MOTOGP : STONER REMET LE COUVERT. FORZA DUCATI !!!

 CASEY STONER HEU-REUX

En 2007, Casey Stoner avait fait trembler l’histoire des GP, en devenant Champion du monde de la catégorie dite  » Reine  » au guidon d’une moto européenne, une Ducati.

Et puis, la situation est devenue plus difficile, le pilote est passé par d’énormes moments de doutes. Et cette saison, il a encore raté d’autres rendez vous possibles avec l’histoire, comme au Qatar en début d’année.

Enfin, dans les qualifs de ce GP d’Aragon, disputé sur un circuit magnifique Motorland, tout neuf, un peu au milieu de nulle part, dans le nord de l’Espagne près de Saragosse, Stoner, a dominé les vedettes de début de saison en prenant d’abord la pole position !!

 

DUCATI EST PRÊT…

Quand nous avons annoncé ici même le passage de Valentino Rossi chez Ducati, notre question à la firme de Bologne était

« Aurez vous l’an prochain la moto pour gagner ? ».

 Il faut bien reconnaître qu’ils avaient été un peu vexés mais avec des réponses techniques assez pointues et en tous cas très convaincantes.

Le fait est que de l’aveu même de Stoner, vainqueur ce dimanche du GP après une bagarre totale, les italiens ont fait très fort !

Déclaration de l’homme du jour :

« Pour cette compétition, les ingénieurs ont modifié la moto de façon importante, en particulier sur la répartition des poids. C’est exactement la moto que je veux, je suis en confiance et elle est performante partout. Nous avons mis longtemps, trop de temps pour faire une aussi bonne moto, mais on y est !»

Il faut ajouter que l’autre pilote Ducati, le  » cow boy  » yankee, Nicky Hayden, termine cette course en troisième place, seul Dani Pedrosa, pilote officiel Honda, réussit à tenir tête, en partie, à la « furia italiana ».


En fait, dans cette course magnifique, Stoner s‘est d’abord  fait piquer la première place par Lorenzo quasiment dès le départ.

Tout le monde a alors pu penser que la malédiction recommençait encore une fois, mais au deuxième tour, Stoner est repassé devant l’espagnol.

Qui plus est, un danger en moins en début de course, Pedrosa, parti troisième, rate un freinage un peu nerveux, se fait doubler par deux pilotes puis remonte tout le monde devant … sauf Stoner dont il compte certainement, ne faire qu’une bouchée ! 

La bagarre est totale, magnifique durant dix tours, Stoner répond à chaque attaque, puis Pedrosa le laisse partir. (Il dira à la conférence de presse d’après course, avec cette parfaite mauvaise foi que l’on connaît chez TOUS les sportifs de haut niveau, qu’il n’a jamais pu reprendre le retard dû à cette erreur de début de course mais il ya aussi dans les sports mécaniques un truc assez cruel qui s’appelle le chrono et qui dans cette histoire est sans appel… en fin se course, Pedrosa s’est fait larguer… )

Derrière, Lorenzo est toujours troisième. Dans le dernier tour, Hayden lui pique ou plutôt lui chippe le podium !

Jorge Lorenzo au-delà de la troisième place, c’est encore une nouveauté cette année !

Ben Spies, le pilote du team privé français Tech3, dont nous avons récemment parlé, va chercher la cinquième place. Devant Rossi.

GROSSE MODIFICATION AU CLASSEMENT GENERAL

On sait que pour le titre, alors qu’il reste cinq GP à courir, la bataille fait rage entre Lorenzo, pilote officiel Yamaha, en tête au général et Pedrosa, qui vient de lui reprendre 21 points en 3 courses.

Lorenzo en a encore 56 d’avance, mais à ce rythme, son Team va devenir extrêmement nerveux !

Ce GP d’Aragon ajoute donc du piment à la fin de saison.

Mais, c’est normal d’ailleurs, le grand gagnant est Stoner, qui passe de la cinquième à la troisième place au général, devant… Rossi.

Cela aussi a un petit goût d’histoire, puisque l’an prochain, Rossi aura la moto de Stoner, ce dernier partant chez Honda.

Disons, au minimum, que ce GP espagnol a cassé un certain nombre de certitudes parmi les experts !!!

Côté italien, bien sûr, on exulte.

L’automne est tout proche et pourtant c’est le retour des beaux jours !

Deux Ducati sur le podium ! Dont l’une, sur la plus haute marche…

Au moment où l’on sait à quel point la firme bolognaise investit, financièrement et techniquement, pour renverser les valeurs du MotoGP, une nouvelle fois, ce résultat est une déflagration de plaisir.

Simple révolte ou vraie révolution en GP ?

La moto n’est pas aussi radicale que l’histoire, mais ce qui est sûr, c’est que le doute a changé de camp !

 Reste juste à savoir pour combien de temps.  

Un petit mot de la rédaction sur Randy de Puniet, malheureux dans ce GP puisqu’il a chuté.

On sait depuis son retour d’accident que le talent est toujours là.

Le destin a été cruel en Espagne mais l’année est loin d’être finie !

Jean Louis Bernardelli

Photos : MOTOGP

 

 

Moto

About Author

admin

Leave a Reply