F1 : SEBASTIEN VETTEL REMPORTE LE GRAND PRIX DE MALAISIE

 VETTEL …ENFIN VICTORIEUX !!!

Ouf !

Enfin.

Souverain et dominateur mais terriblement malchanceux lors des deux premiers Grands Prix courus d’abord à Bahreïn sur le circuit de Sakhir puis sur celui de l’Albert Park en Australie à Melbourne, le jeune Allemand Sebastian Vettel  a enfin réussi à rallier l’arrivée, remportant le Grand Prix de Malaisie.

Sur la piste de Sepang au nord de Kuala Lumpur, le grand malchanceux du début de saison s’est en effet imposé ce dimanche, remportant cette troisième des dix neuf manches du Championnat du monde de F1, millésime 2010.

Succès amplement mérité pour le jeune pilote de la Red Bull- Renault. Lequel, auteur d’un sensationnel départ – il n’occupait que la troisième place sur la seconde ligne –  Vettel en tête des le premier virage a ensuite assez facilement dominé, occupant le commandement de ce GP de Malaisie, de bout en bout.

A l’arrivée, le Vice champion du monde 2009 l’emporte précédant le poleman, son propre coéquipier, l’Australien Mark Webber et son compatriote Nico Rosberg, pilote de l’une des deux Mercedes.

 Classé seulement septième de cette épreuve, le pilote de la Scuderia Ferrari, le Brésilien Felipe Massa s’empare lui de la tête du classement provisoire du Championnat du monde, son équipier leader avant cette course, l’Espagnol Fernando Alonso ayant hélas pour lui été contraint à l’abandon à… un tour de l’arrivée, alors qu’il se trouvait en huitième position

Enfin !!

Enfin, serait t’on tenté d’écrire.

Sebastian Vettel – la roue tourne  a effectivement ENFIN gagné ce dimanche sur le circuit de Sepang cette victoire qui lui tendait les bras lors des deux premiers GP.

Victoire qu’il aurait sincèrement amplement mérité et à Bahreïn et en Australie. Avant que de petits ennuis mécaniques ne le contraignent à stopper, ruinant ainsi deux superbes courses !

Ce dimanche donc, Vettel a réussi dans son entreprise parvenant à vaincre … le signe Indien !

Fort heureusement pour lui, sa Red Bull –Renault a bien  tenu la totalité des 56 tours que comportait ce GP de Malaisie.

 
Troisième –  on l’a dit – sur la grille, le grand espoir Allemand âgé de 22 ans a rappelons- le, bondi des l’extinction des feux rouges en doublant la Mercedes de Nico Rosberg et la seconde Red Bull – Renault de son partenaire Mark Webber, auteur lui de la pole position, pour virer en tête au premier virage pour ne plus lâcher la tête, exception toutefois lors de son rapide arrêt pour procéder au changement de ses pneumatiques.

Attaquant, ne levant jamais le pied et ne relâchant pas son effort, malgré la présence et la pression de son équipier Mark Webber, bien placé en embuscade au cas ou, à trois secondes, Vettel ne rencontrant enfin aucun souci, a confirmé toute l’étendue de son immense talent, gagnant ce GP de Sepang. L’Australien Webber offrant lui au Team Red Bull-Renault, un beau doublé

Le podium est donc complété par la Mercedes de Nico Rosberg. Le fils de l’ancien Champion du mondeKeke Rosberg , sacré en 1982 – apporte à la firme Mercedes son tout premier podium, depuis la dernière victoire de… l’Argentin Juan Manuel Fangio lors du Grand Prix d’Italie disputé le 11  septembre 1955, à Monza.

Course ou les ‘’ Flèches d’Argent ‘’ avaient d’ailleurs réalisées un beau doublé, Piero Taruffi lui aussi au volant d’une Mercedes, terminant second.


Ravi, heureux après deux GP ou la tristesse l’avait emporté, Vettel lâchait sitôt redescendu du podium :

 « Ce ne fut pas une course confortable. J’ai de suite réalisé que je débordais Nico Rosberg et que je mettais Mark Webber derrière moi car j’ai gagné, gagné du terrain dans cette longue ligne droite avant le premier virage. J’avais clairement un avantage et j’ai pris ma chance dans le premier virage  où il était assez long sur le freinage. J’y suis parvenu. Mark était mieux en ressortant du virage suivant  mais c’était très glissant, nous avons alors poussé tous les deux mais il fallait évidemment garder le respect que nous avons l’un envers l’autre. S’il avait été dans ma position, je suis sûr qu’il aurait fait la même chose que moi. Après ça, il s’agissait de prendre nos distances avec nos rivaux, Mark étant plus ou moins sur le même rythme que moi. Je pense qu’il était un peu plus rapide que moi en début de course, alors que j’essayais de préserver mes pneus. Ça a marché. Avant de m’arrêter au stand, j’ai donc pu m’échapper un peu. Le second relais a été très long car il fait très chaud ici. Je n’ai pas arrêté de transpirer. La clé, encore une fois, était de se discipliner, de prendre soin des pneus. C’est un très bon résultat pour nous, spécialement pour moi. Après deux résultats insatisfaisants, c’est important de revenir comme ça. Merci à toute l’équipe. En ce moment, c’est crucial de ne pas paniquer, de rester décontractés. La saison va être longue. »

 
Paroles sages d’un jeune garçon ‘’oh’’ combien talentueux, ayant malgré ses 22 printemps déja bien la tête sur les épaules !

Derrière lui, Mark Webber finit donc second permettant au Team Autrichien Red Bull de réaliser un fantastique doublé.

Si besoin en était…

Comme le vainqueur son dauphin d’équipier affichait un large sourire :

« De nos jours, nous savons qu’avec la stratégie et la façon dont les courses se décantent, la première partie de la course est cruciale. J’ai eu un peu de patinage au départ et Seb m’a logiquement devancé au virage 1. Je ne savais pas où était Nico.  J’ai donc freiné tard. Seb et moi étions à la limite dans ce premier tournant. Je suis un peu mieux sorti du suivant et je me suis battu jusqu’au quatrième. Nous avions eu une discussion avec Christian Horner – le patron de l’équipe Reb Bull –  avant le départ et il nous avait dit : ‘’Les gars, faites comme vous le sentez !’’ . Et c’est ce que nous avons fait. L’esprit et l’alchimie dans l’équipe sont sensationnels et nous nous battons ardemment. Nous avons vu aujourd’hui une bonne bagarre entre Sebastian et moi. Ça aurait pu tourner autrement mais il a fait le boulot au moment crucial et il mérite la victoire. Nous avons accompli un beau week-end. Bien joué donc à Red Bull et aussi à Renault, dont les moteurs étaient super aujourd’hui. »

Lequel confirme si besoin en est que les Red Bull seront bien les monoplaces à battre cette année dans l’optique de l’attribution du titre mondial 2010.

Chez Ferrari, chez McLaren et chez Mercedes, on en a eu ce dimanche après Bahreïn et Melbourne, une nouvelle fois, confirmation !!!

Quant à Nico Rosberg, excellent troisième, lui racontait sa course :

« C’est un résultat fantastique de décrocher ce premier podium pour la course à domicile de notre sponsor titre (Petronas). Je veux remercier toute l’équipe. Ce résultat est le début de la récompense pour tous nos efforts. Je n’ai pas pris un trop bon départ, j’ai eu un peu de patinage, et une fois à la troisième place, je savais qu’il serait difficile de suivre les voitures de tête. Nous avons eu un peu de mal en pneus tendres dans le premier relais, ce qui a permis à Robert Kubica de se rapprocher, mais une fois passé en pneus durs, j’étais vraiment à l’aise. »

Une fois de plus, auteur d’un magnifique départ au volant de sa Renault, le Polonais Robert Kubica  était quatrième en déboulant du premier virage et il est parvenu à conserver sa belle place. Jusqu’au baisser du drapeau à damiers, confirmant après sa superbe seconde place de Melbourne, le total renouveau de l’équipe Renault, visiblement retrouvée.

Laquelle se retrouve avec une belle régularité au niveau de la bande des quatre : Red Bull – Mercedes- Ferrari et Mc Laren !


Terriblement souriant, Robert expliquait :

« Encore une course qui se termine bien, grâce à une voiture dont le rendement a été constant tout l’après-midi. Le départ a été la clé de ma course, car je suis passé devant Nico Hülkenberg dans le premier virage. Ensuite, je suis très bien sorti du deuxième virage et cela m’a permis de dépasser Adrian Sutil. Après cela, ma tâche a consisté à creuser l’écart avec les voitures situées derrière moi, mais je ne pouvais pas rattraper Rosberg. Une quatrième place est un bon résultat, qui nous permet de marquer des points importants. »

Ce GP de Malaisie a comme lors des essais été marqué par une forte coloration germanique aux avant-postes. Car, outre Vettel et Rosberg, un troisième pilote AllemandAdrian Sutil qui conduit une très efficace Force India, finit à une belle cinquième place, étant parvenu à résister à la terrible pression exercée sur lui par la McLaren de… Lewis Hamilton, pourtant parti seulement vingtième. Et averti ensuite par les commissaires lors de son irrésistible remontée au milieu du peloton par la direction, pour conduite limite et exagérée à l’encontre du ‘’ Rookie ‘’, le débutant pilote Russe de Renault, Vitaly Petrov. Lequel cherchait tout simplement à reprendre sa position.!

Sutil  qui confiait :

« C’est un super résultat. J’avais eu des espoirs de marquer lors des deux premières courses mais j’avais été malchanceux. Ce fut très serré avec Lewis  derrière moi jusque dans les derniers kilomètres mais je savais que si je ne faisais aucune erreur, je n’aurais pas de problème ; je me suis donc concentré sur mon pilotage  »

 
Quant au jeune Russe, déçu il poursuivait :

« La première partie de la course était électrisante et j’ai beaucoup aimé me battre contre les voitures autour de moi, surtout contre Lewis Hamilton. Ensuite, à mi-distance, la voiture s’est brutalement arrêtée à la suite de ce qui me semble être un problème de boîte de vitesses. Je suis déçu d’avoir abandonné, mais j’ai encore gagné en expérience et j’ai beaucoup appris sur la manière de gérer les pneumatiques, ce qui m’aidera pour la prochaine course. » 

Lewis Hamilton classé sixième, déclarait :

« J’ai fait un super départ, en prenant la corde pour doubler pas mal de voitures dans le premier tour. J’ai pu garder mes pneus et presque doubler Sebastian Vettel après son arrêt au stand. Après mon pit stop, j’ai essayé autant que possible de passer Adrian Sutil mais il a été très intelligent en prenant la trajectoire propre à chaque sortie de virage et il était tout simplement trop rapide en ligne droite. Il a fait une course fantastique ; sans faute. Partir vingtième et finir sixième est un brillant résultat. Je considère que nous avons montré être assez rapides pour se battre avec les tout meilleurs et, en partant plus haut sur la grille, nous aurions pu obtenir un meilleur résultat. Dans l’ensemble, je suis content de ma course. Je n’aurais pu espérer mieux. L’équipe le mérite et nous sommes maintenant plus proches de la tête au championnat Constructeurs. »

Un mot encore pour parler du revenant Michael Schumacher.
Alors qu’il occupait une belle sixième place, le pilote de la seconde Mercedes a du renoncé des le dixième tour et ce à la suite du desserrement de l’écrou de la roue arrière gauche de sa monoplace.

Autre abandon de marque !

Celui du leader du Championnat, Fernando Alonso qui au volant de sa Ferrari et bien que parti lui aussi comme Hamilton du fond de grille du diable veauvert, se battait pour tenter de ravir la huitième place au Champion du monde en titre, Jenson Button lorsque son moteur a  subitement lâché et ce au cours de  l’avant dernier tour…

Dommage car cet incident mécanique lui coute le commandement du Championnat.

Jenson Button qui comme les deux autres Champions du monde Hamilton et Alonso s’était élancé d’une position inhabituelle pour lui (dix septième) et qui termine finalement huitième.

Il explique :

« Mon premier relais a été très éprouvant. Je suis allé large au virage 1 et de la façon dont les choses se sont déroulées, ce n’était pas l’endroit où il fallait se trouver. Je me suis incliné et je suis resté bloqué derrière Fernando sans pouvoir le passer. J’ai trouvé les pneus tendres assez difficiles dans les premiers tours. Je n’avais quasiment aucun grip à l’arrière dans les endroits rapides. Je ne pouvais doubler, et j’ai perdu beaucoup de temps. J’ai donc parié sur un arrêt précoce et je suis revenu sur une piste dégagée devant moi. J’ai regagné pas mal de terrain, mais le relais était si long en pneus durs qu’il est devenu difficile de résister à des autos deux secondes plus rapides. Felipe a réussi à me passer. Fernando  a essayé deux fois, et sur la seconde il était vraiment trop long au freinage du virage 1 et je suis parvenu à le repasser à la sortie. Et puis, soudain, son moteur a cassé. Je ne savais pas que se battre pour une simple huitième place était si dur ! Néanmoins, c’est bon de prendre quelques points. » 

Au classement provisoire du Championnat Pilotes, c’est ce dimanche soir Félipe Massa qui devient le nouveau leader ou il succède à son partenaire d’équipier chez Ferrari, Fernando Alonso. Le Brésilien, qui collectionne les places d’honneur  en ce début de saison (2e – 3e – 7e ) totalise 39 points. Deux de plus que Vettel et Alonso qui en comptent eux 37.
 

Suivent dans l’ordre Button et Rosberg avec 35 points. Puis Hamilton, 31 points et Kubica, 30 points.

 
Au classement du Championnat des Constructeurs, Ferrari conserve la tête totalisant 76 points contre 66 à McLaren cependant que l’équipe Red Bull- Renault avec 61 points remonte en troisième position.

Prochain Grand Prix, celui de Chine à Shanghai des le 18 avril.

Gilles Gaignault
Photos : Teams et Bridgestone

 

F1

About Author

gilles

Leave a Reply