F1 : SUPER BANCO A MONACO POUR WEBER, RED BULL ET RENAULT

 WEBER, LE PRINCE ALBERT ET SIR JACKY STEWART

Fabuleux week-end en Principauté pour l’Australien Webber, l’écurie Autrichienne Red Bull  et le motoriste Français Renault

Non content de s’être offert la pole position samedi, Mark Weber, a confirmé cette belle prestation ce dimanche en remportant le 68éme Grand Prix de Monaco, la plus prestigieuse des épreuves du calendrier mondial !

Au volant de sa Red Bull-Renault, l’Australien  en ‘’ Etat de grâce ‘’ a en effet mené cette course de bout en bout et gagné cette sixième manche du Championnat du monde 2010.

En huit jours, le grand Mark a assurément frappé fort enlevant consécutivement deux pôles et deux succès, tout d’abord à Barcelone la semaine dernière puis ce dimanche à Monte Carl’

A l’arrivée après avoir reçu la Coupe des mains de son Altesse Sérénissime le Prince Albert, l’heureux vainqueur lâchait :

« C’est absolument incroyable. C’est l’un des plus beaux jours de ma vie. Gagner ici est très spécial. Ça a commencé samedi avec la pole, mais là on passe un test pendant deux heures : il y avait beaucoup de travail à accomplir, la piste changeait énormément, il y a de nombreux retardataires et des voitures de sécurité qui obligent à repartir en ayant conservé une bonne température de pneumatiques. C’est une victoire très gratifiante, je suis absolument ravi. C’est sensationnel de figurer au palmarès en compagnie d’Ayrton Senna et tous ces autres pilotes illustres. C’est génial. Ciaron Pilbeam, – son ingénieur de course – m’a prévenu que j’arrivais sur les épaves de Jarno et Chandhok, à quelques tours de l’arrivée. J’étais en train de cajoler ma voiture quand j’ai vu Jarno par-dessus, je me suis dis : ‘Mais bon sang, que se passe-t-il ici ?’ J’ai espéré trouver de la place pour me faufiler et que Karun soit OK car la Lotus lui était passée par-dessus la tête. »

Après s’être élancé en tête, il a mené la course de bout en bout et décroche à 33 ans la quatrième victoire  de sa carrière et donc la seconde d’affilée en 2010, après celui enlevé sur le circuit Catalan de Montmélo, il y a tout juste huit jours

A l’arrivée, au terme des 78 tours  il l’emporte en devançant son jeune équipier, l’Allemand Sebastian Vettel.

Lequel à ses côtés déclarait :

« Je pense que nous avons fait notre maximum en nous élançant de la troisième position sur la grille de départ. D’ordinaire c’est assez difficile de dépasser ici , alors finir deuxième, c’est bien. J’ai pris un bon départ et j’ai été en mesure de plonger à la deuxième place au premier virage de Ste Dévote devant Robert Kubica. C’est crucial de terminer deuxième. Je ne pouvais pas me hisser au niveau de Mark et nous devrons comprendre pourquoi. Vers la fin, j’avais davantage de grip et je n’étais pas loin du rythme de Mark. Mais il n’y avait aucune possibilité de le dépasser, c’est difficile ici. Je devais également bien regarder dans mes rétroviseurs. Robert attaquait fort et c’était difficile de le maintenir derrière à chaque restart. Mais je suis satisfait. Je pense que nous ne pouvions pas faire mieux. Nous inscrivons de gros points, ça compte énormément.»

La troisième  place sur le podium revient au brillant Polonais Robert Kubica. Lequel permet ainsi à son employeur le motoriste Français Renault de s’offrir un sensationnel et ‘’ Oh ‘’ combien prestigieux triplé dans ce qui est à juste titre considéré comme le ‘’ Temple ‘’ de la Formule 1.

 
Performance exceptionnelle qui a fait dire à notre Ministre de l’industrie, l’ancien Champion motocycliste Christian Estrosiégalement Maire de Nice – et présent en Principauté à l’invitation du Prince Albert en compagnie duquel il a suivi la course depuis la Loge Princiére :

« Il s’agit d’une victoire historique pour l’industrie automobile française. Trois  moteurs Renault sur le podium! C’est une grande victoire pour l’industrie automobile Française. Pour moi, particulièrement comme Ministre chargé de l’industrie, ce fut un moment fort  de partager aujourd’hui, avec l’ensemble de l’équipe, ces instants magiques de l’histoire de la Formule 1. Je me suis entretenu aussitôt avec Patrick Pélata, le directeur général de Renault, pour le féliciter ainsi que toute l’équipe pour cette extraordinaire performance. Les technologies les plus avancées utilisées en compétition ont toujours été un facteur stimulant d’innovation au service de la filière automobile dans son ensemble. Je suis très fier de l’industrie automobile Française. »

De son côté, le Polonais ajoutait :

«Terminer 3e à Monaco est un excellent résultat pour nous après un très bon week-end. Personne ne nous attendait sur le podium ici, mais nous avons occupé les avants postes lors de tous les roulages et toute l’équipe mérite vraiment ce résultat. Au début de la course, j’ai perdu une place face à Sebastian Vettel, mais je savais que le départ serait difficile depuis la partie sale de la piste. Normalement, j’aurais défendu ma position, mais Mark a été un peu lent à s’élancer et j’ai pensé qu’il me serait possible de le dépasser. Malheureusement, mes roues arrière ont patiné et il était alors trop tard pour fermer la porte à Sebastian car je devais aussi me défendre face à Felipe Massa. En course, notre rythme était très bon et j’étais un peu plus rapide que Vettel en durs, surtout après les neutralisations. Cela montre les progrès que nous effectuons et c’est très encourageant pour les courses à venir.»

Outre ce triomphe des moteurs Renault, la victoire de Weber, le doublé des Red Bull Renault et le nouveau podium de Kubica, on retiendra de ce GP, les…  quatre neutralisations intervenues suite à de violentes sorties de route.

Dont la toute première des le premier tour !

Le ‘’ Rookie ‘’ Allemand Nico Hulkenberg tapant violemment sous le tunnel et ruinant sa Williams finalement immobilisée en pleine trajectoire.

Un peu plus tard, nouvelle intervention de la voiture de sécurité et à nouveau pour une terrible touchette dont était victime le propre… équipier d’Hulkenberg, le vétéran pilote Brésilien, Rubens Barichello (280 GP au compteur) à Massenet, la même ou Fernando Alonso s’était fait piéger et sorti samedi matin, lors de l’ultime séance des essais libres

Enfin à cinq tours de l’arrivée, on avait une quatrième fois, droit à une neutralisation. Cette fois à la suite du violent accrochage entre la Lotus de l’ancien vainqueur de ce GP de Monaco, l’Italien Jarno Trulli, lequel un tantinet optimiste, tentait de dépasser l’Hispania du jeune débutant Indien Karun Chandock

Malheureusement, Jarno le harponnait et sa Lotus l’envoyait alors en l’air, avant de finalement retomber  »à cheval » à l’arrière de la monoplace du Team Espagnol, sans avoir miraculeusement blessé l’infortuné pilote Indien

Du coup, les cinq derniers tours de ce GP monégasque se terminaient au ralenti, les bolides roulant lentement en suivant la voiture de sécurité, les commissaires n’ayant pu dégager le virage de la Rascasse ou les deux monoplaces meurtries se trouvaient, une fois encore comme lors des précédentes interventions, en pleine trajectoire.

Du coup, Mark Weber déjà assuré depuis longtemps de ce premier triomphe à Monaco, franchissait la ligne après que le pace-car se soit effacé quelques centaines de mètres auparavant pour s’en rejoindre les stands.

Suivaient on l’a dit, Vettel et Kubica

Derrière ce sacré trio – les trois premiers dans le même ordre des essais qualificatifs – on pointe la Ferrari de Felipe Massa (4-ème) puis la McLaren-Mercedes de Lewis Hamilton (5-ème)

Ensuite, c’est la Mercedes du revenant Michael Schumacher cinq fois victorieux par le passé ici à Monte Carlo en 1994-1995-1997-1999 et 2001 qui franchissait la ligne en sixième position au nez et à la barbe d’un magistral Fernando Alonso  FABULEUX septième et ce après s’être élancé depuis la 24-ème et …dernière place

Nico Rosberg (Mercedes) 8-ème, Adrian Sutil (Force India-Mercedes) 9-ème, et Vitantonio Liuzzi (Force India-Mercedes) 10-ème, complétaient le ‘’Top 10 ‘’, synonyme de points glanés dans l’optique du Championnat du monde.

 
Mais comme c’est souvent le cas sur le tourniquet monégasque, seules douze voitures ont terminé l’épreuve.

A retenir encore l’abandon prématuré en tout début de course de la McLaren-Mercedes du Champion du monde en titre et actuel leader du millésime 2010


Abandon qui a ‘’ survolté ‘’ Fernando Alonso son dauphin au classement avant cette manche de Monaco.

Fernando Alonso qui visiblement semblait plutôt satisfait de son GP :

« Ce résultat fait du bien au moral. S’élancer de la voie des stands et prendre la 6e place à l’arrivée, c’est au delà de nos espérances. Nous avons choisi une stratégie agressive. J’ai dépassé cinq ou six voitures en piste et une douzaine d’autres grâce à notre stratégie. Nous avions discuté de deux choses avant le départ : d’une part dépasser les six voitures les plus lentes sur la piste, Lotus, Virgin Racing et Hispania, et d’autre part établir une stratégie pour essayer de doubler le plus de voitures possible. Tout a bien fonctionné. J’ai perdu quelques tours derrière Di Grassi, qui devait penser que le championnat du monde se jouait ici, mais c’est son problème. Après la stratégie a bien marché et j’ai pu rattraper pas mal de places. Ça s’est même mieux passé que je n’espérais. Mais comme on l’a vu aujourd’hui, les Red Bull, dans des circonstances normales, sont imbattables. Elles n’ont pas eu de chance depuis le début de saison, ce qui nous arrange. Mais nous sommes réalistes, nous savons que nous devons progresser pour les rattraper. Il est difficile de dire ce qui se serait passé si j’avais pris part aux qualifications. J’étais dans le rythme et la pole était possible.»

ALONSO magistral et sensationnel tout au long des 78 tours qui l’avaient vu remonter jusqu’à la sixième place avant le dépassement  » osé  » de Schumi à quelques encablures de l’arrivée !

Mais peu après l’arrivée, on apprenait que les commissaires sportifs de la FIA, infligeaient une pénalité de vingt secondes à Schumacher. Laquelle avait pour effet de faire reculer et dégringoler le pilote Allemand de la sixième à la … douzième place, les monoplaces ayant terminées le GP, roue dans roue pour cause de voiture de sécurité, les écarts s’en trouvaient donc minimes sous le drapeau à damiers.

Dommage pour lui auteur reconnaissons-le d’une belle prestation et devant son jeune équipier Nico Rosberg  » de la graine  » de… Champion 

Explications

Schumi a été ‘’ rétrogradé ‘’ pour avoir dépassé Fernando Alonso, à la sortie du virage de la Rascasse et ce juste avant la dernière ligne droite du Grand Prix de Monaco.

Manœuvre jugée et estimée litigieuse par son ancienne équipe, Ferrari. Et ce parce que la voiture de sécurité, qui neutralisait jusqu’alors la course, venait de rentrer aux stands, à quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée pour laisser les pilotes franchir à haute vitesse, le drapeau à damiers.

Interprétant le règlement sportif de la FIA, qui autorise les concurrents à se doubler dès le départ de la voiture de sécurité, Schumacher avait subtilisé la très belle sixième place conquise sportivement sur la piste par Alonso.

C’est la raison pour laquelle la Scuderia Ferrari n’hésitait pas à déposer une réclamation contre lui, pourtant longtemps l’Enfant chéri  » de Maranello !!!! 

Ainsi va la vie…

Laquelle réclamation était rapidement jugée recevable par le pouvoir sportif, autrement sdit les commissaires de la FIA(Fédération Internationale de l’Automobile)

Après deux  bonnes heures de palabres et de discussion, estimant qu’un tel dépassements était finalement interdit dans le dernier tour, ces derniers décidaient donc de pénaliser de 20 secondes, l’Allemand

"Si la course se termine alors que la voiture de sécurité est sur le point de rentrer aux stands à la fin du dernier tour, les voitures franchissent le drapeau à damier normalement, sans dépasser", 

précise l’article 40.13

C’est donc sur ce point précis que ce sont appuyés les commissaires sportifs pour prendre leur décision.

Cette décision avait pour effet de lui faire perdre ses précieux points acquis, puisqu’en se retrouvant finalement seulement douzième, il sortait de la zone des points (Les dix premiers)

Schumi qui prévenu, racontait :

« Ma course s’est déroulée de manière assez normal jusqu’à la décision des commissaires après coup. Le départ était intéressant et tout s’est passé selon le plan. Après j’étais bloqué derrière Rubens Barrichello. J’ai alors attendu une opportunité pour dépasser et l’équipe a parfaitement travaillé. A l’issue de mon arrêt, je suis passé devant lui. Au final, ma douzième position est très décevante et je comprend notre volonté de faire appel. Nous avons compris que le message ‘voiture de sécurité rentrée, piste libre’ signifiait que nous étions revenus en course. Je me suis donc porté à hauteur de Fernando Alonso et je l’ai dépassé.»

L’équipe Mercedes a bien confirmé qu’elle faisait appel de la décision des commissaires sportifs de la FIA. Le dossier  » Schumacher-GP de Monaco » est donc maintenant entre les mains de la Cour d’Appel de la Fédération Internationale de l’Automobile

Du coup, au classement général provisoire du Championnat, les deux partenaires de l’écurie Red Bull Renault, Webber et Vettel, se partagent la 1-ère place ex aequo, totalisant tous deux 78 points.

Fernando Alonso se retrouve sur leurs talons à cinq points, nanti de 73 unités.

Quant à celui qui était arrivé en Principauté en leader, Jenson Button, son abandon lui coute cher puisque ce dimanche soir, le Champion du monde en titre, n’est plus que 4-ème avec 70 points.

Le septième Grand Prix de la saison 2010 se disputera le 30 mai prochain à Istanbul en Turquie.

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Asset –Teams et Bridgestone

F1

About Author

admin

Leave a Reply