RALLYE D’ALSACE : IL Y A BIEN LOEB ET TOUS LES AUTRES DERRIERE…

 ALLEZ SEB, VAS Y FONCE….

Largement en tête vendredi soir au terme de la première des trois étapes du Rallye de France dénommé aussi Rallye d’Alsace, le leader facile du Championnat du monde des Rallyes WRC millésime 2010, a conforté cette position ce samedi

Et à la veille de l’arrivée, il se dirige ‘’ tranquilou ‘’ vers son septième sacre mondial. Probablement celui qui restera à tout jamais gravé dans sa mémoire car incroyablement obtenu devant son public sur ses terres !!!

Curieux destin qui va probablement le sacrer, le consacrer au cœur de son Alsace natale alors que cette épreuve n’est que la onzième des treize manches du WRC.
 

Et qu’après l’Alsace, il restera encore deux épreuves à disputer : La Catalogne et le prestigieux Rallye de Grande Bretagne

Comme un fait exprès, Loeb flanqué de son indétrônable et oh combien talentueux et brillant co- pilote Daniel Elena, se dirige vers sa soixantième victoire en Championnat du monde et la  sixième de l’année.

Fabuleux destin qui va lui permettre de partager enfin cette consécration qui est sienne depuis 2004. Sur ses terres d’Alsace

Mais revenons à cette seconde étape et cette journée de samedi. Dés l’attaque de l’ES9 (Klevener 1) longue de 10,54 km, Seb Loeb réalise déjà le scratch en 6’25’’2 sur une route étroite, piégeuse à souhait,Il lâche:

« Les conditions étaient les mêmes qu’hier. C’était humide et même mouillé par endroits. Il y avait beaucoup de virages serrés, avec de la terre sur la route. J’ai attaqué très tôt dans la spéciale. Le feeling est bon »

La journée commence bien. Non seulement pour le Champion Alsacien, soutenu et encouragé par une foule encore bien plus importante que la veille !

Mais aussi pour l’équipe Citroën car les C4 officielles réussissent le doublé avec Dani Sordo, qui ne concède que 3’’1 et qui raconte:

« C’était vraiment difficile de trouver le feeling sur les freinages. Et il y avait tellement d’épingles ! »

Sébastien Ogier  qui a retrouvé le Citroën Junior mesure assurément tout ce qui le sépare encore du ‘’Maître ‘’ de la discipline. Il perd déjà 6’’2.

« Ce n’était pas facile. Des routes très étroites, il y avait plein de virages serrés. C’était très glissant. J’ai peut-être été trop prudent mais ce n’était pas évident de prendre des risques »

Et que dire des pilotes des Ford !

Comme la veille, ils sont largués et dépassés… Latvala finit à 8’’7 et Hirvonen visiblement déboussolé cette saison, est encore plus loin, à 15’’5 !!!

C’est dire que la journée va étre longue et pénible…

Dans la suivante, l’ES10 (Ungersberg 1) qui comporte 15,50 km, c’est pourtant Dani Sordo qui réalise le meilleur temps en 9’20’’4. Il l’emporte d’u souffle, de 0’’7 face à l’Alsacien. Preuve que lui en veut…

Dans cette spéciale, le prédécesseur de Loeb sur les tablettes mondiales en 2003, Petter Solberg au volant de sa C4 Citroën privée, complète le succés des voitures d’usine (Loeb-Sordo-Ogier) et détrône Latvala de sa quatrième place

Le Finlandais lâche incroyablement 11’’3 sur ce seul secteur, victime comme la veille, d’hésitations  à répétition sur ces routes à l’adhérence, il est vrai reconnaissons-le, très piégeuse !

Dans l’ES11 (Pays d’Ormont 1), un tronçon qui n’en finit pas car développant 35,48 km, Loeb assome la concurrence et montre qu’il est bien le PATRON !

Loeb en finit d’ailleurs avec une C4 maculée de boue !! Visiblement THE boss n’a pas trainé en chemin ! Il n’a mis que 19’39’’7.

Seb explique:

« Je suis là et c’est le plus important. La spéciale était très rapide, très étroite, très piégeuse, j’ai fait de l’aquaplanage… C’était très piégeux, très difficile. Je n’ai pas sorti la grosse attaque et je n’ai pas commis de grosses erreurs. J’étais dans un bon rythme et j’ai fait très attention. Les splits n’étaient pas mauvais. Dans ces conditions, mon chrono n’est pas mal. »

T’as raison Charles, l’aurait dit le regretté Jean Gabin !!!

Jugez en. Sordo pointe à… 18’’3.

 Il raconte:

« J’ai calé et perdu environ 5’’. Loeb est dans sa partie. Je vais essayer de garder les autres derrière moi »

Solberg, arrivé troisième, concéde 20’’7. Et pour lui tout va biern car il devance, l’autre grosse pointure, l’autre Seb. Ogier.

Et il est heureux d’avoir roulé plus vite, plus fort car le Gapençais abandonne tout de même… 22’’3.

« C’est  drôlement bon de lui reprendre un peu de temps »

Et les Ford, direz-vous ?

Hirvonen n’est que l’ombre du brillantissime pilote qui fut Vice-champion du monde ces deux dernières années !!! Il ne parvient pas à trouver, à retrouver le bon rythme…

Et il traine sa misère…

On le retrouve même devancé par son équipier Latvala, qui a pourtant tapé mais sans gros dommages. Mikko perd 47’’3. Mais Jari Matti ne lâche que 35’’2 !

Il faut attendre l’ES12 (Salm 1) longue de 13,09 km pour voir Latvala se retrouver et se revolter !
Il empoche son troisième temps scratch après les ES5 et ES8, la veille.

« Là, c’était enfin bon ! Il n’y avait pas de la terre sur la route ramenée dans les virages par des concurrents qui coupent aux cordes et j’étais en pneus asphalte.Cela m’a peut-être  surement aidé. »

Sordo second est à 6’’2 et Loeb à 6’’7. Lequel explique:

« C’était une bonne matinée, mais les routes étaient vachement piégeuses, avec beaucoup de boue, d’eau aussi. Ce n’était pas évident. J’ai attaqué dans certaines spéciales et j’ai creusé l’écart. C’est ce que je voulais faire car je sais que ça sera encore plus gras et piégeux cet après-midi.»

 Et Ogier ?

Il est bien la dans le coup, à 7’’5. Et raconte:

« Dans la précédente, j’ai perdu le contrôle sur un freinage à deux kilomètres de la fin et j’ai concédé une dizaine de secondes. Je suis allé tout droit. Par chance, il y avait un petit talus qui m’a évité de taper trop fort dans un arbre. C’est dommage car j’avais une bonne vitesse et je rattrapais Dani. Là, maintenant, il y a un gros écart »

Effectivement 16’’9 au général les sépare dorénavant. 

Il faut attendre l’ES13 (Klevener 2) qui fait 10,54 km pour voir du grand Ogier. Le pilote du Citroën Junior l’emporte d’un rien… 0’’5  d’avance sur Loeb et 0’’9 sur Sordo. Mais, il a l’énorme satisfaction d’étre devant!

« C’est encore humide partout mais c’est quand même mieux que ce que j’attendais »

Curieusement, Loeb ne partage pas le même avis:

« C’était très humide, très glissant. Cette spéciale était la pire que nous ayons disputée. » !!!

Et que pensait Sordo ? :

« La spéciale était épouvantable mais de toute façon Sébastien est intouchable. »

A ce moment de cette journée du samedi, les positions étaient les suivantes:

1-Loeb en 2 h 07’ 41’’9 – 2-Sordo à 43’’3 – 3-Ogier à 59’’3 – 4-Solberg à 1’22’’7 et 5-Latvala à 1’33’’1

Le Rallye reprenait avec l’ES14, seconde spéciale de Ungersberg. Sordo s’affirmait en s’offrant un nouveau scratch, confortant ainsi encore un peu plus sa place de dauphin au classement général.

Et ce d’autant plus facilement que le seul à pouvoir la lui ravir, Ogier resortait de cette spéciale avec 41’’3 de retard, sa C4 un peu chiffonnée avec en sus une inquiétante fuite à l’amortisseur avant droit.

Lors de l’ES15, le second passage dans Pays d’Ormont  la grande révélation de la saison, vainqueur de deux Rallyes, deuxième au classement provisoire du mondial et seul pilote en mesure d’empêcher Loeb de conquérir ce dimanche sa septième couronne, le Gapençais Seb Ogier, se lançait dans cette spéciale, l’amortisseur avant droit ayant perdu tout son liquide. Après avoir tenter une réparation de fortune, bricolant une réparation afin de limiter la casse.

Hélas et malheureusement pour l’espoir du Citroën Junior Team, il devait abandonner suite à un tête-à-queue, sa C4 s’avérant au fil des kilomètres, totalement inconduisible.

Ogier out, c’était que du bonheur à venir pour Loeb !!!

Une C4 hors course, c’est une autre C4 qui brillait, celle de Petter Solberg, auteur du meilleur chrono. Devant, divine surprise, un Mikko Hirvonen, enfin retrouvé et second à 1’’6.

 Solberg qui satisfait, indiquait:

« C’est très difficile. Dans tous les partiels, j’étais en avance. C’est pas mal comme temps ! »

Alors que le leader, objet de tous les regards, Loeb confirmait ses propos:

« C’était vraiment terrible. C’était très difficile. On est plus lent que ce matin. Mais on est à l’arrivée. On est content d’y être. C’est très facile de faire des fautes mais on y est. Et c’est l’essentiel »

Il ne restait plus alors que l’ES16, Salm 2 et ses 13,09 km, avant d’en finir avec cette deuxième journée et de rentrer au parc fermé !

C’est une fois encore, cet insatiable acrobate de Solberg qui se montrait de nouveau le plus rapide. Le Norvégien précédait encore la Ford de Mikko Hirvonen de 1’’6.

Au classement général, Sébastien Loeb, quatrième temps de cette ES16, conservait tout naturellement la tête, possédant une sacrée marge de 42’’9 d’avance sur son suivant immédiat, son lieutenant Dani Sordo.

Grace à ses superbes perfs et aussi au retrait d’Ogier, Petter Solberg se retrouvait troisième.
Solberg, qui tout sourire racontait:

« J’ai définitivement trouvé le bon rythme. Je surveille et observe maintenant les temps de Latvala. Tout va bien. »

Tout compte fait, alors qu’il ne reste plus que quatre spéciales (Bitche 1 et 2 et Haguenau 1 et 2), au menu de ce dimanche, Sébastien l’Alsacien débarrassé d’Ogier est déjà mathématiquement sacré Champion du monde !!!

Quel bonheur pour lui, pour la FFSA, les organisateurs dont Jacky Jung et aussi bien sur et surtout pour les dizaines et dizaines de milliers de spectateurs, tous fans de l’immense vedette, ‘’ l’enfant du pays ‘’ d’Haguenau.

Haguenau  ou il va conclure ce dimanche en beauté ce Rallye de France, obtenant chez lui  cette soixantième victoire en WRC et ce septième titre tant attendu et espéré !!!

Rien que du rêve, que du bonheur…

Ce dimanche matin, sa C4 s’élancera pour les derniers kilométres avec 42’’8 d’avance sur Sordo,1’14’’2 sur Petter Solberg,1’34’’2 sur Latvala et incroyable écart, 3’23’’5 sur le Vice –champion du monde en titre, Mikko Hirvonen.

Le plus dur est fait, reste à conclure en beauté pour rejoindre Strasbourg, tout auréolé de ce nouveau titre qu’il mérite amplement après sa nouvelle formidable saison.

Mais conquérir ce nouveau titre en vainqueur en Alsace, sur que cela va surement lui procurer une sacrée montée d’adrénaline et une trés forte charge émotionnelle.

Lui qui a tout gagné et posséde le plus fabuleux palmarés en Rallye.

Cela fait certainement un bail que Seb n’aura pas ressenti pareils frissons !!!

 
Gilles Gaignault
Photos : Teams

WRC

About Author

admin

Leave a Reply