RALLYE DU VAR : STATU QUO- BOUFFIER ASSURE SON TITRE MALGRE LA PRESSION DE ROBERT TOUJOURS LEADER

A l’issue de la seconde journée de ce Rallye du Var, huitième et dernière manche du Championnat de France des Rallyes 2010 et décisive pour l’attribution du titre national, c’est le statu quo comme la veille vendredi soir, au terme de la première des trois étapes !

En effet, si Cédric Robert devance toujours Brice Tirabassi et Bryan Bouffier, à l’arrivée du second passage dans la longue spéciale de Collobrières, la huitième et ultime de ce samedi, cela ne lui suffit pas pour s’assurer de devenir dimanche, en fin de matinée, CHAMPION de France.

Aprés les huit spéciales déjà courues et alors qu’il n’en reste plus que trois à parcourir  (La Garde Freinet – Vidauban 2 et Collobrières 3), le classement général enregistré vendredi soir, est donc conforté au terme de cette deuxième étape, avec dans l’ordre, la Peugeot 307 WRC de Cédric Robert, 1’22’’1 devant la Subaru Impreza de Brice Tirabassi et 2’40’’4 devant la Peugeot 207 S2000 de Bryan Bouffier.

Mais si la victoire dans le Var semble acquise à Robert, cette première place de Cédric, reste encore insuffisante face à la troisième place de Bryan Bouffier, dans l’optique du titre, car si l’on devait en rester sur ces positions, le titre de CHAMPION de France, reviendrait au pilote de la Peugeot 207 Super 2000.

Au vu des deux premières journées, Bryan Bouffier est donc virtuellement sacré, car on le voit mal perdre lors des trois spéciales encore au menu, sa belle troisième place.

Il est vrai qu’il possède une petite marge de sécurité (35’’) face à son suivant immédiat, lequel n’est autre qu’un pilote ‘’ officiel’’ … Peugeot, le pilote d’endurance Stéphane Sarrazin, actuel quatrième à 3’5’’04

Par conséquent, on voit mal l’Alésois aller chercher un équipier en route vers le titre de CHAMPION de France !!!

Et comme le cinquième qui accuse lui, 4’7’’5 n’est pas un spécialiste des rallyes mais un pilote de circuit, le Polonais de l’équipe Renault F1, Robert Kubica, on peut logiquement considérer que le plus dur est fait pour Bouffier, ce samedi soir.

Kubica et sa Clio Super 1600, étonnant sur les routes sinueuses et grasses à souhait qui se permet le luxe s’il en est, de devancer quelques grands spécialistes de la discipline.

A commencer par le pilote ‘’ semi – officiel ‘’ Renault, Manu Guigou, sixième au volant de sa Clio R3, à 5’49’’9 !

Et surtout Sébastien Ogier, victorieux cette année de deux Rallyes du Championnat du Monde (Portugal et Japon) et quatrième de ce mondial 2010 et seulement septième avec la toute nouvelle DS3 R3, à 6 ‘6’’6, ce samedi soir à Ste Maxime.

Une journée à oublier pour Julien Maurin, qui alors qu’il figurait à la sixième place, a hélas perdu la bagatelle de … onze minutes, à l’arrivée de la septième spéciale, celle de Vidauban, quand il s’est bêtement posé sur un talus.

Dommage pour lui car ce Rallye du Var qui connait un engouement populaire énorme, à l’endroit de sa bévue, il ne s’est incroyablement trouvé aucun spectateur, pour l’aider à se sortir de cette situation des plus inconfortables !

Résultat ?

Onze minutes de perdues… et envolée sa belle sixième position car la Ford Fiesta S2000 du Team EMAP-YACCO, a plongé et dégringolé dans les profondeurs du classement.

 
Tout ce joli monde racontait sa journée, au parc d’assistance de Grimaud. Avant de regagner en début de soirée, le parc de regroupement sur le port de Sainte Maxime.

Ainsi, Cedric Robert qui lâchait:

« Les routes étaient très glissantes. Je n’avais pas les bons pneus dans la spéciale du Canadel (ES6) Sur ces routes mouillées ce n’est pas top »

Son challenger qui semble déjà sur orbite pour décrocher la timbale, Bryan Bouffier expliquait, lui:

« Je n’ai pas pris de risques inutiles. Ce n’était pas facile. J’ai préféré reste sage »

Un peu plus tôt, il avait indiqué à l’arrivée de la spéciale de Bormes les Mimosas (ES5):

« J’ai des douleurs au ventre » !!!

Etait- ce, le stress ???

A l’écart des deux hommes en bagarre pour devenir dimanche CHAMPION de France et succéder au palmarès à Guillaume Canivenq, ouvreur ici avec la Mégane RS ‘’00’’ , Brice Tirabassi expliquait:

« Nous avons bien roulé même si c’était un peu glissant »

Ce dimanche, soixante seize kilomètres, à parcourir en spéciale, restent au menu.

Tout peut encore se jouer et la course basculer car la météo annonce de grosses averses et même peut-être aussi également de la neige…

Mais Bouffier a une certaine marge, laquelle peut lui permettre d’assurer et de voir venir !

Une seule certitude.

Ce dimanche matin en s’élançant pour cet ultime rush, Cédric Robert, n’est pas seul maitre de son destin…

Gilles Gaignault
Photos : Gilles Vitry

LA DS3 DE SEB OGIER

TOUJOURS EFFICACES NOS AMIS BENEVOLES

Sport

About Author

admin

Leave a Reply