LA NOUVELLE JAGUAR

 SUBLISSIME CETTE NOUVELLE JAG

Chef d’œuvre de métallurgie et de haute technologie :  Les habits neuf de la Jaguar XJ

Elle tourne la page.

Après avoir incarné pendant prés de quarante ans la tradition la plus ’’ British’’ de l’automobile, la Jaguar XF, se veut dorénavant  la plus … avant-gardiste des berlines actuelles de grand luxe.

Fort vent de jeunesse sur l’icône, revue de pied en cape


 

Haute sphère et glamour, sellerie et boiserie, le ‘’salon roulant anglais’’ stationnait jusqu’alors devant le 10 Downing Street à Londres comme sur les pages glacées de magazines de luxe.

Dorénavant, la voila qui fréquente les hauts lieux du  » Chic  » et du  » Glamour  » parisien !!!

 « Une Jag » ne peut être moche, souligne Mark Phillips l’un des inspirateurs du nouveau style de la sublime XJ.

Et d’ajouter :

« Elle se démarque forcément par son design.»

Et … la gomme n’y est pas allée de main morte pour assouplir les courbes, fondre les angles et, au total, lui donner un  look discrètement subtil.

Good job. Yes, a very good job

Du charme, des watts et l’espoir de gros lot

Symbole intemporel du chic et du sport, Jaguar, passé aux mains de l’investisseur Indien Radan Tata, par ailleurs instigateur de la … minimaliste Nano, reste donc fidèle à sa ligne de conduite.

Inauguré par la surprenante XF, son nouveau code stylistique fait la part belle à une ligne rajeunie par la tension du pavillon sous une inspiration dynamique. D’où une chouette silhouette, à la tendance sport et la présentation luxueuse.

Intérieur royal, façon contemporain, clair et spacieux. Reste l’imposant tunnel central qui sépare, comme dans une capsule les occupants à l’avant. Mais, comme en voyage spatial,  ils ne manquent de rien.

Et surtout pas d’attentions délicates de la part de l’équipement, au complet jusqu’à l’effet massant des sièges.

Devant le conducteur, le combiné de cadrans virtuels fait défiler les indications sur un écran haute définition de 12.3 pouces tandis qu’un second écran tactile de 8 pouces gère au centre les informations et la distraction à l’intention des passagers.

Royale jusqu’à permettre d’étendre ses jambes à l’arrière dans sa version limousine de 5,25 m en bureau roulant (5,12 m en châssis court) , la XJ ne rougit pas face aux vedettes allemandes de la catégorie.

Elle reste encore dans le coût ( !) point de vue technologie et muscle.

Sa coque en aluminium, chef d’œuvre de métallurgie, moins lourde de 150 kg que sa devancière en acier emprunte, pour sa confection, la procédure aéronautique des rivets  et de l’adhésif  époxy, bannissant les soudures d’antan.

Sous un capot qui en dit long sur les intentions toniques de cette berline cousue main, trois moteurs ne demandent qu’à s’exprimer. Les deux blocs essence V 8 de 5l de cylindrée (atmo de 375 ch. et turbo de 510 ch.) s’adressent aux clients les moins regardants à la planète comme à leur portefeuille.

Plus raisonnable, sur les deux plans, le nouveau V6 diesel  (275 ch.) associé à la boite auto six rapports affiche des consommations (de 7,6 à 12 l) et des émissions (184 g/km) plus en rapport avec la tendance actuelle.

Reste l’épineuse  question de la douloureuse !!!

 A raison de 78 000€, le modèle de base, il est évident que la XJ, aussi tentante soit-elle, ne reste accessible qu’aux détenteurs de très gros lot.

Autre fantasme encore moins saisissable… 

Jean François Meunier 

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply