DAKAR 2010 : LE POINT AVEC KRIS NISSEN PATRON DU TEAM VOLKSWAGEN

 

 

Alors que les pilotes du Team VW occupent les trois premières places du Rallye Dakar, à mi parcours, ce samedi Kris Nissen, le patron de cette redoutable armada, a fait le point au cours de cette journée de repos programmée à Antofagasta

Et immédiatement de préciser :

 « il faut toujours garder la tête froide sur le Dakar »

Et ce même si l’actuel bilan de l’équipe Volkswagen est plus que positif à l’issue de la première moitié du Dakar 2010, trois des cinq VW Race Touareg engagés dans la course, dominant au classement général provisoire.

Après la septième des quatorze étapes, l’équipage Carlos Sainz-Lucas Cruz, occupe la première place avec 11’03’’  d’avance  sur le tandem Nasser Al-Attiyah-Timo Gottschalk et 22’06’’ sur le duo Mark Miller-Ralph Pitchford.

Les pilotes Volkswagen ont, en outre remporté trois étapes et ont mené au classement pendant quatre jours.

La première semaine du rallye a soumis les hommes et les machines à très rude épreuve. Les sept premières étapes entre Buenos Aires, en Argentine, et Antofagasta, au Chili, ont imposé des difficultés très variées avec des sections rapides, des altitudes élevées, un sable profond et mou, des dunes imposantes, de la steppe et parfois aussi des éboulis sans fin.

 

Cette extrême difficulté, qui fait au fil des ans et ce quelque soit le parcours,  la réputation du Dakar, a eu des conséquences malheureuses aussi chez Volkswagen.

Ainsi, la paire tenante du titre, Giniel de Villiers-Dirk von Zitzewitz a déjà perdu plusieurs heures au cours de la troisième spéciale à la suite d’un accident.  Et donc, vu le retard accumulé, très certainement perdu le Rallye millésime 2010

Le sixième jour, le duo brésilien, Maurício Neves-Clécio Maestrelli, a dû lui abandonner en raison de blessures après un accident (tonneaux).

 

 C’est la raison pour laquelle, ce samedi Kris Nissen, directeur de l’équipe Volkswagen Motorsport, se gardait bien de crier victoire !

« Mon bilan après les sept premiers jours du rallye ? Tout d’abord, la compétition est forte, en particulier avec le Team X-raid et Stéphane Peterhansel qui sont rapides. Deuxièmement, la première partie du rallye s’est avérée plus dure que prévu. Troisièmement, tout le monde au sein de notre équipe accomplit un superbe travail. Je suis fier de chacun des membres de notre team. Nous menons au classement avec trois voitures. Cela est significatif mais nous n’avons encore rien gagné. Nous allons continuer la course en ayant toujours à l’esprit qu’il faut savoir garder la tête froide sur un Dakar. C’est indispensable si on veut avoir une chance d’être en tête à l’arrivée.»

Propos sages d’un homme aguerri, bourré d’expérience et qui connait l’épreuve par cœur

Et que ne contredit nullement son leader qui mene la course, l’Espagnol, Carlos Sainz :

«  Notre première semaine a été positive à tous points de vue. Le Race Touareg marche comme une horloge sur tous les types de terrain. Il y a donc beaucoup de raisons d’être satisfait, mais prudent aussi car nous venons seulement de finir la première moitié du rallye. Et d’ici Buenos Aires, il y a bien des difficultés à franchir »

L’ancien double Champion du monde des Rallyes sait parfaitement de quoi il parle…

Et se souvient en son fort intérieur qu’il y a tout juste un an, il se dirigeait vers une victoire qui lui tendait les bras … lorsqu’il commit l’irréparable !

Une stupide bévue qui en une seconde l’envoya rejoindre la liste déjà bien conséquente des pilotes ayant abandonnés !

Visiblement à écouter et à observer Sainz, l’homme a bien retenu la leçon…

Et celui qui lui chipa sans le vouloir le succès le 17 janvier 2009, dans la capitale Argentine, le sympathique Sud africain, Giniel de Villiers, se retrouve un an plus tard, largué sans aucune chance de pouvoir envisager de récidiver.

Il s’élancera ce dimanche matin en direction de Copiapo, loin, très loin, depuis une modeste douzième position et à plus de …quatre heures de l’homme de tête, à qui il avait succédé l’an passé au commandement, avant de remporter l’épreuve trois jours plus tard.

Malgré sa déception, le lauréat 2009 affiche un large sourire et raconte :

 « Notre première semaine a été tout, sauf parfaite. Nous avons perdu du temps sur beaucoup de petits incidents et surtout après notre accident. Nous ne sommes plus en course pour la victoire. Le plus important pour nous sera de finir chacune des prochaines étapes et d’être en mesure d’aider nos équipiers en cas de besoin. »

Leur équipier américain Mark Miller, actuellement troisième et en embuscade au cas où, ajoute :    

« En occupant les trois premières places, le VW Race Touareg a montré ses qualités qui lui ont déjà permis de briller dans le passé ? Il est à la fois le plus rapide et le plus fiable des véhicules conçus pour les rallyes tout-terrain. Pour parler franchement, nous avons, avec mon copilote Ralph Pitchford, subi quelques petits revers et nous aimerions bien être dans une position un peu meilleure au classement. Mais nous pourrons encore progresser durant la seconde semaine. Ce sera notre objectif. »

Enfin, celui qui pourrait s’avérer être un redoutable adversaire pour le leader Sainz, le Qatari, Nasser Al-Attiyah, encore victorieux de l’étape vendredi et second du général précise :

« Nous avons réalisé une bonne performance d’équipe dans les sept premières étapes. Quatre Race Touareg sont toujours en course et le fait d’occuper les trois premières places est excellent. Quant à nous, nous sommes tout près de la tête. Bien que les prochaines étapes ne s’annoncent pas faciles, nous continuerons de viser la victoire. Pour avoir une chance d’y parvenir, il faudra se montrer intelligent et n’avoir aucune faiblesse. »

Finalement, le seul pilote VW hors course, le Brésilien Mauricio Néves, conclut :

« Le rêve du Dakar s’est achevé prématurément. Dans la sixième spéciale, nous sommes passés sur un trou masqué par la poussière et la voiture est partie en tonneaux. J’ai eu quatre côtes cassées, ce qui, grâce à la solidité du Touareg, n’est rien eu égard à la violence de l’accident. C’est vraiment dommage de ne pas pouvoir rallier l’arrivée à Buenos Aires, ce qui aurait été une belle récompense pour tout le travail accompli par l’équipe. »

Comme on le voit, chez VW, la mission de renouveler le triomphe de 2009 est en cours d’exécution. Mais il ne faudrait pas que la lutte interne entre les trois équipages aux trois premières places, finisse par faire prendre trop de risques aux pilotes concernés.

C’est la raison pour laquelle, des consignes d’équipe pourraient assez vite se faire jour au cours des prochaines étapes et ce dans le but de privilégier avant tout la victoire d’une VW Race Touareg.

Peu importe  le pilote qui l’emportera  !

Le but et la priorité demeurant un succés VW

Car au fond, l’écart avec les poursuivants de BMW, Chicherit et Peterhansel est deja des plus conséquents !

Gilles Gaignault

Photos : Team

PAYSAGES DE REVES …

Sport

About Author

admin

Leave a Reply