WTCC : YVAN MULLER MERITE SON SECOND TITRE MONDIAL !!!

 

YVAN MULLER DE NOUVEAU SACRE CHAMPION DU MONDE

Finalement  et à sa grande surprise, couronné – sur tapis vertCHAMPION du Monde pour la seconde fois de sa carrière, avant l’ultime rendez-vous ce week-end dans les rues, sinueuses à souhait, du Grand Prix de Macao, le pilote Français de Chevrolet, l’Alsacien Yvan Muller, n’en mérite pas moins pour autant ce second titre !

En témoigne son brillant parcours ces quatre dernières années dans ce Championnat WTCC (World Touring Championship Cars) autrement dit, Championnat du monde des voitures de tourisme.

Qu’on en juge !

2007 : Vice Champion du Monde

2008 : CHAMPION du Monde

2009 : Vice champion du Monde

2010 : CHAMPION du Monde

Certes, le déclassement des deux BMW  du Britannique Andy Priaulx et du Brésilien, Augusto Farfus, jugées non conformes (voir notre précédent article en pièce- jointe) lors de la dernière course courue au Japon à Okayama par les commissaires sportifs de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) lui ‘’ offre ‘’ ce titre avec quelques jours d’avance

Effectivement, puisqu’à la veille d’effectuer ses premiers tours de roue dans le dédale des rues tortueuses de l’Ile de Macao, ancienne colonie Portugaise, Muller est donc déjà sacré, son avance étant trop importante pour que Priaulx et même Tarquini, le rattrapent.

Car même en cas de Grand chelem, c’est-à-dire si Yvan venait à abandonner dans les deux manches et que l’un ou l’autre de l’Anglais ou de l’Italien vienne à remporter les deux courses, ils ne pourraient ni l’un ni l’autre, ni le rattraper ni le dépasser.

Néanmoins, malgré ce titre gagné sur …’’ tapis vert’’, ce qui n’est jamais agréable, cela ne retire en rien, le mérite du pilote Chevrolet.

Celui-ci a une fois encore, une fois de plus – la quatrième de suite –  réalisé une saison parfaite.

Pour preuve.

Malgré ce ‘’ TITRE’’ qui lui est tombé dessus en pleine semaine alors qu’il arrivait en Asie à Hong Kong, Yvan avait les plus grandes chances pour ne pas dire toutes ses chances de le glaner, lors du meeting, à Macao, sa confortable avance (37 points) lui permettant de voir venir et ce sans prendre trop de risques.

Ce qui est toujours un énorme avantage lorsqu’on joue un titre mondial qui plus est dans  »l’Enfer de Macao », le tracé étant tellement dangereux et piégeux.

Yvan Muller a donc décroché, ce mercredi 17 novembre, sa deuxième couronne mondiale et ce avant ce rendez-vous de Macao.

Dernier round du WTCC ou le titre s’est d’ailleurs curieusement toujours joué ces derniéres années…

Sauf que cette fois-ci avec un score avantageux de 37 points d’avance sur ses adversaires encore capables de le détronner, Muller semblait déjà paré.

La décision de la Cour d’Appel de la FIA, sanctionnant BMW et donc son pilote Andy Priaulx, dernier pilote encore en mesure de déposséder le Français d’un nouveau sacre, a mis prématurément fin au possible suspense.

Il était intéressant de connaitre la réaction de notre ami Yvan, en débarquant en Asie.

« Nous savions que l’appel avait été examiné vendredi dernier mais nous attendions les résultats de la FIA. Je les ai connu dans la nuit de mardi à mercredi. Très tôt, je me suis réveillé et je me suis connecté sur internet. C’est ainsi que j’ai découvert la décision de la Cour d’Appel et appris que j’étais titré ! Mais bon, cela fait dix courses que je me bats pour ce titre. Depuis la première manche à Curitiba, je suis en tête du Mondial et j’ai progressivement, course après course, augmenté mon avance. Avant d’arriver à Macao, j’avais déjà 37 points d’avance et sauf retournement de situation, je me trouvais dans la situation idéale pour décrocher mon second titre. Le résultat était pratiquement acquis ».

Débarrassé de l’inévitable pression et aussi de l’angoisse que l’on ressent sur ce tracé dantesque car plutôt piégeux, dans quel état d’esprit se présente – t’il, vu que le titre est déjà dans la poche ?

« C’est vrai que la tension est retombée mais il y a encore le titre Constructeurs à décrocher pour Chevrolet. Je ne sais pas encore dans quel état d’esprit je vais aborder les deux courses. Nous verrons au fur et à mesure que le week-end avance. Pour l’heure, le contrat est rempli, ma mission accomplie. Ce qui est sûr, c’est que je ne vais pas prendre de risques inconsidérés. Je vais tâcher de finir sur une bonne note. »

Possédant cette avance plus que confortable de 37 a t’il douté du résultat final ?

« A partir du moment où, mathématiquement, c’est encore jouable pour les autres, il faut rester concentrer. Si on en était resté là, Andy Priaulx aurait du finir une fois premier et une fois quatrième à Macao et dans le même temps, il lui fallait tabler sur le fait que je ne marque pas de points pour espérer redevenir Champion du monde, il le fut à trois reprises en 2004,2005 et 2006. Maintenant, il est certain que la donne est complètement différente. Mais je mérite ce titre car j’ai signé de bons résultats toute la saison pour être couronné. Sur les vingt courses disputées, j’ai scoré des points dix huit fois. Je suis le seul à avoir réussi cela. Et, je suis monté sur le podium treize fois. »

D’être le plus régulier de tous, était-ce la bonne stratégie cette année ?

« Dès le début de la saison, je me suis concentré sur le Championnat. J’ai assurer quand il le fallait et empocher de précieux points au fil des courses. J’ai certainement bénéficié d’un peu de chance et de réussite mais il en faut. On l’a bien vu dimanche dernier avec Sebastian Vettel, à Abu Dhabi en Formule 1. La réussite fait partie de la course. »

Quel souvenir garde t’il de cette saison 2010 ?

« Je pense à la première à Curitiba au Brésil. Pour mes débuts avec ma nouvelle équipe, Chevrolet, je fais la pole position et dans la foulée gagne la première manche. Ce résultat m’a marqué, c’est évident. J’arrivais de plusieurs saisons avec Seat et me voila déjà victorieux au sein d’une nouvelle équipe. C’était génial »

Quel sentiment, ressent t’on d’offrir des sa première saison le titre à une nouvelle équipe ?

« S’imposer et redevenir Champion du Monde avec une seconde marque Chevrolet après l’avoir été  avec Seat en 2008, c’est fort. Je suis le premier à y parvenir et je suis plutôt fier car c’est pas loin d’étre facile. Néanmoins cela fait plusieurs saisons que je pilote au plus haut niveau. Et cela fait maintenant quatre ans d’affilée que je me bats pour le titre mondial WTCC en fin de saison. Et et cela fait quatre ans que je termine soit Champion du Monde, soit Vice-champion ! »

Et quelle différence a-t-il trouvé, entre les équipes Chevrolet  et Seat ?

« Enormément de choses changent. Rien qu’au niveau de la culture. D’un côté, il y a les anglo-saxons et de l’autre, ils étaient espagnols.»

Un exemple ?

« La façon de vivre n’est pas la même. Par exemple, chez les uns, on dine à 18 heures. Alors que chez Seat, c’était vers 22 heures ! Dans leur manière de travailler aussi, c’est totalement différent. Mais chez les deux l’objectif restait rigoureusement le même : Gagner ! »

Son but en 2011 sera-t-il de remporter un troisième titre et ainsi d’égaler les trois titres mondiaux d’Andy Priaulx (2004-2005-2006)? 

« Egaler le record d’Andy Priaulx, je n’y pense pas encore. Je ne suis pas dans cette optique là. J’attaquerais une nouvelle saison et je verrais comment cela se déroule. Je procède toujours ainsi et au vu de mes performances, on peut en déduire que cela se passe plutôt bien. »

Comme on le constate, Yvan Muller est un homme heureux du devoir accompli.

Et le connaissant bien, nous ne serions pas étonné, le titre déjà acquis, qu’il nous gratifie d’une sortie ROYALE !!!

C’est bien dans son tempérament de courir… pour gagner.

Et Macao, il connait…

N’est-ce pas là-bas, au sud de la baie de Hong Kong, qu’il décrocha le 16 novembre 2008, son premier titre mondial !!!

Gilles Gaignault
Photos : Teams

NOTRE ARTICLE ANNONCANT LE COURONNEMENT

http://www.autonewsinfo.com/index.php?option=com_content&task=view&id=6253&Itemid=48

DIMANCHE 16 NOVEMBRE 2008 A MACAO

WTCC

About Author

admin

Leave a Reply