CHEVROLET SPARK : UNE ETINCELLE URBAINE

 

 

Avec sa nouvelle petite citadine, Chevrolet va-t-il enflammer les villes et leurs banlieues? 

En effet, la Spark présente une bonne bouille et si en anglais son nom veut dire étincelle, ce n’est sans doute pas un hasard. Fonctionnant à l’essence ou au GPL, ses prix ne flambent pas pour autant et démarrent à 8.690 €.

Chevrolet, un nom qui sonne comme une voiture américaine, le rêve d’autrefois, signe de réussite et de grandeur.

Mais il faut savoir que Chevrolet depuis sa création symbolise la marque du peuple de l’autre côté de l’Atlantique avec une gamme plutôt bon marché en respectant toutefois une bonne qualité de fabrication.

Pour autant, elle n’avait pas sa place sur le Vieux continent. Ce qui n’était pas le cas de la gamme du Coréen, Daewoo.

Et quand ce dernier a rejoint la galaxie General Motors, le Géant américain a crû bon, et à juste raison, de rebadger sa production du nom de Chevrolet!

Changement de standing sans changer de monture. Mais si au départ les Chevrolet qui d’un coup ont investi le sol européen étaient des Daewoo … rebadgées et déguisées, les nouveaux produits montrent un langage plus universel, à l’exemple de la Spark, développée par une équipe internationale d’ingénieurs et de designers.

Et le résultat est assez convaincant.

 UNE BONNE BOUILLE

Longue de 3,64 m, la nouvelle citadine de Chevrolet offre un visage avenant avec une allure ramassée, un gros nez court encadré par de grands yeux en amandes qui s’étirent jusqu’au bas des montants de pare-brise. Le profil se singularise par le seuil des vitres qui remonte en reprenant une ligne parallèle à l’inclinaison du capot moteur et par des poignées de portes arrière camouflées en haut des montants.

L’arrière est tout aussi original avec des double feux ronds qui découpent en partie la lunette du hayon surmonté d’un généreux béquet. Les quatre roues repoussées aux extrémités de la voiture lui confèrent une belle assise, avec un empattement de 2,37 m, d’autant que sa largeur de 1,60 m laisse entrevoir une bonne habitabilité.

En effet, la Spark est conçue pour accueillir 5 personnes dans des conditions acceptables pour la ville ou des courts trajets dans un univers moderne et bien agencé

UN TABLEAU DE BORD MINIMALISTE TRES LISIBLE

Solidaire de la colonne de direction réglable en inclinaison, le tableau de bord se révèle assez curieux dans son dessin et sa conception. Il offre toutes les informations essentielles dans un format compact et facile à lire. L’indicateur de vitesse analogique est accolé à un compte-tours numérique. Toutes les commandes sont illuminées par transparence dans un bleu glacier dès que l’éclairage est mis. La Spark propose un système audio qui permet à tout un chacun d’écouter sa musique favorite en FM, en CD, en MP3 ou en branchant son propre baladeur audio par l’intermédiaire d’une prise mini USB ou Aux.

Les sièges à l’avant sont confortables et le conducteur trouve facilement sa meilleure position derrière le volant. A l’arrière, les passagers sont évidemment moins privilégiés, mais surtout les petites vitres et les caches des poignées de portes extérieures, leur coupent pas mal de lumière.

Au niveau des rangements, rien à dire, ils sont en nombre, et le coffre, modulable (pas en version de base) grâce au dossier de la banquette rabattable en 1/3-2/3, présente un volume extensible de 170 litres à 568 litres. Mais pas de roue de secours remplacée par un kit de réparation.

DES ESSENCE DE 68 ET 81 CV.

Sous son capot, la Spark reçoit deux moteurs 4 cylindres essence de 1,0 et 1,2 litre de cylindrée accouplés à une boîte manuelle à cinq vitesses. Ils disposent d’un bloc en fonte avec une culasse en alliage recevant un double arbre à cames en tête et quatre soupapes par cylindre.

Le premier délivre 68 ch. à 6.400 tr/mn et un couple de 93 Nm, et le second 81 ch. à 6.200 tr/mn, avec un couple de 111 Nm.

Les vitesses de pointe sont respectivement de 154 et 164 km/h et les consommations de 4,8 et 5,1 litres, sans oublier les sacro-saintes émissions de CO2 de 113 et 119 g/km qui donnent droit au bonus.

Selon la tradition Chevrolet, une version fonctionnant au GPL est prévue au catalogue dès février 2010, ayant l’avantage d’être plus propre et de bénéficier d’un carburant moins taxé compensant largement une consommation supérieure.

Le coût de l’installation faite en Italie de 1.900 € est totalement pris en charge par le maxi bonus de 2.000 €. Principal inconvénient, le réservoir GPL est placé dans le coffre.

UN COMPORTEMENT HONNETE

Sur la route, la Spark se comporte assez bien avec une tenue de route neutre et prévisible et un amortissement correct. Les suspensions font appel à des jambes McPherson à l’avant et un essieu intégré de torsion à l’arrière.

 

La direction assistée est précise et le freinage composé de disques ventilés à l’avant et de tambours à l’arrière et disposant de l’anti-blocage donne satisfaction. En ville, elle se révèle alerte pour bien se faufiler dans les embouteillages, mais sur la route les trois derniers rapports bien trop longs pénalisent sa petite cavalerie.

Avec cinq personnes à bord, il vaut mieux opter pour une conduite placide pour rester en sécurité. Une sécurité mieux prise en compte avec la version haut de gamme qui dispose du contrôle électronique de trajectoire. Et si on ne tire pas trop sur les rapports, le niveau sonore est acceptable.

Au bout du compte, la Spark est attrayante avec un tarif de base à 8.690 très intéressant, mais évidemment, il ne faut pas compter alors sur des vitres électriques ou une fermeture centralisée et encore moins de climatisation.

En revanche, le haut de gamme est équipé comme une grande avec un surcoût de seulement 1.900 €.

L’affaire est toujours bonne.

                                                                                                                      Texte et Photos : Philippe Lacroix et Gilles Gaignault

Chevrolet

About Author

admin

Leave a Reply