24 HEURES DU MANS : L’ACO DEVOILE LE FUTUR REGLEMENT

 JEAN CLAUDE PLASSART PRESIDENT DE L’ACO

Le règlement nouveau qui doit entrer en vigueur dés 2011 était très attendu.

Et ce jeudi au Mans, dans l’enceinte du très beau Musée des 24 Heures, les dirigeants de l’ACO (Automobile Club de L’Ouest) dont le Président, Jean Claude Plassart mais aussi Rémy Brouard, le directeur Général et Vincent Beaumesnil, le directeur des opérations sportives, ont enfin dévoilé les grandes lignes, lors de leur habituelle  conférence de presse annuelle.

Parmi les certitudes on notera le retour de la journée de test pour les concurrents invités.

Logiquement, les prétendants aux 24 heures du Mans se retrouveront pour une journée en avril ou mai 2011 pour de premiers tests

 

 

 

Pierre Fillon prenait le premier la parole, expliquant les fondements essentiels de ce nouveau règlement :

«Le Mans doit demeurer un banc d’essai technologique, les réductions en C02, en consommation et en émissions sonores (de 112db à 110db) »

Il est vrai que depuis 1950, les phares à iode, les freins à disque, les moteurs turbo, ont tous été testés sur la piste des 24 Heures
Ce règlement est en tout cas le fruit d’un comité sport, composé de Patrick Peter, Vincent Beaumesnil, Rémy Brouard, Daniel Poissenot, Daniel Perdrix et Pierre Fillon
, avec deux consultants, les ingénieurs Bernard Dudot et Denis Chevrier.

Concrètement, les nouvelles technologies restent au centre des débats

A commencer par l’hybride.

Ce règlement s’articulera autour de la récupération et de la restitution de l’énergie sur deux roues, le choix de l’essieu étant libre pour les constructeurs. Par ailleurs, l’énergie maximum restituée entre deux freinages sera limitée à 500 kilojoules, contre 1 mégajoule, annoncé initialement.

Au niveau du stockage de l’énergie, la aussi, il y a du changement : le stockage sera permis de manière électrique, mais aussi mécanique.

La, on pense  tout naturellement à Porsche, avec sa nouvelle  GT3-R Hybrid qui vient de débuter en compétition lors des récentes 24 Heures du Nurburgring.


Visiblement, on peut donc en déduire que le constructeur allemand serait parvenu  à convaincre l’ACO puisque Vincent Beaumesnil, a évoqué devant le parterre des concurrents et des médias internationaux, la possibilité d’utiliser ce système pour les équipes privés et ce à un coût estimé raisonnable.


Mais la grande, la grosse surprise, c’est l’acceptation des LMP1 2010 aux côtés des LMP1 2011 !!!

Comme cela sera annoncé … ultérieurement, ces protos verront la puissance et la cylindrée de leur moteur réduites. Les LMP1 2010, châssis plus moteur, seront donc acceptés. Un ajustement des performances sera effectué par rapport au package 2011.

Un choix qui peut se comprendre économiquement parlant et qui devrait satisfaire les constructeurs comme Aston Martin.


En revanche, on peut regretter que la transition perdure, le règlement 2011 étant annoncé depuis maintenant plusieurs années. S’il n’est cette fois pas repoussé, il ne sera pas appliqué à tout le monde.


Alors cela nous permet de poser l’inévitable mais surement gênante question:

Comment les firmes  Audi et Peugeot vont recevoir cette décision et justifier dans la foulée, le coût de la construction d’un nouveau proto ?

Et également, comment l’ACO parviendra-t’elle à trouver et définir un équilibre parfait entre autant de motorisations et de packages différents : Essence, Diesel et Hybride sur les protos 2011 et Essence, Diesel sur les protos 2010


En tout cas, voila un nouveau sujet, surement objet de futures polémiques !

 

Un autre sujet devrait faire lui aussi également ‘’ jaser ‘’

 

La catégorie  LMP2 ‘’low-cost’’.

 

Laquelle  sera basée sur des prix plafonnés:75 000 euros pour le moteur, 325 000 euros pour le châssis roulant sans moteur, et 400 000 euros pour un proto complèt et  équipés désormais de moteurs issus de la production, avec une durée de vie minimale pour les moteurs :

30 heures en 2011, 40 heures en 2012 et 50 heures en 2013.
D’autre part, l’ACO a pris une mesure transitoire : Les châssis LMP2 2010 seront encore acceptés, mais avec un moteur 2011, c’est à dire de production dont la réglementation sera proche du GT2.

A ce sujet, lafirme HPD a présenté cette semaine au Mans, son nouveau moteur, un V6 Turbo.

Mais là aussi, le règlement n’est pas sans poser quelques épineuses questions !

 

 

Comment équilibrer une LMP2  ‘’ Low-Cost’’, telle que la nouvelle Norma, créée par Norbert Santos et qui débute au Mans cette année, avec un modèle comme l’Acura ARX-01c motorisée par un moteur développé par Honda ?

Comment contrôler les coûts ?

Et comment expliquer à un constructeur qui a consacré un budget important qu’il pourrait se battre avec des voitures beaucoup moins chères ?

L’avenir nous le dira. Mais la question mérite d’être soulevée.

Quid enfin du GT1 ???

La catégorie GT est en pleine mutation et l’ACO a décidé de se distinguer clairement des actuels Championnats ‘’labellisés’’ FIA-SRO.

Ainsi, les GT1 actuelles ne seront plus acceptées !

Choix que justifie Vincent Beaumesnil par le fait que ces voitures sont taillées pour des épreuves ‘’ sprint  ‘’ et que selon lui, les concurrences de dates entre leurs épreuves rendent impossible  la présence de ces autos en LMS

Vincent Beaumesnil, néanmoins n’écarte pas l’idée de voir des firmes comme Nissan ou Ford, ces marques ayant été mises au courant, d’après lui, de faire acte de candidatures

Par conséquent, l’ACO va créer une nouvelle catégorie baptisée ‘’GT Endurance’’. Laquelle sera basée sur la réglementation GT2 mise en place en 2009.

Des modifications seront toutefois autorisées au fil des années : palettes au volant, une évolution par an autorisée deux évolutions autorisées pour les nouvelles voitures.

Des mesures visant à réduire la vitesse, sans réduire la puissance, seront aussi prises.

Cette réglementation sera valable de 2011 à 2013.

Enfin, deux classes sont distinctes : le GT-Pro, avec des voitures et pilotes libres, et le GT-Am, avec une voiture vieille d’un an minimum, et un équipage composé d’au moins deux pilotes « argent » et ou « bronze ». On peut regretter cette catégorisation des pilotes, dont le système a montré ses limites.

Enfin, l’ACO a conclut ce chapitre en expliquant qu’une concertation permanente était menée avec les constructeurs pour déterminer le règlement à l’horizon « 2014-2015 ».

Bref comme on le voit, et comme toujours, ces diverses annonces  vont très certainement être sujets à moult polémiques.

En tout cas, c’est déjà le cas pour la catégorie GT !!

Philippe Poincloux et Luc Alphand, les propriétaires du Team LAA (Luc Alphand Aventures) qui font depuis des années courir les Corvette, s’estimant lésés et pas consultés, ni encore moins écoutés !!!

 

Nous y reviendrons.

 

 

 

Gilles Gaignault
Photos : Patrick Martinoli

24 H du Mans Le Mans Sport - Autre

About Author

admin

Leave a Reply