PHILIPPE GACHE REALISE LE DOUBLE A LA GIRAGLIA

 

En l’absence de Jean Claude Andruet  inscrit on l’a dit dans le sujet de présentation vendredi aux Routes du Nord – et après les abandons successifs de ses plus sérieux rivaux dont Jean Pierre Manzagol, Philippe Gache a remporté pour la seconde année consécutive ce dimanche à Maccinagio, la Giraglia qu’organisent toujours remarquablement bien José Andréani et Yves Loubet, les inamovibles patrons de l’ASA Terre de Corse, également les brillants promoteurs et maitres d’œuvre du Tour de Corse ‘’ historique ‘’ chaque automne.


Mais revenons à cette troisième édition de la ‘’ Gira histo ‘’.

Dans l’ES 1, samedi, Doux se montre le plus rapide au volant de sa Berlinette Alpine, suivi de près par Gache et Manzagol. Caruso, malgré des soucis de radio, termine  lui 4ème. Louis Antonini pointe 5ème.

 Tous les protagonistes et candidats pour la victoire sont déjà là aux avants postes.

Mais une énorme surprise survient avant le départ de l’ES 2 ! En effet, Jean Pierre Manzagol ne prendra pas le départ, boîte cassée…

A son tour, l’éphémère leader Doux perd tout espoir et doit renoncer à son tour lui aussi, sur casse d’un arbre de roue. Caruso, toujours sans radio donc sans notes, fait pour sa part une touchette et abîme la Porsche.

La voie est libre et royale pour le vainqueur sortant, Philippe Gache qui fait le scratch.

Dommage pour le suspens.

Seul, Louis Antonini parvient à tenir le rythme.

La spéciale est ensuite neutralisée un bon moment suite à un accident, heureusement sans gravité pour l’équipage, le couple Poumeri.

Arrive l’ES 3. Cette spéciale disputée de nuit est remportée par Antonini mais la Talbot du leader est à moins de… 2 secondes. Eric Chantriaux, le patron de Solution F à Venelles prés d’Aix pointe son nez en 3ème position. Guignard et Moriere suivent à distance.

Caruso finira la spéciale mais le Rallye s’arrête là pour lui, une course à oublier. 

Dimanche matin pour l’ES4, Doux, reparti en ‘’super rallye’’, est survolté et il remporte la spéciale. Gache est sur ses talons, juste derrière.

Mais les autres concurrents sont irrémédiablement lâchés.

Dans l’ES5, Doux survole à nouveau la spéciale. Il relègue, tenez-vous bien les deux premiers, Gache et Antonini à …30 secondes !

Incroyable Doux

Dommage qu’il ne soit plus dans le coup pour la victoire finale suite à ses ennuis de la veille car sinon, il aurait été un sacré client pour remporter cette troisième Gira !!!

Sur.

Les poursuivants classés derriére sont pas loin de la minute…

Hélas malheureusement lors de l’ES6, c’est l’abandon définitif cette fois-ci de Doux. La berlinette n’aura pas tenu le rythme imposé par son brillant pilote.

C’est donc le leader Gache qui remporte la spéciale.

Philippe Gache triomphe donc logiquement à l’arrivée sur le port de Maccinagio et gagne sa seconde Giraglia Historique consécutive en ayant  précisons – le, offert un joli spectacle au public, venu très nombreux sur les bords des routes.

On gardera comme chaque fin d’hiver depuis trois ans un formidable souvenir de cette superbe épreuve toujours aussi remarquablement organisée.

Mais on regrettera les abandons prématurés de Manzagol, Caruso et Doux qui auraient été de coriaces adversaires pour le lauréat.

Louis Antonini, comme il en à l’habitude s’est une fois de plus révélé très régulier mais néanmoins rapide et il termine fort logiquement sur le podium à la seconde place.

La bagarre pour la 3ème marche du podium est finalement remportée par Eric Chantriaux. Lequel avait troqué son habituelle Lotus pour une magnifique et très compétitive Porsche 914, quasiment de série.

Choix qui s’est révélé ‘’ payant ‘’au détriment de Guignard et sa 911.

En VHRS, succès du tandem Jean-Louis Royer – Philippe Bernard  qui pilotaient une 914/6 et remportent haut la main la catégorie en régularité.

A l’arrivée, Yves Loubet semblait plutôt satisfait.

En préambule, il nous rappelle :

«  La course a pu se disputer normalement malgré les ennuis que l’on craignait en début de semaine suite au blocage des ports Corses par la SNCM. Heureusement la situation s’est débloquée et les ferries ont pu débarquer nos concurrents. On a enregistré seulement quatre forfaits mais 81 autos étaient bien présentes au départ »

Pour en venir audéroulement de la Gira, il résume la course qui lui a bien plus à lui, comme à son acolyte, l’ami José Andréani :

« Tout d’abord il faut savoir que Gache a cassé le moteur de sa Talbot en essais chez lui prés de Fréjus en milieu de semaine dans le var. Alors qu’il effectuait son  shakedown  et les derniers réglages, patatras le moteur péte » !!!

Et Yves de nous raconter la suite :

« Laurent Ferrari, patron de Solo concept a Nice déniche en cata un pote. Lequel possède la même bagnole. Mais équipée elle d’un bloc de série. Il accepte de le prêter a Gache. S’ensuit alors une course contre la montre pour monter et démonter le bloc et filer en Corse aux vérifs. »

 Mais la belle histoire ne s’arrête pas la !

Yves poursuit :

« Second acte. Doux à la suite de son pépin arbre de roue pété trouve en Jean Luc Bolla qui prépare de superbes autos à Lans en Provence et qui se trouve sur la course en assistance de ses nombreux clients l’homme providentiel  pour le dépanner et le sauver. Manzagol hors course c’est lui qui va récupérer la pièce sur la Berlinette permettant ainsi à Doux de reprendre le départ des spéciales suivantes de la Gira »

Enfin, Yves en conclusion tenait à tirer un sacré ‘’ coup de chapeau ‘’ au père Chantriaux :

«  Franchement Eric m’a épaté. Certes c’est un amoureux de nos épreuves qu’il connait par cœur mais tout de même la il m’a époustouflé. Du grand, du très grand Chantriaux ! Finir 3éme au scratch avec une Porsche 914 de série, je m’incline et lui dit BRAVO. »

 Et nous, RESPECT pour sa magnifique course secondé comme d’habitude par son fils

Nous terminerons en confirmant que cette Giraglia 2010 a été un grand cru. Un beau millésime 

Le mot de la fin, nous le laissons à Yves Loubet :

« Avec Jose, nous  sommes super content. Le temps était avec nous. Pas de pluie. Seulement  beaucoup de vent samedi et un peu froid en soirée pour la spéciale de nuit. Mais ce dimanche il faisait plus doux avec le ciel légèrement voilé.»

Le prochain rendez-vous fixé par José Andréani et Yves Loubet aura lieu … au Maroc début juin. Le duo de passionnés nous proposant un ‘’ remake ‘’ des Rallyes du Maroc …d’antan! 

Nous aurons très vite l’occasion de vous en reparler

Gilles Gaignault

Photos : Olivier Traversari

Corse Historique

About Author

admin

Leave a Reply