TROPHEE ANDROS : LA SURPRISE ROMAIN GROSJEAN VICTORIEUX A LANS EN VERCORS

 UN SACRE PODIUM! PROST-GROSJEAN-DAYRAUT …

Le Franco-Suisse, Romain Grosjean au volant d’une Renault Clio du Team DA Racing de Manu Naud, a décroché sa toute première victoire sur la glace samedi à Lans-en-Vercors, lors de la deuxième manche du cinquième meeting sur sept du Trophée Andros 2010.

Jean-Philippe Dayraut qui défend les couleurs de ŠKODA France, vainqueur la veille vendredi, conserve les commandes du classement général provisoire.

Pour ses débuts sur l’Andros, à l’Alpe d’Huez, Romain Grosjean avait impressionné. Il est peu dire que le pilote Renault F1 2009 a fait des étincelles à Lans en Vercors.

Si le duel entre Jean-Philippe Dayraut et Alain Prost était attendu, Grosjean s’est incroyablement mêlé au combat des chefs…

L’histoire retiendra que le dit Romain Grosjean avait justement enfilé le tablier pour cuisiner ce midi sous la tente du DA Racing !

 Toujours est-il qu’à l’issue d’une seconde manche qualificative exceptionnelle au volant de sa Clio III, le Franco-Suisse venait se hisser au sommet de la hiérarchie. Pour ne plus lâcher cette première place qui, cumulée à une troisième place lors d’une finale musclée, lui offre un premier succès sur glace !

On connaissait son talent sur asphalte, on avait eu un aperçu de sa pointe de vitesse à l’Alpe d’Huez, on sait désormais qu’il est capable de rivaliser avec les meilleurs sur l’Andros !

 

Derrière lui, le duel entre Alain Prost et Jean-Philippe Dayraut se poursuit. Pour la première fois depuis la seconde course en Andorre, le Professeur a repris quelques points à son vis à vis.

Meilleur performer lors de la première manche, il a signé le deuxième chrono dans la seconde, au prix d’une belle attaque. Le pare-choc du Dacia Duster s’en souvient encore !

Après avoir confirmé le regain de forme de sa monture en s’imposant en finale au terme d’une splendide bataille avec Olivier Panis, Alain Prost grappille deux unités à l’ogre Jean-Christophe Dayraut. Le leader, qui restait sur quatre victoires, doit cette fois se contenter de la troisième marche du podium. Sur l’ensemble du week-end, il confirme tout de même sa position de leader, avec une avance de trente unités.

Dayraut regarde la ligne bleue des Vosges

Vainqueur de sa sixième course de la saison (sur 10 à ce jour), le leader de l’équipe Škoda n’est plus qu’à quelques points de son deuxième titre consécutif dans le Trophée Andros. Cela pourrait être pour samedi prochain, à Saint Dié des Vosges, dans le cadre d’un …  »mini-Indianapolis  » sur glace.

Après sa série de trois victoires d’affilée, entamée le 18 décembre 2009 à l’Alpe d’Huez, et poursuivie les 9 et 10 janvier 2010 à Isola 2000, Jean-Philippe Dayraut se méfiait d’une probable réaction d’Alain Prost, dernier adversaire encore capable de lui contester un second titre dans le Trophée Andros.

 D’autant que le handicap de 60 kg supplémentaires, sur le tracé vallonné et sinueux de Lans-en-Vercors, paraissait amoindrir les chances du pilote de la Škoda Fabia n° 1. Mais ce dernier, surnommé « le magicien » par l’ensemble du paddock, et qualifié « d’extra-terrestre » par son compagnon d’écurie Olivier Panis, s’est montré conforme à sa réputation.

Dayraut a eu certes un brin de réussite, en battant Bertrand Balas de seulement 5/100e de seconde (!) pour empocher la première victoire du week-end, mais ce résultat, combiné à la quatrième place du rival tant redouté Alain Prost, va probablement lui permettre de conserver son titre.

4 victoires de suite, dont 3 avec le lest maximum à bord, cela ne s’était jamais vu dans le Trophée Andros, et c’est Dayraut qui l’a fait.

Une telle série, complétée par une 3e place le jour suivant derrière Romain Grosjean et Alain Prost, ne suffit pourtant pas pour lui assurer le titre avant la limite.

Le règlement du Trophée Andros est ainsi fait – et bien fait – que le principe du décompte des deux moins bons résultats sur un total de 13 courses, oblige Dayraut à attendre au moins jusqu’au terme de la première journée à Saint-Dié (samedi 23 janvier) pour fêter, avec l’ensemble du Team Škoda France, un nouveau titre.

Avec toutefois 30 points d’avance, Jean-Philippe regarde sereinement …. la ligne des Vosges, sachant qu’elle sera… bleue.

Forcément…

Serein, Jean-Philippe Dayraut, l’est asurémment :

« 60 kg de handicap sur la neige et la glace le premier jour, c’était gérable. Mais cela ne l’était plus le lendemain sur le goudron. Peu importe, j’ai marqué 155 points de plus ce week-end (80 + 75), contre 150 (73 + 77) à Alain. Maintenant je peux envisager sereinement la suite. Mon score est sensiblement meilleur que l’an dernier à la même époque. Cette saison, j’ai été un peu plus à l’aise, plus rapide, je n’ai pas commis d’erreur, sauf en Andorre dans la seconde course, où j’ai utilisé un joker. Avec seulement 20 kg de lest samedi prochain sur l’ovale de Saint-Dié, je suis très confiant, tout devrait bien se terminer. »

 De son côté, Olivier Panis précisait :

« Nous ne sommes pas constants dans nos résultats. Un réglage paraissant judicieux à un moment donné peut s’avérer moins efficace l’instant d’après. C’est ce qui s’est produit au cours de la deuxième journée à Lans, entre mes deux manches qualificatives. 4e juste derrière Jean-Philippe, ce n’est pas si mal, mais il avait le lest maximum et moi aucun, donc je ne suis pas satisfait. J’espère que sur les trois dernières courses qui restent (2 à Saint Dié, 1 à Super Besse), je vais pouvoir en gagner une ! »

Enfin, Paul Belmondo concluait :

« 9e vendredi, 10e samedi, je suis content de mes résultats pour mon second week-end de reprise. C’est mieux que l’an dernier, et surtout, c’est conforme à mon objectif d’être sur les talons des tout meilleurs. J’ai peut-être été un peu trop prudent parfois dans les épingles car je partage ma voiture avec Jean-Philippe et pas question de l’endommager, mais cela me va. »

Le mot de la fin, au ‘’P’tit djeun’’ de la bande Skoda, Grégoire Demoustier :

« Je serais tenté de faire les mêmes remarques qu’Olivier puisque nous courrons sur la même voiture. Pour ma part, je dois encore acquérir de l’expérience, autant dans le Trophée Andros que dans l’exploitation de la Fabia, qui est très différente de ce dont j’avais l’habitude sur la glace. »

Cédric Journel, le directeur Marketing chez ŠKODA France, déclarait:

« ŠKODA n’a pas encore défendu victorieusement son titre mais cela semble en très bonne voie. Nos résultats sont le fruit de la combinaison : pilote exceptionnel, équipe de très grande expérience, ingénieurs et mécaniciens extraordinaires, stratégie sans faille. Tout cela se décline de manière très positive, à travers nos réseaux de distribution, auprès du grand public et place ŠKODA dans un environnement ou la marque n’était pas située jusqu’ici. »

 Christian Colinet

Photos : Bernard Bakalian

Trophée Andros

About Author

admin

Leave a Reply