DAKAR 2011 : LES DAUPHINS COMA ET AL ATTIYAH VAINQUEURS DU JOUR

Troisième étape : Tucuman – Jujuy
Liaison
(autos et motos) : 231 km
(Camions) : 408 km
Spéciale moto : 521 km
Spéciale auto : 500 km
Spéciale camion : 226 km
Distance de l’étape :
Motos : 752 km
Autos : 731 km
Camions : 634 km
Distance totale parcourue depuis Buenos Aires
Motos : 2627 km
Autos : 2660 km
Camions : 2563 km

Cette troisième étape nous menait jusqu’à San Salvador de Jujuy. Localité du nord- est de l’Argentine et située au pied de la fameuse et mondialement réputée Cordillère des Andes.

Laquelle sera franchie par la caravane du Dakar au cours de l’étape qui nous attend ce mercredi entre San Salvador de Jujuy et Calama au Chili.

Cordillère que les concurrents franchiront au Paso de Jama et ce précisons-le tout de même à… 4800 mètres d’altitude !

Soit chez nous en France la hauteur du sommet du non moins mondialement connu, Mont-Blanc…

Pour parvenir et progresser vers San Salvador de Jujuy, la spéciale du jour était divisée en deux tronçons séparés par une portion neutralisée.

Sur la première partie, les motards faisaient à nouveau piste à part pour une plongée dans des canyons désertiques ou le rouge du sable et des à-pics s’imposait comme la douleur dominante.

Le contraste était ensuite saisissant à l’entrée immédiate du second secteur chronométré : Les pistes redevenant en terre avant que les motos et les autos ne s’engagent et s’enfoncent dans une superbe forêt verte.

Les camions étaient eux dispensés de cet exercice trop menaçant pour les pare-brises des cabines penchées à hauteur des branches

PREMIERE VICTOIRE POUR MARC COMA

Si Cyril Despres avait brillament débuté son Dakar remportanbt les deux premiéres spéciales, dont l’une à la suite de la stupide pénalité que s’est vu infligé son porteur d’eau Ruben Faria, lequel roulait un poil trop vite à l’entrée d’un secteur ou la vitesse était volontairement limitée à cause de la population, ce mardi Marc Coma, s’est enfin montré le plus rapide couvrant la spéciale en 4 h18’55’’.

Laissant le leader, Cyril Despres à… 2’ 21’’.

Cela mérite d’écouter Cyril:

« Effectivement je perd du temps mais cela n’est pas un drame en soi. Mais en fait, je me suis engagé sur une mauvaise piste, le temps de m’en apercevoir et de retrouver la bonne, deux minutes en gros s’était écoulée. Rien de dramatique »

Du coup, la lutte qui oppose les deux fers de lance de l’imposante équipe KTM, se poursuit et ce mardi soir, après trois jours de course, l’écart qui les sépare n’est que de… quatorze infimes petites secondes.

Cela nous promet une formidable bagarre dans les jours à venir car les deux hommes qui ne s’apprécient guère, visent tous deux de gagner le Dakar.

Ou plutôt de le regagner, l’ayant déjà chacun remporté.

Le Français à trois reprises (2005-2007-2010) et l’Espagnol, deux fois (2006-2009)

Il est vrai que leurs deux plus sérieux adversaires, respectivement second et troisième l’an passé sont déjà relégués loin.

Et ce après trois étapes seulement…

Le Norvégien Ullevalseter, occupant ce soir une modeste pour lui, vingtième place, à 24’42’’.

Cependant que le Chilien ‘’ Chaleco ‘’ Fransisco  Lopez Contardo, considérablement retardé aujourd’hui, apparait maintenant à la  treizième place et ce à 13’51’’ déjà, tout de même !

Si Ullevalster semble dans une forme moins éclatante qu’il y a un an, par contre Chaleco a lui, été victime d’un incident rare ! 

Explications

Au km 126 de la spéciale, la belle Aprila stoppait net !

Après avoir inspecté sa machine, le Chilien découvrait que la connexion entre les deux réservoirs était brisée !

Donc, plus de peur que de mal, il s’agissait d’une panne d’essence…

Et ce très certainement à la suite d’une mauvaise pierre qui s’était probablement immiscé alors qu’il roulait à haute vitesse sur cette piste piégeuse à souhait.

Véritable ‘’ Star’’ dans son pays, ‘’ Chaleco ‘’ possède aussi bien sur, des supporters sur le sol Argentin et ce depuis ses exploits des deux premières éditions du Dakar, en Amérique du sud.

Et du coup, l’infortuné pilote Aprilia, parvenait assez rapidement, à se dépanner et à dénicher des fans qui lui faisaient le plein.

Hélas pour lui, le chronomètre continuait bien évidemment de tourner et il lâchait, selon ce qu’il nous déclarait à l’arrivée, une bonne dizaine de minutes, dans cette stupide affaire dont il se serait bien passé :

« Demain on entre au Chili et croyez- moi, vous allez à nouveau entendre parler de Chaleco mais côté sportif cette fois. »

Preuve que Chaleco n’a pas perdu espoir de briller sur ce Dakar.

Il est vrai que la course ne fait que commencer et qu’on va arriver dans le redouté et redoutable désert de l’Atacama avec ses cordons de dunes vertigineuses et qui n’ont rien, absolument rien, à envier aux plus majestueuses des dunes Africaines !

Ce mardi soir, le classement provisoire est donc le suivant.

En tête, Despres suivi à 14’’ de Coma, à 9’38’’ de son lieutenant le Portugais  Faria, d’un autre Portugais, Goncalves, à 10’43 et du Brésilien Rodriguez, cinquième à 15’07’’.

Suivent le Français de Yamaha, Olivier Pain, à 16’21’ et donc Chaleco, qui rétrograde ce soir en septième position, à 18’21’’ de Despres.

AL ATTIYAH  DEVANCE SAINZ

On l’attendait depuis Buenos Aires. Il gagne l’étape du jour.

Il ?

Yasser Al Attiayh pardi, le Qatari du Team VW.

Dominé lors des deux premières étapes, le second de l’édition 2010 du Dakar qui a clairement annoncé qu’il visait cette année à son tour la victoire, remporte cette troisième spéciale.

Il précède de peu, le leader Carlos Sainz, second mais qui ne lâche seulement que …vingt cinq secondes.

Et la BMW de Peterhansel troisième à cinquante neuf secondes

Derrière on pointe le Polonais, Holowczyc de BMW, à cinq minutes trente.

Le vainqueur du Dakar 2009, le Sud africain, Giniel de Villiers, prend la cinquième place au volant de sa VW, à cinq minutes cinquante trois.

Devançant dans l’ordre le quatrième Touareg de l’Américain Miller, qui concède neuf minutes trente cinq, l’Argentin Terranova sur la troisième des BMW.

Le ‘’ Top 10 ‘’ est complété par la dernière des BMW, celle du vainqueur de la Coupe du Monde des Rallyes-raid, le Russe Novitskiy, à dix minutes vingt sept, la Mini de Guerlain Chicherit qui poursuit sa lente remontée après ses pépins mécaniques de la première journée, neuvième, à treize vingt six et la Mitsu du Brésilien Spinelli à dix huit minutes et vingt secondes.

Nani Roma finit onzième et l’ancien Champion du monde de moto en endurance, Christian Lavieille au volant du Nissan du Team Dessoude, quatorzième, à  vingt quatre minutes et huit secondes.

Au général provisoire, Carlos Sainz conserve le commandement avec trois minutes trente quatre d’avance sur Al Attiyah, quatre dix neuf sur Stéphane Peterhansel .

Ces trois-là qui se retrouvent chaque jour aux trois premières places ont déjà fait le trou et creusés les écarts

Le quatrième, Giniel de Villiers se retrouve déjà à … seize minutes cinquante sept.

Le cinquième, Holowczyc accusant lui, vingt et une minutes et quarante neuf secondes.

KAMAZ ENCORE ET TOUJOURS

Chez les camions, nouveau succès du Russe Chagin qui devance son partenaire Semen Kabirov de six minutes quarante cinq.pépin dont il se serait bien passé 

Le Tatra du Tchèque Loprais arrive troisième, cinq petites secondes derrière le camion Tchèque

Au général, ce trio occupe les trois premières places et dans le même ordre.

Wladimir Chagin possédant  six minutes vingt trois et six minutes trente sept d’avance sur ses deux poursuivants

Dans cette catégorie des camions, hélas un terrible accident est survenu ce mardi.

En effet, malheureusement le Tatra, numéro 525 a été victime d’un accident au km 52 du premier secteur sélectif de cette troisième étape, dans lequel le pilote Martin Kolomy et l’un de ses deux co- pilotes, Jaroslav Lamac, ont été sérieusement blessés.

Ils ont été immédiatement pris en charge par les médecins du Rallye, dépêchés sur place, à bord de deux hélicoptères médicalisés.

Martin Kolomy souffre d’une contusion rachidienne sans troubles neurologiques initialement et d’une contusion abdominale à explorer.

Jaroslav Lamac, présente lui, un traumatisme rachodien avec quelques signes neurologiques.

Les deux concurrents sont cependant conscients et leur pronostic vital n’est pas engagé.

Aux dernières nouvelles, les pilotes se trouvent toujours à l’hôpital de Salta. Kolomy ne présente pas d’inquiétude particulière cependant que Jaroslav Lamac pour lequel la fracture du rachis a bien été confirmée est actuellement en cours d’opération chirurgicale

Cette nuit – il sera huit heures du matin en France – nous quittons l’Argentine pour découvrir le Chili.

Ou l’accueil et l’ambiance, si l’on en croit nos confrères de Santiago, s’annonce au moins aussi imposante que la formidable ferveur et la liesse populaire qui nous a accompagné ces trois jours, depuis l’envol de Buenos Aires.

Buenos Aires ou rappelons- le, plus d’un millions de fans avaient assistés au départ du troisième Dakar  » Sud Am  »

Gilles Gaignault
Photos : Alessandro Capoccia – ASO DPPI – Red Bull

Sport

About Author

admin

Leave a Reply