FLM A SPA : PREMIER SUCCES POUR LE TEAM HOPE POLE VISION EN ENDURANCE

Une course folle !

Les pilotes des voitures engagées dans cette seconde manche des LMS (Le Mans Séries) 2010 ont tous reconnu le caractère exceptionnel de ces 1000 km de Spa

Epreuve exigeante s’il en est où l’équipe Suisse Hope PoleVision Racing, a décroché sa toute première victoire en endurance, en remportant sa catégorie, celle des FLM (Formula Le Mans).

Le mérite en revient au trio formé par Steve Zacchia, Luca Moro et Wolfgang Kaufmann ! Lesquels se sont imposés sur la FLM, flanquée du Numéro 47 de l’équipe de Benoit Morand.

 

La victoire avait échappé de justesse au Hope PoleVision Racing, il y a un peu plus d’un mois sur le circuit du Castellet pour la première manche des Le Mans Series en FLM. Cette fois, sur le tracé de Spa, la victoire est tombée dans l’escarcelle de l’équipe. Une juste récompense après les petits malheurs des essais libres…

Le Team helvétique a donc alterné le «chaud» et le «froid» lors de ce meeting comme on le découvrira plus bas.

Course de 1000 km donc remportée par l’équipe Peugeot Sport au classement général qui a imposé deux de ses 908 Hdi devant une Audi R15+ dans une épreuve finalement disputée en deux temps.

 
Cette année à Spa, il fallait échapper aux sorties de route et déjouer les caprices de la météo tout en gérant les multiples neutralisations.

Mais que faisait donc la FLM du Hope PoleVision Racing arrêtée en bout de la ligne droite des stands vers …13h30 après deux heures de course ?

Comme tous les autres concurrents stoppés en file indienne derrière lui, Steve Zacchia, alors au volant, attendait la reprise d’une course qui allait être stoppée 45 minutes et ce suite à une panne de l’alimentation électrique de secours du circuit de Spa Francorchamps !

Laquelle incitait le toujours très sérieux et professionnel Directeur de course, Daniel Poissenotégalement en charge des mêmes responsabilités aux 24 Heures du Mans – d’arrêter la meute en piste, aucun contact n’étant possible entre la direction de course et la totalité des postes de commissaires répartis tout au long des 6976 mètres du toboggan ardennais.

La sécurité des bolides et des pilotes à leurs volants n’étant plus assurée, Daniel Poissenot faisait alors à 13 Heures 34  sagement brandir les drapeaux rouges, signifiant l’arrêt immédiat.

Un départ complètement fou !

 
Une situation inédite dans une course lancée à 11H30 sous une légère averse qui allait s’avérer sélective. Dans chaque catégorie, hormis le LM GT2, au moins une voiture se retrouvait piégée ou victime de faits de course dès les premiers tours. 

Le tout premier à ouvrir  » Le bal  »  avait pour nom :

André Lotterer et son Audi R15+ ! Il était le premier à partir à la faute et ce incroyablement dés… le tour de formation !

 
Filippo Francioni détruisait lui sa Lola dans son premier passage du Raidillon et provoquait  déja l’entrée et l’intervention en piste de la première voiture de sécurité. Puis, c’était ensuite au tour d’Olivier Panis et de sa Peugeot 908 Hdi toujours dans le Raidillon, cinq tours plus tard, de taper suite à un accrochage avec une Lola Rebellion.

Une mésaventure qui n’épargnait pas non plus la catégorie FLM.

 
Gary Chalandon  sur l’unique voiture du Team DAMS  qu’il partageait avec Andrea Barlesi et Alessandro Cicognani était victime lui d’une « poussette » et … sous drapeau jaune, un tour plus tard et toujours dans … le Raidillon de l’Eau Rouge et tapait le mur de pneus à l’avant et à l’arrière. Il pouvait néanmoins regagner son stand.

DAMS et Applewood Seven contrariés

Réparée par l’équipe DAMS, la FLM  »Numéro 43 » devait hélas abandonner à la mi-course.

 
En effet, Thierry Bouvet, suppléant Loïc David  – présent lui à Barcelone avec l’équipe DAMS du GP2 – à Spa, ne voulait pas relancer ses jeunes pilotes, sur un tracé aussi exigeant que celui de Spa Francorchamps avec une auto ayant gardé quelques séquelles de sa sortie de piste.

Et, comme on le comprend…

 

L’équipe  ‘’Applewood Seven ‘’, autre prétendante à la victoire,  ne pouvait défendre ses chances bien longtemps après un très beau départ de David Zollinger sur la FLM,  »Numéro 49 ». En proie à des soucis inexpliqués sur le train avant, Ross Zampatti effectuait une légère touchette.

Après inspection et une longue immobilisation, Damien Toulemonde reprenait la piste et ne bouclait qu’un seul et dernier tour juste avant la présentation du drapeau à damier. C’était malheureusement insuffisant pour être classé. 

Hope PoleVision Racing perd une voiture

Deux faits de course majeurs, hormis toutes ces péripéties, ont finalement fait basculer la victoire entre les camps du ‘’Boutsen Energy Racing’’ et celui du ‘’Hope Pole Vision Racing’’.
Tout d’abord l’abandon prématuré en piste de l’équipage Verdonck-Pillon-Capillaire, alors magistralement en tête sur la FLM,  »Numéro 48 ». Ensuite l’arrêt prolongé de la FLM,  »Numéro 45 » pour un changement de capot permettant à la FLM,  »Numéro 47 » du Hope Polevision Racing de prendre un tour d’avance.

 
Steve Zacchia et Luca Moro ont effectué un superbe début de course laissant à Wolfgang Kaufmann le soin de rallier l’arrivée prononcée au terme des six heures réglementaires.
Une fin de course ponctuée par une dernière averse qui n’affectait pas le classement des Formula Le Mans.

Bernard Delhez, Nicolas de Crem et Dominik Kraihamer terminaient deuxièmes à un tour des leaders, offrant ainsi un podium au ‘’Boutsen Energy Racing’’ pour sa course à domicile !

Course limpide également du JMB Racing permettant à Peter Kutemann, John Hartshorne et Maurice Basso de goûter eux, leur premier podium en Le Mans Series. 

 
Mais le trio victorieux revient de loin car Luca Moro avait … violemment tapé lors des premiers essais vendredi !

La coque étant jugée inutilisable, l’équipe  »Hope Pole Vision » avait obtenue l’autorisation de la direction de course de procéder au changement de celle-ci, Oreca fabricant de ce joli proto, lui en louant une pour la course

 
A l’arrivée, les heureux veinards savouraient donc leur belle victoire, sachant d’ou ils … revenaient

Ainsi le Suisse Steve Zacchia :

«  J’ai pris le départ et c’était vraiment délicat sous la pluie, j’ai essayé de ne pas forcer ma cadence et surtout de rester sur la piste. Après quelques tours, la piste s’est asséchée et j’ai pu m’exprimer un peu plus. J’ai maintenu la meilleure position possible tout en tentant de revenir sur David Zollinger avant qu’il ne s’arrête. J’ai pu rendre la voiture à Luca en tête de la catégorie au bout de mes deux relais. Je suis vraiment content d’être là, ma dernière participation sur ce circuit aux 24 Heures de Spa 2008 ne m’avait pas laissé un bon souvenir (accident dans le Raidillon avec la Saleen Larbre sur problème mécanique). J’avais eu beaucoup de chance de bien m’en tirer et j’étais un peu anxieux à l’idée de revenir ici. Ce Raidillon est vraiment le plus beau virage du monde, la confiance est revenue tout de suite. Cette victoire est vraiment dédiée à nos mécaniciens qui nous ont refait une voiture en une nuit. »

A ses côtés, l’infortuné pilote Italien victime de la sortie aux essais, Luca Moro, ajoutait :

 
« Après ma grosse sortie de piste en sortie du Raidillon vendredi, je voudrais remercier chaleureusement l’équipe qui a fait un travail fantastique pour remettre la voiture en état toute la nuit jusqu’à sept heures samedi matin et nous offrir, à nouveau, une voiture compétitive. Mes coéquipiers ont réalisé un course très propre avec ces LMP1, GT1, LMP2 et parfois GT2 qui nous dépassaient par la gauche, par la droite, parfois même des deux côtés en même temps et les conditions de piste difficiles. Finalement nous terminons premiers, c’est parfait.»

Et le troisième larron l’Allemand Wolfgang Kaufmann, concluait :

« Ce fut une course très spéciale, un départ sous cette petite pluie fine alors que la piste était sèche représentait un grand défi pour tous les pilotes en piste. Quand à ce problème électrique c’est quelque chose d’unique ! Je suis ravi d’être sur le podium et je confirme ce qu’on dit mes coéquipiers. Luca a fait un bon travail après sa fâcheuse mésaventure des essais et Steve a été fantastique. La catégorie est intéressante même si c’est un peu frustrant car nous luttons en performance avec les LM GT2 en vitesse de pointe notamment et nous sommes obligés de les dépasser en virages ce qui rend parfois les choses délicates. A la fin de l’épreuve je n’ai pris aucun risque, sachant que nous avions un tour complet d’avance. Je me suis retrouvé derrière deux pilotes en Ferrari F430 qui se livraient une lutte d’enfer, je suis resté derrière eux, touchant même légèrement l’une des voitures lors d’un freinage.»

De son côté, Benoit Morand, le Team Manager de l’écurie Hope PoleVision Racing, ajoutait :

« C’est superbe. gagner à  Spa, c’est génial ! On était en tête avec la Numéro 48 vraiment loin devant et on la perd alors que l’on a tout pour nous. On aurait pu faire un et deux mais cette victoire est vraiment superbe. La semaine avait mal commencé, quand on pense que l’équipe a reconstruit la voiture 47, travaillé toute la nuit de vendredi à samedi et s’est imposé au bout de cette course folle, c’est vraiment génial..»

Une joie qu’il a tenu à partager avec Jean-Marie Brulhart, copropriétaire de l’écurie Hope PoleVision Racing, qui était présent à Spa et qui s’est montré, lui aussi, très fier de son équipe.

Pour sa part Olivier Lainé, Team Manager lui du Boutsen Energy Racing expliquait :

« Nous avons vécu une course très mouvementée, nous avons fait tout notre possible. En course nous rencontrons un problème de phares qui nous oblige a changer le capot mais il n’y a pas que cela, c’est une somme de petites choses avec notamment un arrêt non prévu en début de course. Nous sommes contents d’avoir démontré notre capacité à faire de bons résultats, et nous espérons bien en glaner d’autres. C’est un résultat encourageant pour notre course à domicile.»

Enfin, Jean Michel Bouresche patron du JMB Racing, classé troisième, lâchait :

 
« C’était une course très mouvementée pour tout le monde. Nous devions, plus que jamais, jouer la carte de la fiabilité avec notre régularité, nous avions une voiture fiable et bien préparée. On a toujours assuré sur le choix des pneumatiques, sur la fin de course notamment. Aucun pépin technique, aucune erreur des pilotes, et voilà. Nous finissons donc à une troisième place méritée compte tenu des circonstances. »

Du côté de chez DAMS, c’était ‘’ la soupe à la grimace ‘’
Bouté hors piste – on l’a expliqué plus haut – par une Porsche GT2, Gary Chalandon percutait le mur sans pouvoir rien faire. Tant bien que mal, il ramenait au stand une auto très endommagée.

A peine trois tours et déjà la course était ruinée !

L’équipe Sarthoise accomplissait des efforts magnifiques pour la remettre en état. 25 minutes plus tard, Gary pouvait reprendre le volant et effectuer un relais de 22 tours. Hélas, sans suite, la direction de la 43, très atteinte, créant un risque trop important pour les pilotes.

L’abandon était malheureusement, inévitable.

Loïc David, General manager résumait depuis Barcelone:

« Evidemment, la course n’a pas du tout ressemblé à nos espérances. Gary avait pris un bon départ dans des conditions piégeuses. Malheureusement, après ce déplorable accrochage, malgré les réparations effectuées par l’équipe, la direction pouvait se bloquer ou casser et la seule décision possible était hélas d’arrêter. C’est vraiment dommage mais les garçons gardent leur enthousiasme et leur motivation pour la prochaine manche. »

Le principal intéressé Gary Chalandon  un tantinet désappointé, racontait:

 « Je suis dégoûté ! J’avais pu me faufiler au départ et je me sentais bien quand est arrivé ce drapeau jaune dans le Raidillon. Sans visibilité, j’ai immédiatement ralenti et une GT1 m’a alors doublé. Se rendant compte de son erreur, le pilote m’a laissé repasser. Mais derrière arrivaient deux Porsche GT2 et l’une d’elles m’a percuté de plein fouet et m’a envoyé dans le mur ! J’ai réussi à ramener l’auto au stand et l’équipe a pu réparer. Mais pendant mon relais, je n’avais plus d’assistance de direction et je sentais des crans en tournant le volant. Alors la course s’est arrêtée là. »

A ses côtés, ses deux équipiers venus pourtant très tôt des … mardi pour découvrir ce tracé qui leur était inconnu, affichaient une mine déconfite !


Ainsi Alessandro Cicognani :

« Vraiment très frustrant ! Nous étions optimistes avant le départ et dans les premiers tours Gary a bien roulé. Mais cet accident et les conséquences qu’il a entraîné, c’est terriblement dommage ! J’espère que la prochaine manche sera plus clémente avec nous ! »

Andrea Barlesi, ajoutant :

 
« C’est rageant de voir ce qui est arrivé à Gary. Bien sûr, je suis déçu de ne pas avoir pu courir, mais nous serons encore plus motivés pour la prochaine course ! »

 
Paroles sages de jeunes pilotes en devenir et qui ne demandent qu’à … rouler pour parfaire leurs expériences

Contrairement à l’an dernier, il n’y aura pas de course des FLM en lever de rideau des 24 Heures du Mans. 

Les Le Mans Series vont désormais connaitre une trêve de deux mois pour cause de 24 Heures du Mans.

Donc, le prochain rendez-vous pour les pilotes des FLM est fixé au18 juillet sur le superbe circuit de Portimao prés de Faro en Algarve au sud du Portugal.

 

Gilles Gaignault
Photos : Photoclassicracing et Teams

  

Formule LeMans

About Author

admin

Leave a Reply