FREE STYLE A GENEVE : JOYEUX NOEL !

  

C’est notre cadeau de Noël aux lecteurs, en remerciement de leur fidélité et de leur enthousiasme. Cette idée de cadeau a germé au Supercross de Genève, endroit et surtout public unique au monde par son enthousiasme délirant et son envie de faire la fête. Un bruit infernal, 20 000 paires de pieds se déchaînent sur les gradins, (en Suisse, c’est du solide) en plus des hurlements habituels, Edgar Torronteras a ouvert la séance, lui qui a été le premier à emmener les foules  dans son délire esthétique et sportif avec cette spécialité. Puis ses petits camarades enchaînent.

Lecteur, tu ne peux même pas imaginer le bruit dans l’arène. En revanche, voici quelques images qui vont  te donner envie de hurler toi aussi…

INHUMAINS !

Il ya quelques années, Torronteras avait un fantasme. Il gagnait alors tous les concours de free style (à l’applaudimètre, bien entendu, à Bercy, Charles Krajka tenait le sonomètre et me passait les chiffres effarants de décibels).

Outre sa spécialité « El Cordobes », son fantasme était de tout lâcher, à 12 mètres de haut, de ne plus tenir la moto par quoi que ce soit, et de se remettre en selle élégamment pour retomber en léchant la rampe de réception.

Ce qui deviendra le fameux « nothing ». Une oeuvre d’art. Aujourd’hui bien sûr, ce fantasme est devenu un classique de base chez les riders. 

Puis, un jour, Mat Rebeaud, un free-styler suisse de Payerne, un vrai surdoué, a passé son premier back flip. De mémoire, c’était à Genève. Autrement dit saut périlleux par l’arrière. Un triomphe. Aujourd’hui, les 6 ou 8 pilotes engagés vont effectuer cette figure en paquet, deux par deux, sur des rampes parallèles, à 20 mètres l’un de l’autre.

Torronteras était à Genève, Rebeaud aussi. Avec André Villa, Tom Pagès, Dany Torres, Taka Higashano.

Ils ont vraiment été, c’est le cas de le dire, à la hauteur ! J’ai vu dans ma carrière beaucoup de choses qui font peur (je n’ai toujours pas compris par exemple comment un pilote de GP arrive à rester en selle, mais c’est pour ça que j’adore ce milieu) mais sur ces démos de free style à Genève, j’ai parfois eu peur. Très peur.

Alors, une figure de style s’appelle un « trick ». Elles ont toutes un nom, en général aussi romantique que signifiant.

Par exemple, Nothing, Superman trick, El Cordobès, Saran Wrap, Catwalk Disco, CanCan, (le Nac Nac est donc le contraire du Can Can) le Coffin (cercueil) ,Cliffhanger, Stale fish, Double Candy Bar, Barhop Indian air, Rock solid, Tsunami, Air walk, Back Flip, ces figures pouvant être doublées auquel cas elles s’appellent « double », prononcer « dobeul », ainsi , il y a peu, Travis Patrana a-t-il réussi à faire un double back flip, double saut périlleux arrière, et Chuck Carothers a effectué à Prague un back flip simple mais au guidon d’une moto de route de 250 kg, un roadster  Harley 1200 XR ! Oui, nous sommes dans un monde de dingues. Bienvenue au paradis de l’enfer !

FREE

Cela fait toujours marrer Hubert Desblés, mon vieux complice avec qui nous avons animé les plus grosses organisations de SX d’Europe, quand je dis que le problème dans le free style, c’est le mot free…

Parce que ces garçons, il ne faut pas les lâcher, sinon, ils mettent à bas la plus belle des organisations, fût-elle helvète ! Et miracle, ils se sont organisés. Le spectacle gagne en fluidité et aussi en intensité. Démentiel, il n’y a pas d’autre mot. Vous en avez la preuve en images, faute de son.

FAMILLE

Ici vient la belle et triste histoire de la famille Pagès. (Leur site s’appelle Brother’s Trip). Charles et Tom sont tous deux riders.

A Genève, les parents de Charles Pagès sont venus me remercierd’avoir dit un mot sur leur fils Charles, blessé à Bercy dans un saut.

Leur second fils, Tom, était lui sur la piste de Genève, avec un tee-shirt dédié à son frangin. Avec une idée en tête, faire un truc de folie pour faire un doigt au destin. Ce truc s’appelle la volte. Contrairement aux autres sauts, la moto reste bien droite et le pilote en selle.

Mais pendant le saut, le pilote en question va pivoter de 360 ° sur ses cale-pieds, autrement dit se retourner, comme s’il pilotait à l’envers, puis revenir en position de conduite pour l’atterrissage. C’est tellement intense et la foule part en délire (en orgasme ?) dans la demi-seconde.

Et Tom l’a fait. Le vendredi et le samedi.

Sous les yeux de ses parents. Pauvres parents. Je me rends compte aujourd’hui pourquoi mes propres parents m’avaient interdit la mob et donc la moto, déclenchant d’ailleurs une telle envie que plus tard, j’en ai fait mon métier !

Parents Pagès, je vous admire. Mais quelle belle histoire. Parce que la volte, Tom l’a faite parfaitement. Nous n’avons pas de photo de ces voltes, mais en voici une, prise sur un spectacle de free style Red Bull. Sublime !

Et d’une élégance totale.

J’oublie le cadeau spécial Genève. Un groupe d’anglaises totalement allumées, c’est le cas de le dire, qui s’appellent les Fuel Girls.

Elles crachent du feu en tenue assez suggestive, elles bougent bien, ce qui va absolument avec le free style.

Pour terminer, Red Bull, qui organise des free style dans des endroits prestigieux (la Place Rouge de Moscou, les Pyramides du Caire) nous offre quelques belles photos

Merci à eux. Ils ont des pilotes à l’année. On peut leur faire confiance sur le casting ! 

Matt Rebeaud (Suisse)- Levi Sherwood (USA) – Robbie Maddison (Australie) – Ronnie Renner (USA) – Travis Pastrana (USA) – Coury Lance (USA).

En guise de cerise sur ce gâteau de Noël, voici quelques liens vers des vidéos assez démentielles. J

Joyeux et Bonne à tous !

Jean Louis Bernardelli

Photos : Redbull et DPO- Honthaas pictures 2010 

Episode 1
http://www.redbull.fr/cs/Satellite/fr_FR/Video/My-Way-la-vie-de-Mat-Rebeaud-1-021242879898983
Episode 2
http://www.redbull.fr/cs/Satellite/fr_FR/Video/My-Way—la-vie-de-Mat-Rebeaud-%232-021242879899236
Episode 3
http://www.redbull.com/cs/Satellite/en_INT/Video/My-Way—The-Life-of-Mat-Rebeaud—Ep.3-021242902671428
Episode 4
http://www.redbull.com/cs/Satellite/en_INT/Video/My-Way—The-Life-of-Mat-Rebeaud—Ep.4-021242920968891

Moto Motocross

About Author

gilles

Leave a Reply