RALLYE OILYBIA DU MAROC : GUEHENNEC, UN CHAMPION DU MONDE NAVIGUERA DAVOY

UN SACRE TANDEM DAVOY -GUEHENNEC

Après sa belle cinquième place aux  récentes 24 Heures tout terrain de France, sur le nouveau buggy Sadev, Jean-Marie Davoy retrouve les pistes africaines à l’occasion du Rallye Oilybia du Maroc.

Quatrième de l’édition 2009, le Sarthois visera à nouveau une place d’honneur au volant de son Buggy-Chevrolet qui accueillera, dans son baquet de droite, un certain… Alain Guéhennec, Champion du monde des copilotes de rallyes-raids en 2004.

Le leader de Sarthe-Rallye-Raid nous explique:

« Lorsqu’Antoine Morel, mon préparateur, m’a proposé les services d’Alain Guéhennec, je n’ai pas longtemps hésité. Une belle occasion de me jauger aux côtés d’un copilote professionnel .»

Et quel copilote !

Le Morbihannais Alain Guéhennec, a navigué les plus grands spécialistes des rallyes africains.

Mécanicien chez Peugeot-Sport, il découvre en 1988, la compétition en tant que navigateur d’Alain Ambrosino, sur la 205 Turbo 16 de l’assistance rapide des Peugeot sur le  Paris-Dakar.

Sixième de ce premier rallye, le Breton allait ensuite travailler pour plusieurs grands constructeurs  parmi lesquels Citroën, Nissan et BMW.

Naviguant des pilotes chevronnés et plus qu’expérimentés avec des palmarès ayant nom Lartigue, Pescarolo, de Mévius, Michéle Mouton, Saby, Al Attyia.

Vainqueur du rallye d’Egypte en 2000 avec Grégoire de Mevius, il termine second en Tunisie avec Al Mutaiwey en 2004, année où il remporte, avec BMW, le titre mondial des copilotes.

Aujourd’hui, à 57 ans, le navigateur de Baud a pris un peu de recul.

Mais son grand professionnalisme et son aisance derrière un ordinateur de bord continuent à intéresser beaucoup de monde.

Avant de partir avec Jean-Marie Davoy au Maroc, il vient de naviguer  aux « Pharaons », le Japonais Mitsuashi, sur l’un des Toyota officiels.
De retour, il nous raconte:

« Aujourd’hui, les équipes d’usine s’investissent moins en compétition. Et cela me permet de travailler avec des « privés » comme Jean-Marie où Jean-Luc Blanchemain avec qui j’ai fait le dernier « Dakar » en Amérique du Sud. J’aime bien rouler avec des gens sympas comme eux. Les objectifs restent les mêmes mais la pression est beaucoup moins forte. »

DAVOY, QUATRIEME EN 2009

Au Maroc, le tandem Davoy-Guéhennec, étrennera un nouveau règlement qui rendra le rôle du navigateur, plus important encore.

Le Breton précise:

« Auparavant, lorsque nous arrivions dans un rayon de trois km d’un contrôle de passage, un signal nous l’indiquait sur notre ordinateur. Désormais, cette distance a été ramenée à 400 m. Sur une dizaine de kilomètres, si on s’écarte de 5° de la bonne trajectoire, on peut passer à côté. »

Un nouveau moteur Chevrolet de 6,2 litres
Cette année, au Maroc, comme dans tous les rallyes qui suivront, le rôle du navigateur sera donc plus important encore.

Et en recrutant Guéhennec, Davoy a incontestablement réalisé une belle opération. Mais au plan technique il a également amélioré le Buggy avec lequel il avait remporté le classement « 2 roues motrices » en octobre 2009 à Zagora.

« Chez MD Rallye Sport, mon atelier de préparation basé à Villedieu-les-Poêles, dans la Manche, on m’a dit le plus grand bien du nouveau moteur Chevrolet 6 litres 2 qui équipe maintenant, aux Etats-Unis, les Camaro. Et je me suis laissé tenter. »

Ce moteur de 380 chevaux apportera un surcroît de souplesse mais également de puissance et surtout d’accélération au buggy jaune et bleu.

Le Sarthois qui a également fait modifier l’échappement de sa voiture qui disposera, désormais, d’une assistance au freinage, poursuit:

« En fait, nous devrions être meilleurs partout. Nous aurons bien besoin de tout cela pour faire à une concurrence bien plus forte que l’an dernier.

L’équipe officielle BMW avec cinq voitures dont celle de Peterhansel, à nouveau très probablement intouchable, sera au départ.

Davoy ajoute:

« Et il faudra donc compter avec cinq X-5, des voitures bien plus pointues que les nôtres. Sans oublier les autres buggies engagés, dont les deux Optimus, très légers, également alignés par mon ami Antoine Morel. Sur le papier, celui de Pascal Thomasse devrait logiquement être devant nous. Croisons cependant les doigts. Jamais je n’avais abordé un rallye avec autant d’atouts. Mais je connais les pièges du désert et des pistes rocailleuses de la région de Zagora et de M’Hamid. Avec Alain, nous chercherons d’abord à nous faire plaisir. En prenant les « spéciales » une par une, sans prendre des risques inutiles. Et si la malchance veut bien nous épargner… »

Rendez-vous est pris dans le sud Marocain, à Zagora dés ce lundi 18 octobre.

Jean Claude Virfeu
Photos : Alain Rossignol et Team

L’ARMADA MD EN 2009

Sport

About Author

admin

Leave a Reply