MOTOGP : VALENTINO ROSSI EN HIVER: « IL DOTTORE » CHEZ « I DOTTORI » …

 

En effet, Rossi va passer une partie de l’hiver chez les médecins !

Mais avant, il va faire encore un peu de moto.
Un GP à Valence et deux jours après, deux jours d’essai sur les actuelles Ducati de Casey Stoner.
Pourquoi prendre tant de risques alors que d’une part, il ne peut plus être Champion du monde, le titre appartient déjà à Lorenzo depuis deux épreuves, et que d’autre part, l’année 2011 ne sera pas facile ?

En fait, tout est lié.

Une sorte d’enchaînement digne de la tragédie grecque

TU ME TIENS- JE TE TIENS-PAR LA BARBICHETTE !

On a écrit ici dans quelles conditions Rossi a décidé de quitter Yamaha.

Trop d’attention donnée par le Team à l’autre pilote, Jorge Lorenzo. Et une sévère diminution de ses revenus à l’horizon, puisque, c’est à la fois logique et inacceptable, le ‘’pognon’’ ira plutôt à celui qui est Champion, qu’à celui qui ne l’est pas.
Qui ne l’est plus…

Donc, entre Rossi et Yamaha, c’est un peu la soupe à la grimace.

Du coup, après la série de GP exotiques, qui se terminait en Australie, Rossi avait prévu de laisser tomber le reste de la saison et d’aller se faire opérer pour être en pleine forme l’année prochaine sur sa Ducati officielle.

Opérer de quoi ?

On sait qu’il a été victime d’une lourde chute sur le circuit du Mugello en juin. Fracture tibia-péroné.
Retour en piste, c’est à peine croyable, six semaines plus tard (il marche alors avec des béquilles !) au GP d’Allemagne.

Mais cette blessure là, avait juste besoin de cicatriser, la partie chirurgicale était si l’on peut dire terminée.

C’est d’une autre blessure qu’il s’agit.

En faisant du motocross, en début d’année, et bien sûr il s’agissait d’une sorte d’entraînement physique-plaisir, le motocross est le sport le plus violent au monde avec la descente à skis, et cela vous forge des avant-bras en acier.

Par ailleurs, ce sport fait aussi de vous un as du freinage en conditions glissantes, on roule sur de la poussière et il faut juste éternuer sur les freins, faute de quoi on part mesurer la piste avec les bras…

Excellent entraînement pour qui devra jouer avec les 240 chevaux d’une moto de GP sur, au hasard, une piste mouillée !

Bref, Rossi va au tapis et se fait un truc démentiel à l’épaule.

Attention lecteur, si tu n’es pas médecin, tu vas être comme nous, paumé.

Mais rien que de le lire, même sans piger, ça fait peur et surtout, ça fait mal !

« Grosse luxation de l’épaule avec rupture du tendon du sus-épineux et fissure du cartilage antérieur ».

Bref, comme dirait Joey Starr, ‘’il a sacrément raclé sa gueule ‘’ !

Le problème est que ça ne se répare pas tout seul, qu’il faut opérer et que la cicatrisation est longue.

On rappellera par ailleurs que Rossi est le plus gros « freineur »  du plateau de MotoGP, la firme Brembo lui a décerné ce titre et dans certaines parties de circuit où l’on passe de 320 km/h à 80 comme au Portugal la semaine dernière, ce freinage correspond à 2G, deux fois la force de gravitation habituelle, et qui prend ça en premier ?
L’épaule, pardi !

On comprend que Rossi, à un moment de la course, ait dimanche dernier, laissé partir Lorenzo… seul.

D’où l’idée de se faire opérer avant la fin de saison. Mais…

LA LIBERTE COUTE CHER…

Mais Rossi est sous contrat jusqu’à la fin de l’année avec Yamaha, 31 décembre 2010.
Et donc, pas le droit de toucher la Ducati avant…

 

Par ailleurs, Yamaha avait encore besoin de Rossi pour décrocher le titre constructeur, puisque l’on ajoute les résultats des deux pilotes de l’écurie.

Finir l’année sans Rossi, sur les seuls points marqués par Lorenzo, d’était un coup à perdre le titre constructeur.

Hors, comme en F1, les usines sont très attachées à ce titre.

La négo a donc été claire:

« Tu finis l’année avec nous, tu roules fort pour que Yamaha décroche le titre de Champion du monde des constructeurs et nous de notre côté, on te laisse libre de rouler sur la Ducati, dès la fin du dernier GP de la saison ».

Voilà pourquoi, Valentino se sera fait mal jusqu’au bout, avec une épaule de travers.


ROSSI… IN ROSSO (EN ROUGE) !

On verra donc après le GP de Valence, Rossi faire ses premiers tours sur les Ducati de Stoner.
Pas de problème pour ce dernier d’ailleurs, puisque l’australien roulera l’an prochain, lui, chez Honda
.

Alors, laisser ses motos au « dottore » lui est parfaitement égal.

 

 Ce qui veut dire que Rossi aura à sa disposition deux types de cadres, l’un en aluminium, l’autre en carbone, et deux types de moteurs, le big-bang et le screamer.

Grosso modo, le big-bang, de ce qu’en dit Stoner, « est moins puissant mais propose beaucoup plus de couple, permettant au châssis de mieux travailler ».

Stoner dit du screamer, qui lui est tout en puissance brutale, qu’il n’en a jamais voulu, que cela « lui arrachait les bras ».

La solution, et Rossi devra la trouver avec ses ingénieurs, sera évidemment de domestiquer ce screamer.

D’où l’intérêt de ces deux jours d’essai à Valence, permettant à l’usine Ducati de travailler avant que Rossi ne passe ensuite sur le billard !

Les chirurgiens lui prédisent d’ores et déjà trois mois de récupération.

Pour mémoire, rappelons que les premiers essais officiels des MotoGP 2011, auront lieu en février prochain en Malaisie.

Bref, pour Rossi, la course contre le chrono a déjà commencé.

C’est tout le temps…comme cela !

Jean Louis Bernardelli  

Photos: MotoGP  

Moto

About Author

admin

Leave a Reply