DAKAR ET RALLYES RAID : LA PREDICTION DE YAMAHA…

 QUAND LES BLEUS CREENT L’HISTOIRE

Grosse satisfaction pour Yamaha France d’avoir créé un concept technique, (sous les quolibets des « experts ») de le voir figurer aux places d’honneur sur les lignes d’arrivée puis enfin devenir la référence.

En 2004, Yamaha présente au départ du Dakar une WR 450 F, confiée à David Frétigné. Les rieurs en sont pour leurs frais, David décroche une belle septième place au final, puis de meilleurs résultats encore les années suivantes.

Et aujourd’hui, le règlement officiel du Dakar décidé par ASO, limite la cylindrée des motos à 450cc !

Yamaha avait donc raison ! 
 

RETOUR EN ARRIERE

Ancien mécano du Team officiel Yamaha de 1994 à 2004, il a donc officié avec le grand « Peter », alias Stéphane Peterhansel, Franck Helbert se marre :

« Ah c’est sûr, en 2004, quand Frétigné prend le départ avec la 450, ça rigolait fort autour de notre moto. David finit septième et ça rigolait moins. L’année d’après il est cinquième, ça ne rigole plus du tout. En 2009, il est troisième et là, ça pleure… »

Ce qui rappelle une autre épopée, celle de Renault arrivant en Formule 1 en 1977, avec son moteur Turbo, surnommé « Yellow french tea pot »  par ses détracteurs… qui n’ont d’ailleurs pas ri longtemps ! 

(Tea pot parce que lors des premiers déboires du dit moteur, cela rappelait les volutes de fumée sortant de la théière quand le liquide parfumé est bouillant…)   

La consécration du concept Yamaha a enfin lieu cette année.

Le Dakar 2011, limite la cylindrée des motos à 450cc. On fait remarquer à notre interlocuteur que sur ce créneau, il ya une marque autrichienne qui a aussi un peu de savoir-faire.

Franck Helbert :

« Ce n’est pas la même chose. D’abord, notre concept, c’est une moto grand-public, en somme la moto de -Monsieur tout-le-monde-préparée pour la course. Une moto d’enduro, légère, avec un moteur increvable, donc notre argument est aussi la fiabilité… »

Seulement voilà !

Entretemps, Frétigné a quitté le navire. Il est passé, il ya un mois chez Speedbrain, BMW Rally Team, la toute nouvelle écurie officielle allemande. BMW qui ainsi à l’instar de Yamaha, revient sur le Dakar.

Le Dakar ou les motos  bavaroises ont brillés autrefois, à l’époque de ‘’ Gastounet ‘’ alias Gaston Rahier – deux fois victorieux –  épaulé par son fidèle porteur d’eau, Raymond Loizeaux. Et, bien évidemment d’Hubert Auriol.

Mais revenons au sujet du jour. Et donc au départ de Frétigné de chez Yam.

Son but est clair.

« Pas facile de prendre ce genre de décision, après 14 années passées chez Yamaha. Mais voilà, le rêve de toute ma vie est de gagner le Dakar et je crois que cette opportunité est la bonne »

C’est sûr qu’en Amérique du sud, on ne va pas se faire de cadeaux…

YAMAHA REPREND LE FLAMBEAU

Le Team officiel Yamaha France, dénommé Yamaha Racing France Ipone, présentera donc une équipe  internationale

Le Portugais Helder Rodriguez, l’Espagnol Jordi Viladoms et le Français David Pain seront là pour faire les chronos.

David Barrot tiendra le rôle vital dit « du porteur d’eau », qui consiste à aller presque aussi vite que les pilotes de pointe pour leur porter une assistance légère en cas de pépin sur l’étape, leur évitant ainsi de perdre la course en attendant les camions ou voitures d’assistance qui peuvent mettre des heures à arriver.
(Encore faut-il d’ailleurs qu’ils les trouvent, leurs motards, minuscules points perdus en plein  « chouff »).

Ce team sera testé lors du Rallye Oillybia Shamrock qui se déroule la semaine prochaine en boucles autour de la très belle ville marocaine de Zagora.

Franck Helbert sera du voyage, car depuis les années évoquées ci-dessus, il est devenu un élément incontournable de la compétition Yamaha, qu’il s’agisse de pilotes officiels ou de clients.

L’ARME ABSOLUE : HPL-JVO

Et oui une arme absolue a toujours un nom de guerre un peu abscons, c’est celui de la structure de préparation de Franck Helbert.
D’une part, il prépare les motos officielles du Team Yamaha. On l’a dit, il a été mécano du Team des années durant, il a donc le savoir et la légitimité pour cela.

Il a ensuite créé HPL il ya dix ans. Mais il prépare aussi les motos des clients voulant participer aux Rallyes raids. Et aux étapes, il propose aussi l’assistance et les pièces nécessaires. 

Ainsi par exemple, au Dakar, on trouvera, outre les quatre motos officielles, dix clients équipés par le même préparateur.

Le nom de la structure est d’ailleurs HPL-JVO, puisqu’aujourd’hui, Franck Helbert monte aussi dans ses ateliers les kits espagnols JVO, dont il dit qu’il s’agit d’une préparation encore un peu plus moderne.

Alors, pour ceux que cela intéresse, reste à parler argent.

 LE NERF DE LA GUERRE

Bien sûr, le chiffre du budget Yamaha officiel est tu par notre interlocuteur. Pour les « compé-clients », la location d’une moto neuve préparée, avec assistance sur le terrain, coûte 21 000 €.
L’assistance seule d’un client qui a préparé sa moto tout seul coûte 13 000 €. Si l’on veut  acheter une moto neuve et l’assistance qui va avec, il faut compter 19000 € pour la moto et 13 000 € pour l’assistance, soit 32 000 € au total.
Il est donc clair que la location est une formidable idée !

Il ya aussi sur les Rallyes raids de vrais amateurs qui préparent et réparent eux-mêmes leur moto. Le droit d’accès aux pièces coûte alors 1500 €.

On s’en étonne…

Franck Helbert nous répond avec beaucoup de franchise que ce droit d’accès est quasiment une évidence.

« Pour charger les camions de pièces, il faut avoir une idée assez précise de ce que l’on emporte. Par exemple, sur une moto que nous avons en assistance permanente, nous savons qu’il faut changer de filtre tous les jours, 10 filtres par jour pour dix motos, 150 filtres pour 15 jours de course. Tu vois le volume ! si chaque soir, j’ai dix autres motos qui viennent au camion acheter des pièces, je ne peux pas fournir. Il est donc nécessaire de prévoir ce que j’emmène. Les 1500 euros c’est d’abord un chargement en prévision de pépins et c’est aussi le prix du transport sur place ».

Seconde question évidente… quels moyens humains met il au service de ses clients ?

« Pour le team officiel, un mécano par moto. Pour les clients, un mécano pour deux motos ».

Cher lecteur, toi qui rêves d’aller courir les solitudes du désert de l’Atacama à moto, cette offre est faite pour toi ! Il est vrai que ce n’est pas donné.

On ne va quand même pas rappeler que quand on aime, on ne compte pas ! (Quoique…)

Mais surtout,  pour un pilote amateur, avoir une assistance comme celle là, c’est du grand luxe (et des heures de sommeil, la denrée la plus chère dans ce genre de rallye).

Je ne résiste pas ici à l’envie de répéter cette phrase mythique, dite par cet immense pilote et cet homme absolu qu’est Ari Vatanen.

« Sur un Dakar, le ciel est tellement beau que l’on dort dans un hôtel 40 000 étoiles ! ».

Sachant d’ailleurs que ce désert chilien a été choisi pour installer les télescopes les plus puissants au monde, justement pour la luminosité du firmament, on imagine que grâce à Franck Helbert, on pourra en plus se prendre pour Saint Ex !

 Et ça, ça n’a VRAIMENT pas de prix !

ERIC DE SEYNES ET JORDI VILLADOMS

Joint ce mardi, Eric de Seynes, le patron de Yamaha Motor France, nous a expliqué le processus du retour des Yamaha en Rallyes-raid:

« En ce qui concerne l’externalisation de nos préparations course, pour les coques et les éléments porteurs,  nous avons toujours fait appel à des sous- traitants. Nous avons simplement constaté que JVO, en Espagne, faisait du beau boulot et nous les avons choisi, c’est leur matériel qui est monté par HPL. »

Et, il poursuit :

« Quant au reste, il est évident qu’il serait absurde, au niveau d’une écurie officielle de préparer ses propres motos et de financer à l’année un Team de pilotes avec une seule course au programme. Par ailleurs, Franck Helbert a toute la légitimité et toute la compétence possibles pour préparer nos motos. »

Eric enchaine :

« Justement, en ce qui concerne les motos, nous avons deux possibilités techniques : la WR450F et l’YZF 450. Nous ferons des la semaine prochaine des essais au Rallye Shamrock  au Maroc et encore pendant plusieurs jours après cette course, et nous aviserons et déciderons. »

Bien entendu, nous revenons sur la partie financière du projet Dakar.

« Il serait absurde de parler budget si, pour des pilotes de cette qualité, nous n’avions qu’une course à leur proposer. Il se trouve que Helder et Jorge ont leurs propres programmes à l’année, avec leurs importateurs Yamaha respectifs, portugais et espagnol donc.. »

Terminons avec l’essentiel, le nerf de la guerre, les pépettes.

« Cette précision étant faite, un budget sur un Dakar, c’est entre 150.000 et 200.000 € par pilote. C’est pour cela que la décision de revenir était conditionnée à un nouveau règlement parce que nous étions sur les lignes de départ contre des motos bénéficiant de cylindrées dépassant les nôtres de 200 ou 300 cc. Nous avions donc raison de croire à la cylindrée 450. Enfin, nous nous battrons à armes égales.»

Jean Louis Bernardelli
Photos : Team Yamaha et Alain Rossignol

Sport

About Author

admin

Leave a Reply