DAKAR 2010 : LE PANACHE DE ROMA ET PETERHANSEL

 

Ce jeudi matin à Antofagasta, 106 motos, 17 quads, 82 autos et 45 camions ont été autorisés par l’organisateur du Dakar,  »ASO », à s’élancer vers Iquique, terme de cette sixième étape.

Une journée ou les efforts ont été équitablement répartis sur la longue spéciale au menu du jour des rescapés encore en course. Sur les tronçons de hors piste du premier tiers, la poussière incitait les concurrents à la prudence. Les pistes larges et roulantes qui constituaient le cœur du programme  obligea ensuite ceux qui ‘’  jouent ‘’ encore la victoire à maintenir un  rythme élevé.

POUSSIERE-POUSSIERE !! ET DIRE QU’IL EN A DOUBLE… 10 !

Toutefois, prévenus des difficultés, les cadors devaient encore garder une bonne dose d’énergie avant d’arriver sur un erg ‘’ à l’Africaine ‘’. Lequel les attendait au cœur d’une portion sablonneuse à souhait, car longue d’une cinquantaine de kilomètres.

Mais ensuite, après avoir escaladé une ultime dune, les pilotes ont finis enfin par s’engager en descente sur un toboggan de sable, de prés de trois kilomètres avec dans leur champ de vision … devant eux à l’horizon, Iquique et les premières vagues du Rallye !

celles de l’Océan Pacifique !

Un spectacle inoubliable au sortir de ce terrifiant désert qu’est l’Atacama… Après la canicule étouffante, place à la fraicheur des cotes longeant le Pacifique

A ce petit jeu de piste grandeur nature qu’est quotidiennement le Dakar, Roma en motos et Peterhansel en autos, terriblement malchanceux la veille, ont démontrés toute l’étendue de leur talent mais aussi et surtout de leur immense panache, en renversant complètement la situation et en terminant tous deux en grand vainqueur, à Iquique !

Stéphane Peterhansel au volant de sa BMW, retrouvé et qui n’a connu aucune alerte ce jeudi, remporte donc cette sixième étape, à l’issue des 418 km de spéciale, avec une avance certes infime … 47 petites secondes plus vite que la VW Touareg du leader   depuis la veille et les ennuis de Peter – Carlos Sainz.

LE LEADER CARLOS SAINZ CONTROLE LA COURSE

Lequel conforte sa place au classement provisoire, ses suivants immédiats,  ses propres équipers au sein de l’armada Volkswagen, Al Attiayh et Miller,  concédant  tous deux, de nouveau plusieurs précieuses minutes.

L’ancien double Champion du monde des rallyes a en effet devancé jeudi, ses deux adversaires les plus dangereux, ses coéquipiers chez Volkswagen, l’Américain, Mark Miller (3e au général) et le Qatari, Al-Attiyah (2e), respectivement de 8’08’’ et de 10’47’’.

Carlos Sainz, au micro de notre vieux complice et ami, Gérard Holtz :

«On est resté derrière Miller, dans la poussière, pendant assez longtemps. Jusqu’à ce que je puisse le doubler. Aucun problème aujourd’hui. Juste que la moitié de la spéciale s’est courue dans la poussière. La dernière descente est incroyable. Tu vois toute la mer. C’est très, très pentu. Ça fait quand même quelque chose…»

Et que dire du quatrième, l’Américain, Robby Gordon, le seul jusqu’alors avec Peter, à contester encore l’irrésistible suprématie des bolides Allemands.

Lequel lâche des paquets de minutes, lui : 50′ très exactement pour être précis !

Robby Gordon, a en outre non seulement perdu du terrain sur les hommes du podium provisoire, mais a également été dépassé au classement général par la Mitsubishi Lancer du Portugais, Carlos Sousa (4ème à 1h34’ de Sainz), et par le Polonais, Krzysztof Holowczyc (5ème, à 1h43’).

Comme on le voit, celui qui compte neuf succès à son palmarés dans le Dakar, même s’il a perdu plus de deux heures mercredi, suite au bris de l’arbre de transmission, est loin d’avoir abdiqué et rendu les armes.

STEPHANE ET SA BMW FONCE VERS LA VICTOIRE D’ETAPE

Il reste encore huit étapes et plusieurs milliers de pistes à avaler… Et pour qui connait bien le leader du Team BMW, on peut affirmer ‘’ haut et fort ‘’ que ce lascar   HORS NORME, n’a pas dit son dernier mot.

Croyez-nous.

Et ce même si lui fait mine de penser que la victoire s’est envolée sur la piste menant à Antofagasta, le 6 janvier. Foutaise…

Stéphane est de la race des SEIGNEURS !

De ces hommes exceptionnels, qui ne sont jamais définitivement battus.

D’ailleurs, il vient déjà de le démontrer ce jour ou il gagne après avoir quelques heures plus tot vecu l’enfer !

C’est dire les ressources du bonhomme !

On peut le dire  et l’affirmer sans aucun risque : Ce jeudi, Stéphane Peterhansel a fait du spectacle, du grand, trés grand spectacle, dépassant dans la poussière pas moins de … onze voitures avant de signer sa 20e victoire dans la catégorie auto, et sa 53e toutes catégories confondues !

Il dépasse le grand, l’illustrissime, l’inoubliable Ari Vatanen

L’homme des victoires Peugeot et des succès Citroën sur le Dakar et qui détenait depuis sa toute première consécration en 1987, le record d’étapes remportées : 52

EPOUSTOUFFLANT PETER !!!!!

Content de cette journée, le ‘’ Roi ‘’ Stéphane, lâche :

«Je suis surpris que nous ayons réalisé un si bon temps, en ayant passé 200 km dans la poussière des autres. Nous partions dans ce Dakar pour la victoire mais maintenant, c’est devenu bien plus compliqué. Je veux donc piloter aussi vite que possible et remonter le plus haut possible au classement. On pourrait même envisager de terminer dans le Top 3 ou le Top 5.»

GINIEL DE VILLIERS TRES PERFORMANT

Et sincèrement même s’il se retrouve bien esseulé face à la meute des pilotes VW qui occupent les premières places, il reste un adversaire toujours dangereux. Peu importe les paquets de minutes qui le séparent du commandement.

Sur cette épreuve, une bévue, une bêtise et une panne voire une casse ou un accident, comme Sainz l’actuel leader, victime de sa fougue l’an dernier et qui part à la faute alors qu’il avait course gagnée et l’envoi grossir la liste des abandons !

Alors que Buenos Aires était déja à l’horizon !

Bref, on l’aura tous compris, Peterhansel demeure encore un candidat à la plus haute marche du podium le 17 janvier à La Rural au cœur de Buenos Aires.

MARC COMA A L’ATTAQUE !

Chez les motos, scénario identique !

Marc Coma, le vainqueur sortant  et qui connait lui aussi un début de Rallye dramatique entre les pénalisations et les ennuis et mécaniques et de pneus, s’est de nouveau révolté et a donné la réplique  à son éternel rival, le Français, Cyril Despres. Lequel chevauche une KTM  rigoureusement identique à celle du Catalan.

Coma enleve cette sixième étape en motos et distance de prés de 10 minutes toute la meute !

Dont Cyril Despres, bon deuxième ce jeudi à Iquique.

Grâce à ce second succès d’étape sur cette édition 2010, Marc huitième au provisoire en quittant  Antofagasta remonte déjà à …la 4e place au général.

Marc Coma content de renouer avec la victoire précise  :

« Une spéciale compliquée. Au kilomètre 29, il y avait un way point masqué. Beaucoup sont allés à droite. Moi, avec la poussière et en étant parti de derrière, j’ai eu vraiment du mal. J’ai pris cependant un bon rythme. C’était une journée très dure, en fait. J’ai dû doubler beaucoup de pilotes et il y avait beaucoup de poussière. Donc, c’était délicat. Je suis content d’être arrivé sans avoir connu de problèmes. J’ai dit que je voulais désormais courir au jour le jour, après avoir connu tous ces problèmes et que je voulais profiter de la course. A partir de là, on verra. Tous les jours, en tout cas, je prendrai le départ motivé. Les autres, je ne m’en préoccupe pas. Il faut être réaliste, c’est difficile, c’est même quasiment impossible. Mais attention, ça ne veut pas dire que ce soit terminé et qu’on soit en vacances !»

Comme Peter, il ne lachera rien et sera dangereux jusqu’au dernier km de l’ultime spéciale !

Qu’on se le dise…

 »CHALECO  » L’IDOLE DE TOUT UN PEUPLE …

C’est le toujours très rapide pilote Portugais, Helder Rodrigues qui roule pour Yamaha qui termine troisième de l’étape précédant celui qui avait triomphé mercredi à Antofagasta et que tout le Chili attend et considère comme … LE MESSIE, son ‘’ héros ‘’, Francisco "Chaleco" Lopez, le pilote de la firme Italienne Aprilia.

Actuel dauphin au général, bien placé et positionné dans le sillage de Despres et qui rêve de remporter ce Dakar Sud Américain

Satisfait de cette étape, Cyril se laissait aller à raconter sa spéciale :

« J’ai pris le départ derrière Chaleco ce matin et j’étais derrière lui quand il a pris une mauvaise direction au km 25. Après ça, j’ai roulé seul toute la journée, en ouvrant la piste. Et quelle piste! A un moment donné, j’étais tout en haut d’une montagne et en regardant en bas, il m’a semblé voir un lac. En me rapprochant je me suis rendu compte que s’était un champ de pierres rouges et rondes recouvertes d’un peu de sable blanc. Ce pays est vraiment incroyable, tout y est grandiose. »

Et le leader de poursuivre :

« Concernant la tactique de course, j’ai pour la première fois profité de mon avance au général. J’étais sûr que Marc allait attaquer mais, sur un terrain difficile, je n’étais pas disposé à faire de même. Hier soir mercredi, j’ai calculé qu’en roulant ‘’cool’’, il pourrait me prendre entre 8 et 12 minutes. Mes calculs étaient donc assez corrects.»

CYRIL DESPRES LE LEADER

Au classement ce soir, Despres conforte pourtant son avance. Il pointe devant ‘’ Chaleco ‘’ qui conserve sa seconde place devant Rodrigues. A noter toutefois que ce dernier lui a repris 5 minutes, aujourd’hui .

Parmi les favoris, malchanceux depuis le départ de la capitale Argentine, citons le Français de Yamaha, David Frétigné, qui se classe huitième à Iquique et poursuit donc sa longue remontée dans le classement puisqu’il occupe maintenant déjà cette même position au classement général. Il raconte:

 « Au km 29, il fallait entrer dans un rio. Avant, on a fait quelques hors-pistes. A priori, je n’avais pas le bon rio. Je me suis vraiment égaré. J’ai fait 7-8 kilomètres en plus. Et quand je me suis aperçu que mes notes ne correspondaient plus, j’ai fait demi tour et j’ai recroisé tout le monde : Chaleco, Ullevalseter…Tout le monde s’était trompé. Tout le monde avait pris les mêmes pistes. Eux sont repartis d’un côté, moi de l’autre. J’ai voulu faire le point avec le road-book. Et j’ai retrouvé la piste, juste après eux d’ailleurs. Aujourd’hui, j’ai limité les dégâts. Cyril fait une petite course tranquille maintenant. Il n’a plus qu’à assurer. Il va très, très vite »

Enfin, en camion, Vladimir Chagin ayant provisoirement fait le vide autour de son beau camion bleu, le Russe a peut-être finalement décidé de s’attaquer directement à Stéphane Peterhansel.

C’est en tout cas ce qu’il fait au niveau comptable, puisqu’avec un cinquième succès de spéciale sur le Dakar 2010, il augmente son capital total à… 52 victoires, soit à une unité de « Peter ».

Mais dans cette catégorie, depuis des années et l’époque de Rooy, il y les Kamaz et les autres… Ceci explique cela !!!

Aujourd’hui, c’est à nouveau devant son coéquipier Firdaus Kabirov qu’il termine l’étape, avec la satisfaction supplémentaire de voir Ilgizar Mardeev, pilote du troisième Kamaz engagé, signer le troisième temps entre Antofagasta et Iquique.

Preuve que les KAMAZ sont intouchables, IMBATTABLES !!!

Enfin ce jeudi, on a appris une mauvaise nouvelle : La lourde chute du pilote Italien, Luca Manca. Victime d’une sérieuse chute, le motard transalpin se trouverait dans un état critique, selon les médecins accourus  par chance très rapidement à son chevet,un hélicoptère était posé à quelques centaine de mètres du lieu ou s’est produit l’accident !

Destin quand tu nous tiens… 

La chute du pilote de la KTM, Numéro 31 est survenue peu après le départ de la spéciale au km 10 en tout début de matinée vers 9h, heure locale.

Héliporté immédiatement vers l’hôpital Del Cobre de Calama, les médecins ont de suite diagnostiqué une « contusion cérébrale» pour laquelle « son pronostic vital est engagé».

Selon nos confrères Italiens, Manca  âgé de 29 ans et qui découvrait le Dakar, souffrirait en outre de plusieurs fractures au visage et de contusions à un poumon.

Luca a été placé dans un coma artificiel. Il devrait être rapidement transféré vers le service de neurochirurgie de la clinique de la Mutual à Santiago.

Dans la soirée à Iquique, le Docteur Florence Pommerie, médecin chef du Dakar a fait le point ;

« Luca a un traumatisme crânien grave avec des contusions hémorragiques et une petite contusion pulmonaire. Il n’y a pas d’intervention neurochirurgicale à faire. Le cerveau s’est cogné et il a gonflé, comme lorsqu’on se fait un bleu. Il ne faut pas opérer, surtout pas toucher  mais contrôler la tension crânienne. On peut avoir une fin très tragique, un œdème cérébral qui reste longtemps et qui va abîmer le pronostic fonctionnel et intellectuel ou un œdème qui ne reste pas très longtemps et qui régresse bien, sans séquelle. Je me garde de tout pronostic. C’est grave, mais c’est beaucoup trop tôt pour être très pessimiste ou très optimiste.»    

Gilles Gaignault

Photos : ASO –Teams – Maindru

Le classement de cette 6-ème étape 

   
1. Stéphane Peterhansel-Jean-Paul Cottret (Fra-BMW) en 4h23’55’’
2. Carlos Sainz-Lucas Cruz (Esp-Volkswagen) à 0’’47
3. Mark Miller-Ralph Pitchford (USA-AfS-Volkswagen) à 8’’55’’
4.
Nasser Al-Attiyah-Tomi Gottschalk (Qat-All-Volkswagen) à 11’34’’
5.
Leonid Novitsky-Andreas Schulz (Rus(All-BMW) à 17’32’’
6. Nicolas Misslin-Jean-Michel Polato (Fra-Mitsubishi) à 18’24 »
7. Carlos Sousa-Matthieu Baumel (Por-Fra-Mitsubishi) à 21’29 »
8. Giniel De Villiers-Dirk Von Zitzewitz (AfS-All-Volkswagen) à 23’32’’
9. Guerlain Chicherit-Tina Thoerner (Fra-Sué-BMW) à 24’28’’
10. Krzystof Holowczyc-Jean-Marc Fortin (Pol-Bel-Nissan) à 28’09’’

14. Christian Lavieille-Jean-Paul Forthomme (Fra-Bel-Nissan) à 40’25’’
 

Le classement général provisoire

1. Carlos Sainz-Lucas Cruz (Esp-Volkswagen) en 20h35:33
2.

Nasser Al-Attiyah-Tomi Gottschalk (Qat-Volkswagen) à 15’24’’
3.
Mark Miller-Ralph Pitchford (USA-AfS-Volkswagen) à 17’47’’
4. Carlos Sousa-Matthieu Baumel (Por-Fra-Mitsubishi) à 1h34’04’’
5. Krzystof Holowczyc-Jean-Marc Fortin (Pol-Bel-Nissan) à 1h43’40’’
6. Robby Gordon-Andy Grider (USA-Hummer) à 1h48’25’’
7. Guerlain Chicherit-Tina Thoerner (Fra-Sué-BMW) à 1h51’42’’
8. Stéphane Peterhansel-Jean-Paul Cottret (Fra-BMW) à 2h04’22’’
9. Guilherme Spinelli-Filipe Malmeiro (Bré-Por-Mistubishi) à 2h12’18’’
10. Leonid Novitsky-Andreas Schulz (Rus-All-BMW) à 3h10’18’’

12. Christian Lavieille-Jean-Paul Forthomme (Fra-Bel-Nissan) à 3h27’57’
13. Stéphane Henrard/François Beguin (Bel-Volkswagen) à 3h35’22’’

Dakar

About Author

admin

Leave a Reply