RALLYE DU MONT BLANC : UN PLATEAU EXCEPTIONNEL

  

 

Avec 166 concurrents et un plateau d’une qualité rarement atteinte, la cinquième manche du Championnat de France des Rallyes, lance une seconde demie saison très prometteuse au plus haut niveau de discipline dans l’hexagone.

Après le Mont Blanc – Morzine sur lequel l’indécision plane pour la victoire dans toutes les catégories, les fidèles de la compétition prendront en effet le chemin d’épreuves qui s’annoncent tout aussi exceptionnelles : le Grand National qui fait partie intégrante du Rallye de France – Alsace, le Critérium des Cévennes et enfin pour clôturer la saison, le Rallye du Var.

1. L’ORGANISATION

Philippe Vaness (président du Comité d’Organisation) fait le point :

« Je tiens avant tout à saluer le travail de toute l’équipe de l’ASAC Mont Blanc et plus particulièrement celui de Claude Passaquin et Jean-Paul Berrerd qui se sont chargés de remanier très largement le parcours du rallye. C’est un changement profond qui intervient alors que le tracé n’avait que très peu évolué ces six ou sept dernières années. Pour répondre à la demande de beaucoup de pilotes et à celle de la FFSA, nous avons tenu à ce que le rallye soit plus concentré et ait ainsi plus de rythme et de corps.

Quatre spéciales sont totalement nouvelles. L’une d’entre elles se déroulera sous forme de boucle et sera gérée par les équipes du Touquet qui ont l’expérience de ce genre d’exercice. Et pour la première fois dans l’histoire du Mont Blanc, nous organiserons une spéciale spectacle !

La ville de Samoëns était demandeuse et s’est fortement impliquée. Quant au plateau, il est tout à fait exceptionnel, on peut dire que le Championnat de France des Rallyes passionne toujours autant ! Nous en sommes très, très contents, notamment parce que neuf nations seront représentées et que notre rallye a la chance de voir débuter la nouvelle Citroën DS3 R3 et une première Porsche GT+, en France.

En tous les cas, nous avons l’assurance qu’il y aura de la bagarre à tous les niveaux. Notre vœux le cher est désormais que tout se passe bien pour tout le monde, sous le soleil si possible, et que tous les acteurs de la 62ème édition prennent un maximum de plaisir le week-end prochain. »

2. LE CHAMPIONNAT DE FRANCE PILOTES ET LES PRINCIPAUX FAVORIS

Engagés en WRC : Tsjoen (Ford Focus), Snobeck (Peugeot 307), Roché (307), Comte (307), Barbé (307), Baud (206), Bonfils (307), Civade (Subaru Impreza).

Engagés en Super 2000 : Bouffier (Peugeot 207), Robert  (207), Maurin (Ford Fiesta), Gal (207), Dub (Fiat Grande Punto), Greiffenberg (Punto), Dommerdich (Punto), Jacquillard (Fiesta), Blanc (207) Chevallier (Punto).

Engagé en GT+ : Nantet (Porsche 996 Cup)

Engagé en GT de Série : Dumas (Porsche 996 GT3), Kieffer (Porsche 996)

Engagés en Super 1600 : Amourette (C2), Faure (Opel Corsa)

Engagés en R3 : Guigou (Clio), Meeke (Citroën DS3 R3), Paternot (Clio), Courtois (Clio), Maurage (Clio)Janel (Clio), Gouttefangeas (Clio), Lovato (Clio)

Engagés en groupe N : Hot (Subaru Impreza), Raymond (Mitsubshi Lancer Evo7), Giraldo (Lancer Evo9), Boyer (Lancer Evo7).

Mais laissons la parole aux protagonistes.

Questionné, Cédric Robert du Team GPC Motorsport – Motul explique:

« Je roulerai cette fois avec la 207 Super 2000, J’aurais évidemment aimé disposer de la 307, mais cela n’a pas été possible. Ce n’est d’ailleurs pas un souci car c’est déjà très chouette de pouvoir rouler. Surtout au Mont Blanc, un rallye que j’adore et qui est désormais près de chez moi. Nous allons tout faire pour marquer un maximum de points sur tous les tableaux. En Championnat Pilotes pour tenter de conserver notre première place, en Trophée BFGoodrich pour assurer les prochains rendez-vous et bien sûr en Championnat Team pour GPC Motorsport – Motul qui pointe aussi en tête. Vu le plateau, ce ne sera pas facile, ni en Super 2000 avec Bryan Bouffier notamment, ni face aux WRC et autres Porsche que je redoute, surtout s’il fait sec… »

De son côté, le Belge Pieter Tsjoen ajoute:

« Une chose est sûre, nous allons à nouveau découvrir un rallye du Championnat. En plus, ce Mont Blanc risque d’être ‘’LE’’ tournant de notre saison car le nombre de points marqués conditionnera la suite de notre saison. Nous viserons la victoire, ou au pire la deuxième place. Nous n’avons pas trop le choix si nous voulons devenir Champions de France… Le fait que Cédric Robert roule cette fois en Super 2000 est une bonne opportunité mais il reste évidemment d’autres très bons pilotes en WRC. »

Bryan Bouffier, ajoutant:

« Après nos soucis du Touquet et notre abandon à Rodez, notre champ d’action s’est réduit. Nous avons absolument besoin de marquer des points. Le plus possible évidemment si nous voulons garder une chance de titre. En tous les cas, j’adore ce rallye et comme j’ai eu la chance de pas mal rouler ces derniers temps, j’espère être rapidement en action.»

De son côté Emmanuel Guigou, poursuit:

« Ce ne sera pas facile, vu le plateau de départ. Le groupe R est plus relevé qu’à l’accoutumée et nous affronterons notamment l’irlandais Kris Meeke sur la toute nouvelle Citroën DS3 R3. Le pilote va très, très vite, c’est certain, et était déjà présent à Morzine l’an passé. Quant à son auto, je ne sais vraiment pas dire aujourd’hui comment elle se situera par rapport à la Renault Clio R3. Je pense que nous disposons de quelques bons atouts en termes de performances, d’efficacité et de fiabilité. Nous verrons bien sur le terrain dès vendredi ! En tous les cas, notre challenge est triple à Morzine : marquer des points au Championnat Pilotes, faire du mieux possible en Trophée BFGoodrich et conforter la position de Chazel Dalta en Championnat Team. Quant au scratch, je pense que ce sera très difficile d’entrer dans le Top 10. »

Frédéric Comte, enchaine :

« Notre but ? Nous faire plaisir, mon épouse et moi, au volant de la 307 WRC, la meilleure auto possible en Championnat de France. Nous venons de nous marier. Cette course, et peut être quelques autres cette année, ce sera un peu notre voyage de noces, même si nous ne serons pas loin de la maison. Nous n’avons pas vraiment d’objectif sportif. Gagner me parait difficile pour une première course avec la 307 WRC. Mais nous ne sommes pas là pour nous trainer non plus… En attendant, il faudra sans doute que nous corrigions nos notes quand nous aurons essayé une nouvelle fois la voiture en Italie cette semaine. »

 Et Pierre Roché de préciser  :

« Nous tentons le pari de la 307 WRC pour le Mont Blanc ! Sur le papier, c’est la meilleure auto imaginable. J’adore le Mont Blanc et j’ai hâte de découvrir ma nouvelle voiture mais ce ne sera pas avant la spéciale d’essai, jeudi… Le pas de la Subaru Impreza S8 de 2002 à la 307 ‘tip top’ de 2004 me parait important mais nous allons tout faire pour briguer les premiers rôles. »

Un mot enfin de Jean-François Liénéré (responsable compétition client Citroën Sport) concernant Kris Meeke :

« Ce sera la deuxième course de la DS3 R3, après le rallye d’Ulster que Bryan Bouffier avait bouclé en tête des deux roues motrices. Notre nouveau produit semble bien né et a tourné comme une horloge mais nous attendons avec impatience le Mont Blanc. Le terrain est assez différent de celui de l’Ulster et l’adversité sera orchestrée par d’excellents pilotes aux volants d’excellentes autos à Morzine… La confrontation sera intéressante pour nous qui souhaitons faire de la DS3 la référence de la catégorie. »

Comme on le voit ce Rallye du Mont Blanc ne manquera pas d’intérêt

Christian Colinet

Photos : FFSA – (DPPI)

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply