MOTOGP A MOTEGI (JAPON) : STONER ET DUCATI INTOUCHABLES

 

STONER : LE TROISIEME HOMME EST PREMIER POUR LA DEUXIEME FOIS…AVEC DUCATI

 

Drôle de Grand Prix.

D’abord, depuis vendredi, le titre est probablement plié puisque Pedrosa est lourdement tombé aux essais, il sera absent de cette course-ci et de la suivante. C’est d’autant plus incroyable qu’il avait clamé haut et fort qu’il attendait ce circuit avec impatience !

Ce dimanche à l’heure du départ au pays du Soleil levant, il était pourtant déja de retour chez lui en Espagne dans une clinique de Barcelone…

Drôle de GP parce que la confrontation entre les  »Yamaha boys », Rossi et Lorenzo, a enfin été sublime.

Drôle de GP parce que Stoner, avait dit depuis deux jours qu’il le sentait mal, que sa moto était mal réglée… avant de gagner de façon impériale.

Et ce pour la deuxième fois consécutive, après sa récente victoire en Espagne.

Décidément, la fin de saison est belle !

 

DOVIZIOSO, LA SURPRISE DES ESSAIS, SURPRIS AU DEPART…

Dans ce GP du Japon tellement important puisque les usines courent à domicile, devant le beau monde nippon, durant les essais chronos, les deux leaders « naturels », Lorenzo et Pedrosa, ont été carrément terne pour l’un, quatrième temps et donc partant en deuxième ligne, franchement désespérant pour l’autre,  blessé (clavicule fracturée) dès les premiers tours des essais libres.

Alors bien sûr, vu le niveau hallucinant de cette catégorie MotoGP, il ya tout de suite eu du très beau monde pour remplacer les leaders défaillants.

Andrea Dovizioso part en pole, devant Rossi, et oui, le Valentino si peu visible depuis quelques GP, où, il est vrai, il roule avec une jambe fraîchement cassée.

Le troisième homme, aux chronos et au classement général de la catégorie, est Casey Stoner, qui avait dit dès sa victoire au circuit d’Aragon  qu’il n’aimait pas Motegi, pas son truc…

Mais enfin, sur la grille de départ, entre ces quatre hommes, il ya cinq mètres…qui ne vont pas peser très lourd !

FORZA DUCATI !

Dès le départ, Casey Stoner, qui a passé deux jours à ronchonner que sa moto était mal réglée, qu’il n’avançait pas, bref que tout allait mal dans un monde cruel, Stoner donc bouffe allègrement Dovizioso et Rossi.

Rien que ça !

Si l’on veut résumer brutalement cette course, il suffit de dire que ce sera aussi l’ordre d’arrivée. Donc, dit le spectateur sceptique, il ne s’est rien passé ?

Au contraire, c’est une bataille au couteau qui commence. Les « experts » de la moto de vitesse ont annoncé et écrit depuis des mois que la moto imbattable de cette catégorie est la Honda.

Pedrosa en Espagne devant un écran TV, Dovizioso doit logiquement aller chercher Stoner, d’autant plus facilement qu’une fois de plus, au warm up, le pilote Ducati a encore crié son désespoir…

Et il va l’attaquer pendant toute la course.

 Dovizioso raconte:

« L’attaque de Casey était insensée, j’ai vraiment tout essayé mais je n’ai pas eu une seule occasion de le passer. J’étais vraiment à la limite. Rien à faire. Je suis quand même content de finir sur le podium ».

C’est dire en peu de mots que les experts, c’est souvent comme ça, se sont gourés, mais surtout que clairement, il ya eu un miracle sur la Ducati de Stoner…

L’australien le reconnaît à l’arrivée;

« Moto instable, problèmes de freinage, adhérence zéro, le week-end a été un désastre. Et cela recommence au warm up. On a trouvé finalement des trucs et ça a marché. Cela dit, il a fallu que je donne tout parce que je n’ai jamais pu lâcher Andrea (Dovizioso) ».

Lecteur, on ne va pas revenir sur la mauvaise foi totale de tous les sportifs de haut niveau, dénoncée maintes et maintes fois dans ces colonnes.

Tout de même, il semble que Stoner ait un certain sens de l’intox. Les réglages miraculeux trouvés au warm up, c’est limite. Ceci pour la mauvaise foi.

Mais surtout, avec une moto à adhérence zéro et autres trucs effroyables, Stoner a fait le troisième temps des essais chronos, devant Lorenzo… ceci pour l’intox.

Bon, après tout, intox ou pas, pendant la course, il faut rester devant, c’est ce qu’a fait Stoner et c’est sublime.

Au passage,  qu’une moto italienne vienne terrasser les usines japonaises sur le sol japonais, dans la catégorie dite  »Reine », c’est une sorte de baffe nationale !

YAMAHA : LE DUEL

Dire qu’on attendait ce duel entre les  »Yamaha boys », Lorenzo et Rossi depuis des GP et des GP, est un truisme, une évidence absolue.

Il n’y aura pas de guerre pour le titre. Rossi n’a pas roulé toutes les courses, il s’est blessé en cours de saison. En plus, Pedrosa étant  »out » pour au moins deux GP, Lorenzo pourrait être Champion du monde, dès le prochain GP en Malaisie, à Sepang.

En revanche, on est au Japon, devant tout ce que le pays compte de décideurs, on sait que Rossi quittera Yamaha à la fin de la saison pour rejoindre Ducati, et même si Lorenzo est virtuellement Champion, le prétexte d’un formidable affrontement fratricide est tout trouvé.

Résumons : Stoner a passé Dovizioso au premier virage. Donc, Rossi se retrouve en bagarre avec Lorenzo. Et c’est très chaud.

On sait tout l’orgueil des deux pilotes, on sait leur animosité, on connaît leur talent. A plusieurs reprises, les deux pilotes vont VRAIMENT se toucher.

Rossi raconte:

« Cette course était très importante pour moi. Vous savez qu’en plus, je n’ai pas vu de podium depuis un bout de temps, donc j’avais vraiment envie de me battre. Lorenzo part devant moi, on se bat pendant plusieurs tours et je ne passe pas. Du coup, Stoner et Dovizioso sont partis loin devant. Quand j’ai enfin pu accrocher la troisième place, impossible d’aller les chercher, en plus je suis fatigué, ma moto glisse partout. J’ai pris beaucoup de plaisir dans cette bagarre avec Jorge, je suis sûr que lui aussi… »

Qu’en termes galants ces choses là sont dites ! Et avec quelle élégance Rossi nous dit que Lorenzo l’a finalement ralenti…

Derrière, alors que Ben Spies (Tech3) et Nicky Hayden (Ducati) sont repartis en queue de course après être sortis ensemble, dans le deuxième tour, la cinquième place a été aussi l’occasion d’une belle bagarre.

C’est Colin Edwards, du Team français Tech3, qui fête ainsi la prolongation de son contrat avec l’écurie d’Hervé Poncharal, qui termine cinquième devant Simoncelli et Bautista. Spies est remonté huitième, De Puniet est neuvième, devant Ayoama. 

MOTO 2 SANS SURPRISE. 125 CRISPANT

En Moto2, l’espagnol Toni Elias gagne son septième GP de la saison. Comme en MotoGP, titre largement en vue.

En 125 en revanche, Terol, pilote officiel Aprilia, en tête au classement général, laisse la victoire à Marc Marques. Et du coup, il n’y a plus que six points entre les deux pilotes.

Ce qui promet, quand on sait à quel point les bagarres en 125 sont pointues !

Prochaine manche dimanche à Sepang, en Malaisie.

Jean Louis Bernardelli

Photos: MotoGP

Moto

About Author

admin

Leave a Reply