24 HEURES DU MANS :LA GRANDE FETE A DEJA COMMENCEE…

 

LES 24 HEURES POUR LE PLAISIR DES … YEUX !!!

 » On le sait, traditionnellement le vendredi veille du départ des 24 Heures, on fait relâche… sur le circuit des 24 Heures !  »

Enfin, presque si on veut…

En effet en cette veille de course, les équipes en profitent pour organiser à tour de rôle – le timing y est annuellement bien précis et surtout extrêmement bien coordonné – leurs conférences de presse d’avant -course.

On courre ainsi de Peugeot à Audi, de Ford à BMW en passant par Aston Martin, Jaguar, Corvette, Ferrari et Porsche.

 

La, sous des chapiteaux gigantesques, n’ayant rien, absolument rien à envier à ceux de la ‘’sacro sainte’’ F1, les Teams- manager, ingénieurs et pilotes, nous font le point  sur leurs essais.

 S’engage alors le jeu des questions – réponses, à la veille de la formidable bagarre qui va deux tours d’horloge durant, nous tenir en haleine et éveillé.

Mais si la course fait relâche, par contre le paddock est lui littéralement envahi !!! Comme si les 24 Heures allaient débuter sous peu !

En ébulittion…

 

Et cette année comme à la veille de chaque 24 H, il y avait  une foule incroyable, un monde dingue…

Le paddock du Mans ressemblait à la gare St Lazare aux heures de pointe !!! C’est dire..

Vendredi c’est pourtant relâche. Mais si aucun bolide ne roule sur la piste, en revanche dans les allées du paddock ou du «Village des 24 Heures», ça bouchonne, ça klaxonne, ça joue des coudes, ça râle.

L’ambiance y est pourtant festive et bon enfant.

Cette année en plus, c’est ‘’ L’enfant du pays ‘’ Sébastien Bourdais qui s’est offert la pole au volant de la  Peugeot Numéro 3. Alors du coup, cela a eu pour effet de déplacer en masse les Manceaux et les Sarthois lesquels ont convergés toute l’après midi vers le circuit embouteillé comme jamais un vendredi.

 

Et comme le déclaraient nos confères, Bruno Palmet et Christian Louis du grand quotidien local ‘’ Le Maine Libre ‘’

« C’est déjà un petit bout de bleu qui brille ».

En attendant qu’il fasse …’’grand bleu’’, ce vendredi soir, sous le ciel … ‘’ bleu ‘’ Sud-africain’’ du côté de Cape Town ou l’équipe de France rentre en Coupe du Monde face à l’Uruguay !!!

En attendant ce premier choc, au Mans la couleur  bleue elle se porte à merveille!

Il est vrai qu’avec … quatre Peugeot aux quatre premières places à l’issu des essais chronométrés, il était difficile en l’absence regrettée et regrettable des Pescarolo de viser mieux.

Cette année après le formidable doublé obtenu l’an dernier, le ‘’bleu Peugeot 908 ‘  c’est même carrément … tendance !
Reste à savoir sI  dimanche à 15 heures pétante, cette couleur 
bleue sera encore et toujours… à la mode !

Ou si elle aura été supplantée par le… ‘’rouge foncé métal’’ cher à … l’adversaire désigné, Audi ???

En tout cas en ce qui concerne le côté ambiance, l’enceinte du circuit des 24 Heures n’avait rien, absolument rien à envier à celle du ‘’Green Point Stadium’’ du Cap, théâtre ce vendredi soir du  premier choc des Bleus.

La compétition automobile la plus prestigieuse et aussi la plus populaire au monde suscite toujours autant d’intérêt et de curiosité.

Et comme le répétait inlassablement les milliers de fans croisés, ce n’est pas tous les jours que l’on à la chance de côtoyer et de discuter avec toute cette brochette d’illustres Champions ayant noms, Jean Alesi, Nigel Mansell, Giancarlo Fisichella, Marco Andretti, Mika Salo ,déambulant dans un paddock. 

Seule véritable ‘’ombre’’ à cette formidable ambiance mancelle, l’absence d’un ‘’ Géant ‘’ du Mans. Un ancien quadruple vainqueur devenu depuis patron de l’écurie éponyme, un certain…Henri Pescarolo.

Absence regrettée et regrettable comme le soulevaient une meute de supporters avec à leur tête, Will Bar. Un fan qui a lancé sur facebook, un groupe ‘’ Pour que les Pescarolo soient aux 24 h 2011 ‘’ afin de soutenir le grand barbu.

Lequel tout comme sa femme en ont été tellement émus que finalement celui qui triompha trois fois, avec Matra en 1972 -1973 et 1974 et qui avait renoncé à assister à la course, s’est in extrémis ravisé, acceptant la proposition de la chaine TV Eurosport d’être leur consultant.

Cela lui évitera de rater les 24 Heures, ce qui ne lui était JAMAIS arrivé depuis … 1966 et la première apparition de Matra au Mans.

Pour de nombreux visiteurs venus de Grande-Bretagne, la balade du vendredi conduit forcément vers le motorhome de Nigel Mansell. L’ancien champion de F1 dispute les 24 Heures avec pour équipiers ses deux fils. Une affaire de famille et peut-être une belle histoire. Comme on les aime au royaume de l’endurance.

Et puis la foule se fait encore plus dense autour de l’écurie Peugeot. Sébastien Bourdais, auteur de la pole position et enfant du pays, est particulièrement sollicité.

Une tape amicale par-ci, une photo par-là, l’heure est encore à la détente dans le camp Peugeot.

Et chez Audi, l’atmosphère semble tout aussi sereine. Wolfgang Ullrich, le directeur de la compétition, devise sobrement avec quelques collaborateurs sous les encouragements de quelques compatriotes, inconditionnels supporters. Non sans avoir félicité le poleman, Seb Bourdais, pilote Peugeot

On ne roule pas le vendredi au Mans, on se promène dans l’enceinte du circuit. On y croise quelques campeurs insolites. Quelques sociétaires de club ou associations, fans de Ferrari ou de Bentley, d’Aston Martin ou de Porsche.

Tous ont un point commun : le sport auto et une tente deux places pour dormir dans la campagne sarthoise, pendant une semaine. L’atmosphère ne varie pas. 

Ajoutons qu’une fois le tour du paddock et du village terminé, tout ce joli monde s’est ensuite dirigé vers le centre ville du Mans où quatre heures durant, à partir de 18 heures, se déroule la très populaire et prisée ‘’ Parade des pilotes ‘’ qu’organise l’ancien journaliste du quotidien Ouest France, Philippe Pasteau.

Laquelle attire chaque vendredi soir, veille des 24 Heures, plus de 100.000 spectateurs… La aussi, embouteillages assurés et carabinés !!!

Preuve que Le Mans reste Le Mans !!!

Revenu de la Parade, le poleman Sébastien Bourdais a assisté à un barbecue organisé par Helmuth Schwingen, le patron du groupe de transports FAT Turbo Express. Sponsor fidéle du Mans, dont l’un de ses bolides, la Porsche Dauer 962 a remporté l’édition 1994 de l’épreuve mancelle.

 »Party » à laquelle participaient plusieurs pilotes ou anciens pilotes comme Philippe Streiff. 

Tristan Vautier – Philippe Streiff – Seb Bourdais

 Gilles Gaignault
Photos : Gilles Vitry

 

Le Mans Sport - Autre

About Author

admin

Leave a Reply