F1 : FERRARI JOUE AVEC LE FEU ET LAISSE ALONSO GAGNER A LA PLACE DE MASSA !!!

 FERRARI JOUE AVEC LE FEU ….

  

Mais à quoi joue Ferrari ? En ordonnant à son pilote brésilien Félipe Massa par la radio de bord de laisser passer son pilote espagnol, Fernando Alonso car ce dernier était le plus rapide en course, les dirigeants de la Scuderia Ferrari n’ont pas respectés les règlements érigés en 2002, par le pouvoir sportif, en l’occurrence la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile).

 Ce nouveau règlement faisait suite à l’arrivée jugée en son temps ‘’ scandaleuse ‘’ du GP d’Autriche, disputé le dimanche 12 mai 2002, à Zeltweg ou le patron de l’époque de Ferrari, Jean Todt – aujourd’hui Président de la FIA – avait intimé l’ordre à son pilote brésilien – déjà – Rubens Barichello de lever le pied et de laisser passer son leader l’allemand Michael Schumacher ! 

C’est un peu ce qui s’est à nouveau déroulé ce dimanche à Hockenheim

Rubens s’était éxécuté mais pour maniferster son amertume et son mécontentement, il n’avait levé le pied qu’a dix métres du drapeau à damiers et ce pour bien montrer aux caméras et aux telespecteurs du monde entier, le ridicule de la situation…

Fernando Alonso a en effet remporté une victoire au gout amer puisque le successeur de Jean Todt à la tête de la Scuderia Ferrari, Stefano Domenicali a clairement déclaré par radio à Massa :

« Fernando est plus rapide que toi. As-tu compris le message ? »

 Exécution, au tour suivant, le Vice-champion du monde 2008 s’inclinait. Et laissait alors la tête du GP d’Allemagne à son équipier. Et ce tout simplement en ré accélérant  timidement et bien  mollement  pour un leader, après l’épingle.

A l’arrivée, Domenicali sommé de s’expliquer par les commentateurs TV, rejetait pourtant toute  tentative de manipulation :

« Une consigne ? Non. Les temps de Fernando étaient plus vite. »

Mais revenons au départ.  Qualifié sur la première ligne,  Fernando Alonso profitait du nouveau mauvais envol du poleman, le pilote Red Bull, Sebastian Vettel

Mais Massa en troisième position sur la grille, profitait encore mieux de ce nouveau départ raté de Sebastian Vettel qui visiblement, s’obstinait à géner Fernando Alonso.

Résultat ?

le Brésilien ne laissait pas passer cette véritable aubaine et s’emparait du commandement du GP devant son coéquipier. La Red BullRenault pointant  en troisième position. Malgré les tours qui passaient et les arrêts aux stands incessants pour monter des pneus durs, la situation restait la même. En tête Massa suivi d’Alonso et de Vettel.

Il fallait attendre le 21e tour pour observer enfin Alonso bénéficier  de l’aspiration pour tenter de dépasser Massa. Lequel  résistait à cette tentative, infructueuse donc.

Mais l’ancien double Champion du monde, visiblement un tantinet énervé et contrarié de cet échec, s’en référait  immédiatement à son stand, lâchant à la radio :

« C’est ridicule »

On était la et le trio de tête Massa-Alonso-Vettel se dirigeait dans cet ordre vers l’arrivée

Lorsque subitement au 49e tour, on l’a dit les instructions … tombaient grâce à la radio  qui intimait l’ordre que l’on sait à l’infortuné Massa, obligé, contraint et forcé de laisser la voir libre et la victoire à Fernando Alonso.

Felipe Massa, trouvait  la réponse et faisait comme s’il avait raté un changement de vitesse en sortie de virage, demeurant plus longtemps que d’ordinaire en troisième.

Alors qu’il tournait avec des temps de métronome en 1’17", son chrono curieusement tombait à … 1’19".

Curieux ! Bizarre… Vous avez dit bizarre ?

Félipe chèrement payé par Ferrari, respectait la consigne d’équipe  et s’acheminait la mort dans l’âme vers la seconde place du podium alors que la première lui était assurée

A sa descente du podium, Félipe expliquait timidement lors de la conférence de presse, le visage fermé et la mine désabusé :

« Fernando m’a passé. Je travaille pour l’équipe »

Lequel Alonso piqué au vif dans son orgueil  répliquait :

« Parfois, on est rapide, parfois on est lent, ça dépend de l’état des pneus, parfois on a du grainage, parfois d’autres problèmes. J’ai été plus rapide que lui sur certaines parties de la course, à d’autres moments c’est lui qui prenait ses distances par rapport à Sebastian et moi, c’est difficile de juger. C’est un solide résultat pour l’équipe. Le plus important est que la voiture s’améliore, et que ça n’est pas du aux conditions météo ou autre chose comme ça. »

Plus tard, Felipe Massa a raconté :

« Je pense que je méritais de gagner, oui. Mon départ a simplement été fantastique. Mon rythme, avec les pneus tendres, était excellent. Ensuite, avec les durs, j’ai un peu lutté, mais c’était assurément une très bonne course pour nous. »

Questionné sur l’épineux sujet des ordres donnés par la radio, Félipe poursuit :

«  Je pense que je n’ai pas besoin de parler de ça. Je le redis, nous travaillons pour l’équipe et nous effectuons un super travail pour elle. C’est le plus important. »

Lorsqu’un journaliste l’apostrophe en lui demandant si c’était son choix de laisser passer Alonso, il replique  :

«  Oui, absolument ! .»

Chacun aura compris et bien sur pigé l’humour…

Quant à Sebastian Vettel  qui accompagne les pilotes Ferrari sur le podium lui, il explique :

« J’ai réalisé un bon GP, ce une bonne course.  Dans l’ensemble, je pense que les Ferrari étaient plus rapides que nous pour un dixième ou deux. Il était difficile de tenir leur rythme.  Je termine troisième, et je pense que l’on peut en être fier. Nous avons donné notre maximum aujourd’hui  et je suis ravi d’être monté sur le podium. C’est très spécial pour moi, sur mon Grand Prix national. Voir et entendre tous ce public  qui m’acclame, c’est franchement très  émouvant».

 Pour sa part, Chris Horner, le directeur d’équipe de l’écurie Red Bull et donc de Vettel, n’était pas tendre et  jugeait  sévèrement  l’attitude des dirigeants de la Scuderia Ferrari : 

« Je dois dire que c’est très certainement et probablement la consigne d’équipe la plus claire que je n’ai jamais vue, surtout quand le team s’excuse auprès d’un pilote. »

Effectivement, Rod Smedley, l’ingénieur de course de Felipe Massa, a félicité par radio lors du tour de décélération, son pilote pour sa très belle course, concluant tout de même son message d’un cruel et laconique «  désolé  ».  

Parole qui veut tout dire…  et confirme que Stefano Domenicalli, n’a pas de quoi être fier de son choix !!!

D’ailleurs après l’arrivée, la cérémonie protocolaire du podium et la sempiternelle conférence de presse, les commissaires sportifs de la FIA (Fédération internationale de l’Automobile) ont convoqué Stefano Domenicali, le directeur  de la Scuderia, Massimo Rivola, le directeur sportif, et les deux pilotes pour entendre leurs versions.

 Ils ont finalement infligé une amende de 100.000 dollars – ridicule vu les sommes vertigineuses que draine les GP – à l’écurie italienne et l’ont convoquée devant le Conseil mondial du sport automobile.

Lequel pourrait distribuer des sanctions autrement plus sévères !!!

Allant jusqu’à l’exclusion du GP.

L’ancien patron de l’écurie Jordan de F1, l’irlandais Eddie Jordan désormais commentateur pour la radio anglaise BBC, a été très virulent dans ses propos :

« C’est illégal, c’est un vol ! Ils nous ont volé la possibilité d’un duel roues contre roues entre les deux pilotes. Ferrari devrait avoir honte. C’était une consigne d’équipe. Pour moi, c’est de la triche : les deux voitures devraient être exclues. »

On ose espérer que ce Conseil mondial se réunira au plus vite et ce afin de ne pas perturber trop, le devenir du Championnat du monde 2010. Lequel est ce soir mis ‘’ entre parenthèse ’’

Et si finalement c’est le troisième larron, Sebastian Vettel qui se voyait par le Conseil Mondial de la FIA, déclarer vainqueur ???

Et, pourquoi pas !

Ferrari a bafoué les lois du sport. A ridiculisé la Formule 1 devant des millions de téléspectateurs. A trompé le pouvoir sportif.

Et a ‘’  lésé ‘’ son Champion brésilien…

Tout le monde sait que la recrue 2010, Fernando Alonso jouit à Maranello, d’un statut dévolu dans le passé, dans une autre vie autrefois à un certain … Michael Schumacher

Massa le savait.

Il en a eu désormais confirmation au plus fort de la course !!!

Sur que chez Ferrari, on saura évaluer à sa juste valeur le ‘’ pretium doloris ‘’ et dédommager l’infortuné Massa.

Lequel Massa sait en tout cas avec certitude une chose depuis ce dimanche après midi à Hockenheim :

Il ne sera probablement jamais, JAMAIS, Champion du monde au volant d’une monoplace Ferrari

C’est plutôt drôle, Jean Todt, président de la FIA et anciennement ‘’ ROI’’ des petites consignes chez Peugeot comme chez Ferrari, va devoir prendre position dans cette nouvelle affaire impliquant son ex-équipe…

Il est vrai que Ferrari, en donnant presque clairement des consignes d’équipe, a enfreint le règlement et surtout privé le public d’une bataille en piste.

En confirmant aux yeux de tous qu’Alonso est vraiment le n°1, puisque dans ce cas, on se contente généralement de geler les positions…

Gilles Gaignault

Photos : Teams et Bridgestone

LE CLASSEMENT DU GRAND PRIX D’ALLEMAGNE

1 – Fernando Alonso (Ferrari F10) – Les 67 tours en 1h27’38"464

2 – Felipe Massa (Ferrari F10) à  4"196

3 – Sebastian Vettel (Red Bull RB6-Renault) à 5"121

4 – Lewis Hamilton (McLaren MP4/25-Mercedes) à 26"896

5 – Jenson Button (McLaren MP4/25-Mercedes) à  29"482

6 – Mark Webber (Red Bull RB6-Renault)  à 43"606

7 – Robert Kubica (Renault R30)  à 1 tour

8 – Nico Rosberg (Mercedes MGP W01)  à 1 tour

9 – Michael Schumacher (Mercedes MGP W01) à 1 tour

10 – Vitaly Petrov (Renault R30) à 1 tour

11 – Kamui Kobayashi (Sauber C29-Ferrari)  à 1 tour

12 – Rubens Barrichello (Williams FW32-Cosworth) à 1 tour

13 – Nico Hulkenberg (Williams FW32-Cosworth) à 1 tour

14 – Pedro De La Rosa (Sauber C29-Ferrari)  à 1 tour

15 – Jaime Alguersuari (Toro Rosso STR5-Ferrari) à 1 tour

16 – Vitantonio Liuzzi (Force India VJM03-Mercedes)  à 2 tours

17 – Adrian Sutil (Force India VJM03-Mercedes) à 2 tours

18 – Timo Glock (Virgin VR01-Cosworth) à 3 tours

19 – Bruno Senna (Hispania F110-Cosworth) à 4 tours

MEILLEUR TOUR : Sebastian Vettel en  1’15"824

ABANDONS

Sebastien Buemi-Jarno Trulli-Sakon Yamamoto-Lucas Di Grassi-Heikki Kovalainen

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DU CHAMPIONNAT DES PILOTES

1.Hamilton : 157 Points – 2.Button: 143pts – 3.Webber et Vettel : 136 pts – 5.Alonso : 123 pts – 6.Rosberg :  94 pts  7.Kubica : 89 pts -8.Massa : 85 pts – 9.Schumacher : 38 pts – 10.Sutil : 35 pts -11.Barrichello : 29 pts – 12.Kobayash : 15 pts -13.Liuzzi : 12 pts – 14.Buemi et Petrov : 7 pts – 16.Alguersuari : 3 pts – 17.Hulkenberg :  2 pts

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DES CONSTRUCTEURS

1.McLaren-Mercedes : 300 points – 2.Red Bull-Renault:  272 pts – 3.Ferrari : 208 pts – 4.Mercedes: 132 pts – 5.Renault : 96 pts- 6.Force India-Mercedes: 47 pts -7.Williams-Cosworth: 31 pts – 8.Sauber-Ferrari : 15 pts 9.Toro Rosso-Ferrari:  10 pts

F1

About Author

admin

Leave a Reply