GP HISTORIQUE DE CHARADE : EXERCICE DE STYLE

 

Entre averses sporadiques et menaçantes sans compter les innombrables nappes de brouillard, le climat auvergnat de ce 1er mai n’a guère facilité la tâche des 230 pilotes réunis sur le magnifique circuit de Charade pour ce Grand Prix Historique.

 
Dans ces conditions, Lombardi, Cayeux, Monnet Gandini, Huret et Cie eurent à déployer de sérieux dons d’équilibriste pour s’imposer le samedi lors des premières courses.

 

Challenge Formula Ford Historic : Le maître de Charade est Suisse.

Extraordinaire bilan que celui de Pierre-Alain Lombardi qui, pour sa onzième course à Charade, signe sa… onzième victoire ! 

Aux commandes d’une autre Lola T540, Olivier Rechède allait être le seul à conserver le contact avec le champion helvète, une brève neutralisation de la course au 5ème tour, lui facilitant la tâche.

Du moins jusqu’au malencontreux tête-à-queue qu’il effectuait dans le dernier tour ! Avant cela, au fil de l’assèchement de la piste, les deux hommes avaient pris soin d’améliorer le record du tour à de nombreuses reprises. 

Bien remonté, Philippe Poude hisse sa Van Diemen sur le podium, en précédant Régis Prévost et Bernard Pesenti, eux-mêmes à la lutte pour la victoire dans la classe A des autos les plus anciennes (1967 à 1973).

Xavier Michel (Van Diemen), 2ème en tout début de course, était également un prétendant au podium avant de perdre du terrain et de s’accrocher en vue de l’arrivée.

Course 1 : 1.Lombardi (Lola T540) ; 2.Rechède (Lola T540) à 8,3’’ ; 3.Poude (Van Diemen) à 20,3’’ ; 4.Prévost (Mc Namara) à 23,1’’ ; 5.Pesenti (Lotus 59) à 24,4’’, etc.

 

Trophée Maxi 1000 : Gandini attend son heure 

Selon leurs bonnes habitudes, les pilotes du Trophée Maxi 1000 ont offert un superbe spectacle sur ce circuit taillé à la mesure de leurs moins de 1300 cm3. Michel Frenoy se montrait le plus prompt au départ au volant de son élégante Ginetta G15, avant de se faire déloger du commandement par Thierry Thiefain (Cooper S) au 3ème tour.

Deux boucles plus tard, celui-ci regagnait les stands, trahi par sa mécanique, laissant le pouvoir à un troisième homme, Philippe Gandini (Cooper S) qui, dès lors, prenait le large. Déjà vainqueur de la course 2 au Val de Vienne, il s’imposait ainsi devant Michel Frenoy et Olivier Legriffon (Matra Djet).

Gérard Rabanel hisse une R8 Gordini au 4ème rang, alors que Lionel Couche (Cooper S) parvient à arracher la 6ème place après avoir démarré, à la poussette, bon dernier !

Une fois de plus, le très rapide Philippe Lalanne (Cooper S), 7ème, termine largement en tête des 1000 cm3.

Course 1 : 1.Gandini (Cooper S) ; 2.Frenoy (Ginetta G15) à 17,9’’ ; 3.Legriffon (Matra Djet) à 43,0’’; 4.Rabanel (R8 Gordini) à 1’02,5’’; 5.Espargiliere (Cooper S) à 1’36,1’’, etc.

Groupe 1 Tourisme Champion Car Cayeux donne le tempo !

Vieille connaissance des circuits français et étrangers, Gérard Cayeux a déjà tout compris du maniement de l’ancienne Ford Capri 3 litres de Patrick Bourguignon ! Sur une piste humide, encore très délicate, le Parisien prenait l’avantage sur Didier Gheza (BMW 30 CSI) et Marc Pagno (Golf GTI) au départ, puis se ménageait assez rapidement une confortable marge de sécurité sur eux. Cela allait être le tiercé final,

Dominique Josquin (Rallye 3) et Philippe Gosset (Triumph Dolomite) assurant la suite de la hiérarchie tout en remportant leurs classes respectives. Alain Miran se contente de la 7ème place sur la fameuse Vauxhall Magnum qu’il partage avec Claude Boissy. Plus malchanceux, Patrick Bourguignon (BMW 323i), le local de l’étape, s’était rapidement retiré à la suite d’un bris de roulement. 

Course 1 : 1.Cayeux (Ford Capri) ; 2.Gheza (BMW 30 CSI) à 8,9’’ ; 3.Pagno (Golf GTI) à 10,5’’ ; 4.Josquin (Rallye 3) à 13,1’’ ; 5.Gosset (Triumph Dolomite) à 31,1’’, etc.

Trophée Formule Renault ClassicA Monnet le mot de la fin.

Le duel annoncé entre Fabrice Porte et Jean-Charles Monnet a bien eu lieu ! Leader depuis le feu vert, le Vauclusien se faisait surprendre par son adversaire à une dizaine de minutes du drapeau à damiers. La revanche est déjà programmée pour demain ! Derrière, Jean Boizeau avait suivi leur duel à distance, après avoir tout de même réussi à s’intercaler entre eux durant les premiers tours. 7ème, Didier Belleux amène à l’arrivée la première des trois Formule Renault à moteur atmosphérique, en l’occurrence une rare Orion.

Course 1 : 1.Monnet (Martini Mk36) ; 2.Porte (Martini Mk41) à 17,9’’ ; 3.Boizeau (Martini Mk48) à27,8’’ ; 4.Lenninger (Martini Mk38) à 48,1’’ ; 5.Tourand (Martini Mk38) à 1’10,4’’, etc.

Trophée Lotus : Huret avec autorité.

 

Habitué à prendre part aux joutes endiablées du Trophée Lotus, Philippe Huret a lancé un sérieux avertissement à la concurrence en dominant cette première course de bout en bout malgré le retour de la pluie (… ou grâce à lui !). Sur une autre Caterham, Gilles Colombier parvenait néanmoins à tenir son rythme jusqu’à l’arrivée, ce que ne parvenait pas à réaliser Guillaume Lucot (Caterham), le troisième homme du podium final. Christian Odin (Lotus Seven), le président de l’association des pilotes du Trophée, accroche une belle 4ème place, que revendiquait également Anthony Delhaye (Lotus Seven) avant de sortir de la piste.

Course 1 : 1.Huret (Caterham) ; 2.Colombier (Caterham) à 2,3’’ ; 3.Lucot (Seven) à 29,0’’ ; 4.Odin (Seven) à 36,5’’ ; 5.Blanchemain (Seven) à 39,8’’, etc.

Trophée Saloon Car : Une Chevron en pôle.

Pas de course en cette première journée pour les adeptes du Trophée Saloon Car, mais une séance d’essais qualificatifs disputée sur une piste détrempée. Pour la première apparition de son proto Chevron B60, Raoul Scultore signe le meilleur chrono devant Elie Dubelly, de retour avec sa splendide BMW 30 CSL. C.Bornes (Grac MT14) et Martin Eteki (Toyota Corolla) se partageront la deuxième ligne lors de la première course dominicale.

Challenge Asavé GT-Tourisme : Pages en leader des Porschistes.

Là encore, il faudra attendre la seconde journée pour assister aux deux courses. Comme on pouvait s’y attendre, les Porsche 911 ont monopolisé les meilleurs chronos des essais, avec un excellent Alain Pages qui partagera la première ligne avec André Sediki. La surprise est fournie par l’Anglais Laki Christoforou (Ford Escort RS), 3ème temps au milieu des Porsche, alors que Daniel Louis, toujours aussi à l’aise sur une piste détrempée, glisse sa Cortina Lotus au 6ème rang. Séance gâchée par une sortie de route, Franck Metzger (Porsche 911 3L) doit se contenter du 10ème chrono.

LES AUTRES COURSES

Formule Zetec : Béguinot prépare le terrain

Compétition créée l’an passé au profit des Formule Ford les plus modernes, la Formule Zetec a débuté sa saison au Paul Ricard. A Charade, deux nouvelles courses sont prévues dimanche, où Manuel Béguinot (Van Diemen), assez nettement auteur de la pôle, partira favori devant le Suisse Jo Zosso (Tatuus) et Miguel Da Silva (Van Diemen).

 

GP HISTORIQUE DE CHARADE JOUR 2

  LA MAGIE DE CHARADE OPERE

Lieu magique pour tout amateur de compétitions historiques, le circuit de Charade a offert son magnifique écrin à la Série FFSA VH tout au long du week-end. Et par une météo toujours excessivement changeante, les treize courses de ce dimanche donnèrent encore lieu à de virulentes passes d’armes…

 

Trophée Saloon Car : Les protos mènent la danse.

Dans la course matinale, en ouverture de journée, Josserand De Murard prenait le risque de chausser des pneus pluie. Un pari qui lui permettait de prendre immédiatement le contrôle de la course devant Fabrice Lefebvre (Porsche 3,5 L) et Elie Dubelly (BMW 30 CSL). La piste s’asséchant en fin de course, le jeune pilote de la Grac prenait soin d’économiser ses gommes, au risque de laisser la Porsche du Bourguignon revenir dans ses rétros. Elie Dubelly, rendu circonspect par un tête-à-queue dans le tour de chauffe, assurait la 3ème place, devant Dominique Blasin (Porsche 914) et Ludovic Moser (VW Cox), auteurs d’un duel serré.

L’après-midi, Josserand De Murard trouvait son maître en la personne de Raoul Scultore, que des soucis électriques avaient privé de première course. Au volant de sa nouvelle Chevron B60, celui-ci confirmait son meilleur temps des essais et prenait le large, bien aidé par les 280 ch de son moteur Ford. Fidèles à la hiérarchie du matin, Fabrice Lefebvre et Elie Dubelly terminaient dans le sillage des protos, loin devant Ludovic Moser, les trois hommes s’imposant respectivement en catégorie « eighties », « seventies » et « sixties ».

Course 1 : 1.De Murard (Grac MT14) ; 2.Lefebvre (Porsche 911) à 2,9’’ ; 3.Dubelly (BMW 30 CSL) à 35,2’’ ; 4.Blasin (Porsche 914) à 2’10,7’’ ; 5.Moser (VW Cox) à 2’11,0’’, etc.
Course 2 : 1.Scultore (Chevron B60) ; 2.De Murard (Grac MT14) à 27,5’’ ; 3.Lefebvre (Porsche 911) à 37,3’’ ; 4.Dubelly (BMW 30 CSL) à 38,2’’ ; 5.Moser (VW Cox) à 1’54,0’’, etc.

Challenge Asavé GT-Tourisme : Concerto pour Porsche 911….

Dans le match « aller » du matin, André Sediki réalisait la course parfaite en tenant Patrick Andreoli en respect du premier au dernier tour. Auteur de la pôle sur une autre Porsche 3 litres, Alain Pages n’en tirait guère parti par la faute d’un moteur mal en point.

Il finissait d’ailleurs par abandonner sa 3ème place à Franck Metzger en fin de course. Gérard Besson, le « roi de la Berlinette », remplissait son contrat à merveille en arrachant la 5ème place à l’Anglais Pantelis Christoforou (Escort RS) à l’approche de l’arrivée.

En course 2, Patrick Andreoli se portait immédiatement en tête, vite rejoint par l’indissociable André Sediki, qui finissait par trouver l’ouverture au 7ème tour. Dès lors, le Parisien pouvait aller cueillir sa deuxième victoire de la journée. Derrière les deux Porsche, Gérard Besson hissait son Alpine 1800 sur un podium mérité, alors que l’abandon de Franck Metzger offrait la 4ème place à Christoforou, devant les Lotus Elan de Jean-Pierre Vachet et Roger Poulet, qui réalisent le doublé parmi les autos d’avant 1966.

Course 1 : 1.Sediki (Porsche 911) ; 2.Andreoli (Porsche 911) à 4,2’’ ; 3.Metzger (Porsche 911) à 47,4’’ ; 4.Pages (Porsche 911) à 47,8’’ ; 5.Besson (Alpine A110) à 1’13,3’’, etc.
Course 2 : 1.Sediki (Porsche 911) ; 2.Andreoli (Porsche 911) à 5,0’’ ; 3.Besson (Alpine 1800) à 33,7’’; 4.Christoforou (Escort RS) à 49,6’’; 5.Vacher (Lotus Elan) à 1’00,0’’, etc.

Trophée Lotus : Huret double la mise.

Vainqueur de la première course, Philippe Huret (Caterham) a de nouveau goûté aux joies de la plus haute marche du podium, mais comme ce fut dur !

La faute en revient à Christian Odin (Lotus Seven), qui créait la surprise en s’emparant de la tête dès le premier tour. Après avoir cédé à une attaque de Philippe Huret au 4ème tour, l’expérimenté pilote de l’Ain reprenait aussitôt son bien pour le reperdre trois tours plus tard, définitivement cette fois !

En embuscade, Pierre Buffet (Lotus Seven) prenait le chemin du podium, en résistant de justesse au retour éclair d’Anthony Delhaye (Lotus Seven), parti en fond de grille après sa bévue de la veille. 10ème, Philippe Koenig (Caterham) recevait le titre de meilleur « rookie », décerné aux nouveaux venus dans le Trophée.

Course 2 : 1.Huret (Caterham) ; 2.Odin (Seven) à 2,7’’ ; 3.Buffet (Seven) à 3,2’’ ; 4.Delhaye (Seven) à 4,9’’ ; 5.Colombier (Caterham) à 12,2’’, etc.
Rappel course 1 : 1.Huret (Caterham) ; 2.Colombier (Caterham) à 2,3’’ ; 3.Lucot (Seven) à 29,0’’ ; 4.Odin (Seven) à 36,5’’ ; 5.Blanchemain (Seven) à 39,8’’, etc.

Challenge Formula Ford Historic : Lombardi toujours, malgré Rechède.

Samedi, Olivier Rechède avait été le seul à pouvoir suivre le rythme effréné de Pierre-Alain Lombardi. Cela allait être encore le cas le lendemain, sans que cela mette en péril la domination du Suisse pour autant.

Comme la veille, le challenger partait de nouveau à la faute dans le dernier tour, tout en se préservant du retour de Philippe Poude et sa Van Diemen.

Soit l’exact scénario de la veille !

Bernard Pesenti avait occupé cette 3ème place en début de course, avant de rétrograder d’un rang et de conserver une bonne marge d’avance sur son suivant. Guillaume Planques (Van Diemen), bien remonté. Le pilote de la superbe Lotus 59 en profitait pour décrocher les lauriers de la classe A devant Régis Prévost (Mc Namara) et Raoul Scultore (Nike)..

Course 2 : 1.Lombardi (Lola T540) ; 2.Rechède (Lola T540) à 5,5’’ ; 3.Poude (Van Diemen) à 28,3’’ ; 4.Pesenti (Lotus 59) à 37,9’’ ; 5.Planques (Van Diemen) à 49,0’’, etc.
Rappel course 1 : 1.Lombardi (Lola T540) ; 2.Rechède (Lola T540) à 8,3’’ ; 3.Poude (Van Diemen) à 20,3’’ ; 4.Prévost (Mc Namara) à 23,1’’ ; 5.Pesenti (Lotus 59) à 24,4’’, etc.


 

Trophée Maxi 1000 : Gandini bisse.

Sous les premiers rayons de soleil du week-end, Philippe Gandini (Cooper S) réédite son succès de la veille. Il lui aura toutefois fallu attendre quatre tours pour déloger Michel Frenoy (Ginetta G15) du commandement au cours d’une virile passe d’armes…

Le pilote du joli coupé britannique, en proie à des soucis d’embrayage, devait ensuite s’employer à repousser les multiples assauts de Lionel Couche (Cooper S), pour sauver sa 2ème place de 3/10 de seconde !

Encore une fois dans le bon wagon, Olivier Legriffon (Matra Djet) se classait bon 4ème devant Jean-Pierre Eynard Machet (Cooper S), plus habitué aux pelotons de la F3 Classic.

Impérial une fois de plus en 1000 cm3, Gilles Lassagne (Cooper S) s’offrait même le luxe de priver James Lefebvre (Alpine A110) de la 6ème place dans le dernier virage. Moteur cassé dans la course du samedi, Thierry Thiefain n’avait pas eu le plaisir de se joindre à eux.

Course 2 : 1.Gandini (Cooper S) ; 2.Frenoy (Ginetta G15) à 4,1’’ ; 3.Couche (Cooper S) à 4,4’’ ; 4.Legriffon (Matra Djet) à 20,2’’; 5.Eynard Machet (Cooper S) à 23,0, etc.
Rappel course 1 : 1.Gandini (Cooper S) ; 2.Frenoy (Ginetta G15) à 17,9’’ ; 3.Legriffon (Matra Djet) à 43,0’’; 4.Rabanel (R8 Gordini) à 1’02,5’’; 5.Espargiliere (Cooper S) à 1’36,1’’, etc.

Groupe 1 Tourisme Champion Car :  Revoilà Claude Boissy !

Fait rarissime, Claude Boissy limitait sa présence à une seule course ce week-end. Cela allait lui suffire pour ajouter une nouvelle victoire à son impressionnant palmarès, au volant de la Vauxhall Magnum qu’Alain Miran pilotait la veille.

Derrière cette figure emblématique de la Série FFSA, le Nordiste Stéphane Delecour réalisait une superbe démonstration, apte à le consoler de son abandon dès le tour de chauffe de la veille. Après avoir brièvement hissé son Opel Commodore en tête au premier tour, il cravachait ferme par la suite pour défendre sa 2ème place en repoussant les assauts de Dominique Josquin (Rallye 3), que Gérard Cayeux (Ford Capri), le vainqueur du samedi, parvenait à dépasser dans le dernier tour.

Le Normand conservait néanmoins sa première place en classe 1300, à l’instar de Tony Deschamps (Triumph Dolomite) en 2 litres, Marc Piagno (Golf GTI) en 1600 et Michel Pinçon (BMW 635 CSI) en plus de 3 litres.

Course 2 : 1.Boissy (Vauxhall Magnum) ; 2.Delecour (Opel Commodore) à 8,9’’ ; 3.Cayeux (Ford Capri) à 10,5’’ ; 4.Josquin (Rallye 3) à 11,3’’ ; 5.Deschamps (Triumph Dolomite) à 29,3’’, etc.
Rappel course 1 : 1.Cayeux (Ford Capri) ; 2.Gheza (BMW 30 CSI) à 8,9’’ ; 3.Pagno (Golf GTI) à 10,5’’ ; 4.Josquin (Rallye 3) à 13,1’’ ; 5.Gosset (Triumph Dolomite) à 31,1’’, etc.

Trophée Formule Renault Classic : Fabrice Porte tient sa revanche.

Dans la course du samedi, Fabrice Porte avait vu la victoire lui échapper au profit de Jean-Charles Monnet. Autre jour, autre course, cette fois le quintuple Champion de Formule Renault Classic faussait compagnie à ses camarades dès le départ, pour les tenir ensuite à bonne distance.

Moins à l’aise que la veille, Monnet se contentait cette fois de la 3ème place, nettement dominé par un Jean Boizeau installé dans le fauteuil du dauphin de bout en bout. Tous s’étaient élancés en pneus pluie du fait d’une averse  menaçante qui… n’allait jamais venir !

La catégorie des 1721 cm3 « atmo » revenait cette fois à André Machemy, alors que Gilles Dupré ramenait à bon port la Races qu’il avait construit et piloté en Formule Renault et ce … 33 ans plus tôt !

Course 2 : 1.Porte (Martini Mk41) ; 2.Boizeau (Martini Mk48) à 6,9’’ ; 3.Monnet (Martini Mk36) à 34,1’’ ; 4.Tourand (Martini Mk38) à 40,0’’ ; 5.Lenninger (Martini Mk38) à 43,3’’, etc.
Rappel course 1 : 1.Monnet (Martini Mk36) ; 2.Porte (Martini Mk41) à 17,9’’ ; 3.Boizeau (Martini Mk48) à 27,8’’ ; 4.Lenninger (Martini Mk38) à 48,1’’ ; 5.Tourand (Martini Mk38) à 1’10,4’’, etc.

LES AUTRES COURSES

Formule Zetec : Béguinot ne partage rien !

Pilote éclectique, et surtout particulièrement véloce, Manuel Beguinot n’est pas du genre partageur… Au volant de la Van Diemen du Team Sirius, l’Héraultais se montrait intraitable dans la première course, puis récidivait dans la seconde de façon un peu moins insolente. Cette fois, le Suisse Jo Zosso, contraint à l’abandon en course 1 sur un problème électrique, parvenait à limiter les dégâts à une dizaine de secondes du vainqueur. Derrière lui, son compatriote François Jeanneret (Swift) s’offrait un nouveau passage sur le podium.

Course 1 : 1.Beguinot (Van Diemen) ; 2.Jeanneret (Swift) à 41,7’’ ; 3.Salmona (Tatuus) à 47,9’’ ; 4.Di Nisi (Mygale) à 1’04,4’’ ; 5.Pin (Mygale) à 1’06,6’’, etc.
Course 2 : 1.Beguinot (Van Diemen) ; 2.Zosso (Tatuus) à 10,4’’ ; 3.Jeanneret (Swift) à 14,9’’ ; 4.Pin (Mygale) à 37,9’’ ; 5.Salmona (Tatuus) à 48,6’’, etc.

Legends Cars : Biotteau et Roure font la paire.

Les courses se succèdent en Legends Cars, mais les prérendants à la victoire demeurent identiques. Pour cette deuxième journée, Olivier Biotteau ouvrait les hostilités dans la première course dominicale, en battant de peu Claude Roure et Pascal Corinti.

L’après-midi, c’était au tour de Claude Roure de prendre sa revanche sur le ledaer du matin, Pascal Corintin se chargeant à nouveau de compléter le podium.

Jacques Furet
Photos : Photoclassicracing

Sport

About Author

admin

Leave a Reply