CHALLENGE EDUCAUTO : RENDEZ VOUS A NOGARO

Le Challenge EducEco prend son envol !

Sous le parrainage du Ministre de l’Education nationale et  le soutien des ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Industrie, la seconde édition du Challenge Educauto se déroule sur le circuit gersois de Nogaro cette semaine
.

Un véritable Championnat de France de la plus faible consommation d’énergie !!!

 

L’an dernier sur le circuit de Nogaro, le 1er Challenge EducEco avait été disputé avec passion par 45 équipes.

 L’Université Paul Sabatier-INSA Toulouse et son prototype ‘’TIM’’ l’avait emporté en réalisant l’excellente performance d’une consommation permettant de parcourir 2 719 km avec … un litre d’essence SP 95.

76 Projets pédagogiques venus de 17 régions

Depuis hier lundi et jusqu’à ce mercredi 19 mai, 76 concurrents sont inscrits pour disputer le 2e Challenge EducEco toujours sur le circuit de Nogaro.

La complémentarité de ce plateau  est remarquable tant au plan des établissements (5 collèges, 24 lycées, 14 IUT, 3 CFA, 19 grandes écoles d’ingénieurs) que de la couverture nationale (17 régions et 41 départements).

 
Marche arrière pour les EcoCitadins

Côté véhicules, les petits prototypes aux formes aérodynamiques exceptionnelles sont au nombre de 61. Cela laisse la place pour 15 véhicules EcoCitadins permettant aux élèves et étudiants de travailler avec leurs enseignants sur quelques solutions adaptées à la circulation urbaine de demain.
Du reste, la principale nouveauté du règlement 2010 concerne ces véhicules. Les concurrents ont l’obligation de les équiper d’une marche arrière et, bien sûr, l’épreuve sur le circuit les obligera à l’utiliser…

La notion d’utilité doit être démontrée en fonction de difficultés rencontrées en milieu urbain.

 
Par ailleurs, les impacts environnementaux générés par les matériaux constitutifs du véhicule et par les rejets dans l’atmosphère, sur l’ensemble du cycle de vie, sont pris en compte par le jury pour l’obtention, entre autres, du Prix de l’Eco-conception.

 
Sécurité et contrôle technique

D’une façon générale, le règlement est conçu pour garantir des compétitions sûres, techniquement cohérentes et justes. C’est volontairement que sont laissés de côté, sans les détailler, certains paramètres de conception, de technologies et de tactiques afin de stimuler la créativité et permettre la confrontation entre des idées et des solutions inédites.

Au-delà de la participation de nombreux bénévoles compétents et enthousiastes, l’Association pour le Développement d’Epreuves Educatives sur l’Eco-mobilité (AD3E), organisatrice de l’épreuve, s’assure d’un encadrement de professionnels pour les aspects aussi déterminants que la sécurité et le contrôle technique des véhicules.

Des techniciens et contrôleurs du réseau de Contrôle Technique Automobile Autosur participent activement au respect de ces deux points clés comme ils le font depuis l’an 2000 sur le circuit de Nogaro pour ce type d’épreuve.

Principe et mesures

Les concurrents ont à parcourir sept tours du circuit de Nogaro à la vitesse moyenne minimale de 30 Km/h ce qui correspond à un temps d’environ 50 mn.

A l’exception des véhicules solaires et des véhicules à batterie chargée sur le réseau leurs performances sont publiées en joules, les résultats sont donnés en kilomètres par litre soit la distance théorique couverte en utilisant l’énergie du carburant sans plomb 95 (EU) ramenée à une température de 15°.

 
Quel que soit le carburant utilisé, le classement est établi en fonction de la consommation équivalente d’essence sans plomb 95 (EU). Ce calcul est effectué à partir du Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI) correspondant à la quantité d’énergie dégagée par unité de masse ou de volume de carburant lors de la combustion complète générant de la vapeur et du gaz carbonique.

Records…

Sur la même piste de Nogaro que la compétition référence (Eco Marathon) qui s’y disputait depuis 2000, les records établis sont en mémoire..

.
Avec les noms du Lycée La Joliverie de Nantes, de l’Université Paul Sabatier- INSA Toulouse, du Lycée Marcel Callo de Redon, de l’ESSTI Nancy, de Sup’aero ou du Lycée Louis Pasquet d’Arles gageons que si la température est suffisamment élevée et le ciel bleu sans vent, les records seront menacés…

Rappelons celui avec du SP 95 : 3 410 km/l par ‘’La Jol’’ et son célèbre  Micro Joule en 2004.

L’objectif pédagogique

Le Challenge EducEco met des jeunes en compétition pour concevoir, étudier, construire et adopter une stratégie de conduite pour des véhicules économes en énergie et respectueux de l’environnement.

Il constitue un tremplin éducatif qui encourage l’innovation, renforce la défense de l’environnement et favorise le développement de techniques de pointe mises au service d’une meilleure efficacité énergétique. Il milite pour l’intégration de l’étude des véhicules, de leur financement, de leur éco-conception, et de leur construction dans le cadre des programmes scolaires et universitaires, de même que la mise en évidence du savoir-faire d’équipes multidisciplinaires qui œuvrent en association avec les entreprises dans la poursuite d’un objectif commun.

Partenaires et mécènes

Le Challenge EducEco a reçu le parrainage du ministre de l’Education Nationale et le soutien des ministères de l’Enseignement Supérieur et de l’Industrie.

Il est aidé par le Conseil Régional de Midi-Pyrénées, le Conseil Général du Gers, le circuit Paul Armagnac de Nogaro et le Lycée d’Artagnan de Nogaro.

Plusieurs industriels, souvent liés à l’automobile, sont partenaires de l’AD3E et agissent comme sponsors ou mécènes de ce 2e Challenge EducEco, à commencer par Chauvin-Arnoux-Metrix, Dassault Systèmes, Exxotest, Festo, Ecodime et Siemens, mais également, SFR, le Crédit Mutuel et le Crédit Mutuel Enseignant. Sans oublier  Autosur 

Gilles Gaignault
Photo : CDP

EducEco

About Author

admin

Leave a Reply