SUPERCOPA A LEDENON : SCHEIER – BRICHE : DEUX PARTOUT, LA BALLE AU CENTRE …

 

 
En quittant Lédenon ce dimanche, Johan-Boris Scheier et Julien Briché, totalisent chacun deux victoires en quatre courses.

Michaël Rossi, revenu aux affaires, William David, qui retrouve ses marques, et Aurélien Comte, non payé de ses efforts, comptent bien pourtant lors des prochaines épreuves, troubler ce duel annoncé.

Course 1 –

Pole position, victoire et record du tour, on appelle cela « Le coup du chapeau ».
C’est la performance réussie par  le pilote du Team Boutsen Energy que supervise avec talent l’ami Georges Kajchka « Jobo » Scheier dans la course sprint de Supercopa SEAT León samedi à Lédenon.

 
« Chapeau  »
et RESPECT !!! donc à ce jeune homme au visage souvent souriant et au teint toujours bronzé, qui a d’emblée ôté toute illusion à  ce week-end l’invité de SEAT France, Geoffrey Dellus.

Lequel a été l’auteur d’une performance très remarquée en qualifications, où il ne s’est incliné que de … six centièmes , dans la lutte pour la pole-position.

 
Scheier
s’est d’autant plus facilement échappé dès le premier tour que Dellus a commis une petite faute, tandis qu’Aurélien Comte (4e sur la grille) se retrouvait en difficulté. Le trou était fait sur Michaël Rossi, qui distançait Julien Briché en étant plus rapide que lui à trouver l’ouverture sur Dellus.

Au même instant (8e tour), William David au volant de la SEAT, Numéro 8, aux couleurs de CSO et d’autonewsinfo, prenait le meilleur sur Jean Marie Clairet. Outre Pascal Destembert (8e des qualifications), en délicatesse avec sa direction assistée avant le départ, et Aurélien Comte, Sacha Bottemanne manquait à l’appel au classement, suite à son exclusion par le Collège des Commissaires pour non respect de la procédure de départ.

A l’arrivée, le lauréat tout sourire, Johan-Boris Scheier racontait :

« J’ai fait une course de rêve, comme on n’en accomplit pas tous les jours. C’est toujours plus facile quand on part en « pole ». Geoffrey Dellus, qui s’élançait à côté de moi en première ligne, a fait une faute dans la descente, ce qui m’a aidé à faire le trou sur les autres, puis à m’échapper rapidement ».

A ses côtés son dauphin, Michaël Rossi  poursuivait :

 
« Après le meeting de Nogaro, qui a été très loin de correspondre à mes attentes, j’ai surtout pensé à faire un résultat, et à prendre les points de la 2e place ».

Quant à Julien Briché qui les accompagnait sur le podium, lui il expliquait  :

« Ce n’est pas ma meilleure course, parce que je ne me suis pas beaucoup battu. « Jobo » a pris le large dès le premier tour, et j’ai tout de suite compris que c’était cuit. Ensuite j’ai perdu trop de temps derrière Geoffrey Dellus pour pouvoir espérer rattraper Michaël Rossi ».

Classement course 1 :

 1. Johan-Boris Scheier (Boutsen Energy Racing), les 13 tours en 19’ 42’’ 476, moyenne 124,67 km/h ; 2. à 5’’ 289, Michaël Rossi (Team Clairet Sports) ; 3. à 8’’ 852, Julien Briché (JSB Compétition) ; 4. à 11’’ 409, Geoffrey Dellus (Exagon Engineering) ; 5. à 20’’ 484, William David (Bordeaux Racing – Autonews infos) ; 6. à 23’’ 025, Romuald Jolivière (LJ Sport) ; 7. à 24’’ 986, Jean-Marie Clairet (Team Clairet Sport) ; 8. à 26’’ 805, Marlène Broggi (Exagon Enineering) ; 9. à 49’’ 727, Martin Morente (Team Clairet Sport) ; 10. à 51’’ 005, Fabien Pierlot (JSB Compétition), etc.

Meilleur tour: Scheier, en 1’ 29’’ 930.

Course 2 –

L’erreur de Julien Briché au départ de la deuxième course de Nogaro – celle typée « endurance », contrairement à la première formatée « sprint » lui aura servi de leçon.

Parti en sixième position sur la grille (inversée), il n’y a cru que pendant quelques centaines de mètres, avant de partir en tête-à-queue dans la bousculade du début. 
  

Cette fois, son équipe (JSB Compétition) a convenablement chaussé le train avant de sa SEAT León bleue à parements roses, et le Picard a fait le reste :

Quatrième sur la grille de départ, troisième  au premier tour, second au sixième passage et enfin …  premier au neuvième  et ce après avoir pris successivement le meilleur sur Geoffrey Dellus, Michaël Rossi et William David.

 Et finalement vainqueur, avec une avance confortable – près de cinq secondes – au franchissement du drapeau à damier.

Après quatre courses, Julien Briché et Johan-Boris Scheier présentent un bilan comparable ! :

 
Deux victoires et une pole position, chacun !

Dimanche, le pilote de la SEAT León du Boutsen Energy Racing, n’a pu rééditer son exploit de la veille.

Parti en sixième position sur la grille (inversée), il n’y a cru que pendant quelques centaines de mètres, avant de partir en tête-à-queue dans la bousculade du début. 
  

Sa remontée l’a ensuite ramené en cinquième position, sur les talons de Romuald Jolivière. Retardé lui aussi en début de course, Aurélien Comte semblait en mesure de jouer le podium, lorsqu’un contact avec William David l’a éliminé.

Il se toutefois console avec le record du tour! 

A l’arrivée Julien Briché brillant vainqueur lâchait:

 
« J’ai bien veillé à changé mes pneus avant pour la course longue. Avec le principe de la grille inversée, je me suis élancé en quatrième position, j’ai pris un bon départ et tout s’est très bien passé ensuite. Jobo Scheier et moi comptons maintenant deux victoires chacun en quatre courses, le duel est bien engagé ».

Pour sa part le revenant William David, excellent second des sa quatrième course après …  quelques années de retraite ajoutait  :

« Cela fait 5 ans que je n’avais plus roulé, je dois retrouver mes marques depuis ma dernière victoire ici même à Lédenon sous la pluie en 2004. Il n’est jamais facile de revenir après une longue interruption, regardez Michaël Schumacher… Je dois encore améliorer mes départ – bien que j’ai réussi le dernier – mais dans l’ensemble je progresse au fil des courses et pour un vieux, ce n’est pas si mal »…

Après les deux premiers meetings (Nogaro et Lédenon), William le pilote de l’équipe Bordeaux Racing que dirige Jean Noel Lanctuit et qui bénéficie du soutien logistique du Team Exagon de Luc Marchetti  et aussi de Serge Masson, occupe précisons-le une très belle troisième place au classement provisoire.

Preuve  qu’au fil des courses, l’ancien poleman des très réputées 24 Heures du Mans en 1994, retrouve le feeling !

Le troisième Michaël Rossi, visiblement  un tantinet déçu déclarait :

« Deux podiums dans le week-end, c’est bien, mais je suis quand même un peu déçu, car notre stratégie, consistant à tenter de s’échapper en tête dès le départ, n’a pas fonctionné. Le principal était tout de même de marquer de gros points, dans la perspective du Championnat ».

Sur le podium, Jaime Puig (Directeur de SEAT Sport) en provenance d’Hockenheim ou il assistait la veille samedi à la Supercopa Allemande, souriant nous déclarait :

 
« Il n’est pas si fréquent d’assister à une course de 26 tours, dans laquelle le suspense dure comme cela jusqu’à la fin. La bagarre a été très serrée devant, mais toujours correcte. Je suis très heureux de constater que le niveau de la Supercopa Française n’a rien à envier à l’espagnole et à l’allemande, laquelle a débuté ce week-end à Hockenheim ».

Gilles Gaignault

Photos : Olivier Guigues et Renaud LACROIX

Classement course 2 :

1. Julien Briché (JSB Compétition), les 26 tours en 39’ 31’’ 325, moyenne 124,33 km/h ; 2. à 4’’ 729, William David (Bordeaux Racing – Autonews infos) ; 3. à 8’’ 366, Michaël Rossi (Team Clairet Sports) ; 4. à 8’’ 887, Romuald Jolivière (LJ Sport) ; 5. à 9’’ 790, Johan-Boris Scheier (Boutsen Energy Racing); 6. à 20’’ 918, Jean-Marie Clairet (Team Clairet Sport); 7. à 29’’ 717, Pascal Destembert (Team Speed Car) ; 8. à 33’’ 284, Sacha Bottemanne (No Limit Racing) ; 9. à 46’’ 450, Fabien Pierlot (JSB Compétition) ; 10. à 1’14’’885, Henri Dafeur (Team Clairet Sport), etc.

Meilleur tour:  Aurélien Comte (Galaxy Racing), en 1’29’’ 733.

Positions au classement général provisoire:


1. Scheier : 66 pts – 2. Briché : 63  pts – 3. David : 48 pts –  4. Clairet : 40  pts – 5. Jolivière : 37 pts – 6. Rossi : 36  pts

 

 

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply