REBELLION A LA FIA

 LE SIEGE DE LA FIA A PARIS

  

Il y a maintenant près d’une année – le vendredi 23 octobre 2009 – que Jean Todt a été porté à la présidence de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), position dans laquelle il a été téléguidé par Max Mosley, le président sortant.

Ce raz-de-marée électoral étant le résultat de l’intense « persuasion » que ce dernier a exercé sur les votants, les vrais enjeux de la FIA ont été les grands oubliés de l’élection, et peu se sont posé la véritable question de la capacité de Jean Todt, à présider la vénérable institution.

 

Dix mois plus tard, force est de constater que la seule préoccupation de Jean Todt a été de renforcer encore u peu plus le régime personnel et autoritaire mis en place par le sieur Mosley.

Lequel avait pourtant mené la FIA au bord du chaos lors de son dernier mandat.

Or que s’est-il passé depuis ?

Rappelons que la famille de la FIA se compose de deux entités distinctes, le Sport Automobile et la Mobilité, constituée de la trame de services proposés aux automobilistes du monde entier par les clubs automobiles dont certains comptent plusieurs millions de membres.

En matière de sport automobile, et malgré l’engagement à ‘’prix d’or ‘’ d’une pléthore de conseillers, aucune mesure significative n’a été prise, dans des disciplines pourtant sinistrées, comme par exemple le Karting, en léthargie totale depuis cinq ans !!!

Quant aux autres Championnats, la situation devient critique, la Formule Un s’éloigne de plus en plus de la FIA, et il semblerait que les grandes réformes à venir, visent plutôt à remplacer les séries actuelles qui connaissent pourtant le succès par de vielles recettes ayant connu l’échec par le passé.

Mais le plus préoccupant pour la FIA est la situation des clubs de la Mobilité.

DEPART DES AMERICAINS DE LA FIA

Du RIFIFI à la FIA !

La majorité d’entre eux s’est organisée au sein de sa propre association indépendante de la FIA, à tel point que le principal d’entre eux, l’ AAA (American Automobile Association), comptant tout de même… 50 millions de membres, soit la moitié de l’effectif de tous les membres individuels de tous les clubs, a purement et simplement …. quitté la FIA !!!

Au moment où les enjeux de la Mobilité deviennent de plus en plus importants en matière de politique mondiale de transport, comme par exemple en ce qui concerne l’environnement ou l’énergie, ce départ est grave et catastrophique.

Et cela est d’autant plus grave que le président n’a pas compris que son rôle principal en tant que président de fédération, c’est de fédérer, et non de diviser et que la gouvernance de la FIA n’est pas une question de renforcement de son pouvoir personnel, mais au contraire la mise en place de structures démocratiques au service du plus grand nombre à même de relever ces défis.

 

SONNETTE D’ALARME…

C’est ce qui transparait pourtant aujourd’hui, et le signal d’alarme vient d’être tiré par un groupe qui vient de se faire connaître à tous les clubs membres de la FIA sous le nom de « FIA Transparency »

Lequel dénonce les travaux confidentiels d’un groupe restreint de nouveaux conseillers sans aucune culture de l’institution, rémunérés par la FIA, à l’instigation du président pour modifier les statuts dans le sens d’un renforcement du pouvoir personnel de ce dernier, au détriment des institutions démocratiques de la fédération !!! 

Parmi les modifications emblématiques proposées, le président pourra briguer … trois mandats consécutifs de 4 ans au lieu de deux, et les pouvoirs du Sénat, la chambre des « sages », sont considérablement réduits, alors que le nombre de ses membres augmente afin qu’y siègent dorénavant 4 nouveaux membres nommés par le président !!!

Vous avez dit Bizarre…

Le système des listes électorales qui a suscité tant de débats et controverses à l’intérieur de la fédération, élaboré par le sieur Mosley pour empêcher toute concurrence, n’est quant à lui pas modifié, et enfin un  »nouveau secrétaire général » viendra coiffer les deux secrétaires généraux existants (Sport et Mobilité), ce qui est à la fois inutile et va à l’encontre de l’esprit de séparation des pouvoirs de la FIA, démontrant ainsi le manque de « culture maison » des conseillers et du président, même si l’indigence notoire des secrétaires généraux en titre, appelle leur remplacement d’urgence pour la bonne marche de l’institution.

Ce que dénonce donc ‘’FIA Transparency ‘’ est ce qui apparait à l’évidence comme étant une tentative d’asservissement total de l’institution à son président, et aussi, malheureusement, le fait que l’on peut avoir été un manager brillant sans rien comprendre au vrai rôle d’un vrai président d’une institution internationale de l’importance de la FIA.

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Bakalian

 

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply