F1 : QUATRIEME SUCCES POUR LA RED BULL RENAULT DE MARK WEBBER QUI PREND LA TETE DU CHAMPIONNAT

 

 

MAGISTRAL

Magnifique coup double en effet pour le pilote Red Bull qui offre une belle récompense à son Team, lequel on l’a dit fêtait son …100éme départ en Grand Prix F1

L’australien Mark Webber a été grandiose ce dimanche ou il a remporté au volant de sa Red Bull Renault, le Grand Prix de Hongrie disputé sur le circuit de Mogiorod, au nord de Budapest.

Triomphant ainsi pour la quatrième fois de la saison après Barcelone, Monaco et Silverstone

 

Victoire qui lui permet en outre, de s’emparer à l’issu de cette douzième des dix neuf courses au calendrier, du commandement au classement général provisoire du Championnat du monde de F1, millésime 2010. 

Lewis Hamilton qui occupait la tête avant la manche hongroise ayant abandonné, lâchant de nombreux et précieux points !!!

Superbe dimanche donc pour le grand Mark :

« On s’attendait à un départ compliqué à l’extérieur et Fernando est bien parti. Celui de Seb a aussi été bon. Et puis, il y avait Lewis, je devais donc m’assurer de ressortir troisième du premier virage. De là, on sait que c’est difficile de faire un dépassement sur cette piste, à moins que quelqu’un fasse une erreur. Cela n’a pas été une surprise de voir Seb disparaître et Fernando faire de son mieux, en attendant le moment crucial de la course pour voir ce que je pourrai faire, au pit stop. »

Et l’heureux vainqueur de poursuivre :

«  Et puis, nous avons eu la voiture de sécurité, et nous avons regardé ce qu’il était le mieux pour tenter de passer Fernando. J’avais beaucoup demandé à mes pneus tendres et nous avons savions qu’il nous fallait une avance de vingt secondes. Mon pneu avant gauche était mort. Quand je suis reparti en pneus durs (43éme tour), je savais que c’était dans la poche. Seb a eu un problème au restart et j’ai un peu reçu la victoire en cadeau. Je n’en ai pas souvent eus, et je le prends. Si Seb n’avait pas commis une erreur, il aurait probablement gagné. Le doublé était l’objectif, nous ne l’avons pas eu mais nous prenons un bon paquet de points.»

Le podium magyar est complété par Fernando Alonso auteur d’un départ canon et par son équipier, Sebastian Vettel, pénalisé d’un ‘’ drive though ‘’ qui l’a très certainement privé de mieux terminer….

Qualifié en première ligne aux côtés de son jeune partenaire Vettel, poleman, Mark s’élançait sur la partie sale de la piste.

Comme envisagé, il se faisait donc tout naturellement déborder par la Ferrari de Fernando Alonso avant le premier virage.

A l’avant parti comme une balle, Vettel caracolait en tête suivi à distance d’Alonso

Une pièce trainant au beau milieu de la piste, la voiture de sécurité entrait alors en piste au 16e des 70 tours prévus.

Sebastian Vettel, Fernando Alonso et la majorité des pilotes en profitaient pour se précipiter aux stands, y effectuer leur changement de pneumatiques.

Pas Webber qui choississait de rester lui en piste.. Du coup, l’australien se retrouvait leader de ce GP de Hongrie !

Lorsque la voiture de sécurité rejoignait les stands  au restart, l’Australien en profitait pour filer, indirectement aidé par son coéquipier allemand, qui avait laissé un écart important, occupé qu’il était à surveiller dans ses miroirs, la Ferrari d’Alonso   

Pour ce que les commissaires sportifs de la FIA, ont considéré comme une infraction au règlement, lequel stipule qu’un peloton sous course neutralisé doit rester compact, Sebastian se voyait infligé un terrible ‘’ drive through’’ probablement déjà synonyme de défaite…

Effectivement après ce rapide passage obligatoire le long de la ligne des stands lorsque sa Red Bull Renault reprenait la piste, elle était non plus seconde mais était rétrogradé bien sur derrière Webber mais aussi évidemment derrière la monoplace rouge de la Scuderia qu’il devançait avant cet incident.

Remonté, très mécontent – comme le montraient les images de la camera embarquée – , Vettel revenait immédiatement au contact de la Ferrari.

Mais malgré plusieurs tentatives dont deux auraient pu mal se terminer, sa Red Bull flirtant avec les bas côtés, Sebastian ne parvint  jamais à trouver l’ouverture pour dépasser Alonso.

Finalement plus les tours défilaient, plus tout le monde surtout les pilotes en piste à ses trousses se demandaient quand Webber allait s’arrêter pour procéder à son obligatoire changement de gommes.

Lorsqu’il fut assuré de disposer d’une marge (22’’) suffisante, son équipe le rappelait au stand. Son arrét fut royal. Aussi logiquement lorsqu’il revenait en course, il ressortait devant la Ferrari, flanquée comme son ombre de Vettel

Ne commettant aucune faute, ne rencontrant aucun ennui mécanique, Mark Webber s’envolait vers la victoire.

Derrière Alonso et Vettel complétaient le podium.

 Et quid des autres ?

Felipe Massa, sur le circuit ou il faillit perdre un œil l’an dernier menait sagement sa Ferrari roulant en solitaire en quatrième position.

Le leader du Championnat, Lewis Hamilton naviguait juste derrière et semblait se diriger vers la cinquième place lorsque sa McLaren s’immobilisait suite à un problème de transmission… Abandon inévitable !

Du coup le leader du Championnat ‘’ hors course ‘’ la cinquième place est revenue à l’inattendu pilote Renault, Vitaly Petrov

Excellent aux essais qualificatifs ou il se permettait de devancer son très brillant chef de file, le polonais Robert Kubica, Petrov réalisait in sensationnel envol qui le voyait pointer au… cinquième rang au premier passage ! Par la suite, il cédait cette position à Hamilton. Mais ce dernier éliminé, Vitaly récupérait son bien et franchissait la ligne d’arrivée à cette position fort avantageuse pour lui le ‘’ rookie ‘’.  Bien sur, cette perf est son meilleur résultat en F1.

Kubica régulier aux places d’honneur et prometteur depuis le lancement de la saison n’a hélas pour lui pas terminé.

Explications.

Lors de la neutralisation, la plupart des pilotes regagnaient les stands pour changer les pneus. C’est alors que la roue arrière droite – mal serré – se détachait de la Mercedes de Nico Rosberg et ricochait de stand en stand, dans la pit lane !

S’ensuivit une énorme angoisse et une confusion…

De ce fait, le responsable chargé de ‘’ la sucette’’ chez Renault occupé à éviter de se prendre cette roue qui voltigeait, libérait la monoplace jaune de Robert Kubica au moment ou se présentait dans le stand voisin, la Force India d’Adrian Sutil qui arrivait à son emplacement pour changer à son tour ses gommes.

L’accrochage était inévitable et même si Kubica tentait de repartir il n’allait pas très loin, une suspension pliée.

Finalement outre Webber, Alonso, Vettel, Massa et Petrov, les autres pilotes à scorer étaient respectivement

Nico Hülkenberg (Williams) sixième, Pedro de la Rosa (Sauber) septième, Jenson Button (McLaren) huitième mais totalement transparent le Champion du monde en titre ce week-end aussi bien aux chronos qu’en course, Kamui Kobayashi (Sauber) neuvième et enfin un très incisif Rubens Barrichello, bon dixième qui arrache, le mot est faible, le point de cette place

Il nous faut préciser que sa bataille face à son ancien partenaire, Michael Schumacher a été rude, chaude et même violente !!!

Sur que Rubens s’est fait plusieurs ‘’ chaleurs ‘’ dont l’une aurait pu très mal se terminer…

Le Brésilien – longtemps équipier de l’allemand chez Ferrari  s’est littéralement fait serré contre le mur des stands par la Mercedes de Schumi lorsqu’il  est enfin parvenu à sa hauteur pour le doubler;

A quelques millimètres près, c’était l’accident à… 300 km/h !!!!

Furieux, fou de rage à son retour au paddock, le pourtant sage Barrichello a lancé  à la cantonnade ‘’ Il est cinglé ‘’ !

Les deux pilotes ont cohabité chez Ferrari pendant six saisons, entre 2000 et 2005, l’Allemand étant alors clairement favorisé par rapport au Brésilien. Les rapports entre les deux hommes manquent depuis lors sérieusement de cordialité.

Ce dimanche a définitivement scellé leur brouille !

Plus tard, il se livrait avec encore plus de colére à l’encontre de celui avec qui il passa plusieurs saisons à Maranello :

‘’ J’ai beaucoup d’expérience et, habituellement, avec un type cinglé comme ça, je lève le pied. Mais pas aujourd’hui, absolument pas. Je pense que ça a été l’une des plus belles manœuvres pour ce qui me concerne, et l’une des plus épouvantables de sa part. S’arrêter pendant trois ans pour revenir faire quelque chose comme ça, on n’en a pas besoin.‘’

Schumacher qui questionné s’est défendu et contenté a lâcher laconiquement :

« C’est la Formule 1»

Pas sur que son comportement anti-sportif que certains n’hésitaient pas à qualifier de ‘’scandaleux’’ de la part d’un … septuple Champion du monde, qui plus est, qui n’est pas ce que l’on nomme ‘’ Un perdreau de l’année‘’ ait plu aux officiels !!!

D’ailleurs en fin d’après midi, on apprenait l’ouverture d’une enquête par les commissaires de la FIA (Fédération internationale de l’Automobile)

Lesquels lui ont octroyé dix places de plus que sa position, à l’issu des essais, lors du prochain GP de Belgique à Spa, le 29 aout !!!

Gilles Gaignault

Photos : Teams et Bernard Asset

F1

About Author

admin

Leave a Reply