officielle ‘’ de Stéphane Sarrazin de 51’’9

Suivent encore deux autres Peugeot, celle du Team Kronos de l’Anglais Guy Wilks et celle de l’équipe Enjolras, confiée au duo François Delecour-Dominique Savignoni qui finissent respectivement à 1’19’’7 et 1’22’’

Gilles Gaignault
Photos : Gilles Vitry

AMBIANCE DE … FEU AU SOMMET DU TURINI !!!!

Sport

About Author

admin

Leave a Reply