LE MANS CLASSIC : LE PLUS GRAND MUSEE DU MONDE EN PISTE…

 

Pour cette cinquième édition, l’épreuve dénommée ‘’Le Mans Classic ‘’ et organisée une année sur deux par Patrick Peter, a connu un succès sans précédent et s’installe désormais au firmament.

La preuve ?

La présence massive de concurrents britanniques et de leurs clubs.

 

Eux qui bénéficient pourtant de ce qui reste le ‘’ must ‘’ et la ‘’ référence ‘’ en la matière avec les traditionnels et très appréciés ‘’ Festival de Goodwood’’ Mais qui n’hésitent pas à se déplacer en masse pour venir au Mans et vibrer devant ce parterre exceptionnel de bolides tous plus légendaires les uns que les autres.

 

 

Véhicules de toutes époques réunis en six plateaux et qui ont fait rêver bien des générations.

Ce qui a fait dire à l’un de nos confrères américains pourtant habitué lui aussi à admirer lors des fabuleuses réunions de Peeble Beach en Californie:

« Le Mans Classic est incroyablement  devenu le plus grand musée du monde sur piste et accessible aux passionnés et nostalgiques du passé »

Il n’est pas le seul à le penser

L’opinion est unanime.

Cette cinquième édition du Mans Classic restera à jamais graver dans les mémoires et dans tous les esprits de ceux – heureux veinards – qui ont eu la chance et le bonheur de se trouver sur le circuit manceau le week-end dernier.

Le millésime 2010, en attendant le prochain en 2012, demeurera comme l’un des événements majeurs de l’année automobile  et pas seulement dans le domaine automobile. ‘’ LE MUST ‘’

Qu’on en juge !

96 000 spectateurs, 460 sublimes voitures de compétition, plus de 1000 pilotes en piste, une centaine d’apprentis pilotes… et  ‘’ cerise sur le gâteau ‘’ ce qui a garanti le succès de cette fête roulante,  une température moyenne de… 32°C sur l’ensemble du week-end !

Le Mans Classic. Cinquième. Action.

LA COMPETITION

La chaleur, éprouvante pour les hommes comme pour les mécaniques, n’a pas altéré le spectacle – loin de là – offert par les bolides des six plateaux, 24 heures durant.

Cette année, le premier plateau à s’élancer samedi fut le plateau 3, celui des voitures de 1957 à 1961. Le départ Type Le Mans est toujours ‘’LE ‘’ moment fort du week-end et les pilotes se sont élancés vers leurs voitures dans un tonnerre d’applaudissements. Les tribunes en face de la longue ligne droite des stands étant pleines à craquer.

C’est Gérard Larrousse, ancien double vainqueur des 24 Heures en 1973 et 1974, associé à Henri Pescarolo au volant de l’inoubliable proto Matra qui avait été invité pour donner le départ et lancer ainsi cette cinquième édition du Mans Classic.

 

Une fois encore, une fois de plus, le public ne s’y est pas trompé. Les propriétaires des plus belles voitures de compétition du monde, se donnent  dorénavant rendez-vous au Mans Classic. L’épreuve devenant au fil de ses organisations un ‘’ événement incontournable ‘’

Des Bugatti d’avant-guerre dans le plateau 1 aux bestiales Porsche 935 du plateau 6, c’est toute l’histoire de la compétition automobile et des légendaires 24 Heures qui a défilé tout au long du tracé mythique de 13 kilomètres du Grand Circuit Manceau.

Plus de quarante anciens pilotes des 24 Heures étaient au rendez-vous. Parmi tous ces champions qui ont fait l’histoire, la légende et la réputation de l’épreuve sarthoise on reconnaissait  Henri Pescarolo, René Arnoux ou encore Richard Attwood qui pilotait son inoubliable Porsche 917 de l’époque.

Des châssis en veux tu, en voila ayant fait Le Mans étaient également de retour:

Bugatti, Talbot Usine, Delage, Delahaye, Jaguar Type D, Ford GT40, Ferrari  P3-512 BBLM, Lotus, Matra 650, Alpine Renault, Inaltéra, Rondeau. Impossible de tous les citer tant on en comptait à profusion…

Tous des pièces de musée que leurs propriétaires n’hésitent pas à remettre sur la piste, pour la plus grande joie des spectateurs. Rien que du bonheur pour ‘’ le plaisir des yeux et des oreilles ‘’

Et puisque Le Mans Classic est  assurément une vraie compétition, ces derniers ont pu saluer les belles passes d’armes que se sont offert leurs pilotes.

Au final, au classement des équipes, c’est le Team 21 qui s’impose, emmené par Ludovic Caron dans les plateaux 3, 4 et 6, Bernard Thuner dans le plateau 5 (1er au scratch), Nicolas et Henri Chambon dans le plateau 2 et enfin François Cointreau et Frédéric Novo dans le plateau 1.

Au scratch tous plateaux confondus, c’est un bis répétita pour Jean-Marc Lucoépaulé par l’ami Jacques Nicolet – et sa Porsche 936, déjà vainqueur en 2008 avec la même voiture. Une magnifique auto que naguère Jacky Ickx a menée à la victoire sur ce même circuit du Mans, le dimanche 14 juin 1981.

Comme quoi les années passent mais une ancienne ‘’ STAR ‘’ conserve  toujours son ‘’ aura ‘’ et son invincibilité !!!

 


 

 

LA VENTE AUX ENCHERES ARTCURIAL MOTORCARS

 

Devant une salle comble et animée, sous une tente monumentale dressée en plein cœur  de ce  circuit mythique, Hervé Poulain, qui fêtait ses 40 ans de vente automobile, adjugeait 71% des 60 automobiles présentées au Mans Classic, le vendredi 9 juillet.

Le bruit des voitures qui participaient aux séances d’essais s’ajoutait à l’ambiance chaude et effervescente de la vacation.
6,4 millions d’euros pour près de trois quarts des automobiles vendues.

C’est un gentil succès pour la nouvelle équipe d’Artcurial Motorcars, le directeur Matthieu Lamoure et ses collaborateurs Pierre Novikoff et Iris Hummel.

 

Quatre voitures ont franchi la barre de 500,000€ tandis que quinze dépassaient largement les 100,000€.

 

Mais la ‘’ grosse vedette’’ de cette vente, une McLaren GT concurrente aux 24 Heures et décorée en son temps par le sculpteur César, n’a pas trouvé preneur !

Certes, elle a été annoncée comme vendue à 1,8 million d’€ mais cette somme correspondait à son prix de réserve… Donc, vente fictive.

Une attitude hélas devenue maintenant habituelle dans toutes les ventes aux enchères !!!!

LES CLUBS ET CONCOURS

 

8 000 voitures de clubs, venus de France, d’Europe et même de beaucoup plus loin parfois, se sont retrouvées, dès le jeudi, sur le circuit Bugatti du Mans qui leur était réservé. Record absolu pour ce qui est devenu le plus grand rassemblement de voitures de clubs au monde.

Cette année, le thème du concours des Clubs (l’Automobile et le Cinéma) a récompensé le club ‘’TVR Car Club de France ‘’ pour son hommage au film ‘’ Opération Espadon ‘’. Le ‘’Lagonda Owners Club’’, de son côté, a remporté le prix des Clubs.

 

En ce qui concerne le Prix de l’Authenticité, c’est l’Aston Martin DB2 (VMS 64) qui a séduit le Jury, présidé par Jean- Pierre Ploué.

Du côté des châssis ex-Le Mans, regroupés au sein du ‘’Le Mans Heritage Club’’, c’est l’Adler Super Trumpf de 1937 qui a emporté le ‘’Grand Prix du Best of Show ‘’ ainsi que celui de sa classe, tandis que la Ferrari 312 P a remporté le Prix du Design.

 

Le Prix du Palmarès a lui été remis à la Rondeau M379 d’ Olivier Leclere, pour récompenser les trente ans de la victoire de l’équipage Jean Rondeau – Jean Pierre Jaussaud, au volant de cette voiture, le 15 juin 1980, lors de la 48éme édition des 24 Heures du Mans.

Les Concept Cars Citroën ont d’ailleurs escorté ces 24 voitures sur le grand circuit pour un tour d’honneur, précédées par une avant-première mondiale:

La Survolt, le nouveau concept car électrique du constructeur français, qui faisait là ces premiers tours de roue devant un public ébahi devant la beauté de cette Citroën qui préfigure l’avenir!

LA VIE SUR LE CIRCUIT

Avec les températures record du week-end, le public de cette cinquième édition a pu vivre la « Fièvre du Mans » au sens propre. Des tribunes au Village en passant par les clubs, la foule des grands jours  était partout, dans une atmosphère conviviale et festive durant trois jours… et deux nuits.


Avec 20% de spectateurs en plus par rapport à la précédente édition en 2008, le succès de l’évènement créé en 2002 est plus que jamais confirmé.

Tout le mérite en revient à son dynamique promoteur, Patrick Peter qui a su au cours des semaines précédents cet événement, en assurer l’excellente promotion.

Bravo à lui et à ses équipes. Respect !

Désormais pour revivre un week-end d’une tel intensité, il faudra patienter jusqu’en … juillet 2012 !

Gilles Gaignault
Photos : Jean Pierre Crouin et photoclassicracing

UNIQUE FERRARI GTO BREDVAN DE 1963

CHEVROLET CORVETTE (PAUL BELMONDO-PHILIPPE VANDOMME)

FERRARI 365 GTB4 de 1970 (CLAUDE BALLOT LENA)

BMW LUIGI

 

 

FERRARI DINO 156 S (1959)

BENTLEY (1928)

FORD COUPE CAPRI RS

LOLA TEAM PAUL HENRI ARCHAMBEAUD

BMW M1 (DIDIER PIRONI-DIETER QUESTER)

BUGATTI TYPE 35 de 1925

DE TOMASO PANTERA

DELAGE TYPE D6 DE 1936

INALTERA DE 1976

LIGIER MASERATI DE 1975

MG A

 

 

Le samedi en plein milieu de l’après midi lorsque Nissan nous a invité à piloter ses fantastiques GT-R et 370 Z quel  bonheur  que de conduire sur le grand circuit sarthois des 24 Heures du Mans – le thermomètre annonçait rien moins que… 38° !!!

Heureusement, la clim à bord, nous a évité de  prendre ‘’ un coup de chaud ‘’ et de perdre la tête au volant de ces surpuissants bolides nous évitant de commettre des bêtises
C’est l’année de tous les records pour Le Mans Classic.
.

 

 

.

 

 

 

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply