24 HEURES DU MANS : DUNLOP PRET Â TEMPS….

 

Pas aidé par la météo durant ses séances d’essai de validation des solutions pour les 24 heures, Dunlop est néanmoins fin prêt.

Les développements ont été assurés par BMW et le Team JMW en GT2 et par ASM pour le LMP2, auquel s’est associé Oak Racing.

« Nous avons cherché des solutions plus robustes en terme de fenêtre de température » explique Emmanuel Robinet, le directeur technique.

« Ainsi, on se retrouve avec un bon recouvrement et nous avons pu limiter à trois le nombre des ’solutions’ proposées aux pilotes ».

Ce qui va dans la tendance actuelle de réduction du nombre de pneumatiques ainsi que le préconise aussi le concurrent, le Français Michelin.

Coté pneus pluie, Dunlop pense avoir remonté son retard dans ces conditions en basse température.

GT2 : des pneus différents pour BMW et Aston Martin

« Les BMW M3 et l’Aston sont tellement différentes, y compris en dimensions à l’avant,  que nous avons été amenés à développer deux gammes différentes. Notre contrat avec BMW nous imposait de travailler spécifiquement pour eux, mais nous ne pouvions pas laisser tomber le JMW qui nous avait permis de faire notre retour il y a trois ans » précise  Jean-Félix Bazelin, le directeur de la compétition des jaunes et noirs.

Aussi les deux compétiteurs se retrouvent avec des produits différents.

Dunlop occupe le terrain en LMP2.

Avec dix voitures équipées sur douze engagées en LMP1, la bagarre va être somptueuse. Car c’est Michelin qui équipe les HPD, les plus rapides de la catégorie, mais dont la fiabilité sur 24 heures reste inconnue et à démontrer, tandis que Dunlop entend bien permettre à ASM et à Oak, de combler le gap de performance et de viser la victoire de catégorie.

A noter que la Lola du Racing Box, en Pirelli en début de saison est passée chez Dunlop pour Le Mans

Humble en LMP1

« Tant Signature, qui engage l’Aston 008, que nous-mêmes avons choisi des solutions conservatrices. Philippe Sinault veut absolument faire plus de doubles relais que l’usine, qu’ils ne peuvent aller chercher en performance pure, puisqu’ils apprennent encore l’auto », explique JF Bazelin.

Et de plus, le manque d’essais sur le sec les laissent encore avec certaines inconnues pour les pneus slicks…

GT1, une ligne spécifique

Fin 2009, tout le monde pensait que la catégorie était condamnée. Il a donc fallu en catastrophe travailler sur les Corvette du Luc Alphand Aventures.

Mais ce ne sont pas les voitures habituelles* et il y a eu pas mal de difficultés à les adapter, mais elles ont pu être surmontée, le manufacturier et le LAA ayant maintenant une grande habitude de travailler ensemble

Texte et Photos : Patrick Martinoli

*Cette année le Team LAA, a en effet loué ces deux Corvette à l’écurie Belge DKR. Ces deux voitures des années passées, ayant brulé pour l’une, lors d’un accident survenu l’été dernier prés de Rodez, au transporteur qui se rendait sur le circuit d’Albi et la seconde ayant elle été restituée à son propriétaire, le Baron Benjamin de Rothschild

Sport

About Author

admin

Leave a Reply