DAKAR 2010 NANI ROMA EN TONNEAUX… AL ATTIYAH PREND LE POUVOIR …

 

Victorieux samedi  de la première spéciale au volant de sa BMW, le pilote Espagnol Nani Roma ne sera pas resté longtemps au commandement de ce Dakar 2010 !!!

En effet ce dimanche, il est parti en tonneaux concédant de précieuses minutes aux meilleurs…

 

Nouveau venu chez Volkswagen, le Qatari Nasser al-Attiyah profite de l’aubaine et de cette stupide erreur de pilotage de l’éphémère leader, pour enlever cette seconde étape spéciale du Dakar dans la catégorie Autos, à La Rioja, s’emparant par la même occasion de la tête au classement général provisoire.

Dans la catégorie des Motos, David Frétigné au guidon de sa Yamaha, remporte l’étape, confirmant ainsi ses ambitions de victoire finale le 17 janvier à Buenos Aires et ce même si  le vainqueur de la veille, son compatriote David Casteu, finit second, réalisant une nouvelle fois des prouesses au guidon de sa nouvelle monture, la fameuse Sherco 100% Française qui lui permet de conserver sa place de leader.

On le sait, le Quatari, Nasser al-Attiyah est du style fonceur. L’année dernière, alors qu’il appartenait au Team BMW X-Raid, il avait été la première semaine, intouchable, enquillant au fil des jours, les victoires en spéciales.

On se souvient de son Mano à Mano avec l’ancien Champion du monde des Rallyes, l ‘Espagnol, Carlos Sainz, fer de lance de l’équipe Volkswagen.

Malheureusement pour lui,  le fougueux Al Attiah avait du, la mort dans l’âme, lui céder le leadership lors de la sixième étape à l’issue de laquelle, il avait été exclu, et ce pour infraction aux règles de… point de passages obligatoires !

Ce dimanche, le Qatari, déjà bien en vu samedi ou il s’était classé derrière Roma, a encore frappé les esprits et visiblement plus qu’apprécié les redoutables pistes  de la région de Cordoba, terriblement typées Championnat du monde des Rallyes WRC et qui servaient de décor à cette seconde spéciale, courue entre Cordoba et La Rioja, dans le nord-ouest de l’Argentine.

En triomphant, Nasser remporte sa cinquième victoire d’étape sur le Dakar mais il offre aussi à sa nouvelle formation, le Team VW, son premier succès dans cette épreuve, version 2010

A l’arrivée il était ravi et affichait une mise radieuse, satisfait de gagner le scratch sur les 687 kilomètres chronométrés, dans le temps de 4 h 01’55 » 

Nasser Al Attiyah raconte sa journée :

« C’était une bonne expérience. Nous avons rattrapé Stéphane après 150 km. Ensuite nous avons gardé un rythme assez sobre pendant un moment, puis c’est devenu très technique. Et là, nous avons attaqué, puis nous nous sommes retrouvés dans la poussière de Carlos. A partir de ce moment, nous avons maintenu un bon rythme pour être sûr d’aller chercher un bon temps. Tout va très bien, il faudrait être difficile pour ne pas être content après cette étape.  Les conditions étaient tout de même très difficiles. Il y avait de la pluie, du brouillard, de tout. Mais c’était une bonne expérience, puisque tout cela s’est passé sans la moindre erreur. C’est aussi pour cela que je suis très content de notre rythme.»

Son dauphin, Guerlain Chicherit explique :

« Je voulais remonter dans le classement des spéciales. Avec l’histoire qui nous est arrivés hier il fallait remonter dans le classement des spéciales car, sinon, demain on serait parti de trop loin. Cela aurait été compliqué. Je suis parti 21ème et j’ai remonté une dizaine de voitures. Au début ça allait, car c’était mouillé et j’arrivais à bien me rapprocher. Ensuite, comme il y avait de la poussière, j’ai pris plus de risques pour me rapprocher. J’ai raté un petit virage et, comme hier, le capteur d’essence a commencé à couper. A chaque grosse accélération, la voiture toussait un peu. Mais ça va le faire. Aujourd’hui, on n’a pas trop mal roulé. On verra demain. »

Quatrième à s’élancer de Cordoba, il a rapidement repris du temps à la BMW de Stéphane Peterhansel  et à la VW de son partenaire Carlos Sainz, cependant on l’a dit, que le leader Joan "Nani" Roma, victorieux la veille avec sa BMW, de l’étape 1 et leader de la catégorie auto, concédait du temps, beaucoup de temps (15 minutes) et à la suite de ses deux tonneaux ! 

 A l’arrivée, la recrue de VW, devance de 1’08’’, la BMW de l’inattendu Français, Gerlain Chicherit, malchanceux samedi ou sa BMW avait rencontré des soucis électriques.

La troisième place revenant à  une autre Volkswagen que l’on n’attendait pas à pareille fête, celle du Brésilien, Maurício Neves ! Lequel concéde 2’01’’ et précéde celui que l’on présente comme l’adversaire Numéro 1 d’Al Attiah pour la victoire finale, l’Espagnol, Carlos Sainz, également pilote Volkswagen et qui lâche ce dimanche 2’41’’.

Au classement général provisoire, Al-Attiyah devance ce dimanche soir, Carlos Sainz de 1’19’’ et l’ami "Peter" qu’il ne faudrait surtout pas oublier de 2’30’’.

NANI ET PETER : LA COURSE SERA LONGUE, ALORS !!!

Pour l’ex-leader, Nani Roma, rien n’est définitivement perdu mais la bévue du jour, lui vaut un avertissement sérieux !!! Cette sorte de "joker" le fait en tout cas dégringoler de la première à …la huitième place ! 

Certes, les 11’44 ‘’ qui le séparent du nouveau leader, n’ont vraiment rien d’insurmontable d’ici l’arrivée le 17 janvier à Buenos Aires. Mais gare  à ne pas renouveler ce genre de gaffes !!!

Au risque alors de compromettre définitivement ses chances et de ruiner une éventuelle victoire.

Enfin arrivé, Nani Roma le gros perdant du jour fournissait les premières explications sur l’incident qui lui coute cher :

« J’ai eu une étape très difficile avec un grip très changeant. Au début de la spéciale j’ai mal interprété et dans un virage, au kilomètre 6, la voiture est partie. J’ai essayé de la garder mais j’ai fait deux tonneaux. Je suis resté sur les roues dans une espèce de petit ravin. J’ai pu la sortir et je suis super content d’être là, entier. Ensuite j’ai eu des problèmes de température mais l’essentiel est vraiment d’être là. Et demain ça continue. »

Dans la catégorie motos, on l’a dit en préambule, David Frétigné (Yamaha) s’est montré le plus rapide, parcourant la spéciale en 3h59’20’’. Le Français, troisième du Dakar 2009, signe ainsi sa huitième victoire d’étape, mais surtout sa première depuis … 2006 !

C’est dire si ce succès est important !  

Parti en sixième position, dix minutes après la très performante Sherco du leader, l’Azuréen David Casteu, surprenant vainqueur samedi de la première spéciale 2010, David Frétigné reprend à l’arrivée 43 petites secondes à son compatriote, toujours leader ce dimanche soir, avec 2’10’’ d’avance sur la KTM d’un troisième Français, Cyril Despres. Et il remonte à la troisième place à 2’14‘’.

CYRIL DEPRES EN POSITION D’ATTENTE…

A l’arrivée, le vainqueur du jour lâchait :

« C’était très agréable comme étape. Un plaisir de piloter. Il y avait du vert partout. Des petits ruisseaux aussi à traverser. Ce n’étaient que des enchaînements de virages, de freinages, de placements. Techniquement c’était un régal. Je me suis vraiment fait plaisir. Le résultat est là. L’essentiel c’est de se faire plaisir et aujourd’hui, en plus, la place est bonne. Ce qui est bien avec cette nouvelle réglementation c’est qu’on peut gagner, alors il ne faut pas lâcher le morceau. Il faut attaquer d’entrée. Ça va bien animer la compétition. Hier, c’est David qui gagne. C’est intéressant pour la course. »

Frétigné comme Casteu pour l’instant dament le pion avec leur 450 cc aux invincibles et surpuissantes KTM 690cc,  dans le collimateur de l’organisateur ASO. D’ou le nouveau réglement qui leur impose une bride !

Et comme le observateurs prédisent que sa Yam sera plus agile encore sur les  prochaines étapes qualifiées de techniques, David peut aborder la suite  du Rallye avec une grosse confiance, sachant qu’un gros point d’interrogation entoure la fiabilité de la Sherco 450cc de l’actuel leader, David Casteu.

Lequel vit au jour le jour son rêve…

«  Ce qui est pris n’est plus à prendre. Une victoire d’étape, toujours leader après trois jours, c’est plus qu’un rêve qui se réalise pour notre équipe Sherco Elf qui découvre le Dakar. Tout le reste ce sera du bonus »

CASTEU AVEC  »CHALECO » et FARRES

Et il poursuit :

 « Au ravitaillement j’ai vu que j’avais de l’avance sur Cyril, alors j’ai décidé d’attaquer. J’étais à fond. J’ai vraiment attaqué de partout. J’ai dû creuser un peu l’écart quand même …C’était une spéciale hyper difficile, très technique. Ça glissait énormément. Quand tu pars en premier, c’est toujours un peu dangereux. Il y a des animaux partout. J’ai même eu deux voitures qui remontaient la spéciale. Mais cela fait partie des données sur un rallye. II y a toujours des risques. Tu ne peux pas bloquer 300 kilomètres de parcours. Il y a quand même deux fois où j’ai eu chaud. Après, j’ai un peu ralenti. Au départ il y avait un sacré brouillard et je me suis demandé comment j’allais faire. Puis j’ai enquillé les kilomètres et voilà : tout va bien. Sur les grandes lignes droites, sur les hauteurs il y avait de quoi faire la différence avec les grosses motos. En tout cas, il y a une belle bataille qui s’annonce. »

Propos confirmés par l’un des hommes de son entourage, notre vieil ami, Jean Pierre Aujoulet :

« Ce début de Rallye pour nous est tout simplement prodigieux. On débarque avec une machine entièrement nouvelle et immédiatement elle brille et offre des perfs à David. C’st génial et promet déjà beaucoup pour le futur »

Rappelons que Casteu a signé un contrat de trois ans ave Sherco et le Groupe ELF-TOTAL.

La fiabilité, éventuel talon d’Achille de cette Sherco  a justement déjà joué des tours et fait défaut à la toute nouvelle BMW 450cc du Hollandais, Frans Verhoeven, huitième du Dakar en 2009, et hélas déjà contraint à l’abandon sur ennui de boîte de vitesses.

Comme on le constate suer deux et quatre roues, la bagarre s’annonce sensationnelle et le public Argentin toujours aussi passionné, se régale. On le comprend!

 Un mot sur le vainqueur moto sortant, l’Espagnol, Marc Coma (KTM)

Le tenant du titre du Dakar, s’est vu infligé une  lourde, très lourde pénalité de… 22 minutes ce dimanche et ce pour vitesse excessive lors d’une traversée de village.

Alors qu’il aurait dû se retrouver second du général à l’issue de la deuxième étape, le gentil Catalan se retrouve désormais … quatorzième à 22’34" du leader, le Français, David Casteu.

Les commissaires devraient être d’autant plus inflexibles sur les questions de sécurité que l’épreuve a été marquée dès la première étape par un accident survenu hors d’une des "zones public" établies par l’organisation, causant notamment la mort d’une spectatrice, Natalia Sonnia Gallardo

Pareille mésaventure était survenue le dernier jour du dernier Rallye Shamrock du Maroc, alors qu’il avait course gagnée à son adversaire Cyril Despres. Du coup, la victoire était revenue à … Marc Coma !

A toi, à moi !!!

Quant à nos amis du Bowler, numéro 348, la paire Dubrisay – Martin, ils se classent 74éme de la spéciale du jour, en 5heures 15’35’’ contre 4 heures 1’55’’ à l’équipage vainqueur,le duo Al Attiyah-Gottschalk.Au classement général provisoire, le tandem pointe au cinquante neuvième rang.

Gilles Gaignault

Photos : ASO – Teams et Maindru

Le bleu était également à l’honneur chez les camions, avec le capitaine historique de la firme Kamaz, et perd surtout, du moins pour le moment, un rival de poids en Ales Loprais. Le pilote du camion tchèque, Tatra, sorti de piste au kilomètre 140 de la spéciale, a totalement endommagé toute la partie avant gauche. Sur cette seule journée, l’addition va se compter en heures pour Loprais !!!

Dakar

About Author

admin

Leave a Reply