DAKAR 2010 : LE MOTARD CASTEU ET NANI ROMA PREMIERS LEADERS

Après une première étape effectuée en liaison sur 317 kilomètres, le 1 janvier entre la capitale Argentine, Buenos Aires et Colon, la caravane des 361 aventuriers de ce Dakar 2010, s’est enfin lancé en direction d’une nouvelle grande aventure, ce samedi en direction de Cordoba

 C‘est au guidon d’une toute nouvelle 450cc que l’Azuréen David Casteu a semé le trouble sur la première étape du Dakar. Au guidon de sa Sherco, il s’offre outre la victoire mais devient aussi et surtout le premier motard à faire triompher une moto 100 % Française sur le Dakar !!

Sacrée performance des les premiers tours de roue de cette Sherco qui lui permet de prendre les commandes de la course après avoir réalisé le meilleur temps du jour, devant les deux grandissimes favoris de la course, son compatriote Cyril Despres et le vainqueur sortant, le Catalan Marc Coma.

En autos, l’ancien … motard Joan « Nani » Roma a signé lui le deuxième succès d’étape de sa carrière en auto. Et à Cordoba, comme en2009 !

En camions, le Russe Vladimir Chagin prend la tête du rallye, avec 27’’ d’avance sur Ales Loprais. 

 

Le bonhomme réserve toujours de bonnes surprises. Comme celle de se lancer dans une folle aventure de créer sa propre structure, avec le constructeur Français Sherco, et de saisir l’opportunité du passage aux cylindrées 450cc pour l’ensemble du plateau dans le futur.

David Casteu, éternel arbitre des débats entre Cyril Despres et Marc Coma, second du Dakar en 2007 et quatrième en 2009il n’y a pas eu de course en 2008 pour cause d’annulation -, a fait le choix de défier ses rivaux sur une moto fraichement conçue et moins puissante.

La route est encore longue, mais l’audace a été récompensée sur la première spéciale de cette édition 2010, sur laquelle le Niçois réalise le meilleur temps du jour, avec 3’’ d’avance sur le chrono de Cyril Despres, et 12’’ de mieux que Marc Coma, le tenant du titre.

Lequel semblait satisfait :

« C’était une spéciale assez technique. Et c’était très bien ainsi pour s’y remettre et pour se mettre en phase avec la machine. Finalement, l’étape était un peu plus courte que prévu, mais avec la chaleur qu’il fait, c’était assez physique.»

L’écart est certes infime en regard du programme qu’il reste à couvrir, mais la signification est symboliquement forte pour le vaillant David. Lequel lâchait tout sourire à l’arrivée à Cordoba

«  J’ai déjà gagné mon pari en enlevant cette première étape. Preuve que mon pari certes osé n’est pas aussi dingue que certains le disent! Et que cette Sherco est parfaitement dans le coup et aussi compétitive. Il reste encore un long chemin mais ce qui est pris est pris.  »

 

Au petit matin à Colon, une ultime conversation de Casteu avec son mécanicien l’avait convaincu de tenter quelque chose entre Colon et Cordoba. Sur les 168 kilomètres restant à parcourir après la réduction de l’étape pour cause d’inondations en début de spéciale, l’éternel outsider a gardé à l’esprit son unique consigne :

« Attaque, attaque, attaque ».

Au final, divine surprise, Casteu remporte la seconde spéciale de sa carrière sur le Dakar, avec la satisfaction de faire subir un premier revers aux pilotes des KTM 690cc. Dans la confrontation à épisodes qui se prépare entre les « grosses » et les « petites », David Frétigné, sur sa Yamaha 450cc, s’est montré plus discret que Casteu, terminant en sixième position du classement du jour, à près de trois minutes.

Pour le retour d’Aprilia sur le Dakar, Francisco Lopez alias ‘’ Chaleco ‘’, lui aussi sur 450cc, prend la cinquième place, à 2’42’’ de Casteu, mais aussi près d’une minute derrière Jordi Viladoms, 4ème.

 

Après avoir collectionné douze victoires d’étapes à moto, Joan « Nani » Roma a lui aussi vécu l’expérience d’une « deuxième », en s’imposant sur la spéciale du jour.

Pour l’ancien vainqueur motos (2004), la performance du jour prend une nouvelle saveur, un an après avoir déjà signé le meilleur temps dans la spéciale menant à Cordoba.

A l’époque, il s’agissait d’une des rares journées à retenir pour le clan Mitsubishi, au sein duquel il a commencé sa deuxième carrière. Cette fois-ci, Roma a rejoint le Team BMW X-Raid avec son complice Stéphane Peterhansel, passé plusieurs semaines  sur les pistes marocaines à optimiser à force de réglages le potentiel du X3.

Ce premier succès obtenu au terme de cette spéciale de 199 kilomètres tombe donc comme une récompense du travail fourni, et comme le signe d’un renouveau. En effet, celui que l’on appellera désormais le « King » de Cordoba a aussi mis la manière pour prendre la tête du classement général.

A l’arrivée, il déclarait :

« Finalement, on est assez surpris par le temps que nous réalisons (les 251 km en 2h11’15"). Mais je suis content. On a eu une alerte avec le moteur en milieu de spéciale. On s’est arrêté pour faire quelques vérifications. Tout fonctionnait. Je crois que c’était un problème électrique mais comme ça marchait, j’ai préféré ne pas insister. Pour nous, ça va. Tout ne fait que commencer. On ne s’est pas encore battu avec les Volkswagen. Il reste beaucoup de courses à affronter. C’était en tout cas une bonne première spéciale pour se mettre en jambes.»

 Il  permet à sa nouvelle équipe BMW de démarrer en trombes cette édition 2010 du Dakar  ‘’Exotique ‘’ et il devance  surtout celui que l’on présente comme le favori après sa bourde et sa stupide bévue de 2009 ou il avait course gagnée, l’Espagnol Carlos Sainz de 2’07’’, alors que son ami et partenaire –transfuge comme lui de MitsubishiStéphane Peterhansel apporte à BMW, la deuxième satisfaction de la journée en prenant une belle troisième place, à 2’50’’.

Malgré le coup d’éclat de Roma, le bilan de la première étape n’est toutefois pas alarmant pour les rivaux de l’armada Volkswagen, puisque le Qatari Nasser Al Attiyah (à 3’29’’) et Giniel De Villiers (4’31’’) complètent le Top 5.

Questionné Carlos Sainz, déclarait :

« Le début de l’étape s’est bien déroulé et nous avons rattrapé le Hummer de Robby Gordon qui était parti devant nous. Nous ne pouvions pas le doubler à cause de la poussière. Nous avons utilisé notre système Sentinel mais apparemment Robby ne s’en est pas aperçu. La seconde place nous donne une bonne position de départ pour l’étape de demain dont le tracé sera comparable à aujourd’hui. »

Pour sa part, Al Attyah son partenaire considéré cette année comme l’un des favoris et arrivé quatrième, précisait :

« Il était important d’obtenir une bonne position de départ pour l’étape suivante et c’est ce que nous avons réussi à faire. Cette première spéciale de 200 km était tout sauf facile et demandait beaucoup plus de concentration que prévu. »

Cependant que Kris Nissen, le patron du Team VW, ajoutait :

 « Cette première spéciale s’est déroulée selon nos plans. Nous n’avons couvert que 4% de la distance du rallye. Les sections difficiles commenceront après demain. Ce ne sera qu’à partir de ce moment que nous pourrons commencer à penser sérieusement à la stratégie.»

Le Team X-Raid a en effet effectivement connu une première désillusion avec des coupures moteur qui ont arrêté Guerlain Chicherit pour un long moment à une trentaine de kilomètres de l’arrivée.

D’ailleurs, on commence déjà à s’apercevoir que la fiabilité et les petits pépins mécaniques joueront leur rôle tout au long de la course

Au volant du Bowler arborant le numéro 348, le ‘’ Gentlemen’’ Arnaud Dubrisay, dont nous avons évoqué l’histoire l’avant-veille du départ, finit cette spéciale d’ouverture, à une très respectable quarante sixième place.

 

Dans la course camions, Vladimir Chagin a démarré comme à son habitude avec autorité. Le chef de file de l’équipe Kamaz devance Ales Loprais, qui se positionne d’ores et déjà comme son contradicteur le plus menaçant, avec seulement 27’’ de retard.

Mais les clins d’œil de l’histoire vont dans le sens du Tsar. Les deux dernières fois qu’il s’est imposé sur la première étape du Dakar, en 2006 à Portimao et en 2004 à Narbonne, Chagin a terminé l’épreuve en vainqueur !

Il s’agit peut-être d’un signe dans la perspective d’un sixième sacre !

Gilles Gaignault

Photos : ASO etTeams

 

Malheureusement, en fin de journée ce samedi, le Rallye a hélas ensuite été bouleversé par l’annonce du décès d’une jeune spectatrice, Natalia Sonnia Gallardo âgée de 28 ans, heurtée au km 75 à 13 heures 45 heure locale – à l’entrée du village d’Alpa Corral par un équipage engagé sur la course. Il s’agit de la voiture 418, conduite par l’Allemand, Mirco Schultis 

« Elle souffrait de graves traumatismes crâniens, mais aussi à l’abdomen et au pelvis. Elle a subi deux arrêts cardiaques lors du transfert. Malgré les soins prodigués à son arrivée à l’hôpital, elle est décédée peu après

C’est ce qu’a déclaré Norberto Brusa, médecin aux urgences de l’hôpital de Cordoba. Deux autres blessés ont été transférés en même temps que Sonnia Gallardo en hélicoptère depuis la province de Rio Cuarto, à 800 km de Buenos Aires. Le premier, un jeune de 24 ans, présente des fractures graves du tibia et du péroné et son pronostic est réservé, a encore précisé le Dr Brusa à la télévision TN.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply