F1 : LOTUS VA DISPUTER SON … 500éme GRAND PRIX DIMANCHE A VALENCE

LES PATRONS DU TEAM LOTUS

Certes, la nouvelle entité Lotus n’a plus rien à voir avec la défunte équipe Lotus, dont la marque dénommée à l’époque  ‘’ Lotus Engineering ‘’ fut elle fondée en 1952, par le regretté Colin Chapman, décédé d’une crise cardiaque dans la nuit du 15 au 16 décembre 1982, dans le château de Ketteringham Hall, siège de la firme Lotus

Reprise par le financier malais Tony Fernandes, la firme Lotus va disputer ce dimanche à l’occasion du Grand Prix d’Europe qui se disputera à Valence en Espagne son … 500éme Grand Prix de Formule1


Lotus! 

 
Une fabuleuse histoire que nous conta par le détail et à maintes reprises, son plus fidèle défenseur et supporter, notre ami Gérard Crombac alias Jabby, fondateur du magazine Sport Auto, décédé le 18 novembre 2005, à 75 ans (il était né le 7 mars 1929)

Le nom de Lotus apparait véritablement pour la toute première fois sur la scène internationale lorsqu’une Lotus participa aux célèbres 24 Heures du Mans, le 11 juin 1955 (l’année du terrible accident survenu à la Mercedes du pilote français Pierre Levegh après son accrochage avec l’Austin Healey du britannique Lance Macklin ou 87 spectateurs périrent).

Un an plus tard, en 1956, le brillant ingénieur qu’est ce Chapman crée sa première F2 la Lotus 12, motorisée par un moteur Coventry Climax – ainsi que sa toute première Formule 1, la Vanwall VW56.


Ce n’est qu’en 1958, que Colin dessina la vraie première Lotus F1, dénommée Lotus 16. Laquelle  débuta en GP, le 18 mai lors du Grand Prix de Monaco,  pilotée par Graham Hill. Lotus marquant ses tous premiers points au Championnat du monde lorsque le second pilote du Team, l’Anglais Chris Allison  termina, le 15 juin 1958,  quatrième du Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps.

Il fallut attendre jusqu’au 29 mai 1960 pour voir enfin triompher une Lotus en GP. Ce jour-là, à l’occasion du plus prestigieux d’entre eux – déjà à l’époquele Britannique Stirling Moss, la fait gagner. Non, sans avoir au préalable réalisé la pole position. La toute première de Lotus en F1.

Mais les heures de gloire viendront en 1963, lorsque l’inoubliable pilote écossais Jim Clark devient le premier Champion du monde au volant d’une Lotus. L’équipe de Chapman réalisant même le doublé, empochant également le titre constructeur. 

 
Clark récidivera en 1965. Et d’autres pilotes Lotus seront par la suite à leur tour sacrés Champions du monde. L’Anglais Graham Hill en 1968. L’Autrichien Jochen Rindtcouronné lui à titre posthume en 1970, après sa mort survenue le 5 septembre  lors des essais du GP d’Italie à Monza. Le Brésilien Emerson Fittipaldi, en 1972. Et, l’Italo-américain Mario Andretti en 1978 


Grâce à ses multiples innovations techniques (Double chassis- effet de sol – moteur porteur arrière), Lotus fut des années durant, à la pointe en F1.

Mais Lotus reste aussi la première écurie de F1 à avoir aligné des monoplaces… aux couleurs d’un sponsor, en l’occurrence  une grande marque de tabac ‘’ Gold Leaf ‘’

C’est aussi au volant d’une Lotus que le génie Ayrton Senna remportera la première de ses quarante et une victoires en GP, le 21 avril 1985, à Estoril lors du Grand Prix du Portugal

Le succès commercial de ses modèles de route, en particulier de son modèle ‘’Elan’’, a fait de Chapman un milliardaire doré, et a financé tous ses rêves de compétition, les plus fous….

 
Le seul point noir de la brillante carrière de Colin Chapman restera le scandale lié au financement de l’entreprise automobile Irlandaise DeLorean, qui éclata quelques mois avant sa mort.

Défenseur au sein de la FOCA (association des Teams) du moteur atmosphérique, le bon vieux Cosworth financé par FORD, contre l’apparition des moteurs turbo, Colin ne verra pas ses successeurs dont Peter Warr, décider d’équiper les Lotus du… turbo Renault.

Ensuite au fil des saisons les Lotus seront propulsées par des moteurs Honda puis le bloc Judd, Lamborghini et enfin Mugen.

 
Mais l’esprit Lotus s’éteint et l’écurie britannique se meure. Elle baissera définitivement le rideau le 14 novembre 1994, pour son 491éme  apparition en F1, lors du GP d’Australie à Adélaide.

Pour son ultime saison l’écurie aura fait appel à pas moins de … cinq pilotes !

Le Britannique Johnny Herbert –  le Portugais Pedro Lamy – l’Italien Alessandro Zanardi –  le Belge Philippe Adams et enfin le Finlandais Mika Salo

Entre 1958 et 1994, Lotus aura remporté six Championnats du monde pilotes, sept Championnats du monde constructeur107 pole-positions, 79 victoires et 71 meilleurs tours en course

A l’automne 2009, un riche industriel Malais, Tony Fernandes, le propriétaire de la compagnie aérienne Air Asia, décide de se lancer à l’instar de Vijay Mallay  le milliardaire Indien, propriétaire lui de l’écurie Force India en Formule 1.

Associé au gouvernement malaisien et à de nombreux entreprises asiatiques, notamment la firme automobile Proton, actionnaire majoritaire de Lotus Cars, l’homme d’affaire de Kuala Lumpur, développe son ambitieux projet  et prépare son arrivée en Grand Prix

Et il parvient à convaincre d’une part les dirigeants de Lotus Cars de lui louer la marque et d’autre part il réussit aussi à séduire les instances dirigeantes de la FIA, de lui accorder une place parmi le plateau de la saison 2010.

Lotus faisant avec Virgin, Campos devenu Hispania et la fantomatique équipe USF1 partie des quatre privilégiés invités à débuter en GP.

Doté de solides ambitions, Fernandes recrute alors deux Tops drivers deux pilotes chevronnés et très expérimentés. Et surtout déjà victorieux en GP !

L’Italien Jarno Trulli, lauréat du GP de Monaco en 2004  et le Finlandais Heikki  Kovalainen vainqueur lui du Grand Prix de Hongrie en 2008

Grâce à ces deux recrues, Jarno Trulli et Heikki Kovalainen, et  aussi l’apport ‘’ oh ‘’ combien indispensable de son directeur technique – l’un des tous meilleurs du paddock –  Mike Gascoyne, l’équipe dénommée Lotus Racing s’est fixé des objectifs majeurs.

                           

Le but de Tony Fernandes étant de figurer au plus vite au sommet de la hiérarchie !

L’homme d’affaires malaisien n’hésitant pas à déclarer qu’il aspire pouvoir lutter pour le titre mondial au cours des années à venir.

Disposant de moyens financiers à ;la hauteur de ses ambitions, ils sont nombreux dans le paddock, à penser qu’on pourrait très prochainement retrouver les Lotus sous les ‘’ Sunlights ‘’ de leur gloire passée…
  

Gilles Gaignault
Photos : Teams- Bernard Bakalian


 

F1

About Author

admin

Leave a Reply