PANAMERICANA : LES DEUX 300 SL DES EQUIPAGES FRANÇAIS, DEJA DANS LE RYTHME…

  UNE AMBIANCE INOUBLIABLE A TEHUACAN  !!!!

Pour sa seconde journée, la CARRERA PANAMERICANA a connu une ambiance de feu !
Certes, il faisait bien une chaleur étouffante bien que cette étape qui ralliait Oaxaca à Puebla  se déroule à une altitude moyenne de 1800 mètres.

 Mais ce cagnard n’était rien comparé à la chaleur humaine qui nous a accueillis en milieu de journée, lors du regroupement dans la ville de Tehuàcan.

En effet, l’accueil des habitants de Tehuacan, restera à jamais gravé dans nos mémoires:

Des dizaines et des dizaines de milliers de personnes avaient fait le déplacement en ce samedi après-midi et ce malgré la chaleur écrasante, pour encourager leurs héros des temps modernes, venus du monde entier profiter des grands espaces mexicains.

 

Des grappes humaines se trouvaient sur des kilomètres rassemblés au bord de la route et ne consentaient à s’effacer qu’au dernier moment, nous rappelant, les formidables images des ascensions des fameux et célèbres cols, du Tour de France cycliste.

Ce samedi, c’était l’émeute mais bon enfant, tant tous ces Mexicains étaient pacifiques en quête en priorité, d’ un précieux sésame, un autographe d’abord, une casquette ou un tee-shirt ensuite.

Il faut dire qu’à l’instar de la Grande Boucle, les plus importantes entreprises du pays (Corona-Texmel -Victoria) avaient bien fait les choses avec des escadrons de pom -pom girls et d’hôtesses, distribuant à volonté leur précieuse récompense.

Concerts, buvettes, autographes, distribution de photos provoquèrent inévitablement une hystérie contagieuse pour  tenter d’approcher les pilotes et copilotes, aussi surpris que flattés par tant d’honneurs…

Surtout les ‘’ novices ‘’ ceux qui découvrent jour après jour, cette épreuve exceptionnelle mais complètement folle, ce qui en fait son succès

Evidemment, Pierre de Thoisy – déjà sept fois victorieux de cette course – a été et de loin le plus ovationné, le plus entouré.

Son arrivée a été applaudi avec une énorme standing ovation, des qu’il stoppa sa Mercedes 300 SL au milieu d’une véritable marée humaine.

Immédiatement, chauffée par le speaker qui présentait le ‘’ héros ‘’ ruée des photographes et des cameras de Télévision. Interviews à  la pelle, à la fois en anglais mais aussi en espagnol, du ‘’ francese ‘’ héros de tout ce peuple qui n’avait d’yeux que pour lui.

 A ses côtés, son co-pilote Daniel Rivard, le fondateur de l’entreprise 9 Télécom, était un peu ébahi et surpris:

« Quel accueil, jamais je n’aurais imaginé que Pierre soit à ce point soutenu et connu au fin fond du Mexique »

Après de très longues minutes, encerclé par cette foule qui ne bougeait pas, attendant sagement sa photo dédicacée, Pierre et Daniel parvenaient enfin, extenués en plus  par la chaleur, à s’extirper pour aller dans le carré VIP, se désaltérer à l’ombre.

C’est alors qu’arrivaient  à leur tour, leurs partenaires au sein de l’équipe HK Engineering, le tandem Philippe Vandromme – Frédéric Vivier.

Et là, même ‘’ punition ‘’ si l’on peut s’exprimer ainsi, les ‘’ Rookies ‘’ subissaient le même enthousiasme

Pierre nous lâchait tout sourire :

« Depuis le temps que je te disais qu’ici, j’étais attendu. Tu as vu cette réception ! Inimaginable et impensable en France, sauf si tu es une star des GP F1 ou le vainqueur du Mans »

Avant que d’être à son tour, happé par cette foule bon enfant, Philippe que nous avions rejoint, nous racontait son début de journée:

« Au niveau pilotage, nous prenons un plaisir immense… Les vitesses atteintes sont très élevées, et l’adrénaline monte vite dans les enchaînements de courbes ! En plus, notre 300 SL, freine si bien que nous nous sentons parfaitement en sécurité, surtout dans les grandes descentes en bord de précipice. Je pense que nous avons bien roulés aujourd’hui : nous devrions faire un bond dans la hiérarchie »

Au terme de la première journée de course, hier vendredi, entre Tuxla Gutierres et Oaxacapa, le Team HK Engineering a finalement signé son premier double podium en plaçant Pierre de Thoisy et Daniel Rivard à la 36ème place (2ème de la catégorie Sport Mayor) et Philippe Vandromme et Frédéric Vivier à la 48ème place (3ème de la catégorie), sur les cent quinze concurrents au départ.

Des résultats très encourageants dans la mesure où tous les deux, ont eu de petits problèmes mécaniques, heureusement vite résolus par l’équipe d’assistance HK, au cours de la nuit de vendredi à samedi

Partis le couteau entre les dents dans les six spéciales de cette seconde étape, les deux équipages se sont donc retrouvés avec de grands sourires de satisfaction lors de cette neutralisation d’anthologie dans cette ville étape de Tehuacan, qui avait revêtu ses habits de fête et de lumière  pour accueillir la Panamericana…

La course fait ce samedi soir étape à Puebla, vaste agglomération industrielle, fief de  la firme Volkswagen, mais aussi ville coloniale charmante, classée au patrimoine mondial de l’humanité et perchée à 2500 mètres d’altitude !!!

Du plaisir, du plaisir, du plaisir et beaucoup d’émotion pour nos deux duos

Agréablement surpris par leur podium inattendu vendredi soir durant le briefing à Oaxaca, Philippe et Frédéric se sont élancés plein d’entrain dans la seconde étape, sur les sept que compte cette CARRERA.

Au menu ce samedi, six spéciales très rapides à travers des paysages semi désertiques, en plaine en début de journée se transformant en altitude par la suite avec moults forêts de cactus, dont la beauté n’avait d’égal que l’originalité de cette végétation…

Au loin, on apercevait, ensoleillé, le sommet enneigé du très réputé Popocatepelt, lequel culmine tout de même à…5426 mètres !!! 

Et les deux compères se sont vraiment fait plaisir aujourd’hui, enchaînant les spéciales à un rythme d’enfer. Pilote et copilote en osmose avec leur formidable machine, qui, rappelons-le, a fêté ses 55 ans cette année !

 Philippe reprend:

« Fred Vivier, semble prendre également beaucoup de plaisir car c’est un compétiteur né qui apprécie qu’il y ait beaucoup de spéciales et moins de liaisons que d’habitude. Bravo à lui, et je pense qu’il apprécie au moins autant que moi cette course que nous découvrons. »

Avant de conclure:

«  Nous demandons beaucoup aux mécaniques et je suis content de pouvoir courir avec une auto saine, et semble-t-il très fiable. Nous avons cependant eu encore quelques petits soucis de pompe à essence qui ont dû nous faire perdre une dizaine de seconde aujourd’hui : une broutille dans la totalité des 3500 km de la course !
Le grand souvenir de cette journée, et l’un des plus forts du rallye, a été notre arrivée à Tehuacan, au milieu d’une marée humaine si chaleureuse que ça en a été très émouvant… Une fois sortis de l’auto, nous avons été happés par tous ce gens et avons signé une quantité astronomique d’autographes ! Nous avions préparé des cartes postales que nous distribuons à chaque arrivée… Elles ont eu un succès fou !
Il paraît que demain la journée est encore plus belle qu’aujourd’hui… C’est difficile à croire mais je pense que nous allons continuer à prendre beaucoup de plaisir dans cette course qui mérite vraiment le détour ! »

 

Comme on le constate, les pilotes des sublimes 300 SL’’ papillon’’ se régalent et nous aussi qui les accompagnons.

Quelle épreuve !

Quelle ambiance ! Quel enthousiasme !

Et aussi quel spectacle quotidien de les voir évoluer dans ce parcours, oh combien magique, que personne en Europe n’oserait imaginer, tant c’est de la folie pure mais de la folie douce…

C’est un peu comme si on traversait une semaine durant, la totalité des Alpes Française, Italienne, Suisse et Autrichienne, avec des bolides sur-vitaminés et gavés de puissance dont certains frôlent, tout de même les 800 chevaux !!!!

C’est dire que l’on à affaire à de grosses cavaleries…

Gilles Gaignault
Photos : Antoine Vandromme – Hauke Fischer

Sport

About Author

admin

Leave a Reply