STAR DE LA VENTE BONHAMS RÉTROMOBILE : UNE EPAVE BUGATTI DE 1925

 

 

L’un des événements majeurs du récent Salon Rétromobile qui se tenait à ParisPorte de Versailles est sans nul doute la vente aux enchères de voitures de collection effectuée par la prestigieuse Maison Bonhams.

Cette dernière, fondée en 1793, est l’une des plus anciennes et des plus importantes compagnies de ventes aux enchères spécialisées en objets d’art et antiquités.

Elle a une couverture quasi mondiale et réservait à Paris, samedi 23 janvier dernier, quelques unes des plus belles pièces que lui avaient confiées ses clients.

Pour cette troisième édition, Bonhams a adjugé pour… 260 500 € une Bugatti unique au monde. Elle avait été estimée entre 70 000 et 90 000€.

 

Il s’agit d’une Bugatti « Brescia » Type 22 Roadster de 1925 (châssis N° 2461, moteur N° 879).

Restée ….73 ans sous l’eau à 53 mètres de profondeur dans le SUBLISSIME Lac Majeur, elle a attisé la curiosité du monde entier durant ces dernières semaines. Aprement disputée par les enchérisseurs, elle a finalement été achetée par un collectionneur européen pour le compte de la Collection californienne de Peter Mullin, qui l’exposera en l’état dans son futur musée près de Los Angeles. De son côté, le sous-enchérisseur, américain lui aussi, souhaitait restaurer la fameuse Bugatti.

 

Mais qui connait la véritable histoire de cette voiture mythique ?

Une Bugattigagnée au poker et immergée dans un lac pour échapper aux douaniers

 

L’histoire de cette Bugatti Brescia de 1925mérite franchement d’être contée.

 

Elle aurait été gagnée au poker par un architecte Français du nom de Marco Schmuklerski. Ce dernier, parti travailler en Suisse, la fit disparaître en 1936en des circonstances rocambolesques.

 

Alors qu’il avait laissé sa Bugatti garée dans la cour d’un entrepreneur en bâtiment, les douaniers du bureau local qui connaissaient l’existence de la voiture insistaient pour percevoir les droits impayés. À cette date, ces droits se seraient élevés à une somme supérieure à la valeur de la Bugatti, alors âgée de onze ans et passablement fatiguée. En cas de non-paiement des droits, la voiture devait être détruite et le moyen le plus simple aurait consisté à l’immerger dans le lac voisin. Pour faciliter sa récupération ultérieure, la Bugatti fut attachée à une grosse chaîne, mais celle-ci attaquée par la rouille cassa et la voiture plongea au fond du lac Majeur, à 53 mde profondeur.

 

Elle devait y demeurer, oubliée, jusqu’au 18 août 1967 .

Date à laquelle un plongeur, Ugo Pillon, découvrit la mythique Bugatti, couchée sur le flanc gauche et en partie enfouie dans la vase. Pillon l’avait cherché pendant un certain temps et, après sa découverte, la voiture devint un site de plongée favori des membres du club.

Le 12 juillet 2009, après un séjour de 73 ans au fond du Lac Majeur, la Bugatti fut finalement sauvée des eaux par Jens Boerlin et ses camarades du club de plongée d’Ascona.

 

La Bugatti fut transférée sur une remorque au moyen d’une grue et examinée par une foule considérable de curieux. Sa longue immersion dans le lac s’est traduite par une détérioration quasi générale, les pièces en fer ou acier étant notamment très corrodées surtout du côté droit, le plus exposé.

 

Il fut décidé par les membres du club de plongée de la vendre aux enchères pour financer la Fondation qu’ils venaient de créer contre la violence juvénile, faisant suite à la mort de l’un des leurs, la« Fondazione Damiano Tamagni ».

 

C’est dans ces conditions que la prestigieuse épave fut alors confiée à la prestigieuse Maison Bonhams.

 

Pour le nouveau propriétaire il serait naturellement envisageable de restaurer la voiture, mais on estime généralement que vingt pour cent seulement des pièces originales seraient récupérables. Ou bien une réplique fidèle pourrait être construite sur le modèle de « 2461 » pour un prix sensiblement égal à celui d’une restauration complète. Ou bien il pourrait être plus judicieux de conserver la Bresciadans son état actuel à des fins d’exposition.

 

C’est cette dernière solution qui semble désormais prévaloir…

 

 

Texte et photos : Olivier Thibaud

 

Salons

About Author

admin

Leave a Reply