SUBARU OUTBACK : LE CROSSOVER PRECURSEUR

Lancé il y a bientôt quinze ans, Subaru considère son  dernier né l’Outback comme un pionnier du style Crossover !

Un véhicule de loisirs, vaste et campagnard à l’occasion.
Variante en fait du break Legacy, surélevé et mieux protégé, l’Outback vient de subir un ‘’toilettage’’ , lequel lui permet de faire la part belle au confort en recevant notamment aussi une boîte mécanique à 6 rapports.


Sa transmission intégrale permanente lui offre un avantage essentiel sur la concurrence, d’autant que son tarif est largement inférieur à celle-ci.

Démarrant à 34.900 €, la Subaru Outback devient alors un choix judicieux, surtout pour ceux qui habitent les régions montagneuses, pluvieuses ou enneigées.

Subaru, rappelons-le, est le plus petit des constructeurs japonais.

 
Il est mondialement connu et réputé comme étant ‘’ LE ‘’ spécialiste de la transmission intégrale qui a lui a permis d’établir sa  réputation et sa renommée, grâce à plusieurs titres de Champion du monde des Rallyes dont le dernier, notamment avec le pilote Norvégien Petter Solberg.

 
Pour sa diffusion en Europe, il a longtemps souffert d’un manque de motorisations diesel. Depuis bientôt deux ans, ce n’est plus le cas, et heureusement, sinon la crise financière de 2008 associée au lobby écologique l’aurait sans doute fait disparaître de nos  bonnes routes Françaises.

Malgré tout,  les ventes des modéles Legacy berline et break devenues confidentielles dans l’hexagone sont dorénavant désormais sorties de la gamme où l’Outback résiste lui encore.

Et pour donner un nouvel élan à cette version campagnarde et sophistiquée du break Legacy, Subaru lui offre une nouvelle robe et des améliorations techniques pour faire de la 4ème génération d’Outback, un Crossover plus moderne et plus conforme aux normes et aux contraintes actuelles.

Une esthétique plus attrayante

Long de 4,77 m, l‘Outback reçoit une carrosserie totalement remodelée, laquelle se veut plus cossue, avec notamment une ceinture de vitres moins linéaire pour estomper la notion de break. Les optiques de phares ont une forme tout en longueur et remontent le long du capot sur les ailes, tout en encadrant une calandre comportant le motif en forme d’aile qui caractérise la marque Subaru.

Placés au bas de la jupe avant teintée en noir, les optiques antibrouillard accentuent l’impression d’agressivité. Les passages de roues davantage marqués musclent son profil tandis que la face arrière présente des feux horizontaux très travaillés avec une jupe arrière recevant à ses extrémités des feux de brouillard pour éviter un aspect trop massif de l’ensemble.

Les fines baguettes chromées qui soulignent les vitres, la calandre et le hayon contribuent à rehausser l’aspect qualitatif de la caisse. Les rails de toit et les rétroviseurs latéraux électriques intégrant des feux clignotants de type LED sont de série. Les jantes en alliage 17 pouces sont chaussées de pneus de dimensions 225/60.

Un habitacle particulièrement spacieux

En augmentant la hauteur, la largeur et l’empattement, priorité a été donnée à la création d’un espace intérieur particulièrement généreux. De larges sièges, chauffants, à multi-réglages électriques pour celui du conducteur, augmentent encore l’espace accordé à chaque occupant. Inclinable au profit d’un meilleur confort pour les passagers, le dossier de la banquette arrière est rabattable dans la proportion 60-40.

 
La mise à plat de la banquette peut être réalisée d’une simple pression sur la commande à distance située dans le coffre. La capacité de celui-ci est de 526 litres, mais il a perdu sa roue de secours remplacée par un kit crevaison.

Une attention particulière a aussi été portée aux espaces de rangement et à un agencement pratique et agréable. Le tableau de bord a été totalement reconditionné pour plus de lisibilité et de fonctionnalité et pour inclure un grand écran de navigation au sommet de la console centrale.

Toutefois l’ensemble demeure cependant encore austère et les plastiques durs et sombres qui le composent ne font pas franchement très cossus.

 
En optant pour un habillage ivoire, l’habitacle paraît malgré tout beaucoup plus chaleureux.

Signalons aussi que la climatisation automatique double zone est de série

Une mécanique bien équilibrée

Sous son capot, l‘Outback accueille deux motorisations de type Boxer, c’est-à-dire avec cylindres opposés à plat, un 3,6 litres essence 6 cylindres de 260 ch. accouplé à une boîte automatique à 5 rapports qui aura une diffusion très confidentielle et un 2 litres diesel 4 cylindres suralimenté et équipé d’un filtre à particules délivrant 150 ch.

 
Celui-ci est servi uniquement par une boîte manuelle à 6 rapports. Doté d’un couple de 350 Nm, il montre une bonne disponibilité entre 1.800 et 2.400 tr/mn et délivre toute sa puissance à 3.600 tr/mn.

 
Beaucoup de souplesse à bas régime donc, tout en restant discret, mais en revanche au delà de 4.000 tr/mn, il se fait davantage remarquer et il a bien du mal à flirter avec la zone rouge du compte-tours marquée à 4.750 tr/mn. Il est vrai que les rapports sont longs pour l’évidente raison de la consommation et des émissions de CO2 qui peuvent alors s’afficher en moyenne à 6,4 litres et 167 g/km.

La vitesse de pointe est annoncée à 195 km/h et le 0 à 100 en 9 »7. Des performances, reconnaissons-le, honnêtes pour une voiture qui ne pèse malgré tout que 1.600 kg.

A l’aise partout.

Hormis son moteur bien équilibré au centre de gravité bas qui contribue à l’excellente tenue de route de l‘Outback et sa direction assistée électrique directe et précise qui engendre un vrai plaisir de conduite, son avantage essentiel réside dans sa transmission intégrale permanente qui lui permet d’être à l’aise sur tout type de terrain.

Sa garde au sol de 20 cm assure une conduite confortable même sur des routes dégradées ou enneigées. La répartition de couple sur route sèche est de 50-50.

Mais quand les roues avant ou arrière patinent, le visco coupleur corrige la répartition pour préserver la motricité allant jusqu’à donner 100 % de la motricité sur une seule roue. De plus, le système de contrôle dynamique entre en action quand le conducteur risque de perdre le contrôle de son véhicule.

D’autre part, beaucoup de soins ont été apportés à la suspension composée de jambes de force type McPherson à l’avant et à double triangulation à l’arrière, tandis que le diamètre de la barre stabilisatrice à l’avant a été augmenté.

Un sentiment de sécurité

Le freinage est confié à 4 disques avec ABS. Un système électronique placé près de la colonne de direction remplace la commande de frein à main traditionnelle. Il se relâche automatiquement quand le conducteur sollicite l’accélérateur. Un système automatique de retenue du véhicule en côte complète le frein de parking.

Autrement dit, l’Outback possède tous les ingrédients pour que ses occupants se sentent en sécurité et confortablement installés pour voyager sereinement

.
Il est commercialisé en deux versions, Confort et Club.

Cette dernière qui demande un supplément de 5.000 € reçoit entre autres un toit ouvrant électrique, l’accès sans clé et bouton de démarrage, le système de navigation incluant la caméra de recul et la compatibilité Bluetooth et la sellerie cuir .

Gilles Gaignault
Photos : Philippe Lacroix et Gilles Sagne

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply