NISSAN QASHQAI : POUR PLUS D’AIR PUR !

 

Le Qashqai, c’est la grande trouvaille qu’avait déniché le Japonais Nissan pour se refaire une santé il y a de cela trois ans, quand cela ne tournait plus très rond chez le constructeur nippon .

Devenu depuis un réel ‘’bestseller’’ mondial, et du coup imité dans son esprit par de nombreux concurrents, le Qashqai s’offre un toilettage avec néanmoins l’idée de conserver son leadership dans le créneau des Crossover urbain.

Nouveau design, confort accru mais aussi apparition d’une version « Pure Drive 129 g » dédié au … ‘’ Dieu’’ CO2.

Son prix démarre à 19.850 €, tandis qu’il faut ajouter 1.600 € pour le 7 places Qashqai +2 .

Juste un rappel sur ce nom barbare pour nos oreilles européennes de Qashqai, à prononcer Cach-Caï. Il se réfère à une grande tribu nomade du désert bordant la chaîne des monts Zagros, au sud-ouest de l’Iran et ce parce que le Qashqai doit être considéré comme un nomade urbain.

En fait, sous un faux air de 4×4, se cache une berline à l’aise à la ville par son encombrement tandis que sa stature un peu haute engendre un sentiment de plus grande sécurité dans la jungle des embouteillages.

C’est un des styles de véhicules à la mode en ce moment et Nissan a décidé de renforcer l’attrait du Qashqai, comme du grand frère Qashqai+2, par des retouches judicieuses.

Ainsi, l’évolution visuelle la plus marquante se situe à l’avant.
Le capot s’allonge et souligne le double bosselage en descendant sur la grille de calandre en nid d’abeille qui surmonte une entrée d’air optimisée.

Du coup, la taille du Qashqai et du Qashqai+2 augmentent de 17 mm, passant respectivement à 4,33 m et 4,54 m. Les blocs optiques sont plus effilés et les projecteurs anti-brouillards avant sont mieux intégrés dans la partie inférieure du bouclier.

Une face avant plus fluide

Les ailes ont dû être retouchées mais conservent les élargisseurs noirs qui lui donnent ce petit air baroudeur. L’arrière, pour sa part, adopte de nouveaux feux à LED et un becquet redessiné. Ces modifications esthétiques s’accompagnent de nouvelles jantes alliage et d’améliorations aérodynamiques qui permettent d’abaisser le Cx à 0,33.

Le revêtement ajouté sur l’intégralité du dessous de caisse améliore en effet non seulement la circulation d’air sous le véhicule mais permet aussi de filtrer les bruits de roulement que l’on pourrait percevoir.

En effet, la Qashqai montre une meilleure isolation phonique et le doit aussi à l’adoption d’un pare-brise acoustique réservé aux diesel.

L’habitacle bénéficie également de retouches et reçoit un nouveau combiné d’instrumentation plus facile à lire et un limiteur de vitesse. Quant à l’aspect pratique, on notera de nouveaux espaces de rangement astucieusement répartis dans le véhicule.

Une version Pure Drive à 129 g/km de CO2

En revanche, pas de changement sous le capot du Qashqai qui abrite toujours le même choix de motorisations à savoir deux essence et deux diesel. Il s’agit pour les premiers d’un 1,6 litre de 115 ch. et d’un 2 litres 16 soupapes de 140 ch., et pour les seconds, d’un 1,5 litre de 106 ch. et d’un 2 litres à injection piézoélectrique équipé en série d’un filtre à particules de 150 ch.

Selon les versions, des boîtes manuelles à 5 et 6 rapports ou une boîte automatique à 6 rapports sont proposées. Le moteur essence 2 litres peut également recevoir une transmission continue CVT.

Cependant, Nissan ajoute une version « écolo » baptisée elle… ‘’Pure Drive’’, uniquement destiné au Qashqai, qui limite son rejet en CO2 à 129 g/km.

Motorisé par le 1,5 diesel, il dispose alors d’un allongement des rapports de boîte, de pneus à faible résistance au roulement et de petites améliorations aérodynamiques grâce auxquelles les émissions, initialement de 137 g/km, ont pu être abaissées. Sans pour autant bénéficier du moindre bonus. Et son prix de base est annoncé à 21.900 €.

Un supplément de confort

 Le Qashqai continue d’offrir l’alternative entre deux transmissions, 2 roues motrices en traction, ou 4 roues motrices non permanentes. Pour cette dernière, une commande rotative permet de sélectionner trois modes de fonctionnement.

Soit en deux roues motrices et la voiture est une traction, soit en mode 4×4 permanent avec une répartition 50/50 du couple entre les essieux avant et arrière, soit en mode automatique qui envoie du couple sur les roues arrière jusqu’à 50% en fonction des besoins.

De quoi emprunter tranquillement les chemins creux et boueux.
Mais la situation n’est pas courante et d’ailleurs, les amateurs de look « aventure » l’ont bien compris en se contentant du 4×2, largement suffisant pour les trottoirs des villes et même pour les chemins de terre, où le Qashqai tire bien son épingle du jeu, comme on a pu le vérifier dans les sous-bois qui bordent les Gorges de Pennafort.

Et sur les routes en lacets du Haut Var, il a fait par la même occasion étalage des améliorations qui lui ont été apportées au niveau de nouveaux tarages des amortisseurs et d’une meilleure insonorisation offrant un plus grand confort.

Philippe LACROIX

 

Nissan

About Author

admin

Leave a Reply