CARRERA CUP AU MANS : LE CADEAU DE NOEL …

 LE DEPART SAMEDI MATIN DE LA CARRERA CUP

L’histoire retiendra ce sampedi la victoire sans équivoque du manceau Sylvain Noël, l’enfant du pays.

Elle retiendra également que le spectacle était digne de la classique Mancelle et que la Porsche 997 GT 3 Cup s’inscrit dans la lignée de La Porsche 917 K qui gagnait ici même il y 40 ans.

Et dont un exemplaire a tourné en début de semaine confiée aux mains expertes de Gérard Larrousse

Au delà des symboles, cette course Sarthoise a redistribué les cartes aux Championnats A et B puisque ni « Mako », ni « Hassid » jusque là, solides leaders au classement provisoire n’ont marqué de points en terre mancelle.

Ce samedi 12 juin 2010, c’est le grand jour !

SYLVAIN NOEL VAINQUEUR SUR SES TERRES

Celui que tous les acteurs de la Porsche Matmut Carrera Cup attendent avec impatience et également celui que tous les pilotes redoutent un peu… tant ce circuit est littéralement impressionnant.
Le tracé de la Sarthe est sans doute le plus dur au monde. Il impose respect et humilité à plus forte raison quand il est détrempé.

L’eau qui s’est abattue cette nuit sur les 13,629 km, ne s’est toujours  pas évaporée et c’est donc en pneus à sculptures que tous les pilotes se positionnent sur la grille de départ.
Seul, Sylvain Noël, qualifié loin, très loin, en 19ème position, tente le pari osé de chausser des slicks.

Il est imité après le tour de formation par Roland Bervillé qui empreinte la pit-lane pour changer de gommes et chausser à son tour des slicks..

Il  s’élancera donc des stands.

A l’extinction des feux, Ludovic Badey reste un temps immobile.  Sanction immédiate, il est dépossédé du bénéfice de sa pole position par Frédéric Makowiecki et le Britannique Tim Harvey.
Les deux pilotes n’ayant pu faire la différence avant le ralentisseur Dunlop, ils se présentent côte à côte sur une trajectoire qu’ils ne peuvent partager…

Le contact – inévitable – envoie alors « Mako » quelques mètres en hors piste. Sur sa lancée, le Parisien parvient à revenir sur le tracé en gardant une longueur d’avance sur ses poursuivants.
Derrière, Renaud Derlot, le Champion en titre, a pris l’avantage sur Ludovic Badey qui lui, emmène dans son sillage Laurent Pasquali, le pole man de la catégorie Gentlemen driver.

Hormis une petite touchette entre les sociétaires du Team Pro GT by Almeras, Henry Hassid et David Hallyday, la meute de la Porsche Matmut Carrera Cup, se présente groupée dans les célèbres « Hunaudières »… lancée à plus de 290 km/h !

 « Mako » n’ira pas plus loin et pas plus vite : il immobilise là, sa voiture, boîte de vitesses cassée et offre du même coup la tête de la course au Britannique Tim Harvey.


Au petit jeu des aspirations, plusieurs pilotes changent de positions et il faut attendre la sortie de cette courbe pour avoir un premier point précis sur le classement.

 
En tête donc, Tim Harvey Champion 2008, de la Carrera Cup anglaise, est à la lutte avec Renaud Derlot qui lorgne sur le leadership, tout en résistant aux attaques de Ludovic Badey. Marc Guillot devance Laurent Pasquali et Kévin Estre.

La piste s’asséchant, les performances s’améliorent notoirement surtout pour l’enfant du pays, Sylvain Noël, déjà remonté en septième position après avoir dépassé un trio infernal composé de Franck Morel, Christophe Lapierre et de Henry Hassid.

Survient à la fin ce troisième tour, un coup de théâtre :
Le Lyonnais Ludovic Badey, abandonne, victime d’un souci technique et cède donc sa place à Sylvain Noël qui vient immédiatement harceler le duo de tête.

Beaucoup plus rapide, le pilote du Motorsport Academy « explose » aussitôt le meilleur temps au tour : il est dix secondes plus rapide que le leader… de plus en plus provisoire !

 A ce rythme, il prend les commandes de la course et laisse donc Tim Harvey et Renaud Derlot en découdre sans limites. La lutte qu’ils se livrent au prix de magnifiques glissades profite finalement à Kévin Estre qui revient au contact.

Le pilote isérois porte deux attaques infructueuses dans la descente de la Chapelle, puis à l’approche de la chicane Playstation. Déterminé, il essaye de nouveau à Mulsanne avec réussite cette fois.

 
Sur sa lancée, le pilote Sofrev ASP s’attaque maintenant à la n°56 de Tim Harvey pour partir à la conquête de la médaille d’argent.

Les dix dernières minutes prennent une nouvelle tournure : En s’asséchant, les trajectoires deviennent de moins en moins conventionnelles et mettent à mal les pneus pluie qui perdent leur efficacité, piégeant tour à tour les pilotes.

 
Ces conditions rendent les passes d’armes plus intenses encore, et dont l’issue est souvent, le KO

Ainsi l’échange qui dure depuis plusieurs minutes entre Franck Morel et Christophe Lapierre, n’atteindra pas le drapeau à damiers. Dans son avant dernier tour, le pilote montilien immobilise sa Porsche 911 dans la ligne droite des stands.

Au final général de cette course, Sylvain Noël franchit la ligne d’arrivée avec plus d’une minute d’avance sur Kévin Estre et Tim Harvey.

En championnat B, la médaille d’or revient à Laurent Pasquali devant Franck Morel et Roland Bervillé.

A l’arrivée, Sylvain Noël l’heureux et inattendu vainqueur, raconte:

 « Ce n’était pas un coup de poker. A l’issue des essais, je savais que ma position sur la grille me laissait une plus grande marge de manœuvre. Le premier tour, n’a pas été évident avec mes gommes lisses. J’ai pris cette décision ce matin: je n’avais rien à perdre. C’est la course de ma vie parce que je suis né ici. C’est vraiment un sentiment particulier. »

Quant à Kévin Estre, lui il ajoutait:

« C’était une course très, très disputée. Avec des conditions humides. J’ai vu que ça chahutait devant mais je savais que la course était longue, donc j’ai fait le maximum pour préserver mes pneus. Par radio, mon équipe m’a prévenu que Sylvain   était en slick. Je savais qu’il m’était impossible d’aller le chercher. J’ai préféré assurer la seconde place  car elle rapporte de gros points au championnat.»

Le Britannique Tim Harvey, précisait:

 « Quelle course ! Nous avons pris un bon départ mais nous nous sommes touchés avec Mako. Je ne voulais pas interférer dans votre championnat dont le niveau est très relevé »

Un mot encore de Franck Morel

« C’était très chaud avec beaucoup de spectacle. J’aurais bien aimé que ça dure plus pour la bagarre »

Laurent Pasquali, concluant:

« Il n’y a pas de course qui ressemble au Mans. C’est envoutant, particulier. J’ai limite les larmes aux yeux… et en plus je remonte au Championnat »

Christian  Colinet

Photos : Gilles Vitry

LE CLASSEMENT DE LA COURSE

 1. Sylvain Noël (Motorsport Academy), 9 tours en 40’34’’233 (189,512 km/h de moyenne) – 2. Estre (Sofrev ASP),  à 1’01’’402 – 3. Harvey (Redline Racing), à 1’04’’295 – 4. Derlot (Graff Racing) à 1’04’’529 – 5. Guillot (Luxury Racing),  à 1’10’’129 – 6. Pasquali (Graff Racing), à 1’45’’172 – 7. Morel  (Sofrev ASP), à 2’03’’487 – 8. Hamilton (Auto Sport Lapierre), à 2’06’’215 – 9. Hallyday (Pro GT by Alméras), à 2’07’’442– 10. Bervillé (Pro GT by Alméras),  à 2’07’’660.

Porsche Cup

About Author

admin

Leave a Reply