MONTE CARLO : LE VICE CHAMPION DU MONDE HIRVONEN CONTROLE ET FILE VERS LA VICTOIRE

 Au soir de la deuxième étape, le Vice champion du monde considéré à juste titre comme le grandissime favori, Mikko Hirvonen qui pilote la dernière née de chez Ford, la Fiesta S2000, occupe toujours le commandement du Rallye Monte-Carlo et ce jeudi le Finlandais a même légèrement creusé l’écart et accru son avance sur son premier poursuivant, lequel n’est plus l’Anglais Kris Meeke mais son jeune compatriote  Juho Hanninen membre du Team Skoda.

Mais derrière et qui après une remarquable et sensationnelle remontée pointe un certain Sébastien Ogier. Lequel au volant de sa Peugeot 207S2000 n’a visiblement pas abdiqué !

Dur journée et dur apprentissage en revanche pour le jeune Britannique, Kris Meeke, Champion IRC en titre et victime d’un mauvais, très mauvais choix de pneumatiques !

Alors que la très grande majorité des concurrents conseillés par leurs équipes étaient chaussés de pneumatiques neige, Kris Meeke qui figurait encore en seconde position jeudi matin, lui avait curieusement  opté pour s’élancer avec des pneus à clous !

Choix visiblement erroné et malheureux…

Du coup, quelques hectomètres à peine après le départ de la première spéciale au menu du jour en cette matinée de jeudi, il sortait de la route et retombait légèrement en contrebas !

Kris est en effet sorti trop large dans un virage à droite après seulement deux kilomètres dans la spéciale Labatie D´AndaureSt Pierre sur Doux. Juste avant le passage d’un pont, le heurtant et glissant en contrebas de la route
Impossible en pleine spéciale d’oser espérer en ressortir sa Peugeot 207 S 2000, sans dommages

Kris était le premier piégé par les modifications des conditions d’adhérence qui rendent le Rallye Monte-Carlo, si difficile et spécifique.

C’était hélas malheureusement pour celui qui occupait la place de dauphin derrière le leader, le Vice Champion du monde des Rallyes WRC, l’abandon !

« Je m’en veux encore. Je n’ai pas survécu à la première plaque de verglas, sur un petit pont, deux kilomètres à peine après le départ de la première spéciale du jour. Je connais l’endroit. J’ai eu l’impression qu’il était moins glissant que prévu. Je me trompais et j’ai heurté un muret. La voiture s’est immobilisée en contrebas. C’était fini. »

 Meeke out, les malheurs de l’équipe Peugeot n’en étaient hélas malheureusement pas terminés ! Effectivement, c’était ensuite au tour de Stéphane Sarrazin de sortir de la route et d’abandonner ainsi toute chance de faire un résultat.

L’Alèsois perdait effectivement plus d’une minute dans l’ES6. Alors que l’arrivée de la seconde spéciale de la journée approchait, le Français a glissé et heurté un mur de neige !!! Il ne devait qu’à l’aide  »oh » combien précieuse des spectateurs pour se faire aider et remettre sa 207 sur la route!!!  

  
 A l’arrivée, Stéph lâchait :

« Je suis très content du comportement de ma voiture mais hélas dans le dernier virage, je suis parti complètement en dérapage et j’ai perdu une minute dans l’affaire »

Un peu plus tard dans la journée, il détaillait l’incident :

« Ma voiture était intacte, mais empêtrée dans la clôture d’un champ. Heureusement que les spectateurs sont intervenus! Je tiens à les remercier en faisant tout pour remonter au classement… mais je pense aussi qu’il est temps que je me ménage une petite marge de sécurité. »

Le Français n’en gagne pas moins trois places par rapport à la veille.Dorénavant cinquième, il est suivi par une autre Peugeot pilotée par Franz Wittmann.

-« C’est très glissant, mais ma 207 S2000 est bien équilibrée et particulièrement facile à piloter. Je m’amuse comme un fou à son volant »,

s’exclame le jeune Autrichien.

Comme le veut la tradition, le Rallye de Monte-Carlo est on le voit resté fidèle à sa légende et aussi à sa réputation. Et ce jeudi sur les routes toujours traites et piégeuses de l’Ardèche puis de la Haute Loire, le Rallye a donc une fois encore connu son traditionnel lot de surprises et de rebondissements au cours de cette seconde étape disputée ce jeudi.

Entre les abandons multiples, les inévitables rebondissements et les passages de témoin au classement général, cette journée de  jeudi a été plus qu’animée.

Composée comme la veille de deux boucles identiques mais non plus de deux mais de trois spéciales, cette deuxième étape emmenait les concurrents rescapés à l’ouest de Valence, la plaque tournante de ce Monte Carlo pour six ES : Labatie d’Andaure – St Pierre sur Doux (ES5-8), St Bonnet (ES6-9) et Lamastre – Alboussière (ES7-10).

On l’a dit, des les premiers kilomètres, premier rebondissement avec la sortie de route sans gravité de la Peugeot de Kris Meeke dans l’ES5. Du coup, cet incident regrettable laissait de la marge au leader.


Meeke hors course, tous les regards se sont alors rapidement tournés vers ses suivants au classement provisoire.
Mikko Hirvonen allait-il conserver son avance sur le trio de ses poursuivants composé des Skoda de Juho Hanninen et de Nicolas Vouilloz et de la seule Peugeot rescapée aux avants postes et éventuellement encore en mesure de l’emporter, celle du vainqueur du Monte Carlo 2009, Sébastien Ogier ?

Après les six spéciales au menu du jour, la réponse est clairement oui et ce même si l’impression qui domine est que le Finlandais, est loin d’être intouchable…

Pour ses tous premiers tours de roues au volant de sa Ford Fiesta Super 2000 en compétition, Mikko Hirvonen s’en sort tout de même plus que bien et démontre au passage au reste du plateau que la Fiesta est vraiment bien née et qu’elle devrait être redoutable dans sa catégorie.

Le Britannique éliminé, le flambeau des chances de Peugeot a été immédiatement repris par Sébastien Ogier. Le Français a enlevé trois des six spéciales du jour. Il s’est, notamment, montré le plus rapide lors de chacun des deux passages dans la terrible boucle de St. Bonnet-le-Froid, au revêtement totalement enneigé, et dont les abords ont été envahis par des milliers de spectateurs enthousiastes.

Grâce à ces performances, le vainqueur de l’édition 2009 grimpe de la cinquième à la troisième place au classement provisoire :

« Je viens de vivre une des journées les plus délicates et les plus stressantes de ma carrière. Les changements d’adhérence étaient incessants. Dix fois, j’ai failli « me mettre au trou ». Dix fois, j’ai réagi à temps. En une seule journée, j’ai gagné deux places et mon retard sur le leader s’est réduit de quarante pour cent. Comme je le disais hier, je garde toutes mes chances de vaincre. »

Troisième du classement général, il pointe à présent à 1’10 »3 d’Hirvonen mais surtout, il revient à 22 »6 de Juho Hanninen

Comme on le voit l’un des prétendants à la victoire finale sur le port de Monaco samedi matin n’a pas abandonné tout espoir de coiffer sur le fil, le Finlandais volant.

Autre candidat à la victoire finale, Hanninen l’autre Finlandais meilleur des pilotes Skoda, lui non plus n’a pas démérité et se situe ce soir à 47 »7 seulement de son compatriote. Lui aussi espère encore ! 

Tout comme le troisième homme, Nicolas Vouilloz vainqueur de l’ES5 –, et qui se retrouve au pied du podium avant la troisième étape et reste donc en embuscade à seulement 24’’ d’Ogier.

Ce vendredi, pour la troisième et dernière étape du rallye, les concurrents encore en course disputeront cinq spéciales qui les mèneront jusqu’à Monaco, terme de ce 78e Rallye Monte-Carlo.

Interrogé sur ses chances, Mikko Hirvonen a simplement déclaré:


« La journée promet d’étre longue et avec des conditions difficiles »

Avec notamment la célèbre dernière nuit, celle du Col de Turini au programme, tout reste encore possible en tête de course où les conditions climatiques et les choix de pneus devraient assurément une fois de plus, jouer un rôle majeur. Et décider du vainqueur final !

Mais revenons sur la journée des outsiders.

Peugeot qui pleure un tant avec les pépins rencontrés par Meeke et Sarrazin, car ensuite son troisième larron, le vainqueur sortant Sébastien Ogier s’est mis en, évidence revenant du diable vauvert âpres ses pépins de la veille et remontant ainsi à une inespérée troisième place .


Et Skoda qui chante …

Deux temps scratch (un pour Nicolas Vouilloz, un autre pour Juho Hanninen) sur six épreuves spéciales, une deuxième et une quatrième place au classement général provisoire: la seconde étape du 78e Rallye Monte Carlo, qui s’est déroulée ce jeudi en Ardèche et en Haute-Loire, a été favorable à l’équipe Škoda Motorsport.

Avant la fameuse « dernière nuit du Turini », le Team dirigé par l’ancien pilote Pavel Hortek sous l’autorité de Michal Hrabànek, est dans les temps de passage de ses objectifs : décrocher une place sur le podium !

Jan Kopeckẏ a certes été à nouveau retardé par une crevaison, mais le bilan est très positif avec un Juho Hanninen à 47’’ du … Vice champion du monde 2009, Mikko Hirvonen, et Nicolas Vouilloz à la lutte avec Sébastien Ogier le vainqueur du Monte-Carlo 2009 – pour la 3e place.

Avant l’épilogue, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans l’arrière pays niçois, les pilotes Skoda se battaient avec les grands !

Juho Hanninen, raconte :

 « A partir du moment où une seule des trois spéciales du jour était enneigée, le choix de pneus ne pouvait être qu’une affaire de compromis. Au premier passage, nous étions moins cloutés que nos adversaires, et au second, pas du tout, contrairement à Sébastien Ogier et Stéphane Sarrazin. Sur le sec (ES1 et ES 3), cela a payé, cela m’a même permis de signer un temps un temps scratch, mais sur les portions de glace de Saint Bonnet Le Froid, c’était très délicat avec les pneus neige sans clous, en particulier dans les descentes. Je n’ai pas pu éviter de sortir deux fois… Mais nous nous sommes bien amusés ! Et la course est loin d’étre déjà jouée»

De son coté, Nicolas Vouilloz  poursuivait : 

« Je ne m’attendais pas du tout à faire un scratch dans la première épreuve du jour (Labatie d’Andaure-St Pierre sur Doux, 24,30 km). Par rapport à mon rythme, j’ai été un peu surpris lorsqu’on me l’a annoncé. J’ai piloté de la même manière dans Saint Bonnet le Froid (25,67 km), mais il y avait pas mal de neige, et je me suis retrouvé seulement 7e. J’ai sans doute été beaucoup trop prudent. J’ai réagi dans la 3e (Lamastre-Alboussière, 21,92 km), où j’ai fait  le 2e temps. Pour le 2e tour, nous avons tous décidé chez Škoda de partir en pneus neige sans clous. Mais il y avait encore des portions très enneigées et glacées dans Saint Bonnet, il était très compliqué de garder la voiture sur la route. Avec Benjamin Veillas, mon coéquipier, nous avons été très contents de voir la fin de la spéciale ! »

Pavel Hortek, le Team Manager de l’équipe Škoda Motorsport rajoutait : 

« Notre objectif avant le départ était un podium, le résultat est donc pour l’instant conforme à nos attentes. Notre position est d’autant plus satisfaisante que nous considérons un peu Mikko Hirvonen, le dauphin de Sébastien  Loeb au Championnat du monde des Rallyes  comme étant  un peu hors concours ».

Comme on le voit si Hirvonen ne crie pas victoire, Hanninen rêve peut-être encore de l’emporter !
 
Quant aux deux pilotes tricolores, Vouilloz et Ogier, à moins d’un miracle, la casse ou une sortie de route des deux premiers, le succès sur le port de Monaco parait malheureusement bien compromis et peu probable…

Mais il ne faut jamais dire ‘’ Mission impossible’’  car en sport mécanique, tout est toujours … possible !!!

Gilles Gaignault
Photos : Teams
 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply