MOTO CROSS MX2 : MUSQUIN FONCE VERS SON SECOND TITRE MONDIAL

 MUSQUIN EN PLEINE DEFONCE…

 

Marvin Musquin, que nous avons présenté aux lecteurs d’Autonewsinfo juste avant le GP du Brésil de Moto Cross (catégorie MX2, motos de 125 cc deux temps ou 250 cc quatre temps) est largement en tête d’un Championnat du monde qu’il gagnera donc pour la deuxième fois.

Mais ce n’est pas encore fait.

Résumer ce GP du Brésil tient en quelques mots. Marvin Musquin part en tête dans chacune des deux manches mais sur la ligne d’arrivée c’est… Ken Roczen, son challenger, qui gagne à deux reprises !!!

Explications…

SAMBA INFERNALE

Il reste encore deux GP à courir, aux Pays Bas et en Italie. Nous avons joint Marvin Musquin alors qu’il partait en Hollande, afin de s’entraîner à rouler sur le sable, terrain local très particulier, totalement épuisant, et qui ne ressemble à rien d’autre dans le monde.

Tout crossman connaît la poussière, les cailloux, la boue, les bosses, les sauts, mais le sable, c’est un truc de dingues.

On revient très vite sur les deux manches disputées et perdues au Brésil.

« Roczen et moi n’avions pas le même objectif. Lui voulait juste gagner. Moi, je veux rouler vite mais aller au bout. A chaque départ, je suis parti devant. On s’est fait des bagarres formidables, avec plusieurs dépassements dans chaque manche, il prenait des risques incroyables. Et moi, la bagarre, j’adore ça. Je pensais trop à lui et pas assez à moi. Alors il ya un moment où je dois penser au titre. En fin de course, il a réussi à rester devant. Cela dit, si j’avais gagné les deux manches juste devant lui, je ne serais pas encore champion du monde non plus ».

ETAT DES LIEUX

En fait, il faut savoir que dans chacune des deux manches d’un GP, le premier prend 25 points et le second 22. 

Deux victoires ou deux deuxièmes places, la différence n’est donc que de 6 points.

Ce qui ne suffisait pas à Marvin pour être titré dès le Brésil. En revanche, il a (avant les deux GP restant au programme, donc quatre manches au total) 72 points d’avance sur Roczen.

      KEN ROCZEN

 Il lui suffit donc de finir le GP de Lierop, aux Pays Bas, avec plus de cinquante points d’avance pour être titré dès ce week-end.

Même en pleine bagarre avec l’envie de gagner et donc de prendre des risques, il n’est pas interdit de réfléchir…

Le manager de Marvin, Yannig Kervella, pense avec raison  qu’aujourd’hui, les trois meilleurs pilotes au monde sont Musquin, Roczen et Herlings, ce dernier étant d’ailleurs le fils d’un très grand Champion batave de motocross.

Ce « petit » dernier (en fait un géant) a 15 ans, et a gagné le troisième GP auquel il a participé. (Evidemment dans le sable, le terrain préféré des crossmen hollandais !).

Ces trois pilotes courent dans la même cylindrée, le MX2. Championnat du monde considéré comme la porte d’entrée vers le très prestigieux MX1, il est à juste titre très convoité par les meilleurs. Mais les trois pilotes n’ont évidemment pas les mêmes motivations pour leur futur immédiat.

On l’a vu pour Musquin, le rêve c’est … l’Amérique.

« Je ne pense pratiquement qu’à ça depuis que je cours. Cela fait ma troisième année en GP avec une quasi-obsession : aller rouler aux USA, dans leur championnat de supercross et aussi en outdoor. Je suis évidemment très fier de mon premier titre mondial, j’espère que je décrocherai le deuxième, mais pour moi ces championnats là étaient seulement un passage. Formidable, mais mon objectif a toujours été les USA. Je vais donc finir ce championnat, j’ai une chance raisonnable de décrocher le titre ce week-end en Hollande, mais je ne courrai pas une saison de plus en mondial. Ken Roczen, lui, a sûrement envie aussi d’aller rouler en Amérique du nord mais son projet immédiat c’est un titre mondial. J’espère gagner le championnat du monde cette année, c’est très bien parti, il faudra donc qu’il attende l’an prochain. Quant à Herlings, il a un peu plus de 15 ans, il est immense, bourré de talent, il doit quand même apprendre le métier. Cette année, il s’est blessé, mais il gagne un GP dans le sable. De la vraie graine de champion mais à confirmer ».

 

GO WEST

Mais d’abord au nord. Marvin Musquin nous confie que bien sûr, il a peu de points à décrocher ce week-end mais c’est dans le sable, et il y aura une flopée de hollandais qui sont nés dedans, qui roulent dedans depuis qu’ils ont quatre ans. Il préfère le style supercross, les bosses, la terre. Donc piège possible.

Ce qui est « drôle » c’est que son manager aime bien qu’il roule sans crispations. Or le sable, c’est une crispation permanente !!!

Bref, le pilote va souffrir et le manager va devoir aussi serrer les dents ! 

Ce qui prouve simplement qu’en sport de haut niveau, on ne gagne jamais en dilettante et surtout jamais par hasard !

Puis, il y aura encore un GP en Italie, et quinze jours plus tard le Motocross des Nations à Denver, aux USA.

Un véritable Championnat du monde par équipes, où Musquin représentera la France avec Pourcel et Boog. Marvin y croit, en plus Pourcel, qui roule aux States depuis pas mal de temps, connaît le terrain et donnera de fructueux conseils à ses coéquipiers.

Taper les  »américains » chez eux et en équipe, Marvin y croit.

Pour voir rouler ce pilote incroyablement doué et en effet l’un des meilleurs au monde, il y aura encore deux créneaux  en Europe cette année

Musquin participera au Supercross de Bercy et à celui de Genève.

Puis il ira vers son rêve.

Les USA.

 Il a 20 ans.

 Belle histoire non ?

 

Jean Louis Bernardelli

Photos : Red Bull

Moto Motocross

About Author

admin

Leave a Reply