RALLYE DU MAROC HISTORIQUE : PHILIPPE VANDROMME-FREDERIC VIVIER : OBJECTIF PLAISIR

 

Le premier Rallye du Maroc ‘’ historique ‘’ organisé par les dynamiques promoteurs du non moins célèbre Tour de Corse ‘’ historique’’, José Andreani et Yves Loubet, s’est élancé ce matin depuis Rabat

De très nombreux pilotes de notoriété figurent parmi les engagés et notamment des têtes connues comme Philippe Gache, Eric Comas, Jean Pierre Manzagol, Henri Trautman, Henri et Jacques Cochin sans oublier Jean Hug Hazard

Adeptes des Rallyes historiques organisés par Yves Loubet et son équipe (Tour de Corse, Giraglia), on retrouve aussi au Maroc l’équipage Philippe Vandromme – Frédéric Vivier qui s’apprête à s’élancer pour leur premier rallye au Maroc sur piste “carrossables”…car le Maroc  »type Dakar », ils connaissent pour avoir participé à plusieurs Shamrockà Laayoune à la frontière de la Mauritanie, puis dans la région de Zagora- l’épreuve de NPO, que dirige Stéphane Clair

Philippe Vandromme et Frédéric Vivier ont pour habitude de vivre leur passion à fond et ne reculent devant aucun challenge.
Lorsque leur ami Yves Loubet, pilote de rallye à la carrière émérite et organisateur du Tour de Corse historique, leur propose de le suivre sur les pistes marocaines, c’est sans aucune hésitation qu’ils signent leur engagement sans savoir ce que leur réserve le fantasque Corse de Porto-Vecchio

Une discipline totalement nouvelle…

Parcourir près de 1800 Km en quatre jours, la plupart en dehors du confort de l’asphalte goudronnée, l’équipage francilien connaît depuis quelques temps…

Champions du Monde des rallyes tout-terrain en 2007, ils ont arpenté les déserts et les pistes du monde entier dans leurs 4×4 et buggys parés pour affronter n’importe quel terrain… :  Dakar, Paris Pékin entre autres, sans oublier on l’a dit les Shamrock et Tunisie

Pendant les vérifications, sur la marina de Rabat, au Maroc, les deux compères croisent quelques grands pilotes comme Grégoire de Mevius, Philippe Gache… qui parlent de “gauche à fond”, d’”appel-contre appel”, de “freinage pied gauche” et qui trouvent qu’une spéciale de 32 km est un véritable marathon.


Pourtant, ce mardi 1er juin est pour eux l’une de ces journées où l’on se sent tout petit…

Que se passe-t-il ? Se sont-ils trompés de ligne de départ ?
Simplement, Philippe et Frédéric s’apprêtent à prendre la, le départ d’un rallye, et non d’un rallye-raid et c’est la première fois que cela leur arrive !

Au volant de leur Porsche 911 Groupe 3 de 1971, spécialement préparée par les équipes de Philippe Gache pour affronter les pistes plus “carrossables” mais néanmoins très poussiéreuses et caillouteuses du Maroc, ils vont devoir se faire à cette discipline totalement nouvelle où le copilote annonce chaque virage dans un jargon incompréhensible du néophyte, où les écarts se comptent en dixièmes et où l’improvisation reste de mise…

Mais laissons Philippe Vandromme nous raconter:

« Nous sommes très heureux de nous retrouver au Maroc, au soleil et avec les copains. Nous allons encore aborder une nouvelle discipline et je pense que c’est le plaisir qui l’emportera sur notre petite appréhension…
La voiture est très bien préparée, et le parcours que nous a concocté Yves Loubet semble magnifique. C’est vrai que nous sommes sur une épreuve de sprint et non d’endurance comme nous en avons l’habitude mais je suis certain que nous saurons nous adapter…
Nous commencerons doucement pour prendre la mesure du rallye et augmenterons le rythme peu à peu…
Les pilotes de pointe sont intouchables à la régulière mais leur bataille en laissera certains sur le bord de la route.»

Et le patron du groupe Maison France Confort de nous préciser:


« J’ai embarqué mon fils dans l’aventure.Je suis aussi très heureux de voir Antoine parmi les engagés.Il est lui aussi finalement l’un de nos concurrents et nous devrions bien nous amuser tous ensemble ! »

Antoine Vandromme et Yves Marchetti : apprendre et progresser.

Antoine Vandromme, fils de Philippe, est cette fois de l’aventure, et est secondé par le très expérimenté Corse, Yves Marchetti au volant d’une BMW de 1978… Une première dans la discipline et l’envie d’arriver au bout avant tout…
 
Pour le fils de Philippe, Antoine, 31 ans, participer à ce Rallye du Maroc historique est un véritable rêve.

Benjamin de l’épreuve, tant au niveau humain que par rapport aux autos engagées, Antoine est co-piloté par l’expérimenté Yves Marchetti, ami de la famille, grand pilote et ex-Champion de France des rallyes terre en tant que co-pilote.

Pour ses débuts dans le rallye –il a par ailleurs participé à cinq rallyes-raid, et aussi à quelques épreuves du Championnat de France en circuit-, Antoine a choisi une “petite” auto, pour apprendre en toute sécurité, tout en se faisant plaisir.

Il nous explique:

« Je suis vraiment ravi de débuter le rallye par une si belle épreuve… A vrai dire, ma seule expérience de pilotage en écoutant à ce point les notes d’un copilote se résume au temps passé sur une console de jeux vidéo !
Je pense que le choix de cette BMW est un choix sage puisque je voulais une auto pas chère, pas trop puissante et très joueuse… C’est une propulsion que se pilote tout en glisse et je crois que je devrais me régaler à son volant !»

A ses côtés, Yves Marchetti, grand compétiteur dans l’âme qui enfile ici sa combinaison de co-pilote pourtant remisée par devers lui depuis longtemps, partagera l’expérience de ses dizaines de départs en rallye.

Plein de méthode et d’ambition, il sera le “professeur” idéal pour Antoine et il est certain que le duo pourrait surprendre à quelques occasions pendant le rallye.

Yves Marchetti  en  » vieux renard  » nous lâche:

 
« Antoine cherchait un copilote pour participer à son premier rallye. Nous avons roulé ensemble en circuit et je ne pars pas totalement dans l’inconnu à ses côtés. Nous avons une auto fiable sur le papier, et je suis certain que nous pouvons être plus rapides que des autos plus puissantes si Antoine arrive à se faire au pilotage “à deux”… Sur la terre, la puissance n’est pas primordiale. Pilotage fin, glisse maîtrisée et risque calculés seront les atouts que nous abattrons rapidement..»

Antoine ne se met néanmoins pas la pression malgré la combativité d’un Yves remonté comme une horloge… Corse !
C’est dire si la température risque d’étre chaude dans l’habitacle !!!

Remarquez ce mardi au milieu du désert marocain du coté de Benni Mellal, le thermométre affichait tout de même… 42° !!!
Alors à l’intérieur comme à l’extérieur… Antoine sait ce qui l’attend !

La première journée, ce mercredi servait de mise en jambe.
Antoine nous précise:

« Je vais piloter comme en rallye-raid, à 70%, et tenter de bien comprendre les indications d’Yves. Pour le classement, on verra beaucoup plus tard ! C’est une vraie chance de prendre le départ du premier  Corse Rallye du Maroc et je compte avant tout rejoindre Marrakech samedi prochain ! Il me faudra pour cela respecter cette auto qui est plus âgée que moi, et les éléments marocains qui nous attendront au tournant sur le bord des pistes… Beaucoup d’éléments nouveaux à intégrer en peu de temps ! »

Nous suivrons de prêt, le benjamin de l’épreuve.

Description de l’ETAPE 1
Rabat – Beni Mellal
 
ES 1 Bouznika 4km
Une spéciale très courte, pour se chauffer. Parcours assez rapide, large avec des enfilades jusqu’à un puits et un carrefour sur la gauche. Ensuite, on alterne rapide et virages lents jusqu’à l’arrivée et un gauche de folie.
 
ES 2 Bir El Kelb 8,5km
Très belle ES, revêtement lisse et propre, comme une méga course de côte, que du plaisir. Les pilotes vont la trouver trop courte. Elle ressemble aux plus belles épreuves de Toscane du San Remo d’antant. On la retrouve en ES4.
 
ES 3 Khatouat 31km
La spéciale de l’histoire qui reste dans les mémoires de tous comme étant la première du rallye de l’époque. Le départ est en descente sur une route large et rapide pour arriver dans un long droite qui referme sur un pont. Tout le monde se souvient du passage de Munari qui a caressé les lauriers pendant un moment avec l’arrière de sa Stratos, d’où le nom de virage des lauriers. On attaque alors une montée d’une trentaine de km pour du vrai pilotage. Du rapide, du lent, du sinueux, des gués, un morceau vraiment varié avec, sur la fin, des bosses façon Mille Lacs.
Malheureusement cette spéciale a été neutralisée pour tous les concurrents pour des raisons de sécurité : les radios médicales ne fonctionnaient pas sur l’ensemble du parcours.
 
ES 4 – Idem ES2

Les sourires sont de mise ce soir dans l’équipe de Philippe Vandromme puisque les deux autos figurent dans la première moitié du classement provisoire de la journée…
Ce soir, Philippe Vandromme et Frédéric Vivier sont au 14ème rang du classement général… précédés de seulement deux P’tites secondes par la BMW de Antoine Vandromme et Yves Marchetti !!
Une sacrée  belle performance pour les deux pilotes qui débutent dans la discipline…

 
La Journée de Philippe Vandromme et Frédéric Vivier – Porsche n°20
 
Philippe Vandromme

« Voilà une très belle journée, de celles dont on se souvient dans une carrière de sports mécaniques… Une journée de premières fois bien agréable !
Nous découvrons la discipline et je dois avouer que c’est quand même moins fatiguant que le rallye-raid car les pistes empruntées sont moins cassantes ! On se fait moins secouer !
En revanche, le pilotage se doit d’être beaucoup plus fin car il n’est pas question ici de s’éloigner de la trajectoire… sous peine d’abîmer sérieusement notre belle Porsche de 1971…
Autre différence avec le rallye raid, il faut prendre tous les virages en dérapage ! Et c’est synonyme de plaisir de pilotage, énormément de plaisir !
Notre Porsche a été adapté aux difficultés du terrain par notre team SMG : protections en tous genres, pneus terre, et assise rehaussée, elle est très à l’aise et véloce sur ce terrain. Ca nous change de notre Corvette !
Mais, comme à notre habitude, il n’est pas question d’attaquer comme des fous dès le départ. Nous sommes de opportunistes et nous laissons les leaders s’éliminer entre eux…
Mon ami et copilote Fred a fait aujourd’hui une excellente navigation : il se réadapte à merveille aux notes de rallye, et n’a pas fait une erreur aujourd’hui… Nous nous connaissons parfaitement et nous n’avons jamais besoin de beaucoup de kilomètres pour se remettre dans le bain… d’autant que le Tour Auto n’est pas très loin !
Nous progressions donc de spéciale en spéciale et je sais que la dernière spéciale du rallye sera celle où nous serons le plus à l’aise… »

 
La Journée d’Antoine Vandromme et Yves Marchetti – BMW n°24

 
Antoine Vandromme

« Je suis en plein apprentissage de cette nouvelle discipline et je dois dire que je suis accompagné du meilleur copilote / professeur  que je pouvais avoir.
Dans la première spéciale, nous avons pris 10 secondes par tout le monde. Dans la seconde, nous étions en milieu de classement et dans la dernière nous réalisons un temps dans les 10 premiers. La progression est au rendez-vous, mais, surtout, je prends un plaisir fou à piloter en glisse sur ces pistes marocaines !
C’est très drôle de se battre avec mon père sur la même épreuve et je dois dire  que cette concurrence « familiale » est saine et amusante. Mais la course est longue et il est vieux renard du désert.
Cependant, nous avons eu une petite mésaventure puisque nous avons raté un contrôle de passage… Aucun temps gagné mais certainement une pénalité à la clef qui nous fera perdre beaucoup de places dans le classement.
Avec ma petite BMW Groupe 1 (presque de série), nous devons être prudents car j’ai un peu peur de sa capacité à encaisser les chocs ardus du terrain…
Je suis là pour apprendre… Mon plaisir ultime sera de rallier Marrakech… Si le classement est bon, ce n’est qu’un petit plus !

Ce mercredi soir au classement général provisoire, c’est le vainqueur de la Giraglia Historique au printemps dernier, Philippe Gache qui a pris la tête du Rallye.

Au volant de sa Talbot Lotus qu’il partage avec Stéphane Prevot, il devance de 5’’7 la Porsche 911 du Belge Grégoire de Mevius, de 11’’4, la Ford Escort RS de Dominique Depons et de 40’’, la Berlinette Alpine de l’ancien pilote de F1, Eric Comas associé à Yohann Raffaelli.
Henri Trautmann qui pilote une Golf GTI occupe lui la quatorzième place
Nos amis Pierrot Landereau- Stefan Roux sur Porsche 911 sont seizièmes.
Les frères Henry et Jacques Cochin se retrouvent eux dix septième et vingt deuxième au volant de leur superbe et surpuissantes Mercedes 500 SLC

Ce jeudi, le Rallye du Maroc Historique se dirige vers Ouarzazate. Avec trois longues spéciales de 12, 38 (!) et 26 km, quelques bouleversements devraient apparaître dans les classements.
 

Gilles Gaignault
Photos : François Haase
 et

Yannick Vernini 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply