LMS : ANDREA BARLESI A LA DECOUVERTE DU TRAFFIC EN FLM (FORMULE LE MANS)

 ANDREA BARLESI DECOUVRE LE LMS ET LE PAUL RICARD

 

Le jeune Andréa Barlesi qui débarque de la Coupe Clio ou il a débuté sa jeune carrière début 2009 au sein de l’équipe Speedcar de Pascal Destembert, basée sur le pole mécanique d’Alés, découvrait le Championnat LMS (Le Mans Séries) à l’occasion des journées d’essais préliminaires, qu’a organisé le promoteur Patrick Peter conjointement avec les responsables du circuit provençal HTTT Paul Ricard.


Jusqu’alors si Andréa qui affiche 18 ans il est né le 15 juin 1991 à Paris – et qui sera le plus jeune concurrent des LMS cette saison, avait déjà roulé et tourné sur le Bugatti au volant de ce gros prototype équipé d’un surpuissant moteur Chevrolet développant… 440 CV., il n’avait pourtant jamais encore tourné au milieu d’une meute de bolides, pilotés par de grands pilotes beaucoup plus expérimentés et chevronnés. Et connaissant pratiquement tous par cœur cette piste provençale !!

Mais pour cette découverte du LMS, il avait toutefois l’avantage d’avoir déjà arpenté la piste du Castellet. En effet au cours de l’hiver, il a participé aux trois épreuves des Winter séries, lesquelles se sont  justement  disputées sur cette même piste du Ricard. Avantage non négligeable pour un  »apprenti champion  » qui tout d’un coup se retrouvait au milieu de pelotons avec des pilotes au palmarès bien fourni et qui roulent eux depuis des lustres

Qu’à cela ne tienne, le jeune Barlesi s’en est parfaitement sorti. Il est vrai que lors des Winter séries ou il est monté à quatre reprises sur le podium, il a pu à loisir apprendre parfaitement le tracé de la piste varoise.

Recruté par la très réputée équipe Sarthoise DAMS désormais placée sous la responsabilité de Loïc David – un ancien de l’équipe Toyota F1 –, Andrea s’est donc engagé pour participer à la totalité des cinq manches du Championnat LMS.

Pour financer sa saison, Andrea a reçu le soutien de la marque de sportswear Kaporal et d’un jeune chef d’entreprise, Christian Bedat, patron lui d’une nouvelle marque de montres Genevoise : RED 8.

Mais au fait pourquoi avoir délaissé la Coupe Clio pour se glisser dans le baquet d’un monstre gavé de chevaux ? 

A 18 ans, c’est comme s’il passait d’une patinette au pilotage d’une grosse cylindrée !

« L’idée vient de mon coach Eric Hélary (ancien vainqueur des 24 Heures du Mans le 20 juin 1993 avec la 905 Peugeot) En fait avec mon père, on hésitait entre repartir pour une seconde saison en Clio ou me lancer en LMS. Je suis jeune, j’ai 18 ans, j’ai l’ambition de devenir pilote professionnel et l’endurance semble pouvoir être un débouché pour les jeunes.  Et de plus, je pense avoir un bon esprit d’équipe et donc cela collait parfaitement avec un équipage puisqu’en endurance on roule toujours à trois. Le concept FLM (Formule Le Mans) d’Oreca est parfait pour permettre aux jeunes de découvrir la discipline et le pilotage d’un gros proto. En plus, on roule sur des circuits mythiques comme le Ricard, Spa, le Hungaroring ou Silverstone.  Cela m’attirait plus que de tourner à Lédenon ou au Vigeant. Certes de très belles pistes mais j’ambitionnais  de voyager et de découvrir un jour les 24 Heures. Epreuve de légende qui fait rêver tous les jeunes. »

LE JEUNE ANDREA AVEC MARIO ANDRETTI ET ERIC HELARY

Alors, quid de ces débuts en LMS au Ricard ?

«  Le fait de me retrouver au milieu de toutes ces superbes voitures  et de côtoyer ces grands pilotes ne m’a pas impressionné. Je m’explique.  Par la, je veux dire que cela ne m’a pas perturbé dans mon approche ma concentration et mon pilotage. Et ce d’autant plus qu’avec des proches amis de mon père comme l’ancien pilote Gilles Sagne PDG de SOS Points (organisme juririque pour la récupération des points du permis de conduire), on m’a successivement présenté aux stars comme Jean Alesi ou les Andretti. Cela m’a rassuré d’être bien accepté.»

Et chez DAMS, comment se sont déroulés ces tests ?

« J’avais roulé quelques jours auparavant sur le Bugatti pour me remettre dans le bain avant de descendre dans le sud pour ces essais LMS. En fait, j’ai tourné seulement le lundi. Plusieurs longs run. Un le matin, l’autre en fi de journée. La seule contrariété en fait ce fut les violentes bourrasques de vent qui m’ont gêné. De plus il faisait un froid sibérien et il était difficile de chercher à faire des temps.Mais ce n’était pas du tout notre objectif.»

Lors du briefing de l’écurie DAMS, Loïc David nous avait recommandé la prudence, son maitre mot était : «  Apprenez à gérer le trafic aujourd’hui sans vous préoccupez des chronos. »

Le but était aussi de bien collaborer avec mes deux partenaires avec qui je vais faire toute la saison, le Français Gary Chalandon et l’Italien Alessandro Cicognani. Sur ce plan la tout s’est très bien passé et le feeling est bon »

Bilan le lundi soir :

« D’avoir roulé avec ces superbes autos que sont la 908 Peugeot , les Aston, les Pescarolo OAK Racing ou toutes les Ferrari, Ford GT 40 etb BMW a été grandiose. Un vrai régal. Je me suis senti à l’aise. »

Trois jours plus tard, Andréa se retrouvait déjà à pied d’œuvre sur la piste de Montmélo au nord de Barcelone pour une nouvelle journée d’essais organisé le jeudi 17 mars par les partenaires du Team DAMS.

Andréa a pu la encore, poursuivre son apprentissage en effectuant deux longs run, cette fois-ci sous le chaud soleil printanier catalan.

D’ici les Huit heures du Castellet programmées du 9 au 11 avril prochain, il se remettra en piste une fois encore, probablement à Magny cours ,afin de parfaire sa très bonne connaissance de sa voiture.

Il sera alors temps de penser à la préparation de sa … première course internationale  : La manche d’ouverture des LMS au Paul Ricard

Gilles Gaignault

Photos : Haase foto/Gilles Vitry (photoclassicracing)

DEUX GENERATIONS : ALESI – BARLESI !!!

Sport

About Author

admin

Leave a Reply