AUX ISDE, CHAMPIONNAT DU MONDE D’ENDURO, LA FRANCE FAIT (PRESQUE) LA TOTALE

Les ISDE, qui signifient International Six Days Enduro, se déroulent chaque année, à l’image du Motocross des Nations, dans un pays différent. Les pays s’y opposent par équipes et on y trouve également un classement individuel dans quatre catégories.

Cette année, c’est le Mexique. Et c’est simple, l’équipe de France a (presque) tout gagné.

Le Trophée par équipes masculin, le féminin et les quatre titres individuels ! Dans le Trophée Junior, l’Equipe de France est quatrième.

QUE VIVA MEXICO MAIS PAS TOUT LE TEMPS

 Du Mexique, on connaît ou l’on imagine les fiestas le soir dans les cantinas. On sait aussi (merci Tintin) que ces pays d’Amérique du Sud ont une capacité singulière à faire soit la révolution soit à régler les menus problèmes en faisant intervenir les pistoleros.

 

A Morelia, ville autour de laquelle se sont déroulées les ISDE 2010, on a fait la fête toute la semaine.

Du sport de très haut niveau la journée, de l’ambiance et des mariachis le soir. C’est à la fin, nous y reviendrons, que les balles ont (vraiment !) sifflé.

Retour au sport.

QUE VIVA LOS FRANCESES

Les Françaises et Français y sont favoris, étant les vainqueurs de l’an dernier.

En fait, la victoire ici sera même la troisième d’affilée. Et ces ISDE existent depuis 100 ans !

C’est évidemment la course la plus prestigieuse au monde. Par équipes, on vise la victoire en Trophée.

Six pilotes prennent le départ, et c’est le drame absolu quand l’un d’eux abandonne, l’équipe est pratiquement hors course. Il ya quelques années, les pilotes Français venaient s’y faire tourner autour par les italiens et les polonais.

Et puis, grâce à des garçons comme Peterhansel et ceux de sa bande, l’histoire a changé de sens.
Aujourd’hui, en enduro, l’épouvantail est français !!!   

LOS MUCHACHOS DE FRANCIA

Avant de présenter nos garçons, un mot sur ce qu’est l’enduro. Comme sur un rallye type WRC on y trouve des parcours de liaison et des spéciales.

Sauf que les liaisons sont très techniques, horriblement difficiles, et que toute erreur au pointage coûte très cher. Car on est ici en tout-terrain.

Exclusivement. Les pilotes sont lâchés un par un, doivent être à l’heure (à la seconde près !) aux contrôles et la différence se fait ensuite en spéciales, parties où seul le chrono compte.

L’équipe masculine qui vise le Trophée est composée de Johnny Aubert, Antoine Méo, Nicolas Deparrois, Rodrig Thain, Sébastien Guillaume et Christophe Nambotin.

Son adversaire historique est l’Italie.

Et la France l’emporte de haute lutte.

L’Italie est un adversaire très costaud. L’enduro y est une sorte de sport national, en particulier dans son  » triangle d’or  » montagneux Milan-Bergame-Brescia, où se trouvent les usines, les pilotes, les accessoiristes.

L’une des bases de l’enduro italien est mondialement connue, il s’agit de San Pellegrino Terme !

Pourtant, la très forte équipe française, forte au guidon, forte dans sa tête, l’emporte !

L’équipe junior en revanche, qui a perdu du monde, finira derrière l’Espagne, la Suède et les USA.

 

LAS NINAS DE FRANCIA

Ludivine Puy, Audrey Rossat et Blandine Dufrêne ont elles aussi une réputation à tenir, le Trophée féminin n’existe que depuis cinq ans et il a été français en 2009 et aussi en 2008.

Dès le premier des six jours (réduits à cinq par les coups de flingue, je vous ai dit qu’on y revient…) les filles françaises devancent les girls américaines et les flickor (c’est du suédois, tu vois lecteur, tu apprends toujours quelque chose sur autonewsinfo !

On prononce « flicour, avec l’accent tonique sur le « fli ». Je pourrais faire ici un énorme jeu de mots en titrant par exemple, par référence aux pneus de moto tout terrain, que « Les tétines françaises dominent le monde !!! »

Mais je n’y pense même pas, ce serait forcément mal pris par les mauvaises langues…

Alors, bravo les filles, essayez de rester vivantes (on y arrive aux pistoleros) et bon retour chez nous.


Classement final
Trophée : 1. France ; 2. Italie; 3. Finlande
Féminin : 1. France ; 2. USA; 3. Suède
Junior :    1. Espagne ; 2. Suède; 3.USA; 4. France

 

RESULTADOS INDIVIDUAL…

On peut aussi gagner les ISDE à titre individuel. Quatre titres à gagner, quatre victoires françaises. Honneur aux dames, le titre féminin est pour Ludivine Puy, une habituée des podiums, qui a gagné plusieurs fois le Dakar en féminin, et plusieurs fois les ISDE à titre individuel et par équipes.

Difficile de faire mieux, chapeau bas ! Chez les garçons, trois titres en jeu.

La catégorie E1 concerne les motos de 100 à 125 cc deux temps et les motos de 175 à 250 cc quatre temps. Elle est gagnée par Antoine Méo (HVA). 

La catégorie E2 concerne les motos de 175 à 250 cc deux temps et les motos de 290 à 450 quatre temps. Elle est pour Johny Aubert (KTM)

La catégorie E3 regroupe les motos de 290 à 500cc deux temps et les motos de 475 à 650cc quatre temps. Victoire de Sébastien Guillaume (HVA)

A noter que Ludivine Puy et ses copains Champions du monde participeront samedi prochain au Masters Scorpion, organisé au pole mécanique d’Alès, sur lequel nous vous dirons tout dans un autre article à venir cette semaine.

(Garder le lecteur en haleine, la base du succès. Au fait et les coups de pétard dans les rues ? Ça vient, ça vient…)

Encore un mot sur l’avenir. L’an prochain, c’est en Finlande.

PAN ! PAN !

Au Mexique, c’est bien connu, (merci Sergio Leone) on passe son temps à faire sauter des banques et à sortir les calibres pour discuter au coin des maisons…

Sauf visiblement pendant les grands événements sportifs qui rassemblent comme la CARRERA PANAMERICA ou les ISDE !!!

Apparemment !

Si vous lisez autre chose qu’autonewsinfo, ce qui doit bien vous arriver de temps en temps, même si c’est impardonnable, vous savez que par les temps qui courent, le Mexique est en proie à une quasi guerre civile entre les forces de l’ordre et les trafiquants de drogue.

Comme en Colombie…

Rien de la sorte à Morelia, en tous cas en début de semaine, ni une semaine plus tôt lorsque Gilles Gaignault – rédac -chef et fondateur du site autonewsinfo – y est passé avec la caravane de la PANAMERICAINE..

Ce dimanche, devait donc avoir lieu à une trentaine de km de la ville, pardon de la ciudad, le motocross final qui termine traditionnellement les ISDE.

Sauf que…

Vendredi, loin de là, la police mexicaine descend un trafiquant. Pas de quoi avoir peur, c’est loin dans le nord du pays…

 

Sauf que du coup les narcos se sont rebellés un peu partout et que près de Morelia, on fait aussi, si j’ose dire, bombance !!!

On brûle des stations d’essence, on bloque des routes, on attaque des fourgons de militaires, on met de l’ambiance quoi…

 Alors forcément les organisateurs se sont dit que larguer une centaine de coureurs dans la pampa, ça pouvait faire désordre.

Pas de motocross final, les festivités assez réduites à l’intérieur des camions d’assistance et une appellation spécifique de l’épreuve pour cette année.

« Las ICDE », autrement les « Internationales Cinco Dias de Enduro » !

Les Cinq Jours !

Et ça, c’est une vraie…’’révolucion’’ !

Jean Louis Bernardelli
Photos : Free enduro – Chris Toolenduro.com

Moto Motocross

About Author

admin

Leave a Reply