LMS : FORFAIT POUR PORTIMAO, LE TEAM PEGASUS DANS L’IMPASSE

 REVERRA T’ON LA NORMA PEGASUS ???

 

Dans la liste publiée par Peter organisation le promoteur en charge du Championnat LMS (Le Mans Séries) une absence remarquée et regrettée !

Celle du Team Alsacien Pegasus.

Apparu début 2009 en LMS, l’équipe de Claude et Julien Schell nous avait épaté ces deux dernières saisons par sa passion, sa  folle détermination et son enthousiasme.

Après plusieurs saisons passées et avec succès dans la division inférieure en france, le Championnat VdeV cher à notre ami Eric Van de Wyver, la petite équipe Alsacienne décidait donc de franchir un cap et de se lancer dans le grand bain des épreuves d’endurance internationales aux côtés des Géants que sont les équipes officielles comme Aston Martin, Audi ou Peugeot mais aussi les meilleurs équipes privées telles que Pescarolo, Oreca, voire Oak Racing.
 


Ayant débuté en 2009 avec une Courage, le Team Pegasus visait beaucoup plus haut cette année et avait décidé de lier son avenir avec Norbert Santos, le père des Norma, conçues à St Pée de Bigorre..

Mais un gros retard a ruiné les projets initiaux de l’écurie Alsacienne. En effet alors que Pegasus attendait sa Norma pour le début de l’actuelle saison, celle-ci n’a été finalement prête et roulable que pour les 24 Heures du Mans, à la mi juin !

Dans ces conditions, chez Pegasus, après avoir vendu un ‘’ programme Norma ‘’ à ses pilotes, Frédéric Da Rocha et Jean Christophe Metz, il a fallu changer le fusil d’épaule et leur proposer un  bolide de substitution, la bonne et vieille Courage, toujours alerte si l’on en juge par ses performances de la saison 2009.

C’est la ou ont véritablement commencés les ennuis de Pegasus…

Alors que normalement, la Norma aurait du lui être livrée pour les essais LMS en mars, il n’en a rien été, comme on l’a déjà expliqué.

Du coup, Pegasus a amorcé sa campagne LMS lors de ces tests Le Mans Séries en mars  et dans la foulée à l’occasion des Huit Heures du Castellet, avec cette Courage.

Il nous faut toutefois préciser à la décharge de Pegasus que la Norma n’étant pas livrée en début de saison, il leur a fallu acheter à Philippe Thirion la Courage pour pouvoir entamer la saison. D’ou un sérieux trou dans sa trésorerie…

Comme on le voit c’est un peu l’imbroglio.

C’est la raison pour laquelle après la première épreuve, l’un des pilotes, Jean Christophe  Metz quittait l’équipe. Lui ne souhaitant rouler que dans la Norma.

Mais si l’on vous vend, un ‘’diamant’’ , à la livraison, vous l’exigez et ne vous contentez pas d’un ‘’saphir’’ ou d’un ’’ rubis’’… Quel que soit la qualité et la beauté !!

Aux 1000 km de Spa en mai , la Norma se faisait toujours désirer et ce n’est que deux semaines avant les 24 Heures, que le bolide débarquait en Sarthe pour être ausculté par les commissaires sportifs de l’ACO en vu de son homologation. Lesquels donnaient leur feu vert.

Aux 24Heures, Metz absent, c’est le jeune et brillant David Zollinger qui rejoignait le tandem Da Rocha-Julien Schell  comme troisième pilote au volant de la très belle Norma, dans sa robe d’un bleu ciel étincelant. Après un début de course des plus encourageants, la voiture qui débutait pourtant en course et alignait au Mans ses tous premiers tours de roue, pointait à une plus que respectable et honnête vingtième place, après quatre heures de course.

Lorsque malheureusement, patatras elle était percutée par la Spyker. Revenu au stand, la belle ‘’bleue ‘’ n’allait hélas plus en ressortir, les réparations s’avérant fort longues et de plus une pièce manquant (transmission) .

Quel dommage que ses grands débuts se soient finalement soldé par un abandon bêtement  provoqué  par un autre concurrent  dont le pilote s’était montré bien trop  optimiste dans sa manœuvre…

Comme on l’imagine, ce retrait a donc au fil des semaines, eu des conséquences désastreuses pour l’avenir immédiat de l’équipe Pegasus.

Tant et si bien que  Claude et Julien Schell, ont décidés de faire un break, se trouvant dans une impasse financière avec Norma. Et aucun pilote ne s’étant présenté pour roulerlors desprochaines courses dans la Courage.

S’agit –t’il d’une pause  temporaire ou le Team Strasbourgeois se retrouvera t’il dans une impasse synonyme   de retrait définitif de la compétition ?

Julien Schell, joint ce vendredi après midi, se dit incapable de répondre aujourd’hui à cette épineuse question.

Mais laissons lui la parole :

« Notre position est comme pour toutes les écuries extrêmement difficile et compliquée sur un plan purement comptable. D’un cote il faut gérer  les sous. Ceux que l’on rentre avec les budgets de nos pilotes et de nos sponsors. Et ceux que l’on sort pour régler les innombrables factures qui se présentent au quotidien. Il faut constamment jongler et jouer pour que la balance entre entrée-sortie soit kif- kif a l’équilibre. Le problème est qu’entre louer un volant 20.000 € la course et par pilote et acquérir la Norma, le décalage s’avère énorme. Un vrai gouffre. Norbert Santos le pére de la Norma souhaitant nous la vendre.»

D’après les chiffres qui circulent, on parle d’une somme allant de 250.000 à 325.000 €! Ce qui n’est pas rien surtout en ces périodes de conjoncture économique, plutôt tendu!

Néanmoins chez Pegasus, Julien se montre optimiste et s’il a en accord avec son père choisi cette pause estivale, il ne parle pas de … dépôt de bilan et de fin d’aventure en endurance.

Mais il estime que les huit mois de retards sur la livraison de la Norma, ont brisé le beau projet et le rêve…

De son côté, Frédéric Da Rocha, pilote pilier du Team nous a expliqué :

« Je me retrouve en pleine saison à pied alors que j’avais avancé la totalité du budget 2010. Je découvre les ennuis de Pegasus. Je suis surpris sans franchement vraiment l’être car j’avais ressenti la semaine des 24 Heures, certaines tensions entre Norma et Pegasus. Quoiqu’il en soit, possédant une villa en Algrave, je serais présent à Portimao. On verra s’il se trouve un baquet de disponible. Quant  à la fin de saison, je vais voir si je peux trouver un volant et pourquoi pas chez mes amis du Team OAK Racing

Entre un pilote qui a déserté, faute de disposer du bolide prévu, un autre qui lui a réglé d’avance son contrat et un Team qui  n’a finalement  pas les moyens de s’offrir la Norma, la voiture ayant été  précisons le louée 100.000 € pour Le Mans, l’histoire parait compliquée.

Ceci explique donc cela !

Qu’ajouter ?

Qu’il est dommage que Pegasus se retrouve a l’heure actuelle dans l’obligation, de se retirer de la course

Gilles Gaignault
Photos : Patrick Martinoli – Thierry Coulibaly -Photoclassicracing

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply