PLAYSTATION NISSAN GT ACADEMY : DU VIRTUEL… AU REEL !!!! L’ETONNANTE HISTOIRE DE JORDAN TRESSON

 JORDAN TRESSON: UN VISAGE DESORMAIS CONNU !!!

Jordan Tresson ???

Késako ? Kicé ce loustic…

Inconnu au bataillon des pilotes. Jamais vu ni entendu parler de ce pilote ni en karting ni en sport automobile.

Jusqu’au printemps dernier.

En effet, ce jeune homme originaire de Meurthe et Moselle, il vit à Villers la montagne prés de Longwy comme une certaine.. Patricia Kaas et qui se trouve en quatrième année de la très réputée école d’ingénieur ESTACA à Levallois en banlieue parisienne, s’est soudainement retrouvé propulsé sous les devants de la scène de la compétition automobile !

Un parcours surprenant,  inimaginable et pourtant Réel

Une formidable aventure amorcée au début de l’hiver et qui l’a finalement amené du… monde virtuel à celui bien réel, de…. pilote de course !!!!

Mais revenons quelques mois en arrière et écoutons-le nous conter ce parcours incroyable. Cette histoire peu banale et rare que dis-je, rarissime

Tout démarre en fait le 19 décembre 2009, lorsque Jordan s’inscrit au Playstation Nissan GT Academy. Un jeu concours destiné à sélectionner dans vingt pays européens auxquels s’étaient joints l’Australie et la Nouvelle Zélande, les vingt meilleurs joueurs par nation.

Difficile de figurer parmi ce TOP 20 dans la mesure ou le concours avait réuni 1,4 million d’adeptes.

C’est pourtant Jordan Tresson qui va se révéler le plus rapide et qui va se retrouver toujours derrière les manettes le 6 février parmi les vingt sélectionnés français pour la grande finale sur le circuit provençal du Castellet.

 
Passionné de jeux virtuels, Johan y joue régulièrement depuis une bonne douzaine d’années. Et depuis qu’il s’est inscrit au concours organisé par Nissan deux mois auparavant, il y consacre quotidiennement une bonne heure

Finalement lors de l’ultime sélection au Paul Ricard, il fait partie des deux meilleurs tricolores retenus pour se rendre à la finale européenne prévue elle sur le circuit de Silverstone. Sa sélection il l’a acquise en sortant lauréat de plusieurs courses virtuelles disputées sur les pistes d’Indianapolis, Fuji et au Nurburgring

Deux semaines plus tard, le 23 février, on retrouve Jordan sur le terrain du fameux British Grand Prix. La, il va une fois de plus, une nouvelle fois faire des étincelles  et il termine en tête avec l’italien Luca Lorenzini.

DU VIRTUEL AU … REEL !!!

S’ensuit toute une série de participations cette fois en réel  à des courses de clubs ou il va deux mois durant  sillonner  l’Angleterre des circuits. Ainsi de Snetterton à Oulton Park, de Mallory à Scarborough, de Rockingham à Thruxton, notre apprenti champion va découvrir l’univers de la course

De quoi s’agit-t’il ?

 De débuter en compétition au volant  et donc cette fois ’’ grandeur nature ‘’ au volant d’une Nissan 370 Z du Team RJN Motorsports.

Le but ?

« Nous initier à la conduite en circuit d’une part et ce dans la mesure ou le vainqueur Luca ou moi allait se voir attribuer un volant pour disputer la saison 2010 en Championnat d’Europe GT4. Et, d’autre part d’obtenir notre licence de pilote.

Au terme de ces deux mois non stop de petites course typiquement ‘’ british ‘’ Bob Neville le patron du Team RJN ,le choisit et le retient au détriment de l’italien.

Mais, laissons Jordan nous raconter la suite :

« En fait, on était tous le deux très, très proches en course. La différence s’est faite sur le pilotage. Bob estimant que j’étais plus incisif, plus régulier et propre dans le trafic.  Et que je me laissais doublé plus proprement. Du coup, c’est tout cela qui m’a au final avantagé et fait gagner »

Comme on l’imagine, la suite s’annonçait copieuse, notre ‘’ apprenti pilote champion ‘’ passant en moins de six mois, du statut de CHAMPION VIRTUEL PLAYSTATION NISSAN GT, à celui de pilote de course professionnel !!!

Hallucinant…
Mais pourtant bien REEL…

Imitant  ainsi l’espagnol Lucas Ordonez  victorieux lui en 2009.
Décrochant le GROS LOT, à savoir un volant pour disputer la saison 2010, en Championnat d’Europe GT4.

Jordan se souvient :

« Incroyable. Franchement j’étais bien loin d’imaginer une telle issue lorsque je me suis inscrit à ce concours. Je ne pensais vraiment pas me retrouver casqué installé dans le baquet d’un bolide de course et rouler sur des circuits mythiques et magiques.»

Sa saison il la débute le 1er mai dans le temple des sports mécaniques britanniques, à Silverstone. Pour débuter en course , Bob Neville lui a trouvé un bon partenaire, le jeune anglais Alex Buncombe, puisque  toutes les courses GT se disputent en tandem, à deux pilotes.

Pour ce baptême,  les choses sont compliquées. Alex, son équipier perd une roue lors de la première manche et un capteur   du vilebrequin lâche dans la seconde.

« C’est le métier qui rentrait » se souvient Jordan.

Les 5 et 6 juin pour le second rendez-vous sur le non moins prestigieux tracé ardennais de Spa Francorchamps, les choses furent plus simples puisque le duo Alex Buncombe- Jordan Tresson termine à d’honorables septième et huitième places.
C’est donc avec un moral au beau fixe que Jordan a débarqué cette semaine au Castellet pour y participer à la troisième manche du Championnat d’Europe GT4.

Et, ma foi il a bien entamé son week-end provençal. Qu’on en juge :

Pointé à 2’’5 d’Alex le déjà chevronné à Silverstone, il n’était déjà plus qu’à 1’’8 à Spa. Et ce samedi, a l’issue des chronos, il ne concédait que 0’’8 ! C’est dire, si au fil des courses,  le néophyte s’est amélioré

Alors, que ressent t’il de se retrouver à rouler  sur cette piste du circuit Paul Ricard, si prisée et appréciée de tous les plus grands Champions automobiles. Lui qui n’avait jamais touché un volant en course ni non plus mis les pieds sur une piste, il y a encore six mois !!!

«  Les sensations sont complètement différentes de ce que l’on ressent avec le pilotage virtuel , manettes en mains. Les mouvements au volant en réel, ceux de la tête, le bruit, la chaleur, le stress du pilotage en peloton, le rythme cardiaque, bref, il n’y a rien de comparable »

Justement tellement occupé pour bénéficier de ce premier prix remporté au volant de bolides virtuels, a-t-il pris le temps de retoucher aux manettes ?

« Sincèrement, peu, très peu. Faute de temps. »

Et, Jordan  »le pilote » , de préciser :

« Je ne suis d’ailleurs pas vraiment meilleur qu’avant ! »

Un mot encore pour savoir s’il a des idoles parmi les grands Champions ?

« Yes, j’appréciais tout jeune Ayrton Senna. Et actuellement, je suis un peu la F1, le WTCC et le LMS. Et j’aime bien Romain Dumas, Alan McNish, Lewis Hamilton et Jenson Button.»

Au fond, tout a été tellement vite, Jordan a-t-il au moins un … REVE ?

« Oui, celui de disputer un jour les 24 Heures du Nurburgring, a cause de son tracé légendaire de la Nordschleife »

Et de conclure en nous précisant :

« Mais Le Mans me fait aussi vibrer »

En fin de saison, une chose est sure lorsqu’il se consacrera à nouveau à fond à ses brillantes études d’ingénieur à l’ESTACA, il ne sera nullement amer et frustré !!!

Bien au contraire, la vie lui aura permis de vivre ‘’UN REVE’’
Cela n’arrive pas à tout le monde.

Alors à … 22 ans, il est né le 23 avril 1988, lui se considère assurément déjà comme ‘’ un privilégié ‘’

Gilles Gaignault
Photos : Renaud Lacroix

Sport

About Author

admin

Leave a Reply