DAKAR 2011 : EN ROUTE POUR UNE NOUVELLE ET FORMIDABLE AVENTURE SPORTIVE ET HUMAINE…

Pour la troisième année consécutive, le Dakar  demeure ‘’ exotique ‘’ et s’enracine sur le continent Sud Américain.

En effet, en ce 1er janvier 2011, l’imposante caravane va s’élancer à nouveau depuis la Capitale Argentine, Buenos Aires, pour la 33éme édition de l’épreuve, inventée jadis par le regretté Thierry Sabine, disparu on s’en souvient dans le crash de son hélicoptère, le 14 janvier 1986.

On le sait tous, suite à l’annulation de l’édition 2008, laquelle devait partir depuis la Capitale Portugaise, Lisbonne et ce suite à d’insolubles problèmes de sécurité, entièrement liés à ces éternels spasmes géopolitiques qui secouent depuis plusieurs décennies l’Afrique, le Dakar a trouvé refuge en Amérique du sud !

En Argentine et au Chili, ou il connait, reconnaissons – le, un succès populaire sans précédent !!!

Pour mémoire, ces deux dernières années, plus d’un million de fans, était accouru le jour de l’an et ce pour assister au départ de l’épreuve, archi médiatisée ici sur place, à Buenos Aires ou elle fait encore et toujours …REVER
 

Comme en France, lors des Dakar d’antan ou le jour des départs, que ce soit sur l’Esplanade du Trocadéro, Place de la Concorde, devant les Châteaux de Vincennes ou de Versailles, le Dakar était un  réel ‘’ EVENEMENT ‘’ qui savait en ce temps-là, attirer ce million de passionnés

Il faut vivre avec son temps et si en France, l’épreuve s’est usée au fil du temps, des éditions et des années, par contre sous les tropiques, il conserve toute son aura et son formidable prestige.

Mieux même…

A preuve ce vendredi matin, alors que le thermomètre affichait déjà… 35° et que nous rejoignions, en compagnie de mon excellent confrère, Christian Bex de France Info, la queue pour assister à l’ultime journée des vérifications techniques dans le Parc de La Rural, atteignait déjà, plus de … 500 mètres !!!

Comme pour une grande exposition de Monet, Rodin ou Picasso, au Grand Palais, à Paris !!!

C’est dire le formidable et incroyable engouement du Dakar ‘’ sauce Sud Am ‘’

D’ailleurs si les pistes Africaines semblent toujours interdites dans un futur proche et immédiat, c’est-à-dire pour l’édition 2012 et ce même si actuellement une autre épreuve dénommée Africa Eco race s’y déroule – dont autonewsinfo avec Jean Louis Bernardelli vous conte quotidiennement le déroulement – celle-ci ne connait malheureusement pour ses participants, nullement la renommée et le prestige du Grand Dakar.

Lequel médiatiquement parlant est une formidable ‘’ caisse de résonnance ‘’ Internationale au cas, ou…

D’où désormais, l’organisation par nos amis d’ASO qui lui ont offert et trouvé un nouveau terrain de jeu, le continent Sud Américain.

Beaucoup plus stable, calme et paisible… que les pistes Algériennes, Maliennes, Nigériennes ou Mauritaniennes.

Celles qui firent jadis, la gloire de l’épreuve qu’était le Paris-Dakar, devenu le ‘’ Dakar ‘

A la veille du départ, Etienne Lavigne ‘’ The ‘’ Big boss sur le terrain, ou il excelle depuis tant d’années, nous a lâché:

« Pour l’avenir, nous ne nous interdisons rien, absolument rien. »

Et de préciser:

« Il ne manque effectivement pas de terrain de jeu, A commencer par l’Am sud. Outre l’Argentine et le Chili, nous sommes sollicités par le Brésil, le Pérou, la Bolivie, le Paraguay.»

Et, l’ami Etienne de poursuivre:

« Mais nous pouvons aussi nous retrouver dans le Golfe persique et qui sait pourquoi pas en Inde ou même pourquoi pas encore plus loin, en Australie »

Mais cela ne signifie nullement que le Dakar ne restera pas ou il a trouvé refuge, il y a de cela maintenant plus de deux ans.

En effet, il ne se trouve que des défenseurs parmi les nombreux concurrents pour vouloir poursuivre l’aventure ici.

A commencer par tous les services marketing des grandes firmes impliquées dans la course comme BMW, VW ou Nissan, en autos. Car le marché local en Am sud est plus qu’intéressant et en plein développement !

Ceci explique donc cela !!!

Sans parler des autorités locales, ravies de l’impact inouï que connait ce Dakar, chez eux !

Cette année, 51 nationalités y sont représentées sur les 430 concurrents

Le Dakar n’est donc plus une épreuve typiquement Française…
Bien au contraire, la course s’est, année après année, internationalisée.

A titre d’exemple, Fred Lequien, bras droit d’Etienne Lavigne nous précise :

« 30% du plateau est Français contre… 70% encore, il y a de cela six ans (édition 2004)

Chiffres qui font dire à Etienne Lavigne :

« En, changeant de continent, le Dakar s’est trouvé un nouveau souffle, une seconde jeunesse »

Et c’est vrai que l’année dernière, on se serait cru parfois, aussi bien au départ  sur la célèbre Avenue du 9 juillet – les Champs Elysées de Buenos Aires – au sommet des plus majestueux cols Pyrénéens ou Alpîns dans le Tour de France, comme le Galibier, l’Izoard ou le Tourmalet

Cet engouement n’étonne pas ici. Ainsi des amis Argentins de la F1 et retrouvés par hasard dans un restaurant de Buenos Aires de nous lâcher :

«  Tu sais ici il y a le football mais aussi l’automobile. Ces deux sports sont magiques et cela explique naturellement l’engouement pour votre Rallye Dakar »

Et de conclure :

« Le Dakar en cette fin d’année devient un sujet permanent de conversation, ici en Argentine ou on connait tout par nos media, de Peterhansel, Sainz, Despres ou Coma »

Ici en Am sud, tous ces pilotes sont de véritables Stars, à l’image des Champions de Foot ou de F1 !!!

Nous terminerons en vous fournissant des chiffres.

Selon des études réalisées par le Ministère du Tourisme Argentin, les retombées économiques du Dakar, atteindraient la somme colossale s’il en est de… 170 millions de dollars pour la précédente édition en 2010.

On comprend pourquoi Buenos Aires et l’Argentine veulent conserver ‘’ leur ‘’ Dakar !

A TOUT PRIX

C’est très certainement la raison pour laquelle, ce vendredi, Etienne Lavigne et son staff directorial, était convié à déjeuner par le Ministre du Tourisme Argentin, Carlos Enrique Meyer….

Gilles Gaignault
Photos : ASO – Joe Cotello – Teams – Red Bull

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply