NEIGE ET GLACE 2010 : DEFLANDRE RESTE DE GLACE !!!

 

 

 

Mercredi 10 févrierEtape 3 : Malbuisson-Métabief-Malbuisson (289 km)

 

Patrick Zaniroli, organisateur de ce NEIGE ET GLACE satisfait du déroulement de son épreuve analysait cette édition 2010, ce mercredi soir, à l’arrivée à Malbuisson :

 

« Jamais ce Rallye Neige et Glace n’a sans doute si bien porté son nom. Á voir les mines réjouies de l’ensemble des concurrents, nous prenons conscience que nous avons vraiment fait le bon choix en optant, depuis 2009, pour ces régions. Le Doubs et le Jura ont encore tellement de choses à offrir que je peux d’ores et déjà donner rendez-vous à tout le monde ici même l’année prochaine… »

 

Neige, glace et… froid étaient encore au rendez-vous pour cette troisième et dernière étape du 56e RALLYE NEIGE ET GLACE conduisant hier mercredi les équipages à Métabief, la capitale du ski de fond.

Par des températures plongeant allègrement et constamment sous la barre du zéro degré, les équipages empruntaient le Col du Lancier et celui de La République à plus de 1.000 mètres d’altitude pour deux boucles matinales et une seule pour effectuer le retour final sur Malbuisson. Le pas du patineur était donc à l’ordre du jour pour chacun dans cette étape décisive teintée d’un suspens aussi épais que le brouillard qui habillait aujourd’hui les Monts du Doubs.

 

Car en ce mercredi matin, au départ d’un parc fermé littéralement congelé, quatre voitures pouvaient encore prétendre à la victoire finale !

 

Au décompte final et, malgré une dernière étape difficile, émaillée par quelques nouvelles figures de style improvisées, c’est le duo Belge Deflandre-Gully sur Alfa Roméo Coupé Bertone qui signe sa première victoire finale dans l’épreuve, en devançant les lauréats de l’an dernier, leurs compatriotes Laval et Dozo sur Opel Ascona et Horgnies et Hayez au volant d’une Porsche 911.

 

 

Audi… duo sur le circuit.

 

Même si le passage par le circuit de glace de Métabief ne comptait pas pour le classement général, tous les concurrents s’en sont donnés à cœur joie devant un public venu toujours nombreux. Auteurs d’un ‘double 0’ ce sont finalement les Belges Jacques Fievez et André Lys (Audi 80 GLS) qui s’imposent… à l’ancienneté de la voiture, juste devant la superbe réplique d’Audi Quattro Turbo (1981) des Britanniques Adam Marsden et Richard Ingleby. Bravo également à Olivier Guitteny et Jean-François Mace qui se hissent sur le podium au terme d’une journée frustrante, avec leur petite Simca P60 Monthléry.

 

 

Quand Graziella s’applique…

 

Totalement novices en matière de régularité, Christian Jupsin et sa compagne Graziella Sablone (Opel Manta) apprennent très vite. À tel point que mardi, dans la SR9, le couple belgo-italien, a réussi le meilleur score, en accumulant seulement huit petits points de pénalité. Une véritable performance, lorsque l’on connaît le niveau particulièrement élevé de ce 56e Neige et Glace.

 

 

Cent points, c’est tout !

 

Après une soirée de calculs savants des pénalités à appliquer sur la seconde  étape de mardi fort chahutée, le classement général provisoire entretenait un suspens total. Passé en tête, tout comme l’an dernier, les Belges Yves Deflandre et Eddy Gully (Alfa Roméo) ne comptaient pourtant que 94 points d’avance sur les lauréats 2009, Marcel Laval et Francis Dozo (Opel Ascona). Quant à Willy Lux et Michel Périn (Lancia Fulvia HF), leaders du premier jour, ils restaient en embuscade à 102 points des leaders. Autant dire que tout pouvait encore basculer au cours de cette ultime étape.

 

 

Alfa Roméo … cabossée Bertone !

 

Est-ce le stress de prendre la tête du classement la veille de l’arrivée et de trop vouloir la conserver ? Toujours est-il que sur les deux dernières étapes de ce Rallye Neige et Glace, Yves Deflandre et Eddy Gully ont sérieusement revu et corrigé la robe de leur belle Alfa Roméo Coupé Bertone, jaune. Fraîchement sortie de carrosserie, la voiture du lauréat 2010 est donc rentrée toute cabossée. Pas de quoi, cependant altérer la joie du duo Belge qui avait vu la victoire lui échapper in-extremis l’an dernier, suite à des problèmes mécaniques…

 

Ralentis par un riverain…

 

Leaders au terme de la première étape et retombés à la troisième place mardi soir, Willy Lux et Michel Périn  (Lancia Fulvia) ont définitivement perdu tout espoir de refaire leur retard d’une bonne centaine de points sur les leaders dès le premier SR de cette ultime journée  après avoir été ralenti par un riverain. De précieuses secondes qui se transformèrent aussitôt en pénalités rendant la mission du duo belgo-français complètement impossible… Pire, pour le coup, la Lancia perdit même sa troisième place provisoire au profit du duo Horgnies-Hayez (Porsche 911). Bons joueurs, nos deux champions acceptaient leur sort avec philosophie, tout en sachant très bien que ce genre d’aléas font partie du jeu en régularité sur routes ouvertes…

 

 

Une montée impossible ?

 

Lors de la première boucle de la matinée, plusieurs concurrents ont été contraints de se dérouter pour une côte infranchissable car totalement verglacée. Ce qui s’avéra impossible pour les propulsions, fut pourtant réussi par une traction avant, à savoir l’Audi 80 de Jacques Fievez. Mais face à l’embouteillage généralisé, les commissaires en place décidèrent de bloquer le passage et de dérouter la suite de la caravane…

 

 

Un dessert coriace.

 

Pour ceux qui en redemandaient, l’ultime étape de ce Neige et Glace a encore été bien corsée. Malgré l’annulation d’un secteur et la réduction d’un autre d’un peu plus de dix kilomètres, ils étaient nombreux à tirer la langue au retour final à Malbuisson. À noter également quelques nouveaux problèmes de carrosserie, notamment sur la Porsche 914 du duo Liquière-Achard.

 

 

Assuré de l’emporter au classement général, Yves Deflandre se lâchait :

 

«Nous avons réussi à conjurer le mauvais sort qui nous avait frappé lors du dernier jour de course l’an passé. Ce fut un rallye superbe d’une grande qualité, mais également très dur et difficile. La voiture a pas mal souffert, l’équipage aussi d’ailleurs. Cette victoire comptera sans doute plus que d’autres parce que le niveau était particulièrement élevé… »

 

Quant à, dauphin, Marcel Laval, lui il racontait :

 

« Ce qui compte avant tout, c’est de se faire plaisir. À ce niveau-là, Francis et moi avons été totalement servis. Nous étions mal partis après avoir un peu négligé l’importance du prologue. Notre deuxième étape fut vraiment parfaite. Mais cela me fait vraiment plaisir de voir gagner nos amis Deflandre et Gully. En 2009 nous avons hérité de la victoire suite à leurs soucis mécaniques. C’est donc un juste retour des choses… »

 

La conclusion était apportée par Michel Périn :

 

« Willy et moi avons vraiment pris beaucoup de plaisir sur ce rallye très particulier, vu les conditions idéales d’enneigement et la très bonne organisation. Ce fut très serré jusqu’au bout entre les trois voire les quatre premières voitures. Il y a eu pas mal de faits de course, mais cela fait partie de ce jeu que nous acceptons tous de jouer sur route ouverte. »

 

Un mot enfin d’Henri Pescarolo :

 

« Après notre sortie de route du premier jour, nous ne jouions plus pour la victoire. Dommage que quelques erreurs de navigation et d’autres contretemps ne nous aient pas permis de nous illustrer sur les étapes suivantes. Mais finalement ce fut un merveilleux rallye. Comme toujours, ici sur le Neige et Glace ! »

 

Comme chaque année, les concurrents n’avaient déjà qu’un souhait !

 

Se retrouver au départ de la prochaine édition du futur NEIGE ET GLACE.

 

Christian Colinet

 

Photos : Organisation

Neige et Glace

About Author

admin

Leave a Reply