LMS : WR ENTAME SA TROISIEME SAISON AVEC DE SOLIDES AMBITIONS

 WR A DE SOLIDES AMBITIONS POUR L’AVENIR …

A quelques jours du lancement de la saison, Pascal Coquin, responsable de la communication de l’équipe WR, nous dresse le bilan de l’imposant travail effectué durant l’intersaison.

 
Fort de son invitation aux prochaines 24 Heures du Mans, le Welter Racing Salini entame donc sereinement sa troisième année en LMS (Le Mans Séries).

Et ce malgré les inquiétudes qu’avaient laissés planer l’absence de l’écurie WR les 7 et 8 mars dernier, lors des essais collectifs des concurrents du Championnat LMS  qu’organise traditionnellement chaque début de saison, son dynamique promoteur, Patrick Peter.

Nous retiendrons trois choses importantes à propos des activités de WR.

L’équipe entame sa troisième saison en Le Mans Séries avec une auto évoluée. L’équipe prépare son arrivée en LMP1 pour 2011 avec … un moteur diesel. L’équipe se positionne comme constructeur avec l’intention de vendre ses châssis!!!

Certains se sont inquiétés de votre absence aux Essais officiels. Pourquoi n’étiez vous pas en piste au Paul Ricard ?

« Tout simplement parce que nous n’étions pas prêts. Nous avons passé beaucoup de temps en soufflerie pour progresser tout en adaptant notre auto aux nouvelles exigences règlementaires. Nous avons revu les écoulements d’air en profondeur et travaillé en parallèle sur les suspensions, si bien que les Test Days arrivaient un peu tôt pour nous. »

Avez‐vous axé votre travail sur les 24 Heures du Mans ?

« Non. Gérard Welter conçoit toujours ses prototypes pour le circuit du Mans. Celle‐ci ne déroge pas à la règle et elle est naturellement à son aise sur les circuits rapides. En revanche, elle a toujours manqué d’appui sur les tracés que visitent les Le Mans Séries. Nous le savons depuis le début mais jusqu’à présent ce n’était pas une priorité. Il fallait d’abord fiabiliser l’ensemble, puis améliorer son amortissement. Selon nos pilotes, il était maintenant nécessaire de gagner de la charge aérodynamique. C’est ce que nous avons fait cet hiver et nous sommes satisfaits des solutions trouvées. »

Au Mans, quel sera votre objectif ?


« Honnêtement, c’est toujours difficile de se fixer des objectifs car tout peut arriver là‐bas. Une chose est sûre, Tristan Gommendy tentera de montrer le potentiel de l’auto aux qualifications ! En course, comme tout le monde, notre premier objectif sera de rallier l’arrivée. »

Et après Le Mans, il sera temps de se pencher sur 2011 !

« Nous sommes déjà bien avancés dans notre préparation. Récemment, nous avons passé les tests FIA pour que la crash box soit homologuée en LMP1. Crash test, poussée latérale, poussée sur arceau… Tout devait être refait. C’est un gros investissement, mais essentiel pour que nous puissions poursuivre notre progression. »

Avez‐vous l’ambition de courir dans la catégorie reine ?

« Nous avons conçu et fabriqué notre propre moteur diesel qui est phase finale d’assemblage. Nous savons qu’à l’avenir, cette technologie ne pourra être utilisée qu’en LMP1, donc oui c’est notre ambition ! Mais une deuxième raison nous a motivé à consentir cet investissement. La saison dernière nous avons démontré toutes les qualités de notre châssis face à une concurrence réputée. Nous sommes désormais en mesure de commercialiser notre auto à un prix très attractif. L’homologuer en LMP1 offre un panel plus large de clients potentiels. »

Pouvez‐vous nous en dire plus sur les caractéristiques de ce moteur ?


« C’est un V8 diesel bi‐turbo qui reprend 80% de pièces de séries d’origine Peugeot. »

L’an dernier, vous aviez osé vous reposer sur le talent d’un jeune artiste (David Usal) à qui vous aviez confié la décoration du prototype. Après le succès de cette opération, allez vous renouveler le partenariat ?


« Oui, David travail en ce moment même sur la future livrée. Il nous propose des projets tous plus beaux les uns que les autres ! Mais nous garderons la surprise pour Le Mans et dans deux semaines –lors des Huit Heures du Paul Ricard – vous découvrirez une décoration plus traditionnelle, faite de blanc et de carbone. »

Nouvelle saison. Nouveau projet. Nouveau moteur et nouvelle décoration !

On ne peut que s’en féliciter et souhaiter que le Team WR réussisse à retrouver le niveau de compétitivité qui lui avait permis … au siècle dernier, un beau jour de juin de s’offrir tout simplement…  ‘’ LA ’’ pole, lors des essais chronométrés des très prestigieuses 24 Heures du Mans !

A l’époque le jeudi 15 juin 1995, William David offre la Pole Position à l’équipe de Gérard Welter.

Au volant de la WR Numéro 9 LM94 du Welter Racing, il a en effet bouclé le meilleur tour en 3’46’’05 !

Mieux même puisque le tour le plus rapide en course sera lui aussi obtenu par … une WR ! L’autre, la Numéro 8. Avec pour l’instant les Audi, les Peugeot et les Aston  »officielles", cela semble difficile actuellement.   


C’est Patrick Gonin qui en 3’51’’41, réalisé lors du 4e tour qui obtint ce meilleur chrono absolu de l’édition 1995, remportée rappelons – le, par la Mc Laren F1-GTR, du trio composé de Yannick Dalmas associé au Japonais, Masanori Sekiya et au Finlandais, JJ Jarvi Lehto.

Mais pour le futur, il n’est pas interdit de rêver à renouveler un jour, pareils exploits …

Gilles Gaignault
Photo : Team

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply