NEIGE ET GLACE 2010 : UNE SECONDE ETAPE DE NEIGE ET DE GLISSE…

 

Mardi 9 févrierEtape 2 : Malbuisson-Marchon Oyonnax- Malbuisson (324 km)

 

 

Affrontant une grosse averse de neige fraîche, venue recouvrir les routes déjà glacées du Doubs et du Jura, la caravane de ce 56e NEIGE ET GLACE, a mis le cap au Sud pour le compte de la deuxième étape de cette édition 2010.

 

Plus de trois cent kilomètres de ‘désert blanc’ du Pic de l’Aigle vers Chatel de Joux, Etival et le Massif du Col de la Croix Serra avant la pause déjeuner à Marchon Oyonnax.

La remontée vers le Doubs s’effectuait au prix de mille et un virages au travers du Massif d’Apremont, Roche Blanche et le point culminant du jour, à 1.200 mètres, vers le Haut Crêt.

 

Avant de rallier Malbuisson, toute la caravane prenait, enfin, la route de la station de ski de Métabief pour un circuit sur glace ludique, disputé hors classement. Inutile de dire que cette journée fut fertile en rebondissements avec des sorties de route à la pelle et quelques figures de style mémorables…

 

 

Pescarolo, deux fois

 

Après sa sortie de route de lundi, Henri Pescarolo est reparti ce matin avec le couteau entre les dents. Tellement fort que son copilote Bernard Vialar, peu habitué à ce type de tripmaster s’est emmêlé les pinceaux sur la navigation à la sortie de la première boucle. Emboîtant le pas à une voiture qui arrivait en sens inverse, l’Opel Manta a effectué une deuxième fois la boucle initiale…

 

 

 

La Kadett et ses soucis.

 

Auteur d’un départ un peu précipité lundi, l’Opel Kadett GTE de Dirk Van Rompuy et Robert Van De Vorst a connu son lot d’ennuis durant cette deuxième étape. Une sortie de route spectaculaire dans le premier SR du jour, bloqua la tête de course et obligea les autres leaders à venir dégager leur voiture plantée dans un mur de neige…

 

 

Béhèmes en auto-tamponneuses.

 

Mauvais départ également pour la BMW 2002 TII de la famille Bollen. Planté quelques kilomètres après le premier départ du jour, la belle ‘ancienne’ se fit violemment tamponner par la BMW M3 des Français Turley et Goury. Résultat des courses : des dégâts aux deux voitures avec un redémarrage un peu irrévérencieux de la part du… tamponneur.

 

 

La GS passe au break.

 

Suite et… pas fin du feuilleton de Pierre de Saint-Viance. Arrêté net lundi dans une côté verglacée à 16% avec une boîte de vitesses récalcitrante, le lauréat de l’édition 2008, fit rapatrier sa voiture dans un garage de Maiche. Là, plutôt que de faire remplacer la boîte, le garagiste lui proposa l’achat d’une GS break. L’affaire et l’immatriculation fut conclue en un rien de temps de façon à permettre à ce sympathique équipage de reprendre, ce matin, le départ de la 2e étape… avec quelques milliers de points de pénalité.

 

 

Spirou’ toujours dans les clous.

 

La magnifique petite Honda S800 de Jean-Edouard et Jean-Pierre Travert  sortie tout droit d’une BD de Spirou & Fantasio poursuit son parcours sans… trop de fautes sur ce Rallye Neige et Glace. Un véritable exploit, vu la configuration du terrain peu propice pour cette sympathique petite voiture…

 

 

La ‘bonne blague belge’.

 

Dix sur dix ! C’est le bulletin sans faute qu’affichaient les équipages belges au départ de cette deuxième étape du Rallye Neige et Glace en classant dix voitures noir jaune et rouge aux dix premières places du classement général. Visiblement, cette dernière blague belge ne faisait pas vraiment rire tout le monde…

 

 

Sauvés par… Caréco !

 

Saint-Bernard lundi en portant secours à la Citroën GS de Pierre de Saint-Viance, Christian Sablain et Grégory Clémens ont malheureusement vu exploser le pare-brise de leur GS de 1972, lors de l’ultime liaison du jour. Rentrés à Malbuisson, ils prirent contact avec Philippe Martin, concurrent sur le rallye, mais aussi directeur de Caréco Pontarlier. Dans le quart d’heure, une solution fut trouvée pour sortir l’équipage belge de l’embarras…

 

 

Morgan dépanne.

 

Jean-Michel Piat et Sylvie Bouvrot (Morgan Roadster Cabriolet) ont passé la journée, les pieds dans la neige à jouer les dépanneuses pour leurs petits camarades. Coup de chapeau à ce charmant couple qui n’a pas oublié l’esprit de courtoisie qui devrait toujours présider à ce genre de rallye…

 

 

Court circuit pour en finir.

 

Avant de rallier Malbuisson au terme de cette deuxième étape, les concurrents ont eu l’occasion de tester leurs compétences sur un petit circuit de glace, tracé spécialement pour l’occasion dans la station de ski de Métabief. Un tour de reconnaissance, un tour de référence et deux tours pour se rapprocher au mieux du premier chrono établi. Et puisque ce secteur ne comptait pas pour le classement général, bon nombre d’équipages en ont profité pour s’adonner à une glisse totale…

 

 

A l’arrivée, Michel Périn qui roule au volant d’une Lancia Fulvia HF, racontait :

 

«C’est avant tout un plaisir de prendre part à un rallye toujours rigoureusement bien organisé. Mon association avec Willy Lux est parfaite car nous nous complétons parfaitement. Pas facile de rester précis dans ces conditions d’enneigement sur des routes particulièrement glissantes. Parfois, il s’agit un peu d’une loterie. Mais au bout du compte, l’essentiel est de prendre du plaisir…»

 

 

Quant à Yves Deflandre engagé sur une Alfa Roméo, il déclarait :

 

«Nous avons connu une matinée très agitée dans des paysages enchanteurs complètement enneigés. Je me suis fait une grosse chaleur en effectuant une pirouette dans le premier SR du jour. Ensuite nous sommes revenus dans les pare-chocs de la Lancia de Willy Lux. Mais, globalement, tout s’est bien passé. Quelle épreuve magnifique ! »

 

 

De son côté, Henri Pescarolo, pilote d’une Opel Manta nous précisait :

 

«Même si au niveau du classement général cela ne se passe pas trop bien pour nous, je m’amuse beaucoup. Les routes sont splendides et parfaitement piégeuses comme nous avons pu nous en rendre compte hier avec notre grosse sortie. Ce matin le trip a encore fait des siennes et nous avons effectué la même boucle à deux reprises…»

 

 

L’horloger Richard Mille, heureux conducteur de l’inoubliable Lancia Stratos Bertone, concluant :

 

 «C’est la première fois que je roule sur la neige et la glace. C’est un véritable régal ! Notre voiture est parfaite hormis le fait que nous n’avons pu trouver les bonnes jantes pour placer les pneus clous avant le départ. Donc nous nous débrouillons comme nous pouvons. Les paysages traversés sont vraiment magiques… »

 

Christian Colinet

 

Photos : Organisation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply